La Roche-des-Arnauds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Roche-des-Arnauds
La Roche-des-Arnauds
Vue du village depuis la Tour.
Blason de
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Intercommunalité Communauté de communes Buëch-Dévoluy
Maire
Mandat
Maurice Chautant
2020-2026
Code postal 05400
Code commune 05123
Démographie
Population
municipale
1 528 hab. (2019 en augmentation de 4,23 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 50″ nord, 5° 57′ 25″ est
Altitude Min. 885 m
Max. 2 709 m
Superficie 53,75 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Gap
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Veynes
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roche-des-Arnauds
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roche-des-Arnauds
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Roche-des-Arnauds
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
La Roche-des-Arnauds

La Roche-des-Arnauds est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, à proximité de Gap.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Roche-des-Arnauds est traversée par le Petit Buëch (au premier plan) ; au fond la Tête de Clappe (2021 m).

La Roche-des-Arnauds est un village situé dans les Hautes-Alpes entre Gap et Veynes.

L'agglomération de la Roche-des-Arnauds est située en bordure nord de la large plaine alluviale qui s'étend vers l'ouest, depuis La Freissinouse, en direction de Montmaur. Cette plaine s'étend vers le sud sur près de 2 km jusqu'à Manteyer, où elle est dominée par les ravines qui mettent à nu les Terres Noires du pied de la montagne de Céüse.

Le village se trouve plus précisément au débouché du cours supérieur du Petit Buëch, qui se détourne là vers l'ouest après s'être échappé en gorges des montagnes de Rabou. On peut se demander pourquoi ce torrent ne poursuit pas plutôt son cours vers le sud-est, à travers le seuil de la Freissinouse, pour rejoindre le sillon de Gap, qui est tout proche puisqu'il n'en est séparé par aucune barrière rocheuse. La cause en est clairement la diffluence glaciaire wurmienne de La Freissinouse à la faveur de laquelle une langue de glace durancienne s'engageait dans la plaine de Manteyer : cette langue a obligé le Buëch à longer le bord nord de cette langue de glace, en direction de l'ouest puisque c'est dans cette direction que s'abaissait la surface de la glace À la différence de son versant sud le versant nord de la plaine du Buëch s'élève en pente douce sur un soubassement de Terres Noires que domine la corniche tithonique. Ce talus résulte de l'affouillement des marnes du cœur de ce pli par les langues glaciaires diffluentes, au cours des différentes glaciations (jusqu'au stade 2 du Würm, le stade 3 n'ayant pas dépassé le seuil de la Freissinouse). De part et d'autre de l'entaille du torrent se manifestent cependant quelques dissemblances.

En rive occidentale le garnissage d'alluvions quaternaires laisse voir de larges affleurements du bedrock. On y constate un redoublement de la succession, l'Argovien de la Roche-des-Arnauds s'enfonçant sous les Terres Noires qui affleurent au niveau du replat des Roux. La cartographie montre clairement que ce chevauchement de la Roche-des-Arnauds est ployé en anticlinal au cœur d'un anticlinal de la Clappe d'axe N-S, franchement déversé vers l'ouest que dessine de façon spectaculaire le barre tithonique (plus à l'ouest il est également affecté, de la même façon par le synclinal de Matacharre).

Panorama de La Roche-des-Arnauds.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Roche-des-Arnauds est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gap, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (17,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (16,9 %), terres arables (12,5 %), zones agricoles hétérogènes (10,9 %), prairies (4,8 %), zones urbanisées (2,2 %), cultures permanentes (1,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Rupes en 1134[8], Rupes Arnaudorum en 1180[9].

Rupes, mot latin, qui désigne une paroi naturelle et rocheuse ; ce que l'on retrouve bien à La Roche-des-Arnauds.

Rupes (Roche), connue sous le toponyme Rupes Arnaudorum (Roche-des-Arnauds) rappelle ainsi l'appartenance de ce territoire à la famille « de Flotte » ; famille dont le prénom Arnaud était porté de père en fils.

La Ròcha dels Arnauds en occitan vivaro-alpin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Au XIe siècle, les comtes de Valentinois possédaient le domaine de la Roche, qui était bien trop loin de leurs terres. Lorsqu'ils voulurent chasser les envahisseurs de leurs terres, ils appelèrent à l'aide certaines familles dont les de Flotte qui s'installèrent à la Roche vers 1020.

Le premier de Flotte connu à La Roche est Arnaud Ier, il fut suivi — entre autres — par 8 de Flotte prénommés Arnaud. C'est pourquoi la Roche est devenue : « la Roche des Arnauds ».

Par ailleurs, comme un héritage, le blason de la Roche des Arnauds est identique à celui de la famille de Flotte.

Le village est réputé pour accueillir chaque année l'association « Les Arnaud de France » lors du (Saint Arnaud), tous ses membres (des hommes portant le prénom Arnaud) sont invités pour se recueillir, partager un apéro, discuter…

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Claude Amouriq    
mars 2008 En cours Maurice Chautant[10],[11]   Ingénieur ou cadre technique d'entreprise

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2019, la commune comptait 1 528 habitants[Note 3], en augmentation de 4,23 % par rapport à 2013 (Hautes-Alpes : +1,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9229049239011 0081 0191 0161 0071 011
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
982960950932895942988992940
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
903895783648654680727702654
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6706077117948459531 2221 4231 514
2019 - - - - - - - -
1 528--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre : l'église paroissiale de la Roche-des-Arnauds est sous le vocable de Saint-Pierre. Elle a été remaniée à plusieurs reprises. Dans le mur du clocher est encastré un buste de saint Pierre de face.

Le clos des pénitents blancs, situé en contrebas de l'église Saint-Pierre, est toujours présent (même si aujourd'hui il est habité), et se termine par la magnifique bâtisse appelée le Château.

À propos de l'église, le général Roger Moures, dans son livre Le Comté de la Roche des Arnauds et la haute vallée du petit Buëch, relate que la construction date de 1402 comme en fait foi l'inscription latine en lettres gothiques porté au bas d'une très belle pierre sculptée surmontant la porte latérale : « l'an du seigneur 1402 et 2 du moi de juin, fut commencée l'église de Saint-Pierre apôtre par maître Jean Bavonie. Priez le seigneur ». Le buste de saint Pierre datant de la même époque.

La gare.

Concernant les pénitents blancs, le général Moures l'aborde dans son livre (p. 52) en quelques lignes : il s'agissait d'une confrérie qui participait activement à toutes les cérémonies religieuses organisées sur le territoire de la commune. Cependant, il n'a pas été possible d'après lui de déterminer l'emplacement exact de cette chapelle.

  • La gare de la Roche-des-Arnauds, située sur la ligne de chemin de fer de Veynes à Gap, n'est plus en service depuis 1989. Le bâtiment, datant de 1884, a été réhabilité et accueille une salle pour les associations ainsi qu'un logement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Dans les archives de l'abbaye de Durbon.
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations dialectales (suite) et françaises, 1998, p. 1682.
  10. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le )
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.