Le Glaizil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Glaizil
Le Glaizil
Le château de Lesdiguières.
Blason de Le Glaizil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Saint-Bonnet-en-Champsaur
Intercommunalité Communauté de communes Champsaur-Valgaudemar
Maire
Mandat
Jean-Pierre Gauthier
2014-2020
Code postal 05800
Code commune 05062
Démographie
Population
municipale
174 hab. (2015 en diminution de 3,33 % par rapport à 2010)
Densité 7,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 16″ nord, 5° 59′ 00″ est
Altitude Min. 774 m
Max. 2 570 m
Superficie 21,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Le Glaizil

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Le Glaizil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Glaizil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Glaizil

Le Glaizil est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le Glaizil, en occitan haut-alpin, Lo Glaiziu, est attesté pour la première fois connue dans les écrits en 1271 ; il se retrouve sous la forme Glaysilium dans le cartulaire de l'abbaye de Valbonne, le Gleysil en 1516[1].

De l'occitan gleisa « église » et du suffixe diminutif -il ; « petite église »[1].

Ce toponyme ressemble à « Les Gleizolles » de Saint-Paul-sur-Ubaye qui lui pourrait bien venir aussi du latin l'ecclésia. Il rappellerait peut-être l'existence d'une église primitive en ces lieux[2]. L'église aurait brûlé au XIXe siècle et la tour a été détruite en 1960 car elle menaçait de s'écrouler. Le terme latin ecclésia peu recouvrir la notion d'église, mais non pas au sens du bâtiment, édifice, mais au sens d'un groupe de chrétien constitué, implantation monastique. Ce toponyme ressemble aussi, dans le même ordre d'idées, à Iglesia.

Le toponyme le Glaizil, semble plutôt désigner un lieu où la décomposition des marnes ou schistes a produit une quantité notable d'argile, ou de « terre glaise ». Le village du Glaizil regorge de terre glaise (sorte d'argile grise)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIe siècle, François de Lesdiguières, natif de Saint-Bonnet, chef des protestants du Champsaur, fit construire un château fort au lieudit les Diguières, au nord du village du Glaizil. Cette seigneurie lui permit de devenir « duc de Lesdiguières ».

La tour carrée du cimetière du Glaizil, positionnée au cœur de l'actuel cimetière, serait le vestige d'une église Romane et d'une tour de vigie construites vers le XIIe siècle au cœur même du village. L'église aurait brûlé au XIXe siècle et la tour a été détruite en 1960 car elle menaçait de s'écrouler.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1971 Joseph Garnier    
mars 1971 mars 1983 René Arques    
mars 1983 mars 1989 Marie-Hélène Servel    
mars 1989 avril 2007 Albert Mazet DVD  
avril 2007 en cours Jean-Pierre Gauthier[4] LR Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 174 habitants[Note 1], en diminution de 3,33 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
562324571562613580580635609
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
532625575558544531519511497
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
427428424329336291306306220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
195155168175169179166185174
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Du château de François de Bonne, construit à la fin du XVIe siècle, il reste aujourd'hui, au hameau qui porte encore le nom de Les Diguières, des ruines assez imposantes, qui disent assez bien l'importance du personnage, et de la position géographique du village à l'entrée du défilé du Drac, face à Saint-Firmin et son château[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François de Bonne, duc de Lesdiguières, maréchal de France, connétable de France et pair de France sous Henri IV et Louis XIII.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1513, (ISBN 2600028846).
  2. http://www.tchinggiz.org/toponymes-hautes-alpes.html
  3. Mémoire du ChampsaurLe Glaizil Archives - Page 6 à 12.
  4. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Château de Lesdiguières au Glaizil (YouTube).