Orcières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune suisse homophone, voir Orsières.
Ne doit pas être confondu avec Orpierre situé dans le même département.

Orcières
Orcières
Vue sur le village d'Orcières.
Blason de Orcières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Saint-Bonnet-en-Champsaur
Intercommunalité Communauté de communes Champsaur-Valgaudemar
Maire
Mandat
Patrick Ricou
2014-2020
Code postal 05170
Code commune 05096
Démographie
Population
municipale
710 hab. (2016 en diminution de 1,66 % par rapport à 2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 07″ nord, 6° 19′ 33″ est
Altitude Min. 1 174 m
Max. 3 117 m
Superficie 98,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Orcières

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Orcières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orcières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orcières

Orcières est une commune française située dans la vallée du Champsaur, le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Orcières est située dans la haute vallée du Champsaur, au bord du Drac noir. Le territoire de la commune s'étage entre 1170 m et 3117 m (Grand Pinier) et comprend 22 hameaux. Le village d'Orcières est situé à un peu plus de 1400 m d'altitude. La station de ski d'Orcières Merlette 1850 se situe à Merlette, environ 5 kilomètres plus loin, à 1850 m d'altitude. La commune comprend aussi la petite station de Serre-Eyraud, située à l'ubac à 1450 m, et le village de Prapic au bout de la vallée du Drac noir, à 1550 m d'altitude.

La moitié du territoire de la commune d'Orcières se trouve en zone centrale du parc national des Écrins.

Les lacs jumeaux d'Orcières.
Paysage estival dans la commune d'Orcières.

Elle compte aussi plusieurs lacs, tels que le lac des Estaris ou encore le lac des Pisses, les lacs Jumeaux, le lac Long…

Économie[modifier | modifier le code]

Vue sur le village d'Orcières (gauche) et sur la station Orcières Merlette 1850 (droite)

Elle abrite la station de sports d'hiver d'Orcières Merlette 1850, équipée de nombreuses installations (piscine, palais des sports, cinéma, discothèque, base de loisirs…) attractive sur le plan économique et touristique, hiver comme été.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté en 1166 dans le cartulaire de l'abbaye de Durbon sous sa forme latine Urseria[1], que l'on peut rapprocher du français oursière, tanière d'un ours, en ancien occitan orsièra[2], les ours bruns ayant été autrefois nombreux sur son territoire. Aujourd'hui encore, l'ours est omniprésent dans la décoration (sculptures, fontaines, etc.) et les noms d'établissements.

Le Orcieras haut-alpin s'est francisé en Orcières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit par les commerçants du village, le premier remonte-pente de la commune, mais aussi de la vallée du Champsaur, est inauguré à Orcières le 10 janvier 1952. La base de loisirs est créée en 1980.

En 1895, l'un des derniers ours des Alpes est tué dans une maison abandonnée du hameau des Ranguis, où il s'était installé pour passer l'hiver[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Patrick Ricou[4] UMP-LR Permanent politique
Conseiller départemental (2015-)
Conseiller général (2001-2015)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 710 habitants[Note 1], en diminution de 1,66 % par rapport à 2011 (Hautes-Alpes : +1,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5051 3041 3421 4591 4591 5081 4771 5881 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5001 4051 3321 2301 2001 2411 2401 2501 101
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1231 0851 055808698672651644535
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
514734855890841810725713700
2013 2016 - - - - - - -
728710-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Le lac des Estaris vu du col de Freissinières.
Vue sur le village de Prapic, sur la commune d'Orcières
  • Merlette, ancien hameau autour duquel s'est développée la station de sports d'hiver Orcières 1850.
  • Les Estaris, point de départ d'excursions dans le massif en été.
  • Prapic, hameau typique et touristique au fond de la vallée du Drac noir et ses sommets comme le Petit Pinier et le Grand Pinier. Le hameau est également le départ de nombreuses randonnées pédestres avec des niveaux de difficulté variables comme le tombeau du Poète, le saut du Laire...
  • Les Audiberts, à l'ubac en face du village d'Orcières.
  • Archinard, sur la rive sud, au creux du vallon de Rouanette.
  • Serre-Eyraud, perché au-dessus du confluent des deux Dracs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Sarrazin (Prapic 1833 - Lyon 1914). Né dans le hameau de Prapic, il fut un personnage marquant de la poésie haut-alpine et lyonnaise du XIXe siècle. Il s’établit à Lyon dans le commerce de détail d’olives qu’il vendait concomitamment à ses recueils de poésie. Cette pratique inhabituelle lui valut le surnom de « poète aux olives ».
  • Sébastien Ogier, ancien moniteur de ski de la station et sextuple champion du monde des rallyes.
  • Valentin Giraud Moine, skieur alpin français spécialisé dans la descente.
  • Alizée Baron, skieuse spécialisée dans la discipline du ski cross.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Le Festival des Oursons - pendant les fêtes de Noël.
  • La coupe d'Europe de Ski Cross - fin janvier.
  • Les Ski Games Rossignol d'Orcières - au mois de mars.
  • La Montée Blanche - début avril.
  • Le Trophée des Petits Champion - au mois d'avril.
  • L'Ultra Champsaur - en début d'été : manifestation sportive dont l'esprit pionnier est de faire découvrir la vallée du Champsaur aux participants par ses lignes les plus sauvages, à travers des trails de difficulté variable.
  • La fête Champêtre de Serre-Eyraud - mi-juillet.
  • La fête de la Sainte-Anne à Prapic - fin juillet.
  • La fête de la Saint-Laurent à Orcières village - début août : journée festive en plein coeur de l'été où sont organisés messe, apéritif, repas, jeux, concours de pétanque, marché, vide grenier...
  • Le pèlerinage du 6 août au lac des Rougnous (2550 m), près du col des Tourettes. À l'occasion de la fête de la Transfiguration, les paroisses du Champsaur et de Châteauroux-les-Alpes se retrouvent au bord du lac pour la célébration de la messe suivie d'un joyeux pique-nique.
  • La fête de la Sainte-Marie à la station d'Orcières Merlette - mi-août.
  • La Montée Historique - fin août.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Falc'hun, Bernard Tanguy - Les noms de lieux celtiques : Valleés et plaines - Page 66.
  2. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de famille et des noms de lieux du midi de la France, Millau, Éditions du Beffroi, , 1293 p. (ISBN 2-908123-59-2, notice BnF no FRBNF39034098), p. 557.
  3. La Traversée des Alpes - De la Maurienne à l'Ubaye, « Les mammifères disparus », Fédération française de la randonnée pédestre, 2016. (ISBN 2751408702)
  4. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.