Festes-et-Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Festes-et-Saint-André
Festes-et-Saint-André
Vue générale.
Blason de Festes-et-Saint-André
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin
Maire
Mandat
Catherine Eulalie Pinto
2020-2026
Code postal 11300
Code commune 11142
Démographie
Gentilé Festandréens
Population
municipale
202 hab. (2018 en augmentation de 3,59 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 29″ nord, 2° 08′ 47″ est
Altitude Min. 323 m
Max. 760 m
Superficie 18,07 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Limoux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Région-Limouxine
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Festes-et-Saint-André
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Festes-et-Saint-André
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Festes-et-Saint-André
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Festes-et-Saint-André

Festes-et-Saint-André Écouter prononcé en français : [fɛst.e.sɛ̃t‿ɑ̃dʁe], en occitan Fèstas e Sant Andrieu, est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Festandréens, Festandréennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Festes-et-Saint-André est une commune située au sud-ouest de Limoux dans le Razès. Elle est située à environ 13 km de Limoux et de Couiza, à 14 km de Puivert.

La route départementale D 121 traverse son territoire depuis le point le plus bas (323 m), en limite de la commune de Bourigeole, jusqu'au col de Festes à 677 m d'altitude, en limite de la commune de Puivert. Le point culminant de la commune est à 760 m.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie ert relief[modifier | modifier le code]

Festes-et-Saint-André se situe en zone de sismicité 3 (sismicité modérée)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Festes-et-Saint-André se trouve en limite de la ligne de partage des eaux Atlantique - Méditerranée. La commune est traversée dans toute sa longueur par la Corneilla qui se jette dans le fleuve Aude au niveau de la commune Cournanel qui lui a donné son nom. C'est une rivière calme qui peut se transformer en torrent furieux lors de violents orages.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Végétation[modifier | modifier le code]

Les paysages et la végétation sont variés. En aval, autour de Festes, on trouve un paysage typiquement méditerranéen avec la culture de la vigne, l'élevage de moutons, la garrigue avec la lavande, le thym, le romarin, le figuier, le chêne kermès appelé ici le Garric, etc. En amont, le sol se recouvre au fur et à mesure d'une végétation de montagne avec l'élevage de vaches, des pâtures et d'épaisses forêts de résineux destinées à l'exploitation forestière pour le bois de chauffage et pour les filières de l'industrie du bois.[réf. nécessaire]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Festes-et-Saint-André est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Limoux, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (74,8 %), prairies (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (9,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,7 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune est composée de deux villages éloignés d'un kilomètre : Festes (où se trouve la mairie) et Saint-André (où se trouve l'école). Chaque village possède son église, son cimetière. Elle comprend trois hameaux le Cazal, Besse et Courtapla, et de nombreuses anciennes métairies ou bordes (En Pas, En Durou, Marsès, Fabié, Laffitte, Mauget, Bouquié, Ichart, la Tuilerie, Bellevue, le Galinat ou Métairie Blanche, etc.).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administrativement, la commune fait partie du canton de Limoux et de la communauté des communes de Couiza.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1938 1944 Jammes Pierre    
Juillet 1944 1944 Barbié Pierre   Commissaire de la République
Octobre 1944 1959 Jammes Pierre    
1959 1977 Ferreres Louis    
1977 1989 Laffitte Adrien PS  
1989 2001 Horie Serge    
mars 2001 2012 Daniel Bord    
2012 actuel Hervé Chaudemanche    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10]. En 2018, la commune comptait 202 habitants[Note 3], en augmentation de 3,59 % par rapport à 2013 (Aude : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
526550594598659671650599547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
555488540524509506505367354
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354322306268261235235207173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
150105112159201202215202208
2018 - - - - - - - -
202--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Festes

Dominant le village de Festes un château (propriété privée) des XIe, XIIIe et XVIIe siècles ayant appartenu à la famille de Montfaucon, apparentée à celle de l'érudit Dom Bernard de Montfaucon.

À Festes une église romane du XIe siècle.

À Saint-André une église du XVIIe siècle.

L'église de St André

Un site classé : la cascade de las encantados à laquelle est attachée la légende du colporteur de Rouvenac poursuivi par les fées au battoir d'or, sur le ruisseau de Marses.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les seigneurs de Montfaucon ont leur histoire liée à la commune : ils étaient propriétaires du château de Festes (XIe au XVIIe siècle).
  • Henri Boudet, Le , il est nommé curé desservant à Festes et Saint-André. Il deviendra ensuite curé de Rennes-les-Bains. Il publiera un ouvrage étonnant sous le nom de "La vraie langue celtique ou le Cromleck de Rennes-les-Bains" dans lequel il explique que l'anglais est à l'origine de toutes les autres langues.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Festes-et-Saint-André Blason
De gueules, à un orle d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.