La Haute-Beaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Haute-Beaume
La Haute-Beaume
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Serres
Intercommunalité Communauté de communes Buëch Dévoluy
Maire
Mandat
Roger Aquino
2014-2020
Code postal 05140
Code commune 05066
Démographie
Population
municipale
hab. (2015 en diminution de 10 % par rapport à 2010)
Densité 1,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 52″ nord, 5° 37′ 43″ est
Altitude Min. 993 m
Max. 1 690 m
Superficie 7,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Haute-Beaume

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Haute-Beaume

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Haute-Beaume

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Haute-Beaume

La Haute-Beaume est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Haute-Beaume est située à l'ouest du département des Hautes-Alpes, à 1 200 mètres d'altitude[1]. Elle est membre de la communauté de communes Buëch Dévoluy.

Trois communes jouxtent ce village, dont une dans le département voisin de la Drôme[2] :

Communes limitrophes de La Haute-Beaume
Val-Maravel
(Drôme)
Montbrand
La Haute-Beaume
La Beaume

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aiguebelle prend sa source dans la commune, à 1 422 m d'Altitude, sur les pente de la Montagne d'Aureille[3].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par une "cartographie informative des phénomènes torrentiels et mouvements de terrain", en relation avec des risques de phénomènes torrentiels[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale (RD) 28, la seule route traversant le village reliant la RD 993 (depuis Valence et le col de Cabre) à la RD 1075 en direction de Montbrand et La Faurie[1],[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune comptait dix logements en 2012, contre huit en 2007. Parmi ces logements, six étaient des résidences principales et quatre des résidences secondaires ou logements occasionnels. Aucune résidence principale n'a été construite après 1990[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Castrum supérieur de Balma en 1326.

La Bauma Auta en occitan.

Longtemps appelée Château de La Beaume ou Les Hommes de Gabriel Raymond vers 1490.

L'appellation Les Hommes de Gabriel Raymond provenait d'un partage effectué vers 1450 entre Gabriel et Claude Raymond, fils de Henri d'Agoult, seigneur de la Beaume.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village s'appelait « Château La Beaume » jusqu'à l'an XI car il « desservait toutes les communes environnantes en eau de source »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Roger Aquino[6] PS Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2015, la commune comptait 9 habitants[Note 1], en diminution de 10 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
16014114813311711295101100
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
707564616459594547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
495247414139362124
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3161410101010109
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Il s'agit de la commune la moins peuplée des Hautes-Alpes avec dix habitants au recensement de 2012, en population municipale[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population active s'élevait à sept personnes, parmi lesquelles on comptait 71,4 % d'actifs dont 57,1 % ayant un emploi et 14,3 % de chômeurs[5].

On comptait deux emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de quatre, l'indicateur de concentration d'emploi est de 50 %, ce qui signifie que la commune offre un emploi pour deux habitants actifs[5].

Aucune des quatre personnes de quinze ans ou plus n'est salariée. Tous sont indépendants. Deux d'entre eux habitent dans la commune[5].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait une entreprise dans le domaine du commerce, des transports et des services divers, ainsi qu'un établissement[5]. Aucune entreprise n'a été créée en 2014[5].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le village ne compte ni hôtel, ni camping, ni aucun autre hébergement collectif[5].

Un gîte d'étape est en construction[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Une Acca (association communale de chasse agréée) comptabilise 20 membres.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « La Haute-Beaume », sur le site du pays Sisteronais-Buëch (consulté le 29 octobre 2015).
  2. a et b Carte de La Haute-Beaume sur Géoportail.
  3. Fiche SANDRE de l'Aiguebelle
  4. plan CIPTM - risques naturels
  5. a b c d e f et g « Commune de La Haute-Beaume (05066) - Dossier complet », sur le site de l'INSEE (consulté le 29 octobre 2015).
  6. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Populations légales 2012 des communes du département », sur le site de l'INSEE (consulté le 29 octobre 2015).