Michel Duchaussoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Duchaussoy
Description de cette image, également commentée ci-après
Michel Duchaussoy lors de l'avant-première
du Petit Nicolas en 2009.
Naissance
Valenciennes (Nord), Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 73 ans)
Paris 10e, Drapeau de la France France
Profession Acteur
Films notables Que la bête meure
La Vie et rien d'autre
Mesrine : l'instinct de mort
Le Petit Nicolas

Michel René Jacques Duchaussoy est un acteur français, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, né le à Valenciennes (Nord) et mort le [1] à Paris 10e.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance - Jeunesse[modifier | modifier le code]

Élevé à Lille, puis à Rouen, il passe son bac, puis fait une année de propédeutique, avant de partir faire son service militaire en Algérie (jusqu'à 30 mois à l'époque) et est libéré en 1961. En 1970, son père est directeur à Paris d'une maison suédoise de roulements à billes[2].

Formation[modifier | modifier le code]

En 1955, il entre au conservatoire de Lille[3] où il obtient un premier prix en 1958.

Il entre alors au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris (classes de Robert Manuel et Fernand Ledoux), dont il sort en 1964 avec deux premiers prix[4].

Sociétaire de la Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Il entre à la Comédie-Française comme pensionnaire en 1964, en devient sociétaire en 1967 et est nommé sociétaire honoraire lorsqu'il la quitte en 1984. Son répertoire se révèle vite très ouvert et la limpidité de son jeu, pudique et captivant, avec une extrême simplicité de moyens, enveloppe sans effort les personnages qu'il interprète, d'une intériorité poétique et d'un halo de mystère : « On ne saurait imaginer clarté plus diffuse, plus énigmatique, sur un visage humain », écrit de lui Patrick de Rosbo[5], ajoutant qu'il est « un comédien à qui il suffit d'un geste imperceptible, du moindre frémissement au coin d'une lèvre, d'un sourcil qui se relève, pour ébranler le sérieux d'un théâtre et l'entraîner vers les sables mouvants de ses caprices. » Michel Duchaussoy a interprété avec autant de talent le rôle-titre de l'Idiot de Dostoïevski, personnage profond et tout en nuances, que le rôle comique d'un personnage de boulevard, comme Camille Chandebise dans La Puce à l'oreille, le vaudeville de Georges Feydeau. Il excellait dans Shakespeare ou Giraudoux autant que dans Eugène Labiche. Il avait ce don indéfinissable de doter Clarence dans Richard III ou Dorante dans Le Menteur, de la même pénétration, aussi intemporelle sur fond de mort et de tragédie, que dans l'équivoque désinvolture d'une comédie baroque.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Au cinéma comme au théâtre, son jeu se caractérise par une justesse extraordinaire. Il est rendu célèbre par Jeu de massacre d'Alain Jessua. Par la suite, il tourne plusieurs films sous la direction de Claude Chabrol (Que la bête meure, La Femme infidèle). Il joue le capitaine Cambrai dans Le Retour du Grand Blond. On le voit également chez Bertrand Tavernier, Louis Malle et Patrice Leconte. Il fait sa dernière apparition au cinéma dans Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté, sorti le , dans lequel il incarne Abraracourcix.

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1977, il tient l'un des rôles principaux de la série Un juge, un flic d'Henri Viard. Entre et début 1983, il présente avec Clotaire Rapaille l'émission-jeu dominicale Qui êtes-vous ? sur TF1 où il fait passer des tests psychologiques à des invités, entre autres les chanteurs Serge Lama[6], Sheila et Nana Mouskouri[7]. Il apparaît ensuite à la télévision dans Palace (1988), Les Cœurs brûlés (1992), L'Allée du roi (1996), Les Misérables (2000), Femmes de loi (2002), Zodiaque (2004) ou Ainsi soient-ils (2012).

Vie associative[modifier | modifier le code]

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

En , Michel Duchaussoy a épousé Isabelle de Funès, la nièce de Louis, dont il a divorcé en .

Il est le père de la comédienne Julia Duchaussoy, dont la mère est Corinne Le Poulain.

Mort[modifier | modifier le code]

Il meurt le à l'âge de 73 ans, des suites d'un arrêt cardiaque. Ses obsèques ont lieu le au crématorium du cimetière du Père-Lachaise, où il est incinéré, en présence notamment de Vincent Cassel, Samuel Le Bihan, André Dussollier et Jean-Pierre Castaldi[8].

Décoration honorifique[modifier | modifier le code]

Le , Frédéric Mitterrand lui a remis les insignes d’officier de l’ordre national de la Légion d'honneur[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Il apparait également dans des épisodes de Maigret, (Maître Parendon dans Maigret chez les riches 1999) Les Cordier, juge et flic, Les Bœuf-carottes, …

Théâtre[modifier | modifier le code]

Carrière à la Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Metteur en scène

Hors Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Doublage et voix off[modifier | modifier le code]

Livres audio[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mort du comédien Michel Duchaussoy, Le Point, 13 mars 2012.
  2. Paris-presse, L'Intransigeant, 21 janvier 1970, p.18 : "Michel Duchaussoy (31 ans), le plus jeune sociétaire de la Comédie-Française, a joué son premier rôle à l'âge de 5 ans"
  3. La Voix du Nord, 19/03/2013.
  4. Ouest-France, 23/06/2014 (entretien avec Jean-Luc Moreau, qui a lui aussi reçu deux premiers prix, ainsi que Robert Hirsch).
  5. Patrick de Rosbo, Michel Duchaussoy ou la lumière d'un secret, article dans le mensuel de la Comédie Française, no 46, février 1976, page 18.
  6. Octobre 1982:Qui êtes vous ? Musée Serge Lama haut et fort.com.
  7. Site québécois de Nana Mouskouri
  8. Chloé Chateau, « Enterrement de Michel Duchaussoy : le cinéma français répond présent », sur Closermag.fr, .
  9. « Mort de Michel Duchaussoy : Détails sur les obsèques du comédien incontournable », sur Purepeople.com, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :