Saint-Laurent-du-Cros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.

Saint-Laurent-du-Cros
Saint-Laurent-du-Cros
La mairie.
Blason de Saint-Laurent-du-Cros
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Arrondissement de Briançon
Canton Canton de Saint-Bonnet-en-Champsaur
Intercommunalité Communauté de communes Champsaur-Valgaudemar
Maire
Mandat
Jean-Marie Amar
2014-2020
Code postal 05500
Code commune 05148
Démographie
Population
municipale
520 hab. (2015 en augmentation de 0,39 % par rapport à 2010)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 40″ nord, 6° 06′ 41″ est
Altitude Min. 979 m
Max. 1 366 m
Superficie 12,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Cros

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Cros

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Cros

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Cros

Saint-Laurent-du-Cros est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Cros se situe dans la vallée du Champsaur au nord de Gap au-delà du col Bayard. Cette commune fait partie du canton de Saint-Bonnet-en-Champsaur. Elle est encadrée par les communes de Saint-Bonnet-en-Champsaur, Saint-Julien-en-Champsaur, le Forest-Saint-Julien, Gap (arrondissement de Gap), et Laye. La population de Saint-Laurent est répartie en trois hameaux principaux : le chef-lieu qui porte le nom de la commune, le Cros et Serre-Richard, et un lieudit, les Forestiers.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale traditionnelle repose principalement sur l'agriculture et l'élevage (ovins et bovins) : le Champsaur est la première région productrice de lait dans le département des Hautes-Alpes).

On trouve aussi à Saint-Laurent plusieurs artisans, notamment des métiers liés au bâtiment, une entreprise d'horticulture, et une des deux fromageries semi-industrielles du Champsaur, dont la production, très variée, est vendue dans toute la région. L'un de ces fromages est dénommé saint-laurent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Santus Laurencius en 1152[1], Ecclesia de Santii Laurencii en 1179, Sanctus Laurentius de Croso en 1220, Sainct Loren en 1343[2].

Le Cros est un hameau, il est attesté sous la forme latine Crossum en 1377[2].

Sant-Laurenç-Dos-Cròs en occitan.

Si Saint Laurent est connu, un Cròs en occitan correspond à un creux. Ici, il semble que ce Cròs soit une doline peu profonde et fertile.

Laurent du Serre en 1793.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs éléments remontant à la période Gallo-romaine ont été mis au jour au hameau du Cros :

  • un buste d'Hermès, double de Jupiter Hamon (symbole du musée de Gap),
  • une main funéraire à l'annuaire bagué,
  • un bras d'enfant,
  • trois fragments d'une jambe au pied chaussé d'une crépide.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-Marie Amar[3] DVG Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 520 habitants[Note 1], en augmentation de 0,39 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8397678919189621 0101 0661 1181 081
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0631 0661 0691 0821 0891 0711 040945903
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
872848842728724670643621508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
456412351320332421501513520
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune possède un patrimoine religieux assez important :

  • Église paroissiale dédiée au saint patron de la commune, construite à partir de 1878 à l'emplacement d'un ancien édifice (mentionné dans le cadastre de 1836). L'édifice est formé d'un vaisseau à trois nefs, la nef centrale étant prolongée par une travée de chœur et une abside semi-circulaire ouvrant sur la sacristie, et d'un clocher-tour effilé et d'aspect imposant, dominant presque toute la commune.
  • Chapelle Sainte-Marie-l'Égyptienne au hameau du Cros, datant probablement de la seconde moitié du XIXe siècle, à l'emplacement d'une chapelle du XVIIIe siècle, et entourée d'un cimetière jusqu'au milieu du XXe siècle. L'édifice, composé d'une nef unique et d'un clocher-tour, est orné à l'intérieur d'un tableau au-dessus de l'autel représentant saint Antoine agenouillé au pied de la croix, œuvre remontant à la seconde moitié du XIXe siècle, probablement à la suite de l'incendie qui détruisit une partie importante du hameau du Cros en 1881 ; depuis lors, une messe est célébrée chaque année au mois de janvier en souvenir de cet événement.
Le temple de Saint-Laurent
  • Chapelle Saint-Roch, au hameau de Serre-Richard, construite en 1837 à la suite d'une épidémie de choléra de 1835, et bénie en 1838.
  • Temple protestant, un des deux plus importants du département, datant de 1886.

La commune compte aussi neuf oratoires et croix.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La commune possède trois fours : à Saint-Laurent, au Serre (hameau du Cros) et à Serre-Richard. Un quatrième a été détruit il y a plusieurs dizaines d'années au hameau du Cros (à l'emplacement de la placette actuelle face à la fromagerie Ebrard).

Subsistent au Cros quelques vestiges de l'ancien château seigneurial, résidence entre autres du seigneur Martin, oncle de François de Bonne de Lesdiguières.

On peut encore suivre le tracé de l'ancienne voie ferrée, jamais mise en service, qui descendait du col de Manse, faisait le tour de Serre-Richard, puis revenait sous le Cros pour rejoindre Brutinel[8] ; le pont sur la Bonne, à la limite de la commune de Laye, est en cours de restauration.

De même on peut reconstituer le tracé de l'ancien canal de Pont-du-Fossé, depuis le Bois de l'Ours, où il franchissait le Riou-Gras par un pont en maçonnerie, conservé mais détérioré, jusqu'au ravin de la Bonne, où il passait sur un autre pont-canal, conservé lui aussi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Formations dialectales (suite) et françaises, Page 1625.
  2. a et b Joseph Roman - Dictionnaire topographique du département des Hautes-Alpes.
  3. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 20 mars 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. L'association Le Pont blanc, de Forest-Saint-Julien, a balisé un parcours le long de cette voie au départ de Serre-Richard