Arvieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Avrieux.

Arvieux
Arvieux
La mairie
Blason de Arvieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Guillestre
Intercommunalité Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras
Maire
Mandat
Philippe Chabrand
2014-2020
Code postal 05350
Code commune 05007
Démographie
Population
municipale
363 hab. (2015 en diminution de 3,2 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 02″ nord, 6° 44′ 23″ est
Altitude Min. 1 138 m
Max. 2 910 m
Superficie 72,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Arvieux

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Arvieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arvieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arvieux

Arvieux est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes (05) en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Arvieux se situe au pied du col d'Izoard dans la vallée d'Arvieux. Elle se compose de plusieurs hameaux, les plus importants étant, outre celui d'Arvieux même, ceux de la Chalp et de Brunissard. Les habitants sont les Arvidans. Au long de la vallée coule l'Aigue d'Arvieux, parfois simplement appelée la rivière d'Arvieux.

La vallée entre Brunissard et Arvieux

La commune est plus précisément composée des hameaux suivants, classés en partant du sud en remontant le long de la vallée vers le col d'Izoard situé au nord de la commune.

  1. Les Escoyères, Ce premier hameau, situé au bout d'une petite route en lacets partant à l'ouest de la combe du Guil, est situé à 1532 m d'altitude en surplomb à l'adret. On y découvre la chapelle Sainte Marie Madeleine, construite au XVIIe siècle dont les ouvertures au-dessus des portes sont réalisés avec une stèle romaine (cf la partie Histoire) ainsi que deux cadrans solaires de Giovanni Francesco Zarbula.
  2. Villargaudin ou Villard-Gaudin à 1593 m d'altitude sur une autre route à l'ouest au bas de la vallée, avec au bout le Queyron.
  3. Les Moulins à 1410 m ainsi nommé car il y avait ici autrefois plusieurs moulins construits grâce à la puissance de l'Aigue d'Arvieux.
  4. Le Pasquier situé à 1570 m d'altitude à mi-pente sur le versant est.
  5. Les Maisons situé à 1690 m un peu plus haut sur le même versant de la vallée.
  6. Le bourg d'Arvieux ou la ville à 1550 m au centre de la vallée. C'est le chef-lieu de la commune. On y trouve l'église St-Laurent qui date du XVIe siècle ainsi que le temple protestant (XIXe siècle). De la ville on peut accéder à pied à Furfande.
  7. Le Coin un petit hameau à 1600 m, à l'ouest d'Arvieux.
  8. La Chalp à 2 km au nord d'Arvieux plus haut dans la vallée, à 1680 m d'altitude. La Chalp est une appellation fréquente dans les Alpes et signifie pâturage. On y trouve une station de montagne.
  9. Brunissard enfin qui est le dernier hameau de la commune, situé au milieu de prairies à 1760 m d'altitude. La vallée s'y sépare en deux avec au nord-ouest le chemin du col des Ayes, des alpages de Clapeyto et du col de Néal et au nord-est le col d'Isoard (ou Izoard).

La commune possède en outre plusieurs hameaux constitués de chalets d'alpages. Les plus importants sont ceux de Furfande et de Clapeyto.

La commune est bordée, au sud, par le Guil. Elle est entourée de hautes montagnes du massif du Queyras dont le point culminant sur le territoire de la commune est le pic du Béal Traversier, à 2912 m. On atteint la vallée voisine et Briançon en franchissant le col d'Izoard.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Arveolum en 1311. Selon André Faure, le nom viendrait du substrat méditerranéen ar, d'origine proche-orientale, qui désigne les torrents[1].

Arvieus en provençal, semble provenir d'un radical méditerranéen signifiant « eau courante, torrent » et dérive du nom de la rivière l'Arve affluent du Rhône.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'un des monuments les plus anciens du village, et de la valée de l'Izoard, le Campanile de Brunissard, est à lui-seul un résumé passionnant de la vie économique, culturelle et sociale dans les Hautes-Alpes, tout particulièrement dans le Queyras[2].

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'histoire ancienne d'Arvieux est mal connue. Occupé dès l'Antiquité, Arvieux était la première vallée à laquelle on accédait lorsque l'on passait par le col Néal qui était probablement une voie d'accès antique pour accéder au haut Queyras. La deuxième voie d'accès, sans doute prépondérante, reliait directement le bassin de la Durance au Queyras par une voie romaine qui partait du hameau de Gros (commune d'Eygliers) en passant par les Escoyères qui étaient à l'époque romaine un possible lieu de prélèvement de "taxes" ; une partie de cette voie, en surplomb sur des falaises, est encore visible de nos jours (chemin de Charve).

Pendant l'antiquité, la région était habitée par un peuple gaulois nommé par les Romains les Quariates, nom formé probablement sur un racine celte signifiant "ceux du chaudron", et qui a donné son nom au Queyras. Le nom de Quariates est attesté sur une pierre romaine découverte dans la chapelle Sainte-Marie-Madeleine des Escoyères. Sur cette pierre tronquée, on peut y lire une inscription latine, qui mentionne un dénommé Albanus frère de Bussulus, préfet des Capillates, des Savincates (peuple vivant probablement dans la vallée de Savines), des Brigani (peuple de Briançon), et des Quariates (qui ont donc donné leur nom au Queyras).

Moyen Âge - l'Escarton du Queyras[modifier | modifier le code]

La région subit plusieurs invasions à partir de la fin de l'Empire Romain, dont plusieurs incursions Sarrazines. Certains prétendent qu'à cette occasion le Queyras aurait été déserté, mais cet éventuel abandon qui n'a laissé aucune trace reste peu probable.

Les dauphins du Viennois reçoivent en fief le Briançonnais et donc le Queyras en 1050. Arvieux fait alors partie du royaume du Dauphiné. Le Briançonnais est divisé en cinq entités, appelées Escartons, dont le Queyras fait partie. Chaque Escartons est composé de communautés appelées "universités". Arvieux est alors l'une des sept universités du Queyras, les autres étant Abriès, Aiguilles, Molines, Ristolas, Saint-Véran et Ville-Vielle.

À la fin du Moyen Âge, le Dauphin Humbert II, à court d'argent accorde une indépendance un peu plus importante aux Escartons, en échange d'une rente financière annuelle. Arvieux fait alors partie de ce que l'on a appelé plus tard abusivement la République des Escartons.

Cette entité féodale a été créée plus précisément par la Charte signée en 1343 entre le Dauphin et les communautés du Briançonnais. L'Escarton du Queyras devient une unité administrative chargée de répartir les taxes et les impôts. Les communautés des Escartons avaient ainsi obtenu du Dauphin le droit de gérer eux-mêmes le paiement de leurs impôts.

La communauté d'Arvieux était l'une des sept "universités" de l'Escarton du Queyras, dont le chef-lieu était situé à Ville-Vieille. Il y avait en tout cinq Escartons.

La charte accordait ainsi aux habitants des escartons le statut de "francs-bourgeois", c'est-à-dire qu'ils étaient exemptés de tout service féodal en échange d'une rente annuelle. Les habitants ont le droit d'élire leurs représentants appelés "consuls". Ils ont aussi le droit de chasse. Cela dit, la justice restait un privilège du Dauphin, et les habitants des escartons devaient participer à la défense du Dauphiné.

En 1349, 6 ans après la signature de la charte, le Dauphiné est cédé à la France qui fait perdurer ces droits jusqu'à la Révolution. Sous l'ancien régime Arvieux était ainsi une commune relativement riche des Alpes française. Cette relative prospérité de la communauté villageoise s'est réalisée en dépit de nombreuses calamités. Les guerres de religion n'ont pas épargné Arvieux. En 1630, la peste venue d'Italie ravage la région, et la Ville est brûlée en 1638.

Époque moderne - Catholiques et protestants[modifier | modifier le code]

Le protestantisme arrive à Arvieux pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Les Queyrassins adhèrent massivement à la Réforme. Des troubles ont lieu dans la vallée. Après l'Édit de Nantes, Arvieux possède un temple protestant. Après la Révocation de l'Édit de Nantes, de nombreux habitants émigrent. Lors de la guerre contre la Lique d'Augsbourg, de 1690 à 1696, Arvieux est traversé par les troupes du Roi de France et doit fournir bois, fourrage, nourriture et bêtes pour les armées. Des miliciens vaudois franchissent à plusieurs reprises la frontière et incendient les villages. Vers 1700, Arvieux et le Queyras en général s'est affaibli, mais la région retrouve sa prospérité avant la Révolution.

Celle-ci abolit le statut des Escartons et l'université d'Arvieux devient une commune. L’Édit de Tolérance (1787) et la Révolution accordent à nouveau la liberté de culte aux Protestants.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Après la Révolution, une partie des habitants redevient officiellement protestante, et les habitants d'Arvieux se répartissent entre les deux communautés religieuses : les catholiques majoritaires dans le bourg d'Arvieux et dans le bas de la vallée, et les protestants présents surtout dans le haut de la vallée, à Brunissard et à la Chalp, lieu de résidence du pasteur.

Arvieux, comme toutes les communes du Queyras a été victime d'une intense dépopulation à partir de 1830. D'abord saisonnière pendant la saison froide, l'émigration est devenue définitive à partir du milieu du XIXe siècle. Ayant atteint un maximum de 1004 habitants en 1841, la population a été divisée par trois en 150 ans. L'exode, désormais enrayé, se faisait vers les villes (principalement Marseille). Les conditions de vie difficiles en montagne, ainsi que des calamités plus ponctuelles (Brunissard est entièrement détruit par un incendie en 1882) expliquent ce phénomène. L'émigration est néanmoins à relativiser, Arvieux étant la commune du Queyras qui a le mieux conservé sa population.

Au cours du XXe siècle, l'économie s'est peu à peu transformée. À l'origine économie entièrement agro-pastorale, elle repose désormais principalement sur le tourisme. Cette transition a néanmoins été tardive à Arvieux, qui est la commune du Queyras où la culture agro-pastorale a duré le plus longtemps, jusqu'à environ la Seconde Guerre mondiale.

Par la faiblesse relative de l'émigration et le maintien relativement long d'une activité agro-pastorale Arvieux est ainsi une commune un peu atypique du Queyras. Cette originalité est probablement liée à la relative clémence de la vallée d'Arvieux pour l'agriculture, comparé à d'autres communes du Queyras.

L'usage du français entre les habitants est relativement récent à Arvieux, puisqu'on y parlait couramment un patois au début du XXe siècle. En revanche, l'alphabétisation était relativement avancée, en raison de la culture protestante d'une partie de la population.

L'ouverture du col d'Izoard en 1934 a fait de la commune l'un des hauts lieux du Tour de France. Le col est fermé en hiver.

En 1977 a été créé le Parc naturel régional du Queyras dont Arvieux est l'une des communes.

La Belle et le Renom[modifier | modifier le code]

La vie d'Arvieux a marqué les historiens en raison d'une organisation originale. La société d'Arvieux était historiquement divisée en deux castes :

  1. Les gens du Renom ou la race des Sorciers qui regroupaient les habitants de la caste inférieure
  2. Les gens de la Belle qui formaient une sorte d'aristocratie locale

Cette distinction (qui ne divisait pas protestants et catholiques) a duré jusqu'à ce que la commune s'ouvre sur l'extérieur dans la seconde moitié du XXe siècle. Son origine est incertaine. Elle n'empêchait pas la solidarité entre les villageois. À Arvieux, la première fauche était réservée pour les veuves et les orphelins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1959 Laurent Nicolas Meissimilly    
1959 1977 Louis Blanc-Chabrand UNR-UDR-RPR Conseiller général
1977 juin 1995 Pierre Blanc    
juin 1995 mars 2001 Alain Blanc    
mars 2001 mars 2008 Pierre Blanc    
mars 2008 mars 2014 Alain Blanc[3]    
mars 2014 en cours
(au 21 octobre 2014)
Philippe Chabrand[4] LR Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Arvieux fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 363 habitants[Note 1], en diminution de 3,2 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9737179429079659611 006893894
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
888922871852870888838850826
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
779756753698632554577549487
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
413412324351338355347375363
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Arvieux tire principalement son économie du tourisme en hiver comme en été. L'hiver on y pratique le ski alpin, le ski de fond et le ski de randonnée. L'été est la saison des randonnées à pied. L'artisanat (poterie, fabrique de jouets en bois du Queyras, meubles sculptés) et l'élevage (pour la fabrication du fromage) ont aussi un rôle important.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent[9],[10] du XVIe siècle à Arvieux, classé Monument historique le 9 mai 1914
  • Chapelle Sainte-Marie-Madeleine l'est du hameau des Escoyères[11],[12], inscrit à l'inventaire des Monuments historiques le 4 octobre 1932
  • Église paroissiale Saint-Claude à le Veyer[13]
  • Chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul de Brunissard[14]
  • Chapelle Saint-Marcellin aux Escoyères début XVIIIe (le Châtelard[15]
  • Chapelle Saint-Roch au hameau des Escoyères construite en 1715, pour sa partie principale, le clocher ayant été ajouté en 1723[16].
  • Chapelle Saint-Romuald, 1789, près du Serre (hameau des Escoyères), construite après l'avalanche de 1785[17],
  • Chapelle Saint-Jacques-le-Majeur à Villargaudin[18]
  • Temple d'Arvieux[19]
  • Temple ou chapelle évangélique de Brunissard[20]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Maisons anciennes
  • Campanile à Brunissard
  • Plusieurs cadrans solaires remarquables

Dont deux situés aux Escoyères et signés de Zarbula, l'un en 1842 (époque baroque) et le second sur la chapelle Saint Roch daté de 1857 (période des oiseaux)

  • de nombreux fours banaux souvent du XVIIIe

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Arvieux.svg
D'azur à trois fasces d'argent, au dauphin d'or, barbé, crêté, oreillé et peautré de gueules, brochant sur le tout.[21]

Ces armes ont été adoptées par délibération du conseil municipal du 10 août 1968, le maire étant M. Louis Blanc-Chabrand

Événements[modifier | modifier le code]

  • Course ski-alpinisme « Le Grand Béal » étape de la Coupe du Monde en 2010
  • Passage du tour de France au col d'Izoard en 2008, 2011 et 2017

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Faure, Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes, Gap, ESPACI OCCITAN, , 412 p. (ISBN 2-9131-3100-X)
  2. http://www.alpes-guide.com/Sources/patrimoine/fiche2.asp?psite=226
  3. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  4. Préfecture des Hautes-Alpes, « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », 5 mai 2014, consultée le 23 octobre 2014.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Église », notice no PA00080521, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Inventaire général : Église paroissiale Saint-Laurent », notice no IA00124810, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Chapelle Sainte-Marie-Madeleine-des-Escoyères », notice no PA00080520, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Inventaire général : Chapelle de Bénédictins Sainte-Marie-Madeleine », notice no IA00124854, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Inventaire général : Église Paroissiale Saint-Claude », notice no IA00124847, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Inventaire général : Chapelle Saint-Pierre, Saint-Paul », notice no IA00124813, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Inventaire général : Chapelle Saint-Marcellin », notice no IA00124819, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Inventaire général : Chapelle Saint-Roch », notice no IA00124825, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Inventaire général : Chapelle Saint-Romuald », notice no IA00124845, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Inventaire général : Chapelle Saint-Jacques-le-Majeur », notice no IA00124848, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Inventaire général : Temple d'Arvieux », notice no IA00124811, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Inventaire général : Temple dit Chapelle Évangélique », notice no IA00124814, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Mairie de Arvieux et planche 5. Armorial des communes des Hte Alpes, de Pierre et Mireille Louis (1974), dans lequel le blasonnement donne un fascé. Peu habituel pour Pierre Louis, et assez fréquenrt chez sa fille Mireille, on peut supposer que l'erreur vient de cette dernière.