Eygliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eygliers
Eygliers
Église Saint-Antoine d'Eygliers.
Blason de Eygliers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Guillestre
Intercommunalité Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras
Maire
Mandat
Anne Chouvet
2014-2020
Code postal 05600
Code commune 05052
Démographie
Population
municipale
776 hab. (2016 en augmentation de 5,01 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 37″ nord, 6° 38′ 04″ est
Altitude Min. 881 m
Max. 2 670 m
Superficie 30,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Eygliers

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Eygliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eygliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eygliers

Eygliers est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

À proximité de la place forte de Mont-Dauphin, commune totalement enclavée dans celle d'Eygliers, érigée par Vauban en 1693.

Village situé à 6 km de Guillestre et 2 km de Mont-Dauphin.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village d'Eygliers est membre du Parc naturel régional du Queyras.

La place-forte de Mont-Dauphin a été inscrite en juillet 2008 par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial, avec onze autres sites édifiés par Vauban sur le territoire français. Partant du constat que les dispositifs de protection actuels ne couvrent qu'imparfaitement l'environnement paysager du bien, le plan de gestion, de conservation et de développement durable du site de Mont-Dauphin prévoit la mise en place d'une zone tampon autour de la place-forte[1].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[2],[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Plan d'eau d'Eygliers.

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

  • rivière la Durance[5],
  • Plan d'eau d'Eygliers,
  • torrents le guil[6], de la valette, le cristillan, de garnier, de la reynaude, de rastel, le bachas, de la combe loubatière, de palps,
  • ruisseau le riéou.

Eygliers dispose d'une station d'épuration d'une capacité de 20 000 équivalent-habitants[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[8].

Article détaillé : Climat des Hautes-Alpes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Eygliers
Saint-Crépin Arvieux
Réotier Eygliers
Guillestre
Enclave : Mont-Dauphin

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Le premier hameau habité d'Eygliers a été "La Font d'Eygliers" sur une ancienne voie de circulation qui traversait les Alpes.
  • Commune desservie par la N 94 et la D 371[9].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Eygliers est la francisation du Aigliers occitan alpin.

Le nom de la localité est attesté sous une forme latine Forestum de Eiglerii au XIIIe siècle[13], De Eigleriis[14].

Forestum vient du bas-latin forestis et de forum « tribunal » : la forêt relevant de la cour de justice du roi. Un territoire soustrait à l'usage général, dont le roi se réserve la jouissance[15]. Exemple : Forest (Bruxelles). Là il n'y a rien à voir avec les habituels "Forest" de cette région qui eux viennent du latin foras, qui ont donné fora en occitan, francisés en forest signifiant "hors de", désignant des constructions d'estive à l'écart[14]. Ici, dans les Alpes du Sud, pour la forêt ont dit bosc.

Le toponyme Aigliers a pour origine la racine latine Aqua, en patois Aiga (« eau »).

Le débit important de la fontaine du gros, ou une autre source aux caractéristiques remarquables, a pu générer ce toponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette paroisse n'en fit qu'une seule jusqu'au XVe siècle avec celle de Saint-Crépin, sous le vocable de Notre-Dame[16]. Le village s'appellera successivement Saint Antoine du Bouchet jusqu'en 1700 (Bouchet est l'ancien nom du plateau de MontDauphin) puis le Quartier du Roy, et enfin Eygliers.

A partir de 1693 Vauban a entrepris la construction de la place forte de Mont-Dauphin. Eygliers s'est détachée de Mont-Dauphin en 1791[17],[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour deux ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à trois journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour cinq ans à partir de 1855.

Depuis 1871, les maires sont élus par le conseil municipal à la suite de son élection au suffrage universel.

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[19] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 044 000 , soit 1 346  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 854 000 , soit 1 101  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 780 000 , soit 1 005  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 515 000 , soit 603  par habitant.
  • endettement : 340 000 , soit 438  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,59 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 13,41 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 104,18 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 852 [20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Denise Galletti
puis Agnès Feuillassier
puis Louis Abrard
PRG  
mars 2008 mars 2014 Jean Morel DVG  
mars 2014 En cours Anne Chouvet[21] SE Agricultrice

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Eygliers fait partie:

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24].

En 2016, la commune comptait 776 habitants[Note 1], en augmentation de 5,01 % par rapport à 2011 (Hautes-Alpes : +1,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
692672700618750743755780805
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
783739688659671698607571549
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
542512523465442425420403371
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
415414403502596697738744749
2013 2016 - - - - - - -
761776-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements :

  • École maternelle,
  • École primaire,
  • Collèges à Guillestre, L'Argentière-la-Bessée, Embrun,
  • Lycées à Embrun.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[27] :

  • Médecins à Guillestre, Risoul,
  • Pharmacies à Guillestre, Risoul,
  • Hôpitaux à Embrun, Aiguilles, Briançon.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le Comité des Fêtes organise chaque 2ème mardi du mois une soirée animation jeux de société à la salle polyvalente[28].
  • Les veillées d'Eygliers.

Associations, activités, services[modifier | modifier le code]

  • L'accueil de loisirs sans hébergement[29].
  • L'Arbre de vie[30].
  • Maison d'assistantes maternelles[31].

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Une centrale hydroélectrique utilisant les eaux du Guil est installée sur la commune depuis 1981[33].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Coopérative agricole laitière Guil et Durance[34].
  • Yourtes à la ferme Vauban[35].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité[40] :
    • Boulangerie la Galette de Vauban, la Huche A Pain à Eygliers.
    • Commerces et services de proximité à Guillestre et environs[41].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Antoine[42],[43],[44],[45],[46],[47],[48].
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste dite chapelle des Combattants[49]
  • Chapelle de Pénitents[50].
  • Chapelle Notre-Dame puis Sainte-Marie-Madeleine[51].
  • Chapelle Saint-Barthélémy[52].
  • Monument aux morts[53].
  • Horloge publique, cadran solaire[54].
  • Patrimoine architectural rural :
  • Le patrimoine géologique : la main du Titan et les gorges du Guil[61].
  • Le sentier des marmottes et le socle de Montdauphin[62].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Eygliers.

Le blason de la ville : de sinople au saint Guillaume d'argent, nimbé d'or, ceinturé de sable et tenant de sa senestre un bâton de sable, accosté de deux moutons d'argent[63].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Saint Guillaume d'Eygliers († 1046), ou Guillaume de Calme[64], berger au monastère de Calme, étudia au monastère d'Oulx, puis à Avignon, devint prieur de la communauté de Notre-Dame de Calme ; célébré le 31 mars [65],[66].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le projet de classement au titre des sites des abords de la place-forte de Mont-Dauphin
  2. Didacticiel de la règlementation parasismique
  3. Information sur les risques majeurs : Risque sismique (département des Hautes Alpes)
  4. L'eau dans la commune
  5. La Durance, rivière en Provence
  6. La légende de la Rue des Masques (Guillestre)
  7. Description de la station GUILLESTRE
  8. Table climatique
  9. Lieux et itinéraires
  10. « Gare d'Eygliers dite gare de Mont-Dauphin », notice no IA05000627, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Transports en commun régionaux
  12. Approbation du PLU 2019
  13. Les toponymes des communes
  14. a et b André Faure, Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes, Gap, ESPACI OCCITAN, , 412 p. (ISBN 2-9131-3100-X)
  15. Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL)
  16. Tableau historique des hautes-Alpes: Eygliers
  17. Mont-Dauphin
  18. « présentation de la commune d'Eygliers », notice no IA05000250, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Les comptes de la commune
  20. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  21. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  22. Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté de communes du Guillestrois et du Queyras par fusion des communautés de communes du Guillestrois et de l'Escarton du Queyras » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-010, Préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 30 novembre 2016).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  27. Professionnels et établissements de santé
  28. Festivités – Animations
  29. L'accueil de loisirs sans hébergement
  30. Pratique du Reiki Usui, ADN et Karuna
  31. Maison d'assistantes maternelles
  32. lieux de culte d'Eygliers
  33. Jean-Paul Clébert et Jean-Pierre Rouyer, La Durance, Privat, Toulouse, 1991, dans la collection Rivières et vallées de France, (ISBN 2-7089-9503-0), p. 152
  34. « Coopérative agricole laitière Guil et Durance », notice no IA05000955, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. Yourtes à la ferme Vauban
  36. Sentiers de Grande Randonnée en Provence
  37. Camping du Lac des Iscles
  38. Hôtel Lacour
  39. Chambres d'hôtes
  40. Commerces de proximité
  41. Commerces et services de proximité à Guillestre et environs
  42. Pays Guillestrin : dépliant richesse de notre patrimoine : L'église Saint-Antoine d'Eygliers
  43. « Eglise », notice no PA00080565, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. « église paroissiale Saint-Antoine », notice no IA05000923, base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. Peintures murales de l'église Saint-Antoine
  46. Notice no IM05002337, base Palissy, ministère français de la Culture peinture monumentale : Le Miracle du pèlerin pendu sauvé par saint Jacques
  47. Notice no PM05001493, base Palissy, ministère français de la Culture tableau : saint Antoine guérissant une possédée
  48. Notice no IM05002245, base Palissy, ministère français de la Culture tableau : Saint Antoine guérissant une possédée
  49. « chapelle Saint-Jean-Baptiste dite chapelle des Combattants », notice no IA05000927, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. « chapelle de pénitents », notice no IA05000926, base Mérimée, ministère français de la Culture
  51. « chapelle Notre-Dame puis Sainte-Marie-Madeleine », notice no IA05000924, base Mérimée, ministère français de la Culture
  52. « chapelle Saint-Barthélémy », notice no IA05000263, base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. Monument aux morts
  54. Horloge publique, cadran solaire
  55. « Fontaine lieu-dit la Font d'Eygliers », notice no IA05000954, base Mérimée, ministère français de la Culture
  56. « Fournil lieu-dit la Rua d'Amont », notice no IA05000266, base Mérimée, ministère français de la Culture
  57. « Fournil lieu-dit la Font d'Eygliers », notice no IA05000258, base Mérimée, ministère français de la Culture
  58. « Cellier lieu-dit la Goavie », notice no IA05000262, base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. « Les celliers de la commune d'Eygliers », notice no IA05000252, base Mérimée, ministère français de la Culture
  60. « Fontaine, lavoir », notice no IA05000255, base Mérimée, ministère français de la Culture
  61. La main du Titan et les gorges du Guil
  62. Le sentier des marmottes et le socle de Montdauphin
  63. Guillestrois : Eygliers, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  64. La vénération de Saint-Guillaume d'Eygliers ou Guillaume de Calme
  65. nominis.cef.fr Nominis : Saint Guillaume d'Eygliers.
  66. La chapelle de Saint-Guillaume et sa légende