Saint-Sauveur (Hautes-Alpes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur.

Saint-Sauveur
Saint-Sauveur (Hautes-Alpes)
Église de Saint-Sauveur.
Blason de Saint-Sauveur
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Embrun
Intercommunalité Communauté de communes de Serre-Ponçon
Maire
Mandat
Chantal Roux
2014-2020
Code postal 05200
Code commune 05156
Démographie
Population
municipale
477 hab. (2016 en augmentation de 9,66 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 30″ nord, 6° 31′ 16″ est
Altitude Min. 791 m
Max. 2 420 m
Superficie 24,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur

Saint-Sauveur est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Structure de l'habitat[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sauveur n'a jamais comporté de véritable village à son chef-lieu : la mairie et l'ancienne école sont venues s'agglomérer à l'église et au presbytère, isolés dans un lieu relativement central entre les principaux hameaux. Parmi ces derniers, on peut citer les Salettes, les Gaillards, les Manins, le Coin, le Serre.

L'urbanisation s'effectue de nos jours principalement dans la partie basse de la commune (Pied de Chanchorre, Beauvoir), limitrophe du village de Baratier, avec la construction de lotissements et d'immeubles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Saint-Sauveur
Embrun Saint-André-d'Embrun
Saint-Sauveur Crévoux
Baratier Les Orres

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 39a (liaison de la D 39 Embrun - Crévoux-aux-Sallettes) et 40 (liaison d'Embrun-aux-Orres)[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Santus Salvator au XVIe siècle, en 1321, qui est une des locutions qui désigne Jésus-Christ.

Des moines et autres copistes spécifient bien sa localisation dans la forêt d'Embrun. Le village doit donc son nom à un sanctuaire présent dans ce qui était alors la forêt d'Embrun.

Le Sant-Sauvaire, en occitan, est devenu un Saint-Sauveur en français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Gaspard Cézanne   Notaire
mars 2001 mars 2008 Catherine Mac Veigh DVD  
mars 2008 mars 2014 Gérard Monod    
mars 2014 En cours Chantal Roux[2] DVD Employée
Membre du bureau communautaire[3]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 477 habitants[Note 1], en augmentation de 9,66 % par rapport à 2011 (Hautes-Alpes : +1,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808870899832878900933893817
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
817792747760672732747690635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
562546561453428415382311262
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
223202202270298392431436430
2016 - - - - - - - -
477--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Transfiguration située au chef-lieu, créée au XVe siècle. Le clocher fut classé aux monuments historiques en 1949 puis totalement en 1984. De nombreuses peintures murales ont été rénovées récemment.
  • Chapelle Saint-Claude située aux Salettes.
  • Table d'orientation des Manins, créée en 2010. De ce lieu, il est possible d'admirer tous les sommets alentour du Pouzenc aux Aiguilles de Chabrières ainsi que la vallée près d'Embrun, le lac de Serre-Ponçon et la Durance.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Paul Cézanne (19 janvier 1839 à Aix-en-Provence, France – 22 octobre 1906 à Aix-en-Provence) est un peintre français. Membre du mouvement impressionniste, il est l'auteur de nombreux paysages de Provence, et particulièrement de la campagne d'Aix-en-Provence. Il a notamment réalisé plusieurs toiles ayant pour sujet la montagne Sainte-Victoire. Ami d'enfance de l'écrivain Émile Zola qu'il rencontra à Aix-en-Provence, il se brouillera avec lui dans ses dernières années.

Les ancêtres du peintre Paul Cézanne sont originaires de la commune de Saint-Sauveur à côté d'Embrun dans les Hautes-Alpes (acte d'état civil de la ville d'Aix-en-Provence précisant le mariage de Honnoré Cézanne avec Madeleine Boyer le 22/11/1654. Cet acte précise que le père de Honnoré Cézanne est Claude Cézanne marié à Antoinette Blain, originaire de Saint-Sauveur, diocèse d'Embrun). Un des enfants de cette famille est venu s'installer en 1654 en Provence.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Saint-Sauveur sur Géoportail.
  2. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 20 mars 2015).
  3. « Election des vice-présidents du 14 avril 2014 » [PDF], Communauté de communes de l'Embrunais (consulté le 25 octobre 2015).
  4. Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté de communes de Serre-Ponçon par fusion des communautés de communes de l'Embrunais et du Savinois Serre-Ponçon et extension aux communes de Chorges et Pontis » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-015, Préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 30 novembre 2016).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.