Russell Crowe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crowe.
Russell Crowe
Description de cette image, également commentée ci-après

Russell Crowe en juin 2013 à une avant-première de Man of Steel.

Nom de naissance Russell Ira Crowe
Surnom Rusty
Naissance (52 ans)
Wellington, North Island, (Nouvelle-Zélande)
Nationalité Drapeau de la Nouvelle-Zélande Néo-Zélandais
Profession Acteur, Réalisateur, Musicien
Films notables L.A. Confidential
Gladiator
Un homme d'exception
h 10 pour Yuma
Robin des Bois

Russell Crowe est un acteur et réalisateur néo-zélandais[1] né le à Wellington.

Après avoir commencé sa carrière en Australie, il la poursuit aux États-Unis avec L.A. Confidential et Révélations (The Insider), avant de devenir mondialement célèbre avec Gladiator (pour lequel il a gagné l'Oscar du meilleur acteur) et Un homme d'exception.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Russell Crowe est né à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Il est le fils de Jocelyn Yvonne (née Wemyss) et John Alexander Crowe. Il a un frère, Terry. Il a des ancêtres Maoris, Anglais, Irlandais, Gallois, Allemands, Norvégiens, Écossais, Suédois, Italiens. Il a 4 ans lorsque sa famille emménage en Australie, à Sydney. Il débute à la télévision australienne grâce à la série Spyforce (1971-1973).

L'année de ses 14 ans, sa famille retourne vivre en Nouvelle-Zélande. À 16 ans, il quitte ses études pour poursuivre son ambition de devenir un acteur.

Carrière[modifier | modifier le code]

Années 1990 : Débuts et révélation[modifier | modifier le code]

Le premier pas vers la reconnaissance critique est marqué par son apparition dans The Crossing, un drame sur l'amitié, la loyauté qui en découle et les relations amoureuses. En effet, pour son premier rôle principal il incarne Johnny, dont le meilleur ami Sam décide de partir en ville pour sa carrière professionnelle, laissant derrière lui Meg, la femme qu'il aime. Cette dernière va alors peu à peu se rapprocher de Johnny qui se laisse tenter par le charme de Meg. Lorsque Sam réapparait, Johnny est tiraillé entre son ami et la femme dont il est tombé amoureux, remettant en question tout son environnement affectif. La critique encense le film et Russell Crowe est nommé pour l'"Oscar" australien du meilleur acteur et le tournage aura permis au comédien de rencontrer Danièle Spencer, celle qui sera sa future épouse. L'année suivante Russell Crowe décroche l'Oscar australien du meilleur second rôle pour sa performance dans le métrage Proof où il est Andy, un jeune plongeur d'un restaurant que fréquente Martin (interprété par Hugo Weaving), jeune photographe aveugle de naissance avec lequel il va se lier d'amitié. Néanmoins cette rencontre est bouleversée par la jalousie extrême de Célia.

Enfin en 1992, bien avant American History X, on retrouve un Russell Crowe crâne rasé leader d'un groupe de skinheads néonazis ciblant leurs brimades sur la population vietnamienne de Melbourne dans le Romper Stomper de Geoffrey Wright. Parallèlement à leurs expéditions punitives le groupe d'extrémistes est rejoint par une jolie jeune femme que va rapidement séduire Hando, le personnage de Russell Crowe. Davey, le second de Hando, est également sensible à la nouvelle venue et lorsque cette dernière montre des signes d'impureté aux yeux du groupe à la suite de ses crises d'épilepsie, l'opposition entre le chef et son lieutenant semble inévitable. Ici point de rédemption, Russell Crowe incarne un personnage sauvage, ancré dans ses idées, que rien n'arrête, tout simplement étonnant de froideur et de haine. L'Australian Film Award du meilleur acteur est amplement mérité pour cette composition qui lui ouvre définitivement les portes d'Hollywood.

Grâce à ce rôle, il est repéré en 1994 par Sharon Stone qui le choisit pour partenaire dans Mort ou vif de Sam Raimi, aux côtés de Leonardo DiCaprio et de Gene Hackman. Deux ans plus tard, il se fait véritablement connaître pour son rôle dans L.A. Confidential aux côtés de Kevin Spacey.

En 1999, il poursuit dans une veine noire et adulte en étant dirigé par Michael Mann dans le thriller Révélations, dont il partage l'affiche avec Al Pacino. Il prend plusieurs kilos pour le rôle, et livre une performance tourmentée, saluée par la critique, et par sa première nomination à l'Oscar du meilleur acteur.

Il s'apprête pourtant à enchaîner avec le rôle qui va marquer le plus grand tournant de sa carrière.

Années 2000 : Consécration[modifier | modifier le code]

En octobre 2005, sur le tournage de A Good Year.

Le tournage de Gladiator n'est certainement pas l'expérience la plus reposante qu'ait vécue l'acteur dans sa carrière, mais elle fit de lui une star internationale et un acteur rentable à Hollywood. Pourtant au départ, lorsque Ridley Scott élabore son casting, il pense à Mel Gibson, déjà rattaché au tournage de The Patriot. Ce dernier, qui connaît bien Russell Crowe, glisse son nom à Ridley Scott qui finit par suivre son conseil à la suite du visionnage de ses films les plus marquants.

Maintenant que Maximus est trouvé, le tournage peut débuter. Néanmoins les soucis vont s'enchaîner et les retards vont s'accumuler. Les prises de vues ont commencé en Angleterre mais le scénario n'est pas finalisé, Russell Crowe s'agace de devoir apprendre ses répliques au compte-gouttes, et les versions du scénario défilent sous les yeux de l'acteur. Au départ, Maximus devait retrouver sa famille vivante lors de l'épilogue, ensuite il s'agissait d'une histoire de vengeance où le général devenait finalement le protecteur de Rome. Il fallut donc plusieurs versions avant qu'on en arrive à celle qui a été imprimée sur la pellicule et qui a bien plus de force et d'impact que ce qui avait été envisagé au départ. En dehors des réécritures intensives, le décès du comédien Oliver Reed qui incarnait le propriétaire des gladiateurs Proximo soumit Ridley Scott à un véritable casse-tête pour mettre en boîte la dernière scène où il était censé apparaître.

En mai 2000, le film sort en salle, bénéficiant d'un budget atteignant les 100 millions de dollars avec les frais de promotion et traitant d'un genre disparu depuis plus de 30 ans à Hollywood, ce qui en fait une affaire risquée. Pourtant, à la surprise générale Gladiator rapporte près de 200 millions de dollars aux États-Unis et plus de 450 à travers le monde. En février 2001, Russell Crowe décroche l'Oscar du meilleur acteur, qui lui avait échappé l'année précédente, et Gladiator obtient l'Oscar du meilleur film.

En fin d'année, le succès bien plus relatif du modeste thriller d'action, L'Échange, de Taylor Hackford, fait davantage parler de lui pour la relation sentimentale de l'acteur avec sa partenaire à l'écran, Meg Ryan.

En 2001, il enchaîne avec un autre rôle majeur : celui de John Nash Jr dans le biopic Un homme d'exception, de Ron Howard. Sa performance habitée lui vaut de nouveaux une poignée de nominations et récompenses.

L'année 2003 est marquée par la sortie de Master and Commander : De l'autre côté du monde, une ambitieuse fresque maritime naturaliste, qui lui permet de retrouver Paul Bettany, et de tourner sous la direction d'un compatriote, l'acclamé cinéaste Peter Weir. Le film déçoit commercialement, mais reçoit un accueil critique extrêmement positif.

Russell Crowe à la première du film Jeux de pouvoir à Londres en avril 2009.

La suite de la décennie est marquée par des films plus mineurs. Il retrouve d'abord Ron Howard pour un autre biopic, le drame De l'ombre à la lumière, qui parvient à réitérer le succès critique de leur précédente collaboration, avec une poignée de nominations aux Oscars en 2005.

Puis tourne coup sur coup une poignée de films avec Ridley Scott, et ce dans des genres très différents : en 2006 la comédie dramatique champêtre Une grande année ; en 2007, le polar American Gangster, avec Denzel Washington ; en 2008, le thriller géopolitique Mensonges d'État, avec Leonardo DiCaprio ; et enfin la fresque historique Robin des Bois, où il prête ses traits au héros éponyme. Le long-métrage est projeté pour l'ouverture du festival de Cannes 2010, mais déçoit la critique. Le box-office est lui aussi en deçà des attentes du studio.

En 2007, il se distingue aussi dans le western h 10 pour Yuma, mis en scène par James Mangold, dont il partage l'affiche avec Christian Bale ; et en 2009 donne la réplique à Ben Affleck dans le thriller politique britannique Jeux de pouvoir, de Kevin Macdonald.

Années 2010 : échecs et diversification[modifier | modifier le code]

Le 12 avril 2010, l'acteur reçoit la 2 404e étoile sur le célèbre Walk of Fame d’Hollywood. Il est entouré de son épouse Danielle, du producteur oscarisé Brian Grazer, du réalisateur Ron Howard et du présentateur Jay Leno.

En décembre 2012, à la première des Misérables.

En 2012, il prête ses traits à Javert, dans la comédie musicale Les Misérables, de Tom Hopper, qui lui permet d'évoluer aux côtés de Hugh Jackman, Anne Hathaway, Amanda Seyfried et Eddie Redmayne. Sa performance est néanmoins décriée, et l'acteur admettra n'avoir pas été assez préparé[2]. Le film est par contre un grand succès commercial[3].

En 2013, il partage l'affiche du polar Broken City avec les stars Mark Wahlberg et Catherine Zeta-Jones. Cependant, le film est un échec critique[4] et commercial[5]. La même année, il prête ses traits à Jor-El, le père biologique de Superman dans le film Man of Steel, l'épisode reboot de la franchise Superman[6]. Il a été choisi par Zack Snyder et Christopher Nolan pour ainsi succéder à Marlon Brando, dans le Superman de Richard Donner.

L'année 2014 est marquée par la sortie de trois films, notamment la romance fantastique Un amour d'hiver, réalisée par Akiva Goldsman (le scénariste d'Un homme d'exception), et portée par Colin Farrell, qui est un flop critique et commercial. Le biopic Noé, projet personnel de Darren Aronofsky, qui lui permet de retrouver Jennifer Connelly comme épouse à l'écran, divise la critique.

Il fait aussi ses débuts de réalisateur (après deux expériences dans le registre du documentaire) avec la fresque historique La Promesse d'une vie. Un film racontant l'histoire d'un fermier, qu'il interprète lui-même, à la recherche de ses fils disparus durant la Première Guerre mondiale, lors de la bataille des Dardanelles. Les critiques sont positives, mais le film ne rembourse pas son budget.

En 2015, la comédie dramatique Fathers and Daughters, écrite et réalisée par l'italien Gabriele Muccino est un échec critique et commercial.

En 2016, il s'aventure pour la première fois dans le registre de la comédie, en incarnant l'un des deux héros de The Nice Guys, film d'action écrit et réalisé par Shane Black. Il évolue aux côtés d'un Ryan Gosling également à contre-emploi.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Russell Crowe avec sa femme Danielle Spencer, en septembre 2011.

Russell Crowe a entretenu une relation avec l'actrice Meg Ryan, alors mariée à Dennis Quaid. Ils se sépareront en 2001, après un an de liaison. De 2003 à 2012, il est marié à Danielle Spencer, une chanteuse australienne rencontrée sur le tournage de The Crossing, avec qui il a eu deux fils (Charles, né le 21 décembre 2003, et Tennyson, né le 7 juillet 2006).

Russell Crowe est fidèle en amitié et, à l'occasion, propose aux réalisateurs le nom d'un ami pour interpréter l'un de ses protagonistes. Ce fut le cas en 2003, dans Master and Commander : De l'autre côté du monde, de Peter Weir. Le Dr Stephen Maturin est ainsi incarné par Paul Bettany. En 2010, Ridley Scott lui doit Alan Doyle pour interpréter le ménestrel Allan-a-Dale, dans Robin des Bois.

Il fait partie d'un groupe d'abord intitulé 30 Odd Foot of Grunts (diminutif : Tofog), le groupe s'appelle aujourd'hui The Ordinary Fear of God (gardant ainsi les mêmes initiales).

Il est propriétaire d'une ferme de 226 hectares située au nord-ouest de Sydney, en Australie, mais également du célèbre club de rugby à XIII South Sydney Rabbitohs.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'étoile de l'acteur au Hollywood Walk of Fame, inaugurée en avril 2010.

Nominations et Récompenses[modifier | modifier le code]

Oscars[modifier | modifier le code]

Golden Globes[modifier | modifier le code]

BAFTA Awards[modifier | modifier le code]

AFI[modifier | modifier le code]

Parodie[modifier | modifier le code]

Il fut parodié comme bagarreur et mauvais chanteur dans la série South Park, dans l'épisode La Bande-Annonce du nouveau Terrance et Philippe.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Marc Alfos et Emmanuel Jacomy étaient les voix françaises régulières de Russell Crowe jusqu'au décès de Marc Alfos le à l'âge de 56 ans. Depuis, Emmanuel Jacomy continue d'assurer certains doublages de Russell Crowe, mais désormais en alternance avec Patrick Béthune.

Au Québec, c'est Pierre Auger qui le double dans presque tous ses films sauf dans Mort ou vif (doublé par Jean-Luc Montminy[7]).

En France[modifier | modifier le code]

et aussi :

Au Québec[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]