Ornon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ornon
Ornon
Le village d'Ornon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Nicole Faure
2020-2026
Code postal 38520
Code commune 38285
Démographie
Gentilé Ornonais / Ornonaises
Population
municipale
161 hab. (2018 en augmentation de 18,38 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 54″ nord, 5° 58′ 45″ est
Altitude Min. 799 m
Max. 2 856 m
Superficie 11,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de l'Oisans-Romanche
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Ornon
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Ornon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ornon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ornon
Liens
Site web www.col-dornon.com

Ornon est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Positionné dans la partie occidentale du massif de l'Oisans, la commune est adhérente à la communauté de communes de l'Oisans dont le siège est fixé au Bourg-d'Oisans

Ses habitants sont appelés les Ornonais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune d'Ornon regroupe plusieurs petits villages s'étageant le long de la vallée de la Lignarre, au pied du massif du Taillefer. Elle fait historiquement partie de l'Oisans, que le col d'Ornon relie au sud au Valbonnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est caractérisée par des ardoises qui ont été exploitées de façon industrielle[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le torrent de la Lignare d'une longueur de 11,9 km traverse la commune avant de rejoindre la Romanche.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ornon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (99,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (38,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (32,2 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (29,4 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

En remontant le torrent de la Lignarre, le terrtoire compte de nombreux hameaux et lieux-dits dont la Palud, la Palud du Raux, le Pont des Oulles, la Poutuire, le Rivier, le Plan du Col, puis côté torrent du Rif-Garcin : la Poyat, Ornon, la Grenonière, le Guillard.

Risques naturels et industriels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune d'Ornon est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), non loin la zone n°4 qui se situe au centre du département de l'Isère (vers Vizille et Grenoble)[10].

Terminologie des zones sismiques[11]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant la fin de l'âge du Bronze, vers 900 av. J.-C., la route entre Grenoble et le col du Lautaret passait par le col d'Ornon pour éviter les gorges de la Romanche. À la Palud fut trouvé un vaste cimetière de corps inhumés dans des coffres de pierres et ornés de très nombreux bracelets de bronze et de fer ainsi qu'une pendeloque avec de l'ambre issue de la plaine du Pô, datés des VIe – Ve siècles av. J.-C.[12]

Autres périodes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1932 1955 Pierre Col    
1955 1971 Louis Fiat    
1971 1983 Léon Bonaz    
1983 1989 Paul Marmonnier    
1989 2001 Alain Jullien-Palletier    
2001 2008 Jean-Noël Berlioux    
2008 2015 Pierre Salvi SE Agriculteur
2015 En cours Nicole Faure SE Retraitée

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 161 habitants[Note 2], en augmentation de 18,38 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590556563574618524634648606
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
604652614561597548518542488
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
467449387295288259245200167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
145157816587138138138138
2013 2018 - - - - - - -
136161-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipement sportifs[modifier | modifier le code]

Col d'Ornon

Le territoire de la commune héberge le site de la Station de ski du Col d'Ornon, secteur qui a été franchi à huit reprises par le Tour de France.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture local et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Deux églises : l'une au village d'Ornon, l'autre à la Poutuire ;
  • Trois chapelles : à la Palud, au Guillard et au Rivier ;
  • Un oratoire au Guillard.


Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L' abbé Martin Berlioux (1828-1887), né à Ornon, qui œuvra pour la construction de l'église Saint-Bruno à Grenoble dont il fut le premier curé. Il est aussi l'auteur de nombreux livres de prières, plusieurs fois réédités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 7 juin 2021
  2. M. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus et al., La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, t. 20, H. Lamirault (Paris), 1885-1902 (lire en ligne), p. 990.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  11. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  12. Aimé Bocquet, L'Isère pré et protohistorique, Gallia-Préhistoire 1969, fasc. 2, pages 292-295 [1]
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :