Villard-Notre-Dame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villard-Notre-Dame
Villard-Notre-Dame
L'église Notre-Dame de l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Ophélie Brun
2020 - ...
Code postal 38520
Code commune 38549
Démographie
Population
municipale
27 hab. (2017 en augmentation de 3,85 % par rapport à 2012)
Densité 1,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 12″ nord, 6° 01′ 40″ est
Altitude Min. 720 m
Max. 3 023 m
Superficie 14 km2
Élections
Départementales Canton de l'Oisans-Romanche
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Villard-Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Villard-Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villard-Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villard-Notre-Dame
Liens
Site web http://villardnotredame.blog4ever.com

Villard-Notre-Dame est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

C'est l'une des communes les moins peuplées du département[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Guettou, la Grand'vie, le Charnier, Boutillon, le Prat, l'Essart, Lafont, le Creux, la Gardette.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « faille normale jurassique de la Jassirette » est un site géologique remarquable. En 2014, ce site d'intérêt tectonique est classé « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église de l'ancienne paroisse qui se dénommait alors Villard-Aimon ou Villard-Eymond est attestée dès le XIe siècle et était dédiée à la Vierge.

La mine de La Gardette est située en grande partie sur la commune de Villard-Notre-Dame, mais également pour une part moindre sur la commune de Bourg-d'Oisans. Elle a permis d’explorer différents filons de quartz aurifère au cours du XVIIIe et du XIXe siècle, sur différentes périodes de travaux, assez brèves pour cause d’insuccès. Si l’or natif a bien été découvert, sur deux siècles, il n’a pas été trouvé plus de 3 à 4 kg d’or. Par contre, cette mine est célèbre dans le monde entier pour la beauté ou la rareté des minéraux qui y ont été découverts, et plus particulièrement de magnifiques groupes de cristaux de quartz[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1959 Alfred Richard    
1959 1977 Clément Brun    
1977 2008 Jean-Jacques Berlioux FN Restaurateur
2008 2020 Philippe Brun   Artisan
2020 En cours Ophélie Brun    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2017, la commune comptait 27 habitants[Note 1], en augmentation de 3,85 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264237316222265199239228242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
249231216191182160154146131
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
128106100836556693437
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
71228202641323129
2013 2017 - - - - - - -
2627-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

L'entrée des mines d'or de La Gardette en 1907 environ. Devant l'entrée, Hippolyte Müller et le lieutenant des Chasseurs.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les dix plus petits villages de l’Isère », Isère Magazine, n. 138, octobre 2013, p. 26.
  2. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  3. « La mine de La Gardette : son histoire et ses minéraux », sur www.les-mineraux.fr, (consulté le 29 janvier 2017)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Richard Juillet, « La célébrissime mine de la Gardette », Isère Magazine, no 142,‎ , p. 33 (lire en ligne, consulté le 19 juin 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :