Vincent Glad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincent Glad
Image illustrative de l’article Vincent Glad
Vincent Glad en 2012.

Naissance (35 ans)
Épinal (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Années d'activité Depuis 2006
Médias
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Libération (jusqu'en 2019)

Vincent Glad, né le à Épinal, est un journaliste français.

Il est chroniqueur de l'actualité du web pour divers médias depuis la fin des années 2000. Il est en 2019 au cœur d'une polémique à la suite d'un groupe Facebook qu'il a créé, la « Ligue du LOL ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Né à Épinal (Vosges) d'un père directeur d'une agence bancaire et d'une mère principale d'un collège, Vincent Glad a deux frères cadets[1],[2]. Il vit douze ans dans sa ville natale, avant de déménager dans la commune de Neuves-Maisons[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Pendant deux ans, il suit un DEUG de culture et communication à la faculté de lettres de Nancy-II, avant de rejoindre l'école supérieure de journalisme de Lille (ESJ), dont il sort diplômé en 2006[2],[3]. En 2010, il reprend brièvement ses études en entamant un master à l'école des hautes études en sciences sociales, qu’il finit par abandonner[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Vincent Glad commence sa carrière de journaliste à Télé 2 semaines, qu'il rejoint grâce à l'académie Prisma Presse en 2006[5]. Il participe également au lancement du portail d'information télé du groupe Prisma. Il va ensuite travailler sur le site 20minutes.fr, avant de rejoindre le magazine Slate et d'être pigiste pour GQ[6]. Considéré comme l'une des têtes d'affiche du journalisme Web[7],[8], il enseigne cette spécificité dans l'école où il fut diplômé, l'ESJ de Lille[2].

En , il est condamné avec Pierre-Jean Bozo, le patron du site 20 Minutes, à verser un euro de dommages et intérêts à Jean-Marc Morandini pour diffamation[9].

En , dans un article pour Slate, Vincent Glad accuse Michel Houellebecq de plagiat pour son livre La Carte et le Territoire[10]. L'écrivain a incorporé des extraits de la version francophone de l'encyclopédie Wikipédia sans en mentionner la source[11]. Houellebecq reconnaîtra son erreur et remerciera les contributeurs de Wikipédia[12]. Deux mois plus tard, La Carte et le Territoire remporte le prix Goncourt[13].

De septembre à décembre 2011 puis à nouveau à partir de [4], il est chroniqueur dans la matinale du Mouv'[1],[14].

En , Vincent Glad révèle également plusieurs plagiats dans le livre Plaidoyer pour une instruction publique de la femme politique Rama Yade[15],[16].

Très présent sur les réseaux sociaux[2],[8], Vincent Glad rejoint en , l'émission du Grand Journal de Canal+. Il intervient lors de la première partie de l'émission, pour parler de l'actualité vue du Web[6]. Il quitte Le Grand Journal à la rentrée 2013, lorsqu’Antoine de Caunes remplace Michel Denisot à la présentation de l'émission[17]. Dans un entretien accordé en 2013, il estime être arrivé trop tard et considère qu'animer une chronique web au Grand Journal était « absurde »[18].

À la rentrée 2013, il anime Touche pas à mon poke sur Le Mouv' chaque samedi à 20 h en compagnie d'Alexandre Majirus et de David Doucet ; une émission consacrée à la culture web[19]. En 2014, il apparaît dans une publicité pour une marque de vêtements[20].

En , le documentaire Do Not Track est diffusé. Il y écrit un épisode relatif aux cookies sur internet et à la publicité en ligne[21]. Selon lui, l'objectif est d'alerter en amont les citoyens sur la réalité qui se cache derrière l'internet gratuit et l'économie du web[22].

Vincent Glad a analysé le mouvement des Gilets jaunes sous l'angle des réseaux sociaux à travers les groupes Facebook[23]. L'hebdomadaire L'Express le qualifie d'« expert » de ce mouvement social et estime qu'il est « l'un des seuls journalistes à effectuer une veille quasi permanente sur les groupes Facebook de gilets jaunes ». En , il déclare que les Gilets jaunes ont formé « une nouvelle génération à la politique mais aussi au maniement de l’information »[24].

Affaire de la Ligue du LOL[modifier | modifier le code]

En 2019, un article de la rubrique CheckNews du journal Libération[25] cite Vincent Glad comme le fondateur d'un groupe Facebook intitulé la Ligue du LOL. Certains de ses membres sont accusés, souvent par des femmes, de harcèlement en ligne plusieurs années auparavant. Vincent Glad déclare : « Il y a une part de vrai là-dedans, une part de gens qui ont pu se sentir légitimement harcelés. Mais il y a aussi une grosse part de fantasme. […] À l’époque, j’en prenais plein la gueule aussi. On se disait que c’était un grand jeu. […] C’était du trolling, on trouvait ça cool. Aujourd’hui, on considérerait ça comme du harcèlement »[26]. À la suite de l'article de Checknews, plusieurs femmes témoignent de faits de harcèlement qu'elles affirment avoir subi de membres du groupe[27]. Vincent Glad présente des excuses aux victimes[28],[29]. Après l'avoir nié dans un premier temps, il reconnaît être l'une des 6 ou 7 personnes à avoir le mot de passe du compte anonyme « @foutlamerde », un compte particulièrement actif dont il aurait posté 15 % à 20 % du contenu[30], et qu'il affirme regretter de ne pas avoir fermé, ayant été selon lui soupçonné d'avoir écrit certains tweets qu'il n'avait pas écrits[31].

Avec Alexandre Hervaud, il est mis à pied à titre conservatoire, dans le cadre d'une enquête interne à Libération[32]. En outre, Brain Magazine annonce le même jour suspendre toute collaboration avec lui[33]. Après sa mise à pied, il affirme à son patron, Laurent Joffrin, ne pas être l'auteur des « harcèlements qui ont choqué tout le monde »[34]. Il prend une avocate et affirme qu'aucun de ses tweets ou commentaires n'était un harcèlement. Il ajoute : « l'effet de groupe fait harcèlement »[35]. Début , il est, avec Alexandre Hervaud, licencié, pour « atteinte à l'image » du journal Libération[36].

Le , Vincent Glad, publie sur Médium un très long texte[37], qui, selon Claude Askolovitch « tient aussi bien du plaidoyer et de l'enquête » car Vincent Glad est connu pour être « l'un des meilleurs enquêteurs » concernant ce qui se passe sur Internet[38]. Vincent Glad y raconte comment « de vieilles mauvaises blagues qui étaient l'habitude sur Twitter à ses balbutiements devinrent un scandale mondial »[38],[39] et revient sur son mot d'excuses: « Il est évident que si je devais réécrire aujourd’hui mon texte d’excuses, je ne le ferais pas de cette manière », confie-t-il ainsi[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie de Vincent Glad », sur PureMédias (consulté le 7 mars 2012)
  2. a b c et d [audio] Interviewé par Michel Drucker dans l'émission Les numéros 1 de demain sur Europe 1, le 23 avril 2011.
  3. a et b Rédaction loractu.fr, « Vincent Glad, lorrain d'origine fait sa rentrée au Grand Journal de Canal+ », sur Lorraine Actualités,
  4. a et b Emmanuel Tellier, « Vincent Glad, drôle d’oiseau du journalisme », sur Télérama n° 3275, (consulté le 22 octobre 2012)
  5. « La promotion 2006 de l'Académie Prisma », sur CategoryNet (consulté le 1er juillet 2012)
  6. a et b Julien Bellver, « Vincent Glad, star des réseaux sociaux et nouveau chroniqueur au Grand Journal de Canal+ », sur PureMédias,
  7. Marwan Chahine, « Les journalistes, rien que des brandeurs », sur Libération,
  8. a et b Martin Kirsch, « Les stars du journalisme en bref », sur Bakchich,
  9. Rédaction arretsurimages.net, « Morandini fait condamner 20 Minutes.fr », sur Arrêt sur images,
  10. Vincent Glad, « Houellebecq, la possibilité d'un plagiat », sur Slate,
  11. Joffrey Bollée, « Michel Houellebecq a-t-il "plagié" Wikipédia? », sur L'Express,
  12. Valentine Pasquesoone, « Michel Houellebecq remercie Wikipédia », sur 20 Minutes,
  13. Alain Beuve-Méry, « Michel Houellebecq, enfin ! », sur Le Monde,
  14. Anne Laffeter, « Amaelle Guiton promet un réveil tonique sur le Mouv' », sur Les Inrockuptibles,
  15. Laure Daussy, « Plagiat : Rama Yade plaide la "citation libre" », sur Arrêt sur images,
  16. Romain Renner, « Rama Yade accusée de plagiat dans son nouveau livre », sur Le Figaro,
  17. P.M, « Antoine de Caunes se confie avant de reprendre Le Grand Journal », sur Voici,
  18. Julien Bellver, « Vincent Glad : "C'était un peu absurde d'avoir une chronique web au Grand Journal" », sur ozap.com, (consulté le 17 septembre 2019)
  19. Benjamin Meffre, « Vincent Glad lance "Touche pas à mon poke" sur Le Mouv », sur PureMédias,
  20. Thomas Eustache, « Deux journalistes égéries de FrenchTrotters et Le Coq Sportif », sur L'Express,
  21. Éric Ratiarison, « Do not track (Arte). Vincent Glad : "On essaie que la prise de conscience ait lieu en amont », sur Télé-Loisirs,
  22. « Do not track (Arte). Vincent Glad : "On essaie que la prise de conscience ait lieu en amont », sur Télé Loisirs, (consulté le 17 septembre 2019)
  23. Audrey Kucinskas, « Vincent Glad, journaliste "expert" en gilets jaunes », sur L'Express,
  24. La rédaction, « Vincent Glad : "Le rôle de la presse, ce n'est pas seulement d'informer, c'est aussi parfois de s'indigner" », sur lvsl.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  25. Robin Andraca, « La Ligue du LOL a-t-elle vraiment existé et harcelé des féministes sur les réseaux sociaux ? », sur Libération,
  26. « On vous explique ce qu'est la "Ligue du LOL", ce groupe de journalistes accusés de cyberharcèlement », France Info,
  27. « "Libération" remet en lumière la Ligue du LOL : des témoignages de cyber-harcèlement rejaillissent », sur Le Soir,
  28. Vincent Glad, « Je vous dois des explications. Et surtout des excuses », Compte « @vincentglad » sur Twitter,
  29. « "Ligue du LOL": plusieurs journalistes mis à pied », sur LExpress.fr, (consulté le 11 février 2019)
  30. «Ligue du LOL»: Le journaliste Vincent Glad reconnaît qu'il était l'une des « 6 ou 7 personnes » derrière le compte Twitter @Foutlamerde sur 20minutes.fr du 13 février 2019
  31. « "Ligue du LOL" : le journaliste Vincent Glad regrette "d’avoir laissé faire les membres les plus radicaux" du groupe », sur Franceinfo, (consulté le 19 février 2019)
  32. « "Ligue du LOL": David Doucet des "Inrocks" bientôt licencié », sur LExpress.fr, (consulté le 11 février 2019)
  33. France Inter, « Ligue du Lol : Libération décide la mise à pied d'Alexandre Hervaud et de Vincent Glad à titre conservatoire », sur France Inter, (consulté le 11 février 2019)
  34. « Ligue du LOL. « On se sent meurtris », explique Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération », Ouest France,
  35. « Ligue du LOL : Vincent Glad se défend », sur LExpress.fr, (consulté le 19 février 2019)
  36. LePoint.fr avec AFP, « "Ligue du LOL" : "Libération" se sépare d'Alexandre Hervaud et de Vincent Glad », sur Le Point,
  37. a et b Vincent Glad, « Ligue du LOL : un an après », sur medium.com,
  38. a et b Claude Askolovitch, « En 2040, Megan sera thérapeute pour robots, examinera ses selles et prendra son dej par catheter. Les Echos. », sur https://www.franceinter.fr/,
  39. David Abiker, « Revue de presse radio classique 24 février », sur radioclassique.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :