Saint-Bonnet-en-Champsaur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Bonnet-en-Champsaur
Sant Bonet de Champsaur (oc)
Saint-Bonnet-en-Champsaur
Vue générale.
Blason de Saint-Bonnet-en-Champsaur Sant Bonet de Champsaur (oc)
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Intercommunalité Communauté de communes Champsaur-Valgaudemar
(siège)
Maire
Mandat
Laurent Daumark
2020-2026
Code postal 05500
Code commune 05132
Démographie
Gentilé Saint-Bonnetiers
Population
municipale
2 048 hab. (2018)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 55″ nord, 6° 04′ 35″ est
Altitude Min. 939 m
Max. 2 440 m
Superficie 35,85 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Gap
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Bonnet-en-Champsaur
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-en-Champsaur
Sant Bonet de Champsaur (oc)
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-en-Champsaur
Sant Bonet de Champsaur (oc)
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-en-Champsaur
Sant Bonet de Champsaur (oc)
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-en-Champsaur
Sant Bonet de Champsaur (oc)
Liens
Site web mairie-saint-bonnet.net

Saint-Bonnet-en-Champsaur est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Elle est créée le , sous le statut de commune nouvelle, de la fusion de Saint-Bonnet-en-Champsaur, de Bénévent-et-Charbillac et des Infournas[1].

Ses habitants sont appelés les Saint-Bonnetiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au débouché de la vallée du haut Drac sur la grande voie de circulation Gap-Grenoble (route Napoléon) et jouxtant le parc national des Écrins, Saint-Bonnet se situe à 15 kilomètres de Gap par le col Bayard et à 90 de Grenoble.

Le Bourg se situe à 1 025 mètres d'altitude.

La commune forme un triangle dont la base est délimitée par le Drac et la pointe par le pic de Queyrel.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le paysage est majoritairement composé de bocage de montagne qui fait l’originalité et la richesse environnementale de ce territoire. En montant vers le pic Queyrel, les prairies de bas de vallée font peu à peu place aux pâturages en altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Côté adret (Drac rive droite) Côté ubac (Drac rive gauche)
Saint-Julien-en-Champsaur Poligny
Saint-Michel-de-Chaillol La Fare-en-Champsaur
La Motte-en-Champsaur Laye
Aubessagne Saint-Laurent-du-Cros

Climat[modifier | modifier le code]

Situé dans le Haut-Dauphiné, Saint-Bonnet-en-Champsaur offre un mixte de climat méditerranéen et alpin.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet-en-Champsaur est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gap, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Sanctus Bonitus en 1152.

Sant Bonet en occitan.

Pendant la Révolution, Saint-Bonnet changera de nom pour devenir la commune de Bonnet-Libre.

La commune de Saint-Bonnet-en-Champsaur est placée sous la protection de saint Bonnet, Santus Bonitus, mort vers 710.

Champsaur (on prononce en français champ'saur ; en occitan vivaro-alpin, [ʃamp'saw]) est la haute vallée de la rivière Drac.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fontaine de la place Grenette (XVIe s.).

L’abbaye de Saint-Victor de Marseille, héritière dans bien des cas de celle de la Novalaise qui avait évangélisé la haute vallée du Drac, fonda, au XIIe siècle, sur la route qui, de Gap, conduisait à La Mure, un prieuré dédié à saint Bonnet[réf. nécessaire], qui est à la base du bourg actuel. Cette maison religieuse prit une certaine importance au cours du Moyen Âge, mais ses bâtiments furent ruinés pendant les guerres de Religion. Le Dauphin possédait Saint-Bonnet depuis le Xe ou le XIe siècle ; il y plaça un châtelain puis, en 1611, un vibailli duquel ressortissaient les vingt-et-une paroisses du Champsaur. Le bourg de Saint-Bonnet devint alors une petite ville entourée de murs, défendue par une forte tour. Toutes ces fortifications disparurent au XVIe siècle. La famille de Bonne, champsaurine, commença à acheter les droits du Dauphin sur Saint-Bonnet dès le début du XIVe siècle, et se trouva propriétaire de tout le domaine delphinal au XVIe siècle ; en 1611, lorsque fut créé le duché de Lesdiguières, Saint-Bonnet en devint la capitale.

Dans les années 1700, les remparts furent détruits pour permettre au bourg de grandir. À cette époque, le bourg de Saint-Bonnet comptait plus d’une centaine de familles.

Le village porta le nom de Bonnet Libre pendant la Révolution.

Les « tounes ».

Saint-Bonnet-en-Champsaur garde de nombreuses traces son passé : les « andrones » (ruelles étroites), les « tounes » (maisons sur voûtes), les vieilles portes en noyer massif, la halle, etc.

Comme dans tous les villages médiévaux, les maisons sont serrées les unes aux autres, ne laissant que peu de place aux ruelles et aux places. On aperçoit encore aujourd’hui, dans le vieux Saint-Bonnet, des pierres posées le long des façades, les buttarodes, les buttes-roues qui empêchaient les moyeux des roues de charrettes d’endommager les façades des maisons. Sur certaines façades, il est encore possible d’observer les annelles qu’on utilisait pour attacher les chevaux.

La plupart des rues et places du village ont une histoire, et très souvent leurs noms, encore aujourd’hui, symbolisent ce passé : rue des Maréchaux(-ferrants), place Grenette (place aux grains), place du Chévreril (place du marché aux chèvres), etc.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Par arrêté du préfet des Hautes-Alpes en date du 9 novembre 2012, modifié par arrêté du 28 novembre 2012, il est créé une commune nouvelle en lieu et place des communes de Bénévent et Charbillac, Les Infournas et Saint-Bonnet-en-Champsaur (canton de Saint-Bonnet-en-Champsaur, arrondissement de Gap). La commune nouvelle, qui prend le nom de Saint-Bonnet-en-Champsaur, a son chef-lieu fixé au chef-lieu de l'ancienne commune de Saint-Bonnet-en-Champsaur[1].

Le le conseil municipal décide de supprimer les délégations communales[7]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Bonnet-en-Champsaur (ancienne commune)
(siège)
05P03 CC du Champsaur 15,01 1 700 (2010) 113


Bénévent-et-Charbillac 05020 CC du Champsaur 12,15 270 (2010) 22
Les Infournas 05067 CC du Champsaur 8,69 28 (2010) 3,2

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1973 ? Marcel Maucoronel Mouvement réformateur  
avant 1988 ? Jean-Claude Baudoin    
janvier 2013 2014 Jean-Pierre Festa DVD  
mars 2014 En cours Laurent Daumark[8],[9]   Ancien artisan, commerçant ou chef d'entreprise

Le 7 janvier 2013, le conseil municipal de Saint-Bonnet-en-Champsaur, élargi aux représentants des anciennes communes de Bénévent-et-Charbillac et des Infournas, a élu Jean-Pierre Festa maire de la commune nouvelle[10].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet-en-Champsaur faisait partie de 2001 à 2017 de la communauté de communes du Champsaur.

À partir du , elle fait partie de la communauté de communes Champsaur-Valgaudemar[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 2 048 habitants[Note 3], en augmentation de 0,05 % par rapport à 2013 (Hautes-Alpes : +1,02 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
2011 2016 2018
2 0242 0252 048
(Sources : Insee à partir de 2011[12].)

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Culturel : la visite de la ville permet de découvrir ses aspects historiques via plusieurs panneaux d'informations.
  • Sports et loisirs : la proximité des montagnes permet la pratique de nombreux sports d'été (randonnée, escalade, parapente) ou d'hiver (ski, raquettes). Les torrents, principalement le Drac, permettent aussi les sports d'eau (rafting, kayak).
  • Nature : découverte de la faune et la flore du parc national des Écrins.

Distance des stations de ski[modifier | modifier le code]

Laye Chaillol Ancelle Saint-Léger-les-Mélèzes Serre-Eyraud Orcières 1850 Réallon Superdévoluy
6 km 10 km 10 km 12 km 25 km 35 km 50 km 55 km

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet, capitale historique de la vallée du Champsaur, est un des rares bourgs médiévaux des Alpes françaises. Situé dans le Dauphiné et jouxtant le parc national des Écrins, Saint-Bonnet témoigne d’un passé prestigieux et préserve depuis des siècles son patrimoine culturel avec ferveur. Cet attachement à son patrimoine lui a d’ailleurs valu les honneurs de Alpes Magazine qui recense Saint-Bonnet-en-Champsaur comme étant un des plus beaux villages des Alpes[réf. nécessaire].

La maison de la tour, place Grenette.
  • place Grenette :
    • la halle, construite en 1843 sur l'emplacement de l'ancien temple (détruit en 1685) ;
    • la maison du pasteur devenue syndicat d'initiative ;
    • une maison avec tour d'angle (contenant un escalier à vis) de la fin du XVIe siècle ;
    • une fontaine, ancienne « pompe à brandoir », datant probablement du XVIe siècle ;
  • place du Chèvreril :
    • l'ancien « barquier » (abreuvoir) du XVIIIe siècle, devenu fontaine ;
    • le buste de François de Bonne, duc de Lesdiguières ;
  • place aux Herbes (ancien marché aux plantes et produits laitiers) :
    • une maison sur voûtes (les « tounes ») ;
  • dans les rues de la vieille ville :
    • des maisons des XVIe et XVIIe siècles.
Chapelle des Pétètes (chapelle Saint-Grégoire).

Dans les environs immédiats :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Emblèmes[modifier | modifier le code]

  • Oriflamme

L'oriflamme de Saint-Bonnet-en-Champsaur est formée de cinq bandes verticales alternativement bleues et blanches. Les deux bandes bleues à chaque extrémité du drapeau sont bordées l'une à gauche et à l'autre à droite d'une mince bordure blanche. Les couleurs proviendraient du chef des armoiries communales.

  • Armoiries
Blason de Saint-Bonnet-en-Champsaur Blason
De gueules au lion d'or, au chef d'azur chargé de trois roses d'argent[13].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

On peut lire cette devise « Nihil-nisi-a-numine », qui signifie « Rien si ce n’est par la volonté ».

Les armoiries sont celles de François de Bonne, duc de Lesdiguières. En 1547 (à vérifier car Lesdiguières est né en 1543 et aurait alors 4 ans), à son arrivée à Grenoble, les notables lui offrirent un bouquet de trois roses, chacune d’elles représentant un des trois saints de l’église de la ville. Lorsque le Champsaur devint le duché de Lesdiguières, il honore le Dauphiné, dont le Champsaur faisait partie, en incluant sur son blason les trois roses. Le lion qui est son emblème représente la force. Elles seront adoptées par la commune le 29 avril 1968.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arrêté du 9 novembre 2012 portant création de la commune nouvelle de Saint-Bonnet-en-Champsaur publié au Journal officiel du 14 décembre 2012.
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  7. « Séance du conseil municipal du 28 août 2014 » (consulté le 16 février 2016).
  8. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020)
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020)
  10. « Journal le Dauphiné libéré, édition Hautes-Alpes, consultable en ligne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Cette élection n'est pas mentionnée sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 janvier.
  11. Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté de communes Champsaur-Valgaudemar par fusion des communautés de communes du Champsaur, du Haut-Champsaur et du Valgaudemar » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-015, Préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 30 novembre 2016).
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Armorial des communes des Hautes-Alpes