Vanessa Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vanessa Schneider
Image dans Infobox.
Vanessa Schneider en 2018
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Vanessa Schneider est une journaliste, romancière et essayiste française, née en 1969 à Puteaux (Hauts-de-Seine).

Biographie[modifier | modifier le code]

Vanessa Schneider est la fille du haut fonctionnaire et psychanalyste français Michel Schneider.

Elle est la cousine de l'actrice Maria Schneider[1].

Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris en 1991, du Centre de formation des journalistes en 1994, titulaire d'une licence d'histoire et d'une maîtrise de sciences politiques à l'université Paris I - Panthéon-Sorbonne.

Carrière[modifier | modifier le code]

Journaliste politique à Libération de 1994 à 2007, elle devient reporter pour l'agence CAPA en février 2007[2]. Parallèlement, elle travaille pour l'émission Dimanche+ sur Canal+ et, toujours sur la même chaîne, intervient comme polémiste dans l'émission Un café, l'addition, de Pascale Clark (septembre 2007-juin 2008)[3],[4]. Elle est également chroniqueuse régulière sur RTL dans l'émission On refait le monde, alors animée par Nicolas Poincaré.

De 2009 à 2011, elle est grand reporter à Marianne. En 2011, elle intègre le service politique du quotidien Le Monde, chargée du gouvernement. Elle suit pour son journal la campagne électorale de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012. De 2013 à 2020, elle est journaliste à M, le magazine du Monde avant de rejoindre le service « grand reporter » du quotidien.

En 2015-2016, elle est responsable d'un éditorial politique hebdomadaire dans la matinale de RTL.

Elle intervient régulièrement dans les émissions Comme on nous parle sur France Inter[5] et C dans l'air sur France 5[6].

Essayiste politique[modifier | modifier le code]

En 2001, elle publie son premier livre, un essai politique intitulé La Déprime des politiques. Quelques années plus tard, elle réalise le film documentaire « Paris 2008 », relatant divers aspects des élections municipales de 2008 à Paris pour l'émission Jeudi Investigation de Canal+ (diffusé le ), ou la campagne des municipales parisiennes vue de l'intérieur[7],[8].

À la suite de la publication de son essai Le Mauvais Génie[9], rédigé avec Ariane Chemin et consacré à Patrick Buisson, précédemment conseiller du président de la République Nicolas Sarkozy, Buisson qualifie les deux journalistes de « folliculaires (mauvaises journalistes) besogneuses, travaillant pour un bulletin paroissial gaucho-capitaliste »[10]. Cette réaction de l'ancien journaliste d'extrême droite fait suite aux nombreuses révélations de l'ouvrage[11] qui dressaient de lui un portrait peu flatteur.

Ce livre reçoit le prix Bernard-Mazières du livre politique.

Ce livre fait l'objet d'un documentaire co-réalisé par les deux auteurs avec Tancrède Ramonet[12] intitulé Patrick Buisson, le mauvais génie . L'extrême-droite au coeur du pouvoir diffusé en sur France 3.

Dans un entretien diffusé sur France Inter en 2013[13], Vanessa Schneider explique que, pour elle, « la politique est un théâtre » et que ce qui l'intéresse est le « petit jeu entre des acteurs de premier plan, des acteurs de second plan, comment tout ce monde-là s'agence, comment parfois des décisions sont régies par des sentiments, par des inimitiés, par des haines ou au contraire par des amitiés, par des fidélités » qu'elle cherche à décrypter. Ce qui aboutit à une analyse politique autant basée sur les questions idéologiques et programmatiques que sur les interactions entre les acteurs politiques et les effets qu'elles produisent.

Elle assume une écriture romanesque à l'image de ce portrait de Cécilia Attias[14], deuxième épouse de Nicolas Sarkozy, paru dans le magazine M :

« En ce mois de juin pluvieux, on la retrouve lovée dans un canapé de l'Hôtel Bristol où elle descend lorsqu'elle est de passage à Paris. Même regard vert de chat, même silhouette impeccable grâce à une discipline alimentaire de fer et une pratique sportive régulière. Cécilia Attias nous prie de nous asseoir « tout près » comme pour créer un écran entre elle et le bar qui bruisse de sa présence. Autour de son cou, un pendentif avec deux cœurs en or enlacés. »

Romancière[modifier | modifier le code]

En , elle publie aux éditions Stock La Mère de ma mère, un premier roman autobiographique[15], dans lequel elle fait le portrait de sa grand-mère maternelle, actrice connue sous le nom d'Anaclara , et son déni de ses origines haïtiennes[16].

En sort son second roman Tâche de ne pas devenir folle[17] dans lequel elle poursuit l'exploration de ses origines familiales.

À la rentrée littéraire 2011, elle publie Le Pacte des vierges[18], récit qui est inspiré d'un fait divers[19] américain : dix-sept jeunes filles se trouvent enceintes en même temps. Cet ouvrage a fait l'objet de plusieurs traductions à l'étranger.

Son roman Tu t'appelais Maria Schneider, paru en 2018 aux éditions Bernard Grasset, raconte l'histoire de sa cousine, l'actrice du Dernier Tango à Paris, Maria Schneider[20],[21],[22]. Il est sélectionné pour le prix Renaudot 2018, le prix Femina 2018[23] et pour le prix Anaïs-Nin 2019[24]. L'ouvrage a reçu le prix Geneviève Moll ainsi que le Grand Prix de littérature de la ville de Saint-Étienne. Cet ouvrage est traduit dans plusieurs langues et en cours de traduction au Japon et aux États-Unis où il est racheté par les éditions Scribner. Il fait l'objet d'une adaptation cinématographique.

En 2020, elle participe à un recueil de nouvelles Le Deauville intime de... paru aux éditions Mercure de France.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • La Mère de ma mère, éditions Stock, coll. « Bleue », 2008 (ISBN 9782234061132), Points Seuil
  • Tâche de ne pas devenir folle, éditions Stock, coll. « Bleue », 2009 (ISBN 9782234061965), Points Seuil
  • Le Pacte des vierges, éditions Stock, coll. « Bleue », 2011 (ISBN 9782234061965), Points Seuil
  • Le Jour où tu m’as quittée, éditions Stock, coll. « Bleue », 2014 (ISBN 9782234078079)
  • Tu t’appelais Maria Schneider, Paris, éditions Grasset et Fasquelle, 2018, 256 p. (ISBN 978-2-246-86108-9), Livre de poche, 2020
  • La Fille de Deauville, éd. Grasset, 2022

Essais[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vanessa Schneider, Tu t'appelais Maria Schneider, Grasset, , p. 87.
  2. « Vanessa Schneider, reporter à l’agence Capa », 12/02/2007.
  3. « Un café l'addition  » sur www.canalplus.fr.
  4. « La fin pour "Un café l'addition" », telestar.fr, 04/06/2008.
  5. « Voir la liste des émissions », sur France Inter.
  6. « Voir la liste des émissions », sur France 5.
  7. « Jeudi Investigation : Paris 2008 ».
  8. « Paris 2008 » sur Le blog de CAPA.
  9. « Révélations sur Patrick Buisson, "mauvais génie" de Nicolas Sarkozy », sur lexpress.fr, .
  10. Saïd Mahrane, « Buisson et les "folliculaires" », sur lepoint.fr, .
  11. « Quand Buisson avait convaincu Sarkozy de dénoncer les accords d'Evian », lcp.fr, .
  12. Marie Cailletet, « "Patrick Buisson, le mauvais génie”, ou l'extrême droite au cœur du pouvoir », Télérama,‎ (lire en ligne)
  13. « Rencontre avec la journaliste Vanessa Schneider » sur franceinter.fr, émissions Grands Reporters du .
  14. Vanessa Schneider (photogr. Graeme Mitchell), « Cécilia Attias : cinq ans après », sur lemonde.fr, .
  15. « Vanessa Schneider, romancière », obstyles.nouvelobs.com, 13 mai 2008.
  16. « La Mère de ma mère (Vanessa Schneider) ».
  17. Karine Papillaud, « Une histoire de fous », sur lepoint.fr, .
  18. Françoise Dargent, « Baby-boom au lycée », sur lefigaro.fr, .
  19. Kéthévane Gorjestani, « Dix-sept ados font un pacte de grossesse collective », sur 20minutes.fr, .
  20. « "Tu t’appelais Maria Schneider" : fragments de vie d'une star brisée », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Jérôme Garcin, « Pour venger Maria Schneider, 46 ans après "le Dernier Tango à Paris" », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  22. Gérard Lefort, « Maria Schneider : derrière l'actrice magnifique, une vie tourmentée », Les Inrockuptibles,‎ (Maria Schneider : derrière l'actrice magnifique, une vie tourmentée)
  23. « Le Femina dévoile ses premières sélections 2018 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « La sélection du prix Anaïs Nin 2019 », article du site Livres Hebdo du 30 janvier 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]