Vitrolles (Hautes-Alpes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitrolles.
Vitrolles
Vergers.
Vergers.
Blason de Vitrolles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Tallard
Intercommunalité Communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance
Maire
Mandat
Philippe Biais
2014-2020
Code postal 05110
Code commune 05184
Démographie
Population
municipale
208 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 47″ nord, 5° 57′ 17″ est
Altitude Min. 545 m – Max. 1 455 m
Superficie 14,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Vitrolles

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Vitrolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vitrolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vitrolles

Vitrolles est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sept communes, dont deux avec le département limitrophe des Alpes-de-Haute-Provence, jouxtent Vitrolles[1] :

Communes limitrophes de Vitrolles
Esparron Sigoyer
Barcillonnette Vitrolles Lardier-et-Valença
Monêtier-Allemont Claret, Curbans
(Alpes-de-Haute-Provence)

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 20 (reliant Veynes à Plan-de-Vitrolles, au sud de la commune), 120 (reliant ce lieu-dit au chef-lieu), 220, 420 (reliant Barcillonnette à l'ouest et Lardier-et-Valença à l'est) et 1085 (ancienne route nationale 85) reliant Gap à Sisteron[1].

Une partie de l'autoroute A51 passe sur le territoire de la commune, longeant le canal EDF. L'accès le plus proche à l'autoroute s'effectue à La Saulce, en direction de Sisteron et de Marseille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme vient étymologiquement du latin « vitrolea » (verrerie).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l’église Saint-Martin dépendait de l’abbaye de Chardavon (actuellement dans la commune de Saint-Geniez), abbaye qui percevait les revenus attachés à cette église[2].

Vitrolles faisait partie du canton de Barcillonnette, formé en 1791 du démembrement du canton de Mison, dans les Basses-Alpes. Ce canton et les trois communes qui le composent (Barcillonnette, Vitrolles et Esparron) sont détachées des Basses-Alpes en janvier 1810[3] pour être réunis aux Hautes-Alpes. Depuis mars 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Tallard[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995   Gilbert Richier DVD  
mars 2001 2014 Claudie Joubert    
mars 2014 en cours Philippe Biais[5] MoDem Cadre comptable

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vitrolles fait partie:

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 208 habitants, en diminution de -1,89 % par rapport à 2009 (Hautes-Alpes : 2,89 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
388 374 407 423 427 436 413 403 393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
355 328 316 322 343 350 319 298 268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237 236 211 196 206 198 193 179 177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
183 182 155 137 134 139 204 204 208
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vitrolles ne possède aucune école[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Vitrolles sur Géoportail.
  2. Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), carte 72
  3. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 110.
  4. Décret no 2014-193 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Hautes-Alpes.
  5. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 21 mars 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Annuaire des écoles publiques - Rentrée 2015 » [PDF], Direction des Services Départementaux de l'Éducation Nationale des Hautes-Alpes (consulté le 24 octobre 2015).