Champoléon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Champoléon
Champoléon
Vue des Borels au printemps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Saint-Bonnet-en-Champsaur
Intercommunalité Communauté de communes Champsaur-Valgaudemar
Maire
Mandat
Pierre-Lucien Escallier
2014-2020
Code postal 05260
Code commune 05032
Démographie
Gentilé Champoléards
Population
municipale
144 hab. (2016 en augmentation de 9,92 % par rapport à 2011)
Densité 1,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 17″ nord, 6° 15′ 42″ est
Altitude Min. 1 173 m
Max. 3 439 m
Superficie 98,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Champoléon

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Champoléon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champoléon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champoléon

Champoléon est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Champoléards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Champoléon est située dans la haute vallée du Champsaur, sur le Drac Blanc, à 23 km de Saint-Bonnet-en-Champsaur. La commune est constituée de plusieurs hameaux (classés ci-dessous de l'entrée de la vallée vers le fond) : Laye, les Garnauds, les Eyrauds, les Rolands, les Arieys, les Blancs, le Clapier, les Martins, les Gubias, les Borels (chef-lieu), Méollion[1], les Fermonds, les Gondoins, le Châtelard, les Baumes, les Clots, les Auberts[2].

La vallée de Champoléon est appréciée des randonneurs (GR 54) et est entourée de nombreux sommets dont plusieurs dépassent 3 000 m :

Les Fermonds, la vallée du Tourond et au fond le massif des Écrins (mars 2018).
L'aiguille de Cédéra vue du haut des pistes d'Orcières-Merlette.
  • 3 441 m le Sirac, point culminant de la vallée du Champsaur.
  • 3 328 m pointe de Verdonne
  • 3 250 m pointe de Chabournéou
  • 3 179 m pointe des Rougnoux
  • 3 163 m Vieux Chaillol
  • 3 161 m pointe de Chanteloube
  • 3 116 m pic de Mal Cros
  • 3 101 m pointe des Bouchiers
  • 3 086 m pointe des Estaris
  • 3 085 m têtes de Malcros
  • 3 076 m pic de Parières
  • 3 058 m les Choucières Vertes
  • 3 058 m aiguille des Espères
  • 3 052 m pointe des Moutières
  • 2 986 m aiguille de Morges
  • 2 985 m pic de la Cavale
  • 2 959 m pointe des Rousses
  • 2 955 m pic du Mourre la Mine
  • 2 953 m sommet de Prelles
  • 2 935 m pic de Clapouse
  • 2 923 m aiguille Fourchée
  • 2 909 m aiguille de Cédéra

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Campolivus en 1377, Champolinus en 1390, Champolion en 1516, Champolieu en 1557 et Champollion en 1572.

Les formes de 1377 et de 1557 sont interprétées comme un composé de campus, « champ », et d’ olivus, « olivier ». Les autres formes seraient soit des erreurs de copiste soit des réfections tardives.

L'étymologie de Champoléon viendrait soit du latin Campus Albinus, le « Champ Blanc », soit de campulionem qui dérive de cumpulus qui signifie "petit champ"[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Joachim Moynier    
    Roland Pascal    
2001 En cours Pierre-Lucien Escallier[4] DVG Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 144 habitants[Note 1], en augmentation de 9,92 % par rapport à 2011 (Hautes-Alpes : +1,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552426576465691714714702722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
713722770656594563560560554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
510534505456402344282246216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
193135110116102113122124125
2013 2016 - - - - - - -
140144-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La maison du berger
  • Chapelles montagnardes
  • Lacs de Crupillouse : Le site, situé au centre d'un cirque naturel, avait été pressenti pour la création d'un lac artificiel et de production électrique. Le projet n'a heureusement pas eu de suites. Il ne reste de ce projet que le très bon sentier muletier qui permet de monter aux lacs (4 h de marche).

Spécialités[modifier | modifier le code]

  • Tomme de Champoléon
  • le Tardon

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. hameau accessible uniquement à pied, 1 h 20 de marche depuis les Borels ; attention aux vipères aspics
  2. hameau ruiné et désormais inhabité
  3. André Faure, Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes, Gap, ESPACI OCCITAN, , 412 p. (ISBN 2-9131-3100-X)
  4. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.