Pelleautier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pelleautier
Pelleautier
L'entrée du bourg, en 2007.
Blason de Pelleautier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Intercommunalité Communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance
Maire
Mandat
Christian Hubaud
2020-2026
Code postal 05000
Code commune 05100
Démographie
Gentilé Pelleautiards
Population
municipale
731 hab. (2018 en augmentation de 10,42 % par rapport à 2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 04″ nord, 6° 01′ 02″ est
Altitude Min. 737 m
Max. 2 016 m
Superficie 12,81 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Gap
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Tallard
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Pelleautier
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Pelleautier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pelleautier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pelleautier
Liens
Site web pelleautier.fr

Pelleautier est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pelleautier se situe dans le Grand Sud-Est français, dans le quart sud-ouest du département des Hautes-Alpes et au nord de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur sur l'axe entre Gap et Marseille.

À vol d'oiseau, la ville est distante de 557,63 km de Paris, de 166,44 km de Lyon et de 77,51 km de Grenoble.

À l'échelle régionale, Pelleautier est située à 7,21 km au sud-ouest de Gap, à 65,56 km au sud-ouest de Briançon, à 134,90 km au nord-ouest de Nice et à 145,20 km au nord-est de Marseille[1]

Six communes sont limitrophes de Pelleautier[2] :

Communes limitrophes de Pelleautier
Manteyer La Freissinouse Gap
Châteauneuf-d'Oze Pelleautier
Sigoyer Neffes

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 12,8 km2[I 1] ; son altitude varie entre 737 et 2 016 mètres ; la mairie de la commune est située à 980 mètres d'altitude[3].

Des schistes argileux du Jurassique supérieur (Malm) constituent la base des terrains affleurants de Pelleautier ; cette strate semble mesurer au moins 1 000 m d'épaisseur. Les schistes sont recouverts, par larges places, d'alluvions d'origine glaciaire (moraines) déposées dans le « sillon de Gap », orienté du nord-nord-est au sud-sud-ouest et creusé par le glacier de la Durance lors de la glaciation de Würm. À l'ouest du territoire, sur les flancs de la montagne de Céüse, des éboulis quaternaires viennent recouvrir l'ensemble[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pelleautier est une commune rurale[Note 1],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[I 2],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gap, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 habitants[I 3],[I 4].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35 %), zones agricoles hétérogènes (27,2 %), forêts (21,9 %), prairies (8,9 %), zones urbanisées (2,7 %), cultures permanentes (2,7 %), eaux continentales[Note 3] (1,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 19 (liaison de La Freissinouse à Sigoyer), 47 (depuis Gap ou La Freissinouse), 246 (vers Neffes), 319 (desserte du hameau des Revioures) et 446 (vers Neffes)[2].

La commune de Pelleautier est desservie par les lignes de bus 30, 111, 112 et 139 de l'agglomération de Gap[9],[10]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 344, alors qu'il était de 195 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 89,8 % étaient des résidences principales, 8,0 % des résidences secondaires et 2,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 85,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 14,2 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 72,8 %, en diminution par rapport à 2007 (80,0 %)[Insee 3].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Fin 2020, le maire a annoncé le démarrage de travaux importants au sein de l'école communale[11].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune de Pelleautier est située dans une zone de sismicité modérée (niveau 3 sur 5), faisant l'objet d'un plan de prévention des risques[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pelleautier est une paroisse attestée sous l'appellation latine Ecclesia de Monte Lauterio dès 1080[13] ; de Podio Lauterio en 1168[14] ; sous la forme latine Castrum de Podio Lauterio en 1288, y signalant la présence d'un château.

Pelautier en occitan haut-alpin.

Podio signifie podium en latin, qui désigne un relief en hauteur, une éminence de taille variable. Cette éminence (1 128 m) est proche du village et s'appelant maintenant Lautier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le , Tiburge d'Orange, fille de Guillaume III[15] et son neveu Raimbaut IV d'Orange[16],[15] n'ayant aucun enfant[17], donnèrent aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem les seigneuries de Tallard, Chateauvieux, Pelleautier, Neffes, La Saulce et Lardier.[18]

Jusqu'au [19], le fief de Pelleautier appartint aux Hospitaliers, qui l'échangèrent contre le comté d'Alife (royaume de Naples). Arnaud de Trian, vicomte de Tallard et jusque-là comte d'Alife, devient donc à partir de cette date, le seigneur du lieu[20].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Le Code officiel géographique indique pour cette commune le code « 05100 »[I 5].

Pelleautier fait dont partie de l'arrondissement de Gap, du département des Hautes-Alpes et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Pelleautier est rattachée au canton de Tallard dont le bureau centralisateur du canton est la commune de Tallard[I 5]. La commune fait donc partie de la première circonscription des Hautes-Alpes à laquelle est rattaché le canton de Tallard.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie : :

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élection municipale et communautaire de 2020[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2020, tous les candidats — dont le maire sortant Christian Hubaud — sont élus dès le premier tour[22]. Lors de la première réunion du conseil municipal, le samedi , Christian Hubaud est réélu maire[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1815 1867 M. Vallantin[24],[25]    
mars 2008[26] En cours
(au 24 juillet 2020[27])
Christian Hubaud[27] UMP puis LR[réf. nécessaire] Exploitant agricole[28]

Finances communales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n'est pas jumelée.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique, basée dans le centre bourg[29].

Santé[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[31].

En 2018, la commune comptait 731 habitants[Note 4], en augmentation de 10,42 % par rapport à 2013 (Hautes-Alpes : +1,02 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
488469464473493465455483492
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477476463401405430432408402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
406357308242274297276269230
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
212206230321378391520539557
2013 2018 - - - - - - -
662731-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Pelleautier organise, chaque troisième dimanche de juillet, une fête communale[34].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le diocèse de Gap et d'Embrun au sein de la paroisse Saint-Arnoux du Gapençais du doyenné du Gapençais[35]. Le culte catholique n'y est toutefois plus célébré[36].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 300 ménages fiscaux, composés de 750 personnes, pour un revenu fiscal médian par ménage de 23 550 €[Insee 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 437 personnes, parmi lesquelles on comptait 81,9 % d'actifs dont 75,4 % ayant un emploi et 6,5 % de chômeurs[Insee 5].

On comptait 84 emplois dans la zone d'emploi, contre 75 en 2012. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 331, l'indicateur de concentration d'emploi [Note 5] est de 25,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre seulement un emploi pour quatre habitants actifs[Insee 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Pelleautier comptait 64 établissements répartis selon le tableau ci-dessous[Insee 7].

Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018

Nombre %
Ensemble 64 100
Industrie manufacturière, industries extractives et autres 9 14,1
Construction 19 29,7
Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration 8 12,5
Information et communication 3 4,7
Activités financières et d'assurance 1 1,6
Activités immobilières 3 4,7
Activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien 9 14,1
Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale 5 7,8
Autres activités de services 7 10,9

En 2020, 13 établissements ont été créés à Pelleautier[Insee 8]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lac de Pelleautier
Le lac de Pelleautier.

Le lac de Pelleautier, ancien marais, est devenu un lac permanent lors de l'extension du canal de Gap. Sa particularité résidait dans la motte qui tremble[37],[38],[39], motte tremblante[40],[41],[42],[43],[44] ou motte flottante[45], un amas de tourbe et de terre dérivant à son gré sur le marais. Lorsque celle-ci s'asséchait, les paysans venaient la faucher et se répartissaient le foin ainsi récolté. Aujourd'hui, par mesure de sécurité, la motte a été amarrée. Elle demeure cependant un lieu privilégié pour de nombreuses espèces d'oiseaux[46].

Malgré son histoire longue, Pelleautier ne dispose d'aucune notice dans Mérimée, la base de données du patrimoine monumental et architectural français de la Préhistoire à nos jours[47].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pelleautier Blason
D'azur au huchet contourné d'or, lié, virolé et enguiché d'argent, accompagné de trois étoiles d'or, deux en chef, une en pointe[48].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Site web de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018.
  8. DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2020.
  • Autres documents
  1. Comparateur de territoire - Population.
  2. « Commune urbaine-définition » (consulté le 23 avril 2021).
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », (consulté le 23 mars 2021).
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le 23 mars 2021).
  5. a b et c Code officiel géographique.
  6. « Intercommunalité-Métropole de CA Gap-Tallard-Durance (200067825) − COG | Insee » (consulté le 20 avril 2021).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Calculez la distance entre deux villes ! », sur fr.distance.to (consulté le 23 avril 2021).
  2. a et b Carte de Pelleautier sur Géoportail.
  3. « Village de Pelleautier », sur le site de la société commerciale NETELYNX, non daté (consulté le 23 avril 2021).
  4. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Gap » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 25 avril 2021).
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Lignes en autocars sur l'Agglo », sur le site de la communauté d'agglomération Gap-Taillard-Durance (consulté en 23 avril l2021).
  10. « ArcGIS Dashboards Classic », sur le site de la communauté d'agglomération Gap-Taillard-Durance, (consulté en 23 avril l2021).
  11. Adrien Citeau, « Le maire et conseiller départemental Christian Hubaud », sur le site de la chaîne de télévision BFM DICI Alpes du Sud, (consulté le 23 avril 2021).
  12. « Fiche communale d’informations sur les risques naturels, miniers et technologiques » [PDF], sur le site de la Préfecture des Hautes-Alpes (consulté le 25 janvier 2021).
  13. Daniel Mourral, Glossaire des noms topographiques les plus usités dans le Sud-Est de la France et les Alpes occidentales, (lire en ligne).
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations dialectales (suite) et françaises, 1998, p. 1680.
  15. a et b Les genealogies historiques des rois, empereurs & c. Et de toutes les maisons souveraines qui ont subsisté jusqu'à present; expose'es dans des cartes genealogiques tirées des meilleurs auteurs: avec des explications historiques et chronologiques, dans lesquelles l'on trouvera l'établissement, les révolutions, & la durée des diférens états du monde, l'origine des maisons souveraines, leurs progrès, alliances, droits, titres, pretentions & armoiries, avec figures. Tome premier [-quatrieme]: Les généalogies historiques des Rois, Ducs, Comtes, &c. de Bourgogne. Exposées dans des cartes généalogiques & chronologiques tirées des meilleurs auters. Avec des explications historiques, & les armoiries de chaque famille. 4, chez Le Gras, au Palais, à l'L couronné, (lire en ligne), p. 540
  16. « Histoire de la PRINCIPAUTE d'ORANGE », sur calameo.com (consulté le 20 avril 2021), p. 3
  17. Les genealogies historiques des rois, empereurs & c. Et de toutes les maisons souveraines qui ont subsisté jusqu'à present; expose'es dans des cartes genealogiques tirées des meilleurs auteurs: avec des explications historiques et chronologiques, dans lesquelles l'on trouvera l'établissement, les révolutions, & la durée des diférens états du monde, l'origine des maisons souveraines, leurs progrès, alliances, droits, titres, pretentions & armoiries, avec figures. Tome premier [-quatrieme]: Les généalogies historiques des Rois, Ducs, Comtes, &c. de Bourgogne. Exposées dans des cartes généalogiques & chronologiques tirées des meilleurs auters. Avec des explications historiques, & les armoiries de chaque famille. 4, chez Le Gras, au Palais, à l'L couronné, (lire en ligne), p. 542
  18. Joseph (1840-1924) Auteur du texte Roman, L'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans les Hautes-Alpes / par J. Roman, (lire en ligne)
  19. Anthony Luttrell et Anne-Marie Legras, « Les Hospitaliers autour de Gap : une enquête de 1330 », Mélanges de l'école française de Rome, vol. 90, no 2,‎ , p. 629 (DOI 10.3406/mefr.1978.2461, lire en ligne, consulté le 20 avril 2021)
  20. Anthony Luttrell, Anne-Marie Legras, « Les Hospitaliers autour de Gap : une enquête de 1330 », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, t. 90, no 2. 1978. p. 629.
  21. « La CCTB », Communauté de communes de Tallard-Barcillonnette (consulté le 17 octobre 2015).
  22. « Résultats des élections municipales 2020 de Pelleautier », sur le site du quotidien Le Télégramme (consulté le 23 avril 2021).
  23. Samir Mathieu, « Christian Hunaud réélu maire de Pelleautier », sur le site de la chaîne de télévision BFM DICI Alpes du Sud, (consulté le 23 avril 2021).
  24. « Nécrologie », L'Univers,‎ (lire en ligne)
  25. « Echos et nouvelles », Le vrai peuple,‎ (lire en ligne)
  26. « Extrait de la fiche de M. Christian Hubaud », sur le site lesbiographies.com (consulté le 23 avril 2021).
  27. a et b « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 23 avril 2021)
  28. « Provence-Alpes-Côte-d'Azur / Hautes-Alpes / Pelleautier / M CHRISTIAN HUBAUD », sur le registre de commerce (consulté le 23 avril 2021).
  29. « Ecole primaire de Pelleautier », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 20 avril 2021).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. « Pelleautier », sur le site de la communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance (consulté le 25 avril 2021).
  35. Guide diocésain 2021, p. 73-75, [lire en ligne].
  36. « Recherche de messes à Pelleautier », sur le site de la Conférence des évêques de France (consulté le 23 avril 2021).
  37. Description topographique et statistique de la France, département des Hautes-Alpes, (lire en ligne)
  38. Daniel Auteur du texte Mourral, Glossaire des noms topographiques les plus usités dans le Sud-Est de la France et les Alpes occidentales / Daniel Mourral,..., (lire en ligne)
  39. Académie des sciences (France) Auteur du texte, « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences / publiés... par MM. les secrétaires perpétuels », sur Gallica, (consulté le 20 avril 2021)
  40. Antoine (1776-1836) Auteur du texte Antoine, Les Beautés de la nature... par A. Antoine..., (lire en ligne)
  41. « Annuaire des Hautes-Alpes : publié par l'administration des "Alpes républicaines" », sur Gallica, (consulté le 20 avril 2021)
  42. Description routière et géographique de l'Empire français,.... Partie 3 / par R. V. (Vaysse de Villiers.), 1813-1835 (lire en ligne)
  43. Pierre-Antoine (1766-1842) Auteur du texte Farnaud et Hory Auteur du texte, « Annuaire du département des Hautes-Alpes », sur Gallica, (consulté le 20 avril 2021)
  44. « Annales romantiques : recueil de morceaux choisis de littérature contemporaine », sur Gallica, (consulté le 20 avril 2021)
  45. Société d'études des Hautes-Alpes Auteur du texte, « Bulletin de la Société d'études des Hautes-Alpes », sur Gallica, (consulté le 20 avril 2021)
  46. La Lettre du conseil général des Hautes-Alpes, printemps 2008.
  47. « Recherche - POP », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 20 avril 2021).
  48. Pellautier sur le site de la Communauté de Communes de Tallard-Barcillonnette( page 14) Document pdf