Puy-Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Puy-Saint-André
Puy-Saint-André
Lac des Partias.
Blason de Puy-Saint-André
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Briançon-1
Intercommunalité Communauté de communes du Briançonnais
Maire
Mandat
Pierre Leroy
2014-2020
Code postal 05100
Code commune 05107
Démographie
Population
municipale
466 hab. (2015 en diminution de 0,43 % par rapport à 2010)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 47″ nord, 6° 35′ 57″ est
Altitude Min. 1 159 m
Max. 2 923 m
Superficie 15,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Puy-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Puy-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puy-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puy-Saint-André

Puy-Saint-André est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est l'une des cinq communes formant la banlieue de l'unité urbaine de Briançon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Puy-Saint-André est accessible par la route départementale RD94, depuis Briançon, au nord-est, ou Saint-Martin-de-Queyrières, au sud.

La Durance sert de limite naturelle au sud de Puy-Saint-André. L'ensemble de la commune s'étale dans la vallée du « Torrent de la Chenal » (fiche SANDRE n° X0111200), cours d'eau de 2,6 km, affluent de la Durance[1]. Le sommet de l'Eychauda, dans la « crête de Serre-Chevallier », est le point culminant de la commune, avec 2 645 mètres d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Puy-Saint-André ne formait, au moyen âge, qu'une seule communauté, de même qu'une seule paroisse, avec le Puy-Saint-Pierre, cette communauté portait le nom d'Universitas Podiorum.

Le nom de la localité est attesté sous la simple appellation Podii[2] (« éminence ») dès 1382 dans les archives de Briançon, Universitas Podiorum, Puy-Brutinel jusqu'en 1456[3], puis Podium sancti Andreae au XVe siècle[2].

Puei Sant Andreu en occitan haut-alpin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'habitats anciens, ont été retrouvées près du « glacier de la Combarine », datant de la préhistoire. Comme de nombreuses commune de la région, les romains s'installèrent à Puy-Saint-André. Le village, nouvellement érigé en paroisse, obtient son autonomie municipale en 1456[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Maxime Barneoud-Rousset    
mars 2008 en cours Pierre Leroy[4] EELV Fonctionnaire

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle régionale des Partias (réserve naturelle du Vallon des Combes) est intégralement sur la commune de Puy Saint André. Cette réserve de 686 hectares, créée en tant que réserve naturelle volontaire en 1974, est devenue réserve naturelle régionale, en 2009.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 466 habitants[Note 1], en diminution de 0,43 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456396453484506543575568637
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
631645650608592592571570580
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591590577513419325272200175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1238964197287462464466466
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Un fondement éducatif était apporté aux habitants du village, en saison hivernale, dès le XVe siècle. Étaient enseignés la lecture, l'écriture, le calcul et le latin. L'école du Puy-Saint-André ayant fermé en 1970, les écoliers de la commune se rendent à l'« école primaire Le Pinet » de Puy-Saint-Pierre[3], qui regroupe 59 enfants. Elle dépend de l'académie d'Aix-Marseille[9].

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Puy-Saint-André dépend du Diocèse de Gap et d'Embrun. En plus de l'église paroissiale, cette paroisse dispose de quatre chapelles[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Puy-Saint-André compte plusieurs lieux et monuments, liés à l'Histoire de la commune et de la région[3],[10] :

  • Église paroissiale Saint-André, du XIVe siècle[11],
  • Chapelle Saint-Laurent, sur les hauteurs du ruisseau du Tour,
  • Chapelle Sainte-Lucie, du XVIe siècle, au hameau de Puy-Chalvin,
  • Chapelle de Pierrefeu,
  • Chapelle des Combes,
  • Plusieurs moulins, le long des divers torrents de la commune,
  • La fruitière, coopérative agricole laitière, du début du XXe siècle,
  • Les mines, en rive droite du « ravin de Fossa », pour l'exploitation rurale du charbon,
  • La Réserve naturelle régionale des Partias, au nord de la commune, et le lac des Partias qu'elle abrite.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Puy-Saint-André

Les armes peuvent se blasonner ainsi : « d'argent au sautoir de sinople, cantonné de quatre dauphins du même crêtés, barbés, lorés, peautrés et oreillés de gueules. »

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Torrent de la Chenal
  2. a et b Ernest Nègre -Toponymie générale de la France, Volume 2, Page 1183.
  3. a, b, c et d Histoire et patrimoine de Puy-Saint-André
  4. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. école primaire Le Pinet
  10. a et b Paroisse catholique de Puy-Saint-André
  11. église Saint-André