Étienne Gernelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gernelle (homonymie).
Étienne Gernelle
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Étienne Gernelle né le 3 mai 1976 à Paris est un journaliste français, directeur de l'hebdomadaire Le Point.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d'un ingénieur agronome, travaillant pour la banque mondiale et l’ONU au Togo, il devient pensionnaire à Poitiers puis élève du lycée Saint-Jean-de-Passy et sort diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il effectue un périple d'un an à vélo, de Samarkand (Ouzbékistan) à Oulan-Bator (Mongolie), en 2000[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il travaille à Libération[2] puis au service étranger du Figaro et entre au Point en 2001. Il a d’abord été journaliste au service économie, puis traite successivement des questions sociales, d’aéronautique, de défense et d’énergie, avant d’être nommé adjoint à la direction de la rédaction en novembre 2008, puis directeur de la rédaction en 2010[3]. En janvier 2014, à 37 ans, il devient le nouveau patron du Point, et succède à Franz-Olivier Giesbert[2]. Il interviewe sur BFM TV différentes personnalités (Harlem Désir, Nathalie Kosciusko-Morizet, Marine Le Pen, etc.) et intervient dans LCI matin.

En mai 2018, à la suite d'un numéro du Point dont la couverture montre un portrait du président turc Recep Tayyip Erdoğan titrée et sous-titrée « Le dictateur. Jusqu'où ira Erdogan  ? Enquête sur le président turc, sa folie des grandeurs, ses réseaux en France, son offensive sur l'Algérie, ses crimes… »[4], Gernelle dit être victime d'une campagne de harcèlement de la part de partisans d'Erdogan et de son parti l'AKP, et avoir reçu des menaces de morts[5]. La rédaction du Point[4], et des kiosquiers ayant affichés cette une à Nîmes[6], au Pontet (banlieue d'Avignon), de Valence et de Lyon[5] sont également menacés - au Pontet les affiches sont retirées du kiosque[4]'[7] et à Valence[4]'[7] une est détruite le 26 mai mais elles sont rétablies le lendemain[4].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Étienne Gernelle, Les nouveaux défis du Pétrole, Milan, coll. « Les essentiels milan », , 64 p., broché (ISBN 2-7459-2106-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Goff 2014.
  2. a et b Ozap 2014
  3. Galinier 2010.
  4. a, b, c, d et e « Quand les soutiens d'Erdogan s'en prennent au « Point » », sur lepoint.fr, (consulté le 27 mai 2018)
  5. a et b « VIDEO. Une du "Point" sur Erdogan : "On a reçu des menaces de mort", déplore le directeur de la publication du magazine », sur francetvinfo.fr, (consulté le 30 mai 2018)
  6. « Nîmes : un kiosquier menacé à cause de la Une du Point sur Erdogan porte plainte », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 30 mai 2018)
  7. a et b « Des militants pro-Erdogan font retirer une affiche de l’hebdomadaire « Le Point » », sur lemonde.fr, (consulté le 30 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources sur le web[modifier | modifier le code]