Réotier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Hautes-Alpes
Cet article est une ébauche concernant une commune des Hautes-Alpes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Réotier
La fontaine pétrifiante en hiver.
La fontaine pétrifiante en hiver.
Blason de Réotier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Guillestre
Intercommunalité Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras
Maire
Mandat
Marcel Cannat
2014-2020
Code postal 05600
Code commune 05116
Démographie
Population
municipale
198 hab. (2014)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 53″ nord, 6° 35′ 26″ est
Altitude Min. 871 m – Max. 3 086 m
Superficie 22,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Réotier

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Réotier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Réotier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Réotier
Liens
Site web reotier.fr

Réotier est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noté Mons Reortierus au XIIe siècle, Réotier a pour origine la racine pré-latine ras-, dérivée de car- qui désigne une hauteur, un rocher[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Réotier Blason D'argent au lion de sable armé et lampassé de gueules, au chef de sinople chargé de deux huchets d'or liées de gueules[2].
Détails

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'acquisition de l’Embrunais en 1342, le Dauphin nomma un châtelain à Réotier afin de protéger ses sujets contre les usurpations, supposées ou réelles, de l'archevêque d'Embrun, alors seigneur de Guillestre. Lorsque la puissance des archevêques eut été amoindrie par l’influence croissante en Dauphiné du roi de France, la châtellenie de Réotier n’eut plus de raison d’être.

Les mêmes magistrats étaient généralement titulaires de la châtellenie d’Embrun et de celle de Réotier. Cependant, au moins trois châtelains de Réotier ne le furent pas d’Embrun : Guillaume d’Entrevennes (1284), Merlin Morel (1372) et Jacques Gontier (1479-1483).

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Marcel Cannat[3] DVD Retraité Fonction publique
Conseiller départemental (2015-)
Conseiller général (2001-2015)

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Réotier fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 198 habitants, en diminution de -1,49 % par rapport à 2009 (Hautes-Alpes : 2,89 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
576 526 559 436 493 540 566 576 570
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
610 540 528 488 516 520 509 505 453
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365 353 360 300 292 272 259 201 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
172 163 132 128 136 161 178 201 198
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine pétrifiante de Réotier. France
  • L'église Saint-Michel, entièrement rénovée avec des fonds publics mais non reconnue par l'Église catholique.
  • La fontaine pétrifiante de Réotier. Un phénomène chimique est à son origine : l'eau chaude chargée en calcium remonte par un système de failles associées à la Durance. Une fois à l'air libre, les réactions chimiques la chargent en carbonate de calcium qui trop lourd se dépose en couches successives pour former des draperies de concrétions. Elle est située sur la même ligne que la source du plan de Phazy, à 2 km de là sur la grande faille de la Durance[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Faure, Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes, Gap, ESPACI OCCITAN, , 412 p. (ISBN 2-9131-3100-X)
  2. Vexillologie provençale
  3. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes,‎ (consulté le 19 mars 2015).
  4. Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté de communes du Guillestrois et du Queyras par fusion des communautés de communes du Guillestrois et de l'Escarton du Queyras » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-010, Préfecture des Hautes-Alpes,‎ (consulté le 30 novembre 2016).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Page internet sur la fontaine pétrifiante de Réotier. Présente des informations sur la géologie du lieu.