Réallon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Réallon
Réallon
Le château vu du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Intercommunalité Communauté de communes Serre-Ponçon
Maire
Mandat
Michel Montabone
2020-2026
Code postal 05160
Code commune 05114
Démographie
Population
municipale
251 hab. (2019 en diminution de 0,79 % par rapport à 2013)
Densité 3,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 47″ nord, 6° 21′ 56″ est
Altitude Min. 1 000 m
Max. 2 990 m
Superficie 71,4 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Chorges
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Réallon
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Réallon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Réallon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Réallon
Liens
Site web www.reallon.fr

Réallon (en occitan Realon) est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants s'appellent les Réallonnais mais on les connaît parfois sous le sobriquet Traffans selon des sources locales.[1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune s'étend de 989 à 2 993 m (Mourre Froid). Le chef-lieu du village est situé à 1 400 m d'altitude, sur la rive gauche du torrent de Réallon, près du lac de Serre-Ponçon.

Le village compte plusieurs hameaux : les Rousses, les Méans, les Gleizes, le Villar, les Gourniers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est bordée au sud par les communes de Saint-Apollinaire, Savines-le-Lac, Puy-Saint-Eusèbe, à l'est par Embrun, Châteauroux-les-Alpes, au nord par Orcières, à l'ouest par Ancelle et Chorges[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat de la région d'Embrun 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,2 −2,1 0,1 3,1 6,7 9,9 12,4 12,1 9,7 5,8 0,9 −1,9 4,4
Température moyenne (°C) 1,2 2,7 5,5 8,7 12,7 16,2 19,3 18,8 15,9 11,4 5,6 2,4 10
Température maximale moyenne (°C) 5,7 7,6 10,9 14,4 18,6 22,4 26,2 25,5 22,1 16,9 10,4 6,7 15,6
Humidité relative (%) 66 64 61 61 64 65 59 62 66 68 68 66 64
Source : Infoclimat [3]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par la route départementale 9 reliant Chorges à Embrun ; au lieu-dit les Méans, la RD 41 dessert le village même, prolongée par la RD 241 jusqu'aux Gourniers et à l'amont du torrent, ainsi que la RD 609 permettant d'accéder à la station[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Réallon est une commune rurale[Note 1],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (97,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (98,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (45,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (37,8 %), forêts (14,3 %), zones agricoles hétérogènes (1,2 %), prairies (0,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme occitane Realon en 739 sur le cartulaire de l'abbaye de Saint-Hugues et le testament d'Abbon, Reallon et Realonum en 1269, Rialonum en 1290.

Son nom vient du latin rivalis (ruisseau, rivière), du radical latin riv-, qui, associé au suffixe -ale, désigne un ruisseau ; y est ajouté le suffixe diminutif -onem[12].

Réalon en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fréquentation ancienne du village est attestée par la découverte de deux parures[13] de l’âge du bronze final (IIe millénaire av. J.-C.)[14]. En 1870-1874, des fouilles ont permis la mise au jour de trois trésors de bijoux datant de l’âge du bronze : torques, bracelets, pendentifs, etc. Le métal provient probablement des Alpes (Saint-Véran ou Saint-Pierre-Avez)[14]. Ils sont exposés au Musée Muséum départemental des Hautes-Alpes de Gap et au musée de Saint-Germain-en-Laye.

Au XVe siècle, la moitié du hameau de Méans est emporté par le torrent[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 juin 1995 Adrien Gleize UDF-PR Conseiller général (1979-2004)
juin 1995 mars 2001 Henry Philip Martin    
mars 2001 mars 2008 Adrien Gleize UDF-PR Conseiller général (1979-2004)
mars 2008 mars 2014 Claudine Peyron    
mars 2014 juillet 2020 Jean-Louis Gleize[16],[17] SE Retraité Fonction publique
Conseiller communautaire[18]
juillet 2020 En cours Michel Montabone[19],[20]    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Réallon a fait partie jusqu'en 2016 de la communauté de communes du Savinois-Serre-Ponçon. Depuis le , elle fait partie de la communauté de communes de Serre-Ponçon[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2019, la commune comptait 251 habitants[Note 2], en diminution de 0,79 % par rapport à 2013 (Hautes-Alpes : +1,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8987629539529969469231 014916
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
930854900918859790859754757
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
757737681642599557533407359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
307288237179185194223226253
2015 2019 - - - - - - -
260251-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Transhumance brebis de passage à Réallon

L'économie de Réallon était principalement basée sur l'agriculture. Dans les années 1980, la construction d'une station de sports d'hiver a permis à la commune de développer considérablement le tourisme hivernal et estival. Un télésiège mène en hiver à 2 135 m d'altitude, où se trouve une table d'orientation.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Pélade : clocher classé monument historique en 1948[26].
  • Réallon est un site archéologique renommé depuis la découverte d'un trésor de l'âge du bronze, dont une magnifique parure exposée au musée de Gap.
  • Le hameau des Gourniers remarquable notamment pour ses hêtres, essence assez rare dans cette partie du département. Ce hameau est notamment le point de départ de nombreuses randonnées pédestres en moyenne montagne.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La légende des Traffans de Réallon », sur Parc national des Ecrins, (consulté le )
  2. « Réallon », sur Lion 1906.
  3. Infoclimat
  4. Géoportail
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. André Faure, Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes, Gap, ESPACI OCCITAN, , 412 p. (ISBN 2-9131-3100-X).
  13. Claude Gouron (photographe) et Hélène Vésian (auteur), Serre-Ponçon : voyage photographique au confluent de l'Ubaye et de la Durance, Le Pontet, Éditions Barthélemy et Hangar, (ISBN 2-87923-165-5), p. 35.
  14. a et b C. Gouron et H. Vésian, op. cit., p. 41.
  15. C. Gouron et H. Vésian, op. cit., p. 37.
  16. http://reallon.pays-sud.fr/divers/le_mot_du_maire_jean_louis_gleize
  17. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le ).
  18. « Conseil communautaire », sur le site de la communauté de communes (consulté le ).
  19. Fl.O., « Réallon », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Conseil Municipal », sur Mairie de Réallon, (consulté le ).
  21. Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté de communes de Serre-Ponçon par fusion des communautés de communes de l'Embrunais et du Savinois Serre-Ponçon et extension aux communes de Chorges et Pontis » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-015, Préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Notice no PA00080600, base Mérimée, ministère français de la Culture