Ristolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ristolas
Ristolas
Vue de Ristolas
Blason de Ristolas
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Guillestre
Intercommunalité Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras
Maire
Mandat
Christian Laurens
2014-2020
Code postal 05460
Code commune 05120
Démographie
Population
municipale
73 hab. (2015 en diminution de 18,89 % par rapport à 2010)
Densité 0,89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 29″ nord, 6° 57′ 23″ est
Altitude Min. 1 571 m
Max. 3 294 m
Superficie 82,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Ristolas

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Ristolas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ristolas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ristolas

Ristolas est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ristolas est situé au fond de la vallée du Queyras, sur la rive gauche du Guil à 1 610 m d'altitude, à 3 km d'Abriès et 7 km d'Aiguilles.

La commune fait partie du parc naturel régional du Queyras.

En plus du village, les hameaux de l'Echalp et de la Monta font partie de la commune.

La commune compte de nombreux sommets à plus de 3 000 m et culmine à 3 287 m (l'Asti). La vallée est par ailleurs dominée par le Mont Viso situé en Italie.

On y compte également plusieurs lacs : les lacs Lacroix, les lacs Egourgéou, Baricle et Foréant, le lac Lestio, et le lac Porcieroles.

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous l'appellation latine Ristolacium vers 1265, dans l'expression Ristolaciumm Castellanie Quadratii en 1415.

L’origine du nom « Ristolas » est incertaine. Noté Ristolacium en 1265, Ristolas viendrait du nom propre Risto, suivi du suffixe -ar qui désigne la propriété[1]. Certains pensent qu’il vient de « Restols » qui signifie « chaume » en Provençal. D’autres préfèrent l’origine latine « rivus tollens » qui signifie « ruisseau destructeur ». Ce lieu voit la présence de nombreux ruisseaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été décorée, le 22 mai 1950, de la Croix de guerre 1939-1945[2].

Par un arrêté préfectoral du [3], Ristolas fusionne avec Abriès pour former la commune nouvelle d'Abriès-Ristolas qui prend effet le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 ?? Michel Frison    
?? en cours Christian Laurens[4] DVD Architecte

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ristolas fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2015, la commune comptait 73 habitants[Note 1], en diminution de 18,89 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
716686750673643639618599600
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
584601493380425411450373332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3083122852261921531585059
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
495068527278919371
2015 - - - - - - - -
73--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Lundi  : Une avalanche au-dessus de 2 500 mètres d'altitude fait trois morts et un blessé, dans le secteur de la pointe Joanne, au-dessus du refuge du Viso. Le risque d'avalanche était classé au niveau 3 sur une échelle de 5, soit un « risque marqué ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

  • Tremblay-en-France : La commune Francilienne de Tremblay en France y possède un centre de vacances qui double la population du village en hiver.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Faure, Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes, Gap, ESPACI OCCITAN, , 412 p. (ISBN 2-9131-3100-X)
  2. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  3. « Arrêté préfectoral portant création de la commune nouvelle d’Abriès-Ristolas », Recueil des actes administratifs spécial n°05-2018-161,‎ , p. 79-80 (lire en ligne [PDF])
  4. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 19 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.