Puy du Fou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puy du Fou
Image illustrative de l'article Puy du Fou
Les Vikings, un des 7 spectacles principaux du Grand Parc.
Image illustrative de l'article Puy du Fou

Ouverture Cinéscénie : 1978
Grand Parc : 1989
Superficie Cinéscénie : 23 ha
Grand Parc : 55 ha
Pays Drapeau de la France France
Département Vendée
Commune Les Epesses
Propriétaire L'Association pour la mise en valeur du Château et du Pays du Puy du Fou (loi 1901)
Type de parc Parc à thèmes
Nombre d'attractions Total : 60 (Grand-Parc)
Nombre de visiteurs >2 millions (2015)
Site web puydufou.com
Coordonnées 46° 53′ 36″ Nord, 0° 55′ 55″ Ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Puy du Fou

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Puy du Fou

Le Puy du Fou est un parc de loisirs à thématique historique situé en Vendée et fondé en 1978, par Philippe de Villiers. Il est actuellement présidé par l'un de ses fils, Nicolas de Villiers.

Le parc héberge la Cinéscénie, un spectacle nocturne pris en charge par des bénévoles retraçant l'histoire de la Vendée à travers la présentation de scènes de la vie quotidienne d'une famille de paysans royalistes du Moyen-Âge au XXe siècle et dans lequel est présentée une vision mythifiée d'un consensus social qui aurait caractérisé la Vendée historique.

En ce qui concerne le parc en lui-même, il reprend des éléments historiques de l'histoire de la région environnant le Puy du Fou et les adapte pour en faire des spectacles, mettant notamment à profit des animaux dressés (chevaux, rapaces, fauves et bétail), et des effets spéciaux et pyrotechniques. Le parc est aussi un lieu de présentation des coutumes ancestrales, avec un fort du Haut-Moyen-Âge, un village du bas Moyen-âge, un village du XVIIIe et un Bourg du début du XXe reconstitués, et où travaillent des artisans formés aux techniques artisanales de chaque époque. Le parc peut également s'appuyer sur une école de dressage de chevaux et sur une académie de fauconnerie participant à des programmes de réintroduction de rapaces dans leur milieu naturel.

D'une manière générale, à travers les différents spectacles historiques qui sont présentés au Puy du Fou, ce sont souvent les chrétiens et le Royaume de France, qui sont mis en scène, se battant contre leurs ennemis (Empire romain, Vikings, Anglais lors de la guerre de Cent ans, Républicains lors de la guerre de Vendée...). La guerre de Vendée est un thème particulièrement abordé par le parc qui met en avant de nombreuses figures du camp royaliste, avec notamment les Maupillier et le général de l'Armée catholique et royale de Vendée, François Athanase Charette de La Contrie.

En 2014, il est le second parc à thème de France par sa fréquentation derrière le domaine Disneyland Paris et ses parcs Disneyland et Walt Disney Studios. Le Puy du Fou est également un des rares parcs à thème d'Europe à avoir été distingué par un Thea Classic Awards, décerné par la Themed Entertainment Association, en 2012. Il a depuis reçu plusieurs prix et distinctions lors de l'Applause Award et des Parksmania Awards pour la qualité des spectacles, des animations ou des effets spéciaux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Puy du Fou est un lieu-dit de la commune des Epesses au nord-ouest du bourg, situé dans le Haut Bocage vendéen, près des Herbiers et de Cholet, à 45 minutes de La Roche-sur-Yon et à une heure de Nantes et d'Angers.

L'étymologie, du latin podium (hauteur, colline) et fagus (hêtre), conduit à interpréter le toponyme de Puy du Fou comme « la colline du hêtre » ou « sommet des hêtres ».

Historique[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Parallèlement à l'écomusée est créé en 1978 un spectacle nocturne qui souhaite retracer l'histoire de la Vendée du Moyen Âge à la Seconde Guerre mondiale à travers le destin d'une famille, les Maupillier. Cette Cinéscenie, dans le cadre du château en ruine du Puy-du-Fou, est montée à l'initiative de Philippe de Villiers, alors jeune haut-fonctionnaire et fils du vice-président du Conseil général de Vendée[1], et d'une poignée de volontaires[2]. En 1978, la première représentation de la Cinéscénie est jouée le 16 juin par plus de 600 Puyfolais. Plus de 80 000 visiteurs y assistent la première année.

D'emblée, pour plusieurs historiens, le spectacle développe une vision très orientée – révisionniste – de l'histoire de la révolution et des guerres de Vendée, les présentant sous une version mythifiée où les tensions sociales seraient absentes de la société vendéenne entre les élites aristocratiques et le peuple[3].

De 1978 à 1981, la musique du premier spectacle Ce soir, la Vendée, était composée d'extraits de musiques classiques en rapport avec les scènes évoquées.

Années 1980[modifier | modifier le code]

De 1982 à 2002, les musiques diffusées durant le spectacle de la Cinéscénie sont des compositions de Georges Delerue.

La course de chars dans le précédent spectacle Les Gladiateurs.

En 1989, est créé le Grand Parcours (ancien nom du Grand Parc) autour d'un petit village reconstitué façon XVIIIe siècle et de ses artisans, le Puy de Galerne. Les visiteurs sont emmenés en barque de l'entrée vers ce village et ils traversent la forêt du Puy du Fou. À l'origine, ce village est construit pour les besoins d'un film historique : Vent de Galerne. Une église en carton-pâte est également bâtie mais le scénario la destine à la destruction par les flammes.

Ce Grand Parcours est un parc de loisirs de 50 ha créé près de la Cinéscénie, sans lien réel avec l'histoire locale[3]. C'est une activité commerciale, contrairement à la Cinéscénie du Puy du Fou, qui mobilise des bénévoles.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Désormais inscrit dans les programmes des tours opérateurs (deuxième parc français le plus visité par jour d’ouverture derrière le parc Disneyland[4]) le Puy du Fou se banalise à partir de la fin des années 1990 en s'approchant toujours plus du profil d'un simple parc d'attractions[3]. Comme le souligne Jean-Clément Martin, « cette évolution a contribué à en changer le sens au point d'en brouiller l'image, y compris au sein des personnels impliqués dans l'aventure »[3].

En 1990, La tribune en bois démontable de la Cinéscénie ne suffit plus : la décision est prise de construire une tribune panoramique de 12 000 places. Philippe de Villiers sollicite son frère cadet Emmanuel pour prendre la Direction Générale du Grand Parc du Puy du Fou (fonction qu'il assumera jusqu'en 2002). En 1991, est créé un spectacle de fauconnerie et le Chemin de la Mémoire au sein du Grand Parcours. Le Théâtre d'Eau ouvre en 1992 retraçant l'histoire de la petite fille au tambour dans la forêt du Puy du Fou.

En 1993, Didier Barbelivien écrit une chanson intitulée Puy du Fou.

En 1994, création du spectacle La Fête de Chevalerie au sud du Château du Puy du Fou.

En 1995, la Cité Médiévale est ouverte, petite cité reconstituée avec sa chapelle, sa rue basse et sa rue haute, et ses enseignes qui accueillent des artisans comme le tonnelier, la portraitiste, la bourrelière ou encore le talmelier.

En 1997, est créé un spectacle mettant en scène des Vikings avec effets spéciaux (notamment un drakkar surgissant du fond des eaux) : la Légende de Saint Philbert. La même année la Cinéscenie fête ses 20 ans, pour l'occasion la scène est agrandie de 5 hectares et la tribune accueille 2000 spectateurs supplémentaires offrant désormais une capacité totale de 14 000 sièges par représentation.

En 1998, création de l'Académie Junior destinée à la formation des futurs cadres, artistes et techniciens du Puy du Fou.

Au cours de cette décennie, le Grand Parc du Puy du Fou accueille à deux reprises, en 1993 et 1999, le départ des coureurs du Tour de France.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Régulièrement, des modifications techniques ou scéniques sont apportées au spectacle : à l'aire scénique d'origine, constituée de l'avant-scène, de la terrasse du château, du ponton flottant et de l'île. En 2003, une nouvelle musique originale est composée pour le spectacle par Nick Glennie Smith. En 2005, le village des Ouches est agrandi d'une église. En 2008, un nouveau final voit le jour avec 130 jets d'eau d'une hauteur de 30 mètres. En 2009, la scène du « Rêve » est enrichie de projections sur des arches d'eau.

En 2000, le Grand Parc remplace La Fête de Chevalerie par un nouveau spectacle doté d'un donjon mobile de vingt mètres : La Bataille du Donjon.

En 2001, création de Gladiateurs et inauguration du stadium gallo-romain, un colisée de 115 m de long, où se déroulent courses de chars, combats de gladiateurs… La scène des fauves est confié à Thierry Le Portier.

En 2003, le spectacle de fauconnerie est remplacé par Le Bal des Oiseaux Fantômes, mettant en scène entre 140 et 170 faucons, vautours et autres oiseaux de proie.

Animation de rue : Les Automates Musiciens du Bourg 1900.

En 2004, un Bourg 1900 est construit à l'entrée du Grand Parc.

En 2005, création du spectacle Les Vikings, qui remplace la Légende de Saint Philbert.

En 2006, Le Grand Parc construit le Grand Carrousel (théâtre de 6 000 m2 dont le rideau est le plus grand du monde (80 m de long, 13 m de haut)[5]) pour y présenter le spectacle de cape et d’épée Mousquetaire de Richelieu. En décembre le spectacle de noël Le Mystère de Noël y est joué pour la première fois.

En 2007, le Grand Parc ouvre son premier hôtel : La Villa Gallo Romaine permettant aux visiteurs de prolonger leur voyage dans le temps en dormant au Puy du Fou dans l'univers de la Rome Antique.

En 2008, deux nouveaux spectacles sont créés : L'Odyssée du Puy du Fou, un « voyage interactif » dans l'histoire du lieu du Puy du fou de Rome à nos jours et un spectacle de marionnettes : La Légende de Martin. La Cinéscénie se dote d'un nouveau final. Le Puy du Fou s'ouvre également au tourisme d'affaires.

En 2009, deux nouveaux spectacles sont créés : Les Grandes Eaux et Les Orgues de Feu (spectacle nocturne)[6]. Cette même année un second hôtel, Le Logis de Lescure permet aux visiteurs de prolonger leur séjour et de redécouvrir le prestige du XVIIIe siècle. Au cours de cette même année il accueille l'élection de Miss France 2009.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, une nouvelle mise en scène voit le jour à la Cinéscénie. Depuis 2011, plusieurs scènes sont entièrement remodelées chaque année. En 2014 le tableau du Marché est modifié et des améliorations au niveau de la lumière se poursuivent en partenariat avec Koert Vermeulen (en).

En 2010, le Grand Parc remplace La Bataille du Donjon par un nouveau spectacle se déroulant pendant la guerre de Cent Ans : Le Secret de la Lance. Cette même année un troisième hôtel est créé : Les Îles de Clovis, une véritable cité lacustre qui transporte les visiteurs au temps des vikings. Une nouvelle mise en scène de la Cinéscénie apparaît. Puy du Fou Espérance et Puy du Fou International sont également créés.

En 2011, le Grand Parc remplace Gladiateurs par un nouveau spectacle qui se déroule toujours sur le thème des jeux du cirque : Le Signe du Triomphe. Cette même année il accueille la présentation des coureurs du Tour de France et un sondage IFOP le classe « parc préféré des français »[7].

En 2012, nouvelle attraction avec Le Monde imaginaire de La Fontaine présentant les fables de façon interactive, sur un texte lu par Gérard Depardieu et comprenant également un labyrinthe de treillages et une aire de jeu pour enfants. Trois ateliers découvertes (fauconnerie, danse et cuisine avec la participation de Marc Veyrat pour ce dernier atelier) sont également créés pour les visiteurs de la Cité Nocturne. Du côté de la Cinéscénie, des nouvelles projections viennent embellir le château renaissance et deux nouvelles scènes sont refondues (la Guerre de Vendée et Mardi-Gras).

En 2013, le Grand Parc remplace le Magicien Ménestrel par un nouveau spectacle, Les Chevaliers de la Table ronde, spectacle de magie sur la légende arthurienne réalisé en collaboration avec Dani Lary et Bertran Lotth.

En 2014, le Grand Parc ouvre les portes du château du Puy du Fou avec le spectacle La Renaissance du Château. Un quatrième hôtel Le Camp du Drap d'Or rejoint la Cité nocturne et propose aux visiteurs de passer leur nuit dans une logerie de l'époque Renaissance. Enfin un nouveau restaurant Les Deux couronnes est également ouvert. La scène du Marché est revue pour la Cinescénie.

En 2015, le Grand Parc ouvre Les Amoureux de Verdun. Ce parcours-spectacle plonge le spectateur au cœur d'une tranchée reconstituée : explosion, obus, infirmerie. Le visiteur découvre d'un peu plus près la vie des Poilus dans les tranchées en pleine Première Guerre mondiale. Le parc ouvre également un nouveau restaurant, l’Échansonnerie. Pour la Cinescénie, la Renaissance italienne fait son apparition avec le Ballet Vénitien, où des gondoles de 18 m de long surgissent de l'étang. Natasha Saint-Pier prête sa voix à la nouvelle chanson des Adieux.

En 2016, le Grand Parc inaugure le Théâtre des Géants, une salle de 2400 places sur une tribune tournante qui accueille un spectacle, Le Dernier Panache, sur le général Charette[8], un officier royaliste de la guerre de Vendée qui s'est battu contre les républicains. Le Chemin de la mémoire est supprimé.

Spectacles[modifier | modifier le code]

Grands spectacles[modifier | modifier le code]

  • Le Signe du Triomphe (6 500 places) : en l'an 300, une dizaine de prisonniers chrétiens sont condamnés à remporter les jeux du cirque pour sauver leurs vies. Damien, un jeune centurion se bat sous leur bannière.
  • Les Vikings (3 500 places) : un village en fête est attaqué par des guerriers vikings qui surgissent du fond des eaux avec leurs drakkars pour les piller. Le spectacle met en scène des drakkars de 20 mètres de long et 10 mètres de haut, 50 animaux, 30 acteurs et 10 visiteurs invités.
  • Le Bal des Oiseaux fantômes (3 200 places) : au temps des châteaux forts, des aigles, faucons, vautours et milans effectuent un ballet dans le ciel. Ce spectacle fait voler plus de 200 rapaces et échassiers. Le final rassemble 150 oiseaux qui volant simultanément. Les musiques utilisées sont principalement extraites de l'album Illusions de Thomas Bergersen (le morceau Immortal pendant la scène des Pygargues, Ocean Princess pendant la scène des vautours et charognards et Merchant Prince pour la scène finale).
  • Le Secret de la Lance (4 000 places) : au XVe siècle, Marguerite, une jeune bergère utilise une lance aux pouvoirs surnaturels que lui a offert Jeanne d'Arc pour vaincre les Anglais. Ce spectacle est rythmé par une musique originale du compositeur Carlos Núñez[9].
  • Mousquetaires de Richelieu (3 000 places) : spectacle de duels à l'épée, de ballets flamenco et de cascades équestres, dont l’action se situe au XVIIe siècle sur les 2 000 m² de scène du Grand Carrousel, le tout sur une musique originale composée par Nick Glennie-Smith (de 2006 à 2013).
  • Le Dernier Panache (2 400 places) : spectacle sur le général de l'Armée catholique et royale de Vendée, François Athanase Charette de La Contrie, ayant combattu lors de la Guerre de Vendée contre les républicains de la Première République française. La musique a été composée par Nathan Stornetta.
  • Les Orgues de Feu (spectacle nocturne, 7500 visiteurs par représentation) : dans un univers fantasmagorique, des ballerines, farfadets, nymphes et musiciens glissent sur la musique de Mozart, Delerue, Bach et Bizet.

Spectacles au cœur de la forêt[modifier | modifier le code]

  • L'Odyssée du Puy du Fou (200 places) : Voyage à travers les siècles : Rome Antique, le Moyen Âge, la Renaissance et la période des Guerres de Vendée. Le spectateur découvre des murs qui se déforment, des armures qui se mettent en mouvement, un mur aquatique, etc.
  • Les Grandes Eaux : Au son d'une musique baroque et sous la direction de Lully et de ses timbaliers, un ballet aquatique est chorégraphié grâce à 120 jets d’eau.
  • Les Chevaliers de la Table Ronde (2 000 places) : Au pied des remparts, Merlin met le courage d’Arthur à l’épreuve.

Spectacles pour enfants[modifier | modifier le code]

  • La Légende de Martin : La Légende de Martin est un théâtre de marionnettes accessible dès l'âge de trois ans. Ce spectacle, qui mêle dialogues et chansons, raconte l'histoire de villageois attaqués par la « Malebête ». Ce spectacle est largement inspiré de la légende de la bête d'Angles[10].
  • Les Orgues aquatiques : Le visiteur peut interagir grâce à quatre pianos baroques installés autour du lac.
  • Les Automates musiciens : Des automates musiciens jouent des airs entraînants qui invitent les enfants à danser.
  • Animations : les Jets Sauteurs, la Pêche à la ligne, le manège des Chevaux de Bois, les Artisans d'Art et les Musiciens Traditionnels (Arbadétorne, Faryvol)
  • Le Monde Imaginaire de La Fontaine : le repaire des enfants, le Labyrinthe des Animaux.

Infrastructures et environnement[modifier | modifier le code]

La Cinéscénie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Cinéscénie.

Incarnée par 3 500 bénévoles appelés « Puyfolais », l’action de la Cinéscénie se déroule sur une scène de 23 hectares. La Cinéscénie réunit 1200 acteurs, 120 cavaliers, 100 techniciens et 300 personnes pour l'accueil et la sécurité du public. Elle nécessite 8 000 costumes, 800 pièces d'artifice, 8 000 projecteurs et 150 jets d'eau de 30 mètres de haut. Les acteurs du spectacle sont répartis au sein de différents "villages" que sont La Pêcherie, L'Allée Romaine, La Cavalerie, Le Château et l'Île. Les Puyfolais s'y retrouvent pour se costumer mais également pour se rassembler en convivialité.

Dans sa tribune panoramique de 14 500 places, la Cinéscénie accueille, en 28 représentations, près de 380 000 spectateurs par an. Quelques acteurs célèbres prêtent leur voix au spectacle : Philippe Noiret, Jean Piat, François Chaumette, Robert Hossein, Alain Delon, Gérard Depardieu, Marie Dubois, Suzanne Flon, Catherine Salviat, Richard Darbois ou encore Michel Duchaussoy[11].

Château[modifier | modifier le code]

L'actuel château[12], construit dans le style de la Renaissance italienne par l'architecte le Primatice en remplacement d'édifices plus anciens, est dû à François II du Puy du Fou (1496-1548). La construction demeura inachevée et le château fut vendu en 1659.

Le château fut classé monument historique en 1974 et en 1986[13]. En 1977, le conseil général de la Vendée l'acheta et y créa, avec l'aide de l'État et dans l'esprit des projets muséographiques de Georges-Henri Rivière, un écomusée (ainsi qu'un centre de recherches et de documentation) animé par le conservateur départemental Francis Ribémont. Cet écomusée a depuis fermé ses portes, ses collections ayant rejoint en 2006 L'Historial de la Vendée, nouvel équipement muséographique réalisé aux Lucs-sur-Boulogne par le conseil général.

Blason Blasonnement :
De gueules à trois macles d'argent ordonnées 2 et 1.
Commentaires : Les armes de Renaud du Puy du Fou, au Moyen Âge.

Autres infrastructures[modifier | modifier le code]

Outre les spectacles et la nature, le parc s'articule autour de différentes infrastructures. Il y a des points de restauration dont deux proposent un spectacle le midi ainsi que des hôtels mais une particularité du parc est la présence de villages. Ceux-ci proposent des boutiques d'artisan d'art et sont au nombre de quatre, chacun étant représentatif d'une époque différente : le Fort de l'An Mil, la Cité Médiévale, le Village XVIIIe siècle et le Bourg 1900. Ceux-ci furent construits au fil des années et n'existaient donc pas à l'origine.

Forêt et jardins[modifier | modifier le code]

La forêt de 50 hectares compte 130 espèces d'arbres, 250 sortes de plantes sauvages et 5000 pieds de rosiers de 85 espèces différentes. Les visiteurs sont informés sur la flore du parc avec une signalétique sur les espèces rares, les plantes sauvages et les plantes néfastes, les plantes médicinales et les différentes variétés de légumes dans les potagers du Village XVIIIe siècle et de la cité médiévale. Les déchets végétaux du parc sont compostés et les insecticides peu utilisés.

Animaux[modifier | modifier le code]

Au Puy du Fou sont utilisés plus de mille animaux, aussi bien de ferme que sauvages[14] qui pour certains participent directement aux spectacles : chevaux, rapaces, lions, tigres, loups, daims, dromadaires, autruches, moutons, poules, oies, baudets… De nombreux professionnels travaillent pour le dressage des animaux.

Ainsi, la fauconnerie du Puy du Fou, membre de l'Association européenne des zoos et aquariums, élève plus de 400 oiseaux de 68 espèces et comptabilise environ 80 naissances par an[15],[16],[17]. Les tigres et les lions sont utilisés pour les spectacles de gladiateurs de l'époque de la Rome antique, dressés par Thierry Le Portier[18].

Certaines races d'animaux domestiques à faibles effectifs sont élevées dans une perspective de préservation de la biodiversité domestique (moutons des landes de Bretagne, chèvre poitevine, porc de Bayeux, vache maraîchine). Ces animaux de la ferme sont présentés au sein du conservatoire animal des races anciennes, et de la grange du village du XVIIIe. Les daims se situent dans la clairière aux daims. Les différents oiseaux se rencontrent dans l'Allée des Volières. D'autres animaux se trouvent dans la partie ouest du parc dans des enclos.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Création des spectacles[modifier | modifier le code]

Chaque spectacle (scénario, décor, bande sonore, machineries) est conçu et mis en œuvre par les équipes du Puy du Fou, dans le but de garantir ainsi une certaine unité artistique. En 1998, le Puy du Fou a créé sa propre école de formation interne. Ouverte aux jeunes bénévoles Puyfolais, elle forme les futurs artistes et techniciens du Puy du Fou. Chaque année, s'ouvrent de nouvelles académies. En 2011, près de 550 jeunes Puyfolais se sont inscrits dans l'une des 24 écoles de l'Académie Junior. Ouverte de début octobre à mi-avril, l'Académie Junior du Puy du Fou permet aux Puyfolais – durant leurs congés hebdomadaires ou scolaires - de s'initier aux disciplines de leur choix : costume, danse, dessin, enluminure, décors et accessoires, équitation, voltige équestre, photographie, vidéo, technique du spectacle, animalerie, fauconnerie, flamenco[19],[20], attelage, etc.

Puyfolais[modifier | modifier le code]

Le terme « Puyfolais » désigne les 3 500 bénévoles qui font partie de l'association du Puy du Fou, et participent au spectacle de la Cinéscénie. Depuis 35 ans, les Puyfolais organisent régulièrement une soirée humanitaire au profit d'associations. Plus de deux millions d'euros sont ainsi offerts à une trentaine d'associations. En 2010, un fonds de dotation, Puy du Fou Espérance, est créé pour coordonner toutes ces actions.

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Le Puy du Fou est porté par une association loi 1901, et une société par actions simplifiée (SAS). L'association, qui organise la Cinéscénie, est actionnaire à 99 % de la SAS du Grand Parc. Elle s'autofinance à 100 %[21]. Il emploie plus de 1 200 saisonniers[22].

Les deux structures contribuent à financer l'Académie Junior, une structure de formation interne aux métiers du parc. Cette organisation est l'une des principales forces du Puy du Fou, permettant l'action conjuguée des bénévoles et des professionnels[23]. Depuis 1977, le Puy du Fou a investi l'équivalent de 260 millions d'euros pour son développement, réalisé à 80 % par des entreprises locales[24]. Le Grand Parc emploie désormais directement 1 375 personnes[25] dont 150 salariés permanents[22] ; 3 500 bénévoles participent à la Cinéscénie[26].

Au fil des ans, le Puy du Fou est ainsi devenu un moteur économique et culturel important de la Vendée[2].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le Puy du Fou a cumulé durant son année 2014, en comptant le Grand Noël 2013, le Grand Parc et la Cinéscénie 2014, 1 912 000[27] visites soit 169 000 entrées supplémentaires (+ 9 %) par rapport à la saison précédente avec un chiffre d'affaires de 75 millions d'euros[28] ce qui le place à nouveau deuxième complexe de loisirs français quant au nombre de visiteurs, derrière les deux parcs de Disneyland Paris et devant le Parc Astérix et le Futuroscope.

En 2015, le nombre d'entrées du Puy du Fou dépasse pour la première fois les 2 millions de visiteurs[29].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le , le Puy du Fou, accompagnée des équipes de Lacroix-Ruggieri a remporté le Jupiter d'Argent lors de l'International des Feux Loto-Québec, la plus grande compétition internationale de pyrotechnie se déroulant à Montréal[30],[31].

Le , le Puy du Fou a été le premier parc français et un des rares d'Europe à être distingué en recevant le « Thea Classic Awards 2012 », décerné à Los Angeles par un jury de professionnels du spectacle de la Themed Entertainment Association[32].

Qualifié comme étant en 2012 le parc de loisir préféré des Français[33], le Puy du Fou a été la même année récompensé par la certification internationale « Green Globe » pour sa démarche en faveur du développement durable[34], puis par le 2e prix de l'Applause Award, lors du salon international de l'IAAPA (l'International Association of Amusement Parks and Attractions)[35].

En 2013, le parc est récompensé en étant élu « Meilleur Parc d'Europe 2013 » lors des Parksmania Awards qui se sont déroulés à Plaisance en Italie[36].

En 2014 la Cinéscénie se voit obtenir le prix du « Meilleur événement Européen de la saison 2014 » lors des Parksmania Award se déroulant à Rome, en Italie. Un mois plus tard, le Puy du Fou reçoit l'Applause Award remis par l'IAAPA à Orlando, en Floride.

En 2015, le nouveau spectacle des Amoureux de Verdun reçoit un « Thea Award for Outstanding Achievement » par la Themed Entertainment Association[37],[38].

Partenariats internationaux[modifier | modifier le code]

Le Puy du Fou a conclu plusieurs accords dans des pays étrangers, mettant à disposition son savoir-faire en matière de spectacle, notamment aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

En 2013, le parc néerlandais Efteling fait appel au savoir-faire du Puy du Fou afin de mettre en place la deuxième mouture de leur spectacle, Raveleijn. Il s'agit d'une exportation artistique, le Puy du Fou ayant envoyé une équipe composée de comédiens, cascadeurs, fauconniers et techniciens[39].

Un accord est signé à l'été 2014 par Philippe de Villiers pour construire deux parcs de loisirs « Tsargrad Center » s'inspirant du Puy du Fou, l'un dans la région récemment annexée de Crimée, l'autre près de Moscou, qui permettront de raconter, sur le même modèle que le parc vendéen, une certaine histoire de la Russie[40],[41].

En 2016, une Cinescénie anglaise, Kynren, va voir le jour. Ce spectacle, présentera l'histoire anglaise des Romains jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. 14 représentations auront lieu lors de l'été 2016 avec une scène d'environ 3 ha, soit 20 de moins que la scène de la Cinescénie, et une tribune qui pourra accueillir 8 000 spectateurs. Le château d'Auckland servira pour ce spectacle. Enfin, le système de bénévolat, comme à la Cinescénie, restera présent[42].

Controverses[modifier | modifier le code]

Une vision orientée de l'histoire de la Vendée[modifier | modifier le code]

Comme le soulignent Jean-Clément Martin, historien spécialiste de la Révolution française, de la Contre-révolution et de la guerre de Vendée, et Valérie Sottocasa, maître de conférences en histoire moderne à l'université Toulouse - Jean Jaures, le spectacle, « d'emblée militant et symbolique »[43] exalte « le mythe d'un âge d'or durant lequel nobles et gens du peuple étaient soudés par un même idéal communautaire »[44] mais « qui a servi jusqu'à nos jours à consolider une culture politique dont témoignent les commémorations du Puy-du-Fou, sans doute les plus spectaculaires du genre »[44]. La mobilisation des populations locales dans le cadre d'« une association défendant les valeurs de la famille et de la tradition »[43] s'inscrit dans ce cadre : il s'agit de « populariser une idée de l'histoire de France teintée de Contre-Révolution »[43],[45], comme le montrent en outre dans les années 1980 et 1990 les thématiques des colloques qui s'y déroulent ou la venue du dissident soviétique Alexandre Soljenitsyne[43].

Jean-Clément Martin et Charles Suaud, professeur de sociologie à l'université de Nantes et directeur du Centre nantais de sociologie, font remarquer que le spectacle de la Cinéscénie dépeint une société paysanne vendéenne faussement uniforme, « privée de ses contradictions internes », occultant à la fois les affrontements ayant eu lieu en Vendée entre catholiques et protestants pendant les guerres de religion et les rapports de domination économique et sociale entre nobles et paysans[45].

L'historien Michel Vovelle, professeur d'histoire de la Révolution française à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et ancien directeur de l'Institut d'Histoire de la Révolution française, qualifie le Puy du Fou de « spectaculaire révision de la Révolution française » proposant une « vision passéiste du monde et une mémoire qui est loin d’être innocente »[46].

Cependant, le Puy du Fou reçoit le soutien de l'historien Reynald Seycher[47], connu pour ses travaux sur ce qu'il appelle le génocide vendéen.

Conditions de travail[modifier | modifier le code]

Le parc de loisirs a plusieurs fois été confronté à la colère des intermittents du spectacle.

En 2003, l'un d'entre eux, employé par le parc, est licencié pour avoir signifié à des journalistes sa sympathie pour le mouvement de grève des acteurs de la profession. Ce cas fait alors l'objet d'une procédure aux prud'hommes de La Roche-sur-Yon en janvier 2004 pour licenciement abusif et travail dissimulé[48],[49],[50]. La direction du parc obtient que l'employé retire sa plainte moyennant un arrangement financier. Cependant, le syndicat français des artistes-interprètes et la fédération du Spectacle CGT maintiennent la leur au nom de l'intérêt collectif[51].

Partenariat avec la Russie[modifier | modifier le code]

Entretien de Philippe de Villiers et de Vladimir Poutine en Crimée, en 2014.

Un accord signé à l'été 2014 par Philippe de Villiers prévoit la construction par son entreprise Puy du Fou International SAS de deux parcs de loisirs s'inspirant du Puy du Fou, l'un dans la région récemment annexée de Crimée, l'autre près de Moscou, qui permettront de raconter, sur le même modèle que le parc vendéen, une certaine histoire de la Russie[40],[41]. Ce projet est financé à hauteur de 420 million d'euros par l'oligarque ultraorthodoxe Konstantin Malofeev, une des personnalités russes sanctionnées par l'Union européenne pour avoir financé les forces armées séparatistes pro-russes qui sont intervenues en Ukraine lors de la crise de Crimée en 2014[52],[53]. La députée vendéenne socialiste Sylviane Bulteau qualifie cette démarche de scandaleuse et appelle Philippe de Villiers à « aller dans le sens des valeurs de la France et de l’Europe qui ont largement condamné le régime autoritaire de Vladimir Poutine ». Elle annonce la saisie du cabinet du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius[54], la France ne reconnaissant ni les résultats du référendum du 16 mars en Crimée, ni le rattachement de cette région d'Ukraine à la Russie.

Authenticité de l'anneau de Jeanne d'Arc et récupération du mythe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Anneaux de Jeanne d'Arc.

En février 2016, un anneau présenté comme une relique de Jeanne d’Arc a été acheté lors d'une vente aux enchères londonienne par le parc d'attractions le Puy du Fou[55].

Toutefois, les historiens médiévistes Colette Beaune, Olivier Bouzy et Philippe Contamine doutent de l'authenticité de l'objet eu égard aux incertitudes relatives à son origine et au suivi de sa transmission depuis le XVe siècle[56],[57],[58],[59].

Les auteurs William Blanc, docteur en histoire médiévale, et Christophe Naudin, professeur d'histoire-géographie, affirment qu'à travers la mise en scène de l'anneau, Philippe de Villiers « parachève ainsi une offensive médiatique, politique et commerciale, qui marie allègrement un discours identitaire avec une gestion spectaculaire et libérale[60]. »

Dons de l'association de la Cinéscénie[modifier | modifier le code]

En juillet 2015, l'association de la Cinéscénie fait un don de 50 000 € à la Fondation Jérôme Lejeune pour l’agrandissement de ses bâtiments et pour aider la recherche sur les maladies génétiques de l’intelligence et l’aide aux familles, lors d'une cérémonie en présence du fondateur Philippe de Villiers. Cette fondation reconnue d’utilité publique, notamment pour son soutien à la recherche sur la trisomie 21, est aussi connue pour être un mouvement pro-vie opposé à l'avortement (notamment des embryons et fœtus trisomiques) et à l'euthanasie[61],[62], partenaire du collectif La Manif pour tous[63],[64].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du Puy du Fou
  2. a et b Le mystère Villiers, l'Express, 25 octobre 2004
  3. a, b, c et d Jean-Clément Martin, Dictionnaire de la Contre-révolution, Perrin, 2011, p. 439
  4. [1]
  5. Il mesure 14,5 m par 71 m. « Le plus grand rideau du monde - [[RTL]] »,‎
  6. « Le Grand Parc du Puy du Fou a 20 ans » dans Le Parisien, le 28 juin 2009 http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/le-grand-parc-du-puy-du-fou-a-20-ans-28-06-2009-562756.php
  7. « Les parcs de loisirs deviennent des destinations de court séjour », sur lechotouristique.com,‎
  8. « Le dernier panache : la création originale 2016 du Puy du Fou », sur Vendée tourisme
  9. « Le Puy du Fou: le parc à remonter le temps », sur www.femina.fr,‎
  10. http://www.infobebes.com/Sorties/Parcs-a-themes/Puy-du-Fou
  11. http://riviere.blogs.capfrance.com/articles/le-puy-du-fou-66
  12. François-Charles James - Le château du Puy du Fou - p. 237-252, dans Congrès archéologique de France. 151e session. Vendée. 1993 - Société française d'archéologie - Paris - 1996
  13. « Notice no PA00110089 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. "Le Puy du Fou, un univers pour faire rêver les enfants" dans NosBamBins, le 7 août 2009 http://www.nosbambins.com/Nbb_article.asp?ArticleID=3356
  15. "Le Puy du Fou protège les rapaces" dans Youvox Voyages, le 5 septembre 2009 http://www.voyage.youvox.fr/Le-Puy-du-Fou-protege-les-rapaces,2362.html
  16. "160 chevaux au Puy du Fou" dans Cavadeos, le 1er août 2008 http://www.cavadeos.com/templates/display_itemv4.cfm?C1=19&C2=22&ObjId=28523
  17. Jean-Louis Liégeois, maître fauconnier, À la découverte des rapaces à la Fauconnerie du Puy-du-Fou, émission « C'est pas du vent » sur RFI, 24 septembre 2011
  18. « L'homme qui murmure à l'oreille des fauves », sur lefigaro.fr,‎
  19. "Le Puy du Fou créé sa propre école de spectacle" dans Les Échos, le 5 août 2004 http://archives.lesechos.fr/archives/2004/LesEchos/19215-47-ECH.htm?texte=
  20. "À l'école des vocations" dans Le Figaro, le 14 octobre 2007 http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2007/08/17/01006-20070817ARTMAG90366-_l_ecole_des_vocations.php
  21. « Le Puy du Fou ouvre sa saison 2010 avec un nouveau spectacle médiéval » dans Le Parisien, le 13 avril 2010 http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/le-puy-du-fou-ouvre-sa-saison-2010-avec-un-nouveau-spectacle-medieval-13-04-2010-885120.php
  22. a et b Ludovic Robet, « Entretien avec Philippe de Villiers : "Je n'ai pas besoin de la politique" », sur Les Sables - Vendée Journal,‎ (consulté le 29 février 2016)
  23. « La réussite atypique du Puy du Fou » dans Les Échos, le 3 juillet 2006 http://www.lesechos.fr/03/07/2006/LesEchos/19700-044-ECH_la-reussite-atypique-du-puy-du-fou.htm
  24. Cyril Coantiec, « Nouveau record de fréquentation pour le Puy du Fou en 2014 », sur Le Figaro,‎ (consulté le 29 février 2016)
  25. « Le bénévolat en danger de mort ! », sur Puy du Fou,‎ (consulté le 29 février 2016)
  26. « Vendée. Le Puy du Fou franchit la barre des 2 millions de visiteurs », sur Le Journal des entreprises,‎ (consulté le 29 février 2016)
  27. « Puy du Fou. Le parc à thèmes vendéen conforte sa deuxième place »
  28. « Le Puy du Fou conforte sa place de numéro deux des parcs à thème en 2014 »
  29. « Le Puy du Fou voit grand pour célébrer l’histoire de la Vendée », sur Les Echos,‎
  30. http://www.puydufou.com/histoires-de-ouf/news-du-jour/le-jupiter-dargent-est-au-puy-du-fou/ Le Jupiter d'Argent est au Puy du Fou
  31. http://www.puystory.fr/archives/2011/08/09/21763774.html
  32. Le Puy du Fou, meilleur parc de loisirs, Le Figaro, 17 mars 2012.
  33. Le Puy du Fou signe un nouveau record defréquentation et annonce ses plans pour 2013-2014
  34. http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-La-demarche-environnementale-du-Puy-du-Fou-recompensee_40808-2108842------85109-aud_actu.Htm
  35. Le Puy du Fou décroche le 2e prix de l’Applause Award, Ouest-France, 13 novembre 2012.
  36. (it) Parksmania Awards 2013
  37. « Les "Amoureux de Verdun", au Puy du Fou, meilleure attraction du monde », sur Ouest France
  38. (en) « Past Thea Award recipients: 1994-2016 », sur teaconnect.org (consulté le 6 mai 2016)
  39. « Les Épesses. Le Puy du Fou exporte son savoir-faire en Hollande, au parc Efteling », sur Ouest-France,‎ (consulté le 25 juin 2015)
  40. a et b Claire Bommelaer; « Le Puy du Fou s'exporte au pays des tsars » Le Figaro, vendredi 18 juillet 2014, page 12
  41. a et b Le Figaro 15/08/2014 : Un puy du fou russe va ouvrir en Crimée
  42. « Britain's Puy du Fou », sur The Guardian
  43. a, b, c et d Jean-Clément Martin, Dictionnaire de la Contre-révolution, Perrin, 2011, p. 439
  44. a et b Valérie Sottocasa, « Ceux qui disent non », L'Histoire, no 342,‎ , p. 65 (lire en ligne)
  45. a et b Jean-Clément Martin et Charles Suaud, « Le Puy du Fou : L'interminable réinvention du paysan vendéen », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 93, no 1 « L’invention du passé national / Le ghetto vu de l’intérieur »,‎ , p. 21-37 (lire en ligne)
  46. « Un historien au Puy du Fou », sur monde-diplomatique.fr,‎
  47. « Vendée : Du génocide au mémoricide de Reynald Secher - Les Editions du cerf », sur www.editionsducerf.fr (consulté le 10 août 2016)
  48. « Le bouffon du Puy du Fou saqué pour bavardage », sur liberation.fr,‎
  49. « AG des intermittents de la région nantaise du 28/07/03 », sur nantes.indymedia.org,‎
  50. « Maison Villiers et fils. L’opéra bouffon du Vicomte », sur lalettrealulu.com,‎
  51. « Procès contre le Puy du Fou », sur nantes.indymedia.org,‎
  52. « Les affaires en Crimée de Philippe de Villiers avec l'oligarque Konstantin Malofeev », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎
  53. « Puy du Fou en Russie : les sanctions européennes n'auront pas d'impact », sur lepoint.fr,‎
  54. « Puy-du-Fou en Russie: la démarche de Philippe de Villiers est "scandaleuse" », sur bfmtv.com,‎
  55. Jean-Louis Tremblais, « L'anneau de Jeanne d'Arc au Puy du Fou ! », Le Figaro, 3 mars 2016
  56. « Doutes sur l'authenticité de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur lanouvellerepublique.fr,‎ (consulté le 8 mars 2016)
  57. Agence France-Presse, « La France a-t-elle récupéré un anneau de Jeanne d'Arc ? Certains le croient, d'autres pas », sur L'Express,‎ (consulté le 14 avril 2016)
  58. Claire Bommelaer, « Un historien s'interroge sur l'origine de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur Le Figaro,‎ (consulté le 14 avril 2016)
  59. « Un collègue scientifique m'a d'ailleurs fait remarquer que le motif floral présent sur l'anneau daterait plutôt de la toute première Renaissance, c'est-à-dire aux alentours des années 1492, 1500 », témoigne Olivier Bouzy, concluant que « l'anneau est probablement un authentique du XVe siècle. Mais il s'agit d'un objet de piété. On ne peut pas imaginer qu'il a été fait sur mesure pour Jeanne d'Arc. Ce sont sans doute des bijoux qui ont été faits en grande quantité à l'époque. Je ne dis pas que l'anneau n'a pas appartenu à Jeanne d'Arc, mais pour l'instant, les informations que l'on a ne sont pas convaincantes. » (Quentin Jost, « Une authenticité remise en cause », sur La République du Centre,‎ (consulté le 22 avril 2016)).
  60. « Comment Philippe de Villiers récupère le mythe de Jeanne d’Arc », sur lemonde.fr,‎ .
  61. « Le Puy du Fou donne 50 000€ à une association anti-IVG et anti-euthanasie. », sur ladepeche.fr,‎
  62. « Puy du Fou. Un don de 50 000 € à la très militante Fondation Lejeune », sur ouest-france.fr,‎
  63. « La Manif pour tous toujours aussi déterminée », sur lemonde.fr,‎
  64. « La Manif pour tous et la Fondation Jérôme-Lejeune portent plainte contre Act Up », sur la-croix.com,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Louboutin, Le Puy du Fou, un Pays retrouvé, témoignages, Le Cercle d'Or, 1979
  • Hervé Louboutin, Le Puy du Fou, une culture en fête, Le Cercle d'Or, 1982
  • Michel Vovelle, « Un historien au Puy du Fou », Le Monde diplomatique, août 1994
  • Jean-Clément Martin et Charles Suaud, Le Puy-du-Fou en Vendée, l'Histoire mise en scène, Paris, L'Harmattan, 1996
  • Bernard Chupin, « À l'aube des trente ans, trente questions à un Puyfolais », (diffusion privée), 2007
  • Philippe de Villiers, L'Aventure du Puy du Fou, entretien avec Michel Chamard, Albin Michel, 1996
  • Philippe de Villiers, Les secrets du Puy du Fou, Albin Michel, 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]