Château-Ville-Vieille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château (homonymie).
Château-Ville-Vieille
La mairie à Château-Queyras
La mairie à Château-Queyras
Blason de Château-Ville-Vieille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Guillestre
Intercommunalité Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras
Maire
Mandat
Jean-Louis Poncet
2014-2020
Code postal 05350
Code commune 05038
Démographie
Population
municipale
338 hab. (2014)
Densité 5,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 27″ nord, 6° 47′ 30″ est
Altitude Min. 1 229 m – Max. 3 280 m
Superficie 66,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Château-Ville-Vieille

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Château-Ville-Vieille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Château-Ville-Vieille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Château-Ville-Vieille

Château-Ville-Vieille est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Château-Queyras au XIXe siècle illustré par Victor Cassien (1808 - 1893).

La commune est constituée de Château-Queyras et de Ville-Vieille.

Les lieux-dits de Prats-hauts et Prats-bas, de Montbardon, Souliers et Meyriès dépendent de la commune de Château-Ville-Vieille.

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution française, Château-Queyras est atteint par la grande Peur le 2 août 1789 : une rumeur se répand selon laquelle des Piémontais, appartenant à un complot aristocratique, courent la campagne pour la ravager et contrer la Révolution[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en occitan est Chastèu Vila Vielha[2]. Ceci regroupe deux éléments distincts :

  • Château-Queyras se retrouve cité dès 1301 dans les archives de la ville de Guillestre sous sa forme latine de Castrum "Cadrassi" ou "Quadratium" (Carte G. de l'Isle, 1711) soit "Château carré". Il apparaîtra au cours des âges dans de nombreux documents et sous sa forme latinisée. C'est en 1568, le latin perdant son rôle prépondérant par l'ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539, qu'il est alors cité sous sa forme occitane dans le pouillé d'Embrun.
  • Vila-Vielha ou Ville-Vieille est l'autre paroisse formant la commune. Cette paroisse est, peut- être, citée comme vuilla vitole en 739 dans le testament du patricius Abbon, le fondateur de l'abbaye de la Novalaise (Suse) et dont le parchemin se trouve à Turin dans les Archives nationales.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville:
D'azur à la bande componée d'or et de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jacky Pascal    
mars 2008 en cours Jean-Louis Poncet[3] DVD Commerçant, conseiller général

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Château-Ville-Vieille fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

On comptait 199 feux en 1339, 67 feux en 1383, 127 feux en 1390 et 102 feux en 1433[4].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 338 habitants, en augmentation de 1,81 % par rapport à 2009 (Hautes-Alpes : 2,89 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 991 1 286 1 276 1 378 1 329 1 326 1 272 1 210
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 196 1 061 1 078 1 000 911 906 949 866 821
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
852 847 766 503 558 460 555 374 438
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
313 304 283 268 271 321 301 337 338
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • le docteur Guillaume Ferrus, né à Château-Queyras en 1784. Chirurgien militaire sous le Premier Empire, par la suite médecin aliéniste, puis médecin-chef des établissements pénitentiaires du royaume (1845). Commandeur de la Légion d'honneur.
  • Le docteur Rozan, né en 1823 à Château-Ville-Vieille, est médecin militaire sous le Second Empire. Il dirige le service médical de l'armée en Italie, lors de la bataille de Mentana. Maire de Château-Ville-Vieille et conseiller général, il est surtout connu des historiens de la médecine pour son ouvrage de 1866 intitulé : Nouvelle physiologie du mariage - de l'ignorance du mari et des déceptions de l'épouse, livre admiré par Michelet et l'un des tout premiers, en France, manuels d'éducation sexuelle[14].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Vovelle, « carte 154 : Les Troubles de Provence en 1789 », in Baratier, Duby & Hildesheimer, Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017)
  2. Toponimia Occitana e Senhalizacion bilingüa. Actas del Congrés d'Aush, 2007, publié par le CROM, carte pg. 73
  3. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  4. Fabrice Mouthon, « L'inventaire du bétail dans une communauté alpine à la fin du XIVe siècle », Histoire & Sociétés Rurales 1/2007 (Vol. 27), p. 91-120
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Inventaire général : château fort dit Fort Queyras », notice no IA00124863, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Église paroissiale Saint-André à Ville-Vieille », notice no PA00080548, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Inventaire général : Eglise Paroissiale Saint-André », notice no IA00124896, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Inventaire général : Église Paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Théoffrey », notice no IA00124882, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Inventaire général : Église paroissiale Sainte-Marie-Salomé », notice no IA00124860, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Aristide Albert, Biographie-Bibliographie du Briançonnais, Gap, 1880