Châteauroux-les-Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Châteauroux (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Châteauroux.
Châteauroux-les-Alpes
Village de Saint-Marcellin.
Village de Saint-Marcellin.
Blason de Châteauroux-les-Alpes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Embrun
Intercommunalité Communauté de communes de l'Embrunais
Maire
Mandat
Jean-Marie Barral
2014-2020
Code postal 05380
Code commune 05036
Démographie
Population
municipale
1 120 hab. (2014 en augmentation de 0,09 % par rapport à 2009)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 55″ nord, 6° 31′ 21″ est
Altitude Min. 811 m
Max. 3 120 m
Superficie 92,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Châteauroux-les-Alpes

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Châteauroux-les-Alpes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauroux-les-Alpes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauroux-les-Alpes

Châteauroux-les-Alpes est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à sept kilomètres au nord-est d'Embrun et à huit kilomètres de l'extrémité orientale du lac de Serre-Ponçon.

Communes limitrophes de Châteauroux-les-Alpes
Orcières Freissinières Réotier
Réallon Châteauroux-les-Alpes Saint-Clément-sur-Durance
Embrun Saint-André-d'Embrun

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 9 284 hectares ; son altitude varie entre 811 et 3 120 mètres[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat de la région d'Embrun 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,2 −2,1 0,1 3,1 6,7 9,9 12,4 12,1 9,7 5,8 0,9 −1,9 4,4
Température moyenne (°C) 1,2 2,7 5,5 8,7 12,7 16,2 19,3 18,8 15,9 11,4 5,6 2,4 10
Température maximale moyenne (°C) 5,7 7,6 10,9 14,4 18,6 28,1 26,5 27,2 22,1 16,9 10,4 6,7 15,6
Humidité relative (%) 66 64 61 61 64 65 59 62 66 68 68 66 64
Source : Infoclimat [2]


Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La route nationale N94 Gap-Briançon-Montgenèvre évite Châteauroux-les-Alpes. Depuis 1995, ce village bénéficie d'une déviation routière inaugurée par Jean-Claude Gaudin alors président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1150, on trouve une inscription parlant de Castrum Rodulphi, locution latine signifiant "le château de Rodolphe".

Par décret du , Journal officiel du avec effet au , Châteauroux est devenu Châteauroux-les-Alpes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 février 2011[Note 1] Richard Anthoine SE  
février 2011 en cours Jean-Marie Barral[4] DVD Retraité
4e vice-président de la communauté de communes[5]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2008[6]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Châteauroux-les-Alpes fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2014, la commune comptait 1 120 habitants[Note 2], en augmentation de 0,09 % par rapport à 2009 (Hautes-Alpes : +2,98 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 699 1 704 1 866 1 647 1 726 1 772 1 747 1 777 1 870
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 918 1 875 1 920 1 691 1 640 1 616 1 643 1 578 1 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 489 1 506 1 338 1 119 1 046 939 946 825 770
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
736 683 578 649 766 927 1 076 1 097 1 116
2014 - - - - - - - -
1 120 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, une vigne expérimentale a été implantée sur la commune pour améliorer le vin de pays des Hautes-Alpes. Elle est prise en charge par les viticulteurs locaux, la municipalité et le Parc national des Écrins. Son objectif est de tester huit cépages. Ce sont le Jacquère, l'Altesse, la Marsanne, le Chardonnay, le Chasan, le Muller Turgau, le Pinot Noir et le Pinot gris. Le but est de sélectionner les mieux adaptés au climat alpin. Des essais de vendange tardive ont pu être faits avec les variétés Jacquère, Altesse et Marsanne[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Châteauroux-les-Alpes.

Un des sites remarquables du village de Châteauroux-les-Alpes est la cascade de la Pisse (parc national des Écrins). Elle est alimentée par un torrent de montagne provenant du vallon du Distroit.

Parmi les monuments de cette commune à voir, on peut citer notamment l’église Saint-Marcellin du hameau de Saint-Marcellin, inscrite au titre des monuments historiques (le clocher est classé) par arrêté du 19 février 1981[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Joseph Guieu (1758-1817), général des armées de la République, décédé dans cette commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Châteauroux-les-Alpes Blason D'or au château de trois tours de gueules, ouvert du champ, ajouré et maçonné de sable, au chef cousu d'azur surmonté d'une croix d'argent[14].
Détails Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes. Le chef reprend les armes de la ville d'Embrun toute proche : une croix d'argent sur un fond d'azur.
Ces armes ont été adoptées par décision du conseil municipal le [14]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Richard Anthoine, maire, démissionne en février 2011.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. Infoclimat
  3. Site de la préfecture des Hautes-Alpes
  4. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 14 mars 2015).
  5. « Election des vice-présidents du 14 avril 2014 » [PDF], Communauté de communes de l'Embrunais (consulté le 25 octobre 2015).
  6. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Châteauroux-les-Alpes, consultée le 27 octobre 2017
  7. Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté de communes de Serre-Ponçon par fusion des communautés de communes de l'Embrunais et du Savinois Serre-Ponçon et extension aux communes de Chorges et Pontis » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-015, Préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le 30 novembre 2016).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  12. Vin de pays des Hautes-Alpes
  13. Notice no PA00080547, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. a et b http://vexil.prov.free.fr/embrunais/embrunais.html