L'Hommage aux héros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Hommage aux héros est un projet de site touristique à visée historique et mémorielle, consacré au débarquement de Normandie. Situé dans le Calvados ou dans la Manche, il devrait ouvrir ses portes en 2024 à l'occasion des 80 ans du Jour J.

Historique[modifier | modifier le code]

En janvier 2020, Hervé Morin, président de la région Normandie, annonce la création d'un futur site mémoriel consacré au débarquement, d'abord appelé « D-Day Land » par le président du Comité du Débarquement, Jean-Marc Lefranc[1], surnom ensuite repris par la presse[2] et par les opposants au projet. Arguant de l'importance du tourisme de mémoire en Normandie, Hervé Morin explique qu'on « ne peut pas se contenter de faire l'événement tous les cinq ans. L'objectif est de pouvoir retenir chaque année les touristes quelques jours de plus »[3].

Le lieu est censé accueillir environ 600 000 visiteurs entre mars et novembre sur une superficie d'une trentaine d'hectares[4]. Le financement en serait assuré par des fonds privés pour un montant évalué dans un premier temps entre 150 et 200 millions d'euros, réduit depuis lors à 50 millions. Le projet est porté par trois producteurs : Stéphane Gateau, Roberto Ciurleo et Régis Lefebvre[5],[6].

Le projet est soutenu par plusieurs acteurs institutionnels, dont le président du conseil départemental de la Manche Marc Lefèvre[7], le député Philippe Gosselin, le sénateur Philippe Bas, le président du Comité du Débarquement Jean-Marc Lefranc et plusieurs élus normands[8],[9]. Les villes de Bayeux et de Carentan-les-Marais se déclarent intéressées par l'implantation du site sur le territoire de leur commune[8],[10].

Les enjeux historiques et éthiques d'un tel projet aux contours jugés trop flous soulèvent alors des inquiétudes et des oppositions, relayées notamment par des collectifs d'habitants[11], des conseillers régionaux[12], des vétérans et des descendants de vétérans[13],[14]. Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, les opposants au projet dénoncent les dérives du « business mémoriel » en Normandie[15]. Un collectif de descendants des membres du commando Kieffer s'insurge quant à lui contre le principe même d'un spectacle et demande à Hervé Morin d'abandonner son projet[16] tandis que d'autres voix demandent aux producteurs de clarifier leurs intentions artistiques et historiques[17]. Le directeur du Mémorial de Caen, Stéphane Grimaldi, estime qu'on « aurait tort de se priver d'un débat »[18] et déclare : « la vraie question est de savoir ce qui restera de cette mémoire dans vingt ans »[19] face « aux jeunes publics, qui n'ont souvent plus aucun lien direct avec le sujet »[18]. Lors d'une présentation publique en octobre 2020 à Carentan-les-Marais, Roberto Ciurleo, l'un des producteurs, déclare : « nous jouons la transparence totale. Il était important pour nous de porter à la connaissance du public la genèse et les détails du projet, y compris aux opposants »[20].

Pour répondre aux inquiétudes formulées dès la première évocation du projet, les porteurs de celui-ci annoncent que le Comité du Débarquement va se constituer en comité d'éthique[21]. Il sera co-présidé par Jean-Marc Lefranc et Serge Barcellini, président du Souvenir français. Léon Gautier, le dernier vétéran du Commando Kieffer, est d'abord annoncé comme conseiller de ce comité, tout en étant défavorable au projet en l'état[22]; cette annonce ne sera cependant pas confirmée et Léon Gautier rejoindra, avec Hubert Faure, avant-dernier membre du commando (décédé en avril 2021), les signataires d'une lettre ouverte contre le projet[23]. Ce comité d'éthique sera associé à un conseil scientifique réunissant des historiens normands et internationaux, comme Jean Quellien, Antony Beevor et Stéphane Simonnet[21]. Tristan Lecoq, inspecteur général de l’Éducation nationale, en charge de l’écriture des programmes d’histoire de cette période, veillera à ce que le projet soit pédagogique[20].

Nick Mueller, fondateur du National WWII Museum, le plus important musée américain consacré à la Seconde Guerre mondiale, explique dans Ouest-France que ce projet s'inscrit dans l'effort général des musées et des sites mémoriels pour trouver « des moyens d'améliorer considérablement la mémoire publique de manière authentique »[24]. Il en veut pour preuve les excellents retours d'anciens combattants sur les œuvres immersives proposées par son musée, décrites par ces derniers comme « une expérience puissante qui résonne sur les plans émotionnel et intellectuel »[25].

Nature du projet[modifier | modifier le code]

Le projet est présenté par ses promoteurs comme un « documentaire vivant », articulé autour d'une mise en scène immersive mêlant images d'archives, nouvelles technologies scéniques et tableaux vivants[5] : « il faut imaginer un documentaire en live à base d'images d'archives retravaillées, de sons. Il n'y aura pas de chansons, de dialogue. Nous ne sommes pas dans une comédie musicale, dans un parc mais dans une narration »[20].

Cette création sera portée par les metteurs en scène canadiens Serge Denoncourt et Stéphane Roy, associés aux comités éthique et scientifique pour l'écriture de l'œuvre[26]. Les scénaristes prévoient jusqu'à un an et demi de travail d'écriture[18]. Les promoteurs s'engagent à, d'une part, rendre compte régulièrement au comité d’éthique afin de s’assurer que ce « docu-live » soit fidèle et reste au service du devoir de mémoire[21], et d'autre part à arrêter le projet si le scénario final venait à être rejeté par le comité[18],[20].

Un théâtre sur rails doit être construit sur le site, pour accueillir environ 800 spectateurs sur des gradins abrités qui seront menés, depuis une gare, par un travelling avant à travers les étapes successives du Débarquement, appuyées par des images d'archives souvent inédites : les préparatifs militaires à New-York, Londres et Paris, l'assaut sur les plages normandes, la bataille des haies, ainsi que les répercussions humaines qui ont suivi[27],[20]. L'œuvre se veut populaire et pédagogique et s'adresse en premier lieu aux jeunes, aux étudiants et aux élèves français, canadiens et américains[28],[18] afin de « transmettre la mémoire aux jeunes générations »[20].

Serge Denoncourt explique vouloir proposer un récit complémentaire à la vision américaine et britannique de l'événement, à la suite des travaux de Jean Quellien, et évoquer certaines zones d'ombres qui ont laissé des cicatrices encore vives : « Les Américains ont débarqué, participé à la Libération du pays, mais ils ont aussi commis des actes qui sont encore douloureux. Je veux savoir comment cela est vécu et perçu ici »[29]. Le projet évoquera le rôle du commando Kieffer, mais aussi le parcours de la résistante Marie-Madeleine Fourcade ainsi que celui d'un reporter québécois venu en Normandie[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Journal », La Renaissance Le Bessin,‎
  2. « Débarquement en Normandie : un « D-Day Land » pourrait voir le jour à l'horizon 2024 », sur actu.fr (consulté le ).
  3. « "D-Day Land" en Normandie : un parc colossal à 250 M€, dévoilé en septembre », sur actu.fr (consulté le ).
  4. « Ce que l'on sait sur le D-Day Land, le projet de « grand spectacle » autour du Débarquement », sur actu.fr (consulté le ).
  5. a et b Le Figaro avec AFP, « D-Day : polémique autour d'un projet de site touristique immersif », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  6. « Le projet DDay : les premières images de l'évocation historique "Hommage aux héros", chère à Hervé Morin », sur France 3 Normandie (consulté le ).
  7. « D-Day : Marc Lefèvre favorable à "de nouveaux supports de mémoire pour les nouvelles générations" », sur France Bleu, (consulté le ).
  8. a et b « Hommage aux héros : le parc mémoriel autour du Débarquement pourrait s'implanter dans la Manche », sur actu.fr (consulté le ).
  9. Ouest France, « Isigny-sur-Mer. Eric Barbanchon, le maire, soutient le projet « L’hommage aux héros » », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  10. « D-Day. Bayeux Intercom se positionne vis-à-vis du gigantesque projet privé Hommage aux héros », sur actu.fr (consulté le ).
  11. « D-Day Land en Normandie : un collectif d'habitants s'oppose au projet », sur actu.fr (consulté le ).
  12. « D-Day Land en Normandie : Hervé Morin invité à « revoir sa copie » par des conseillers régionaux », sur actu.fr (consulté le ).
  13. « Hommage aux héros en Normandie : vétérans et descendants du commando Kieffer opposés au projet », sur actu.fr (consulté le ).
  14. National 4th Infantry Division Association, « Opposition to Proposal to Convert the Hallowed Ground of Normandy to an Amusement Park », sur verinfo.fr, (consulté le ).
  15. « La Région Normandie et la tentation du business Mémoriel », Le Monde,‎ , p. 30 (ISSN 0395-2037)
  16. « La mémoire du Débarquement vaut mieux qu'un spectacle », Le Monde,‎ , p. 26 (ISSN 0395-2037).
  17. Jean-Christophe Lalay, « Projet D-Day. En Normandie, la guéguerre du Débarquement », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  18. a b c d et e Eric Collier, « En Normandie, une nouvelle bataille pour le D-Day », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  19. Stéphane Grimaldi, « D-day land ou hommage aux héros ? », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  20. a b c d e et f « VIDÉO. Manche : ce que l'on sait concrètement du projet mémoriel "Hommage aux héros" », sur actu.fr (consulté le ).
  21. a b et c Jean-Christophe Lalay, « Projet D-Day. Le Comité du Débarquement va devenir le comité d’éthique », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  22. « L'Hommage aux héros : ce projet sur le Débarquement en Normandie qui divise », sur actu.fr (consulté le ).
  23. « Lettre », Ouest-France,‎ , p. 8
  24. Nick Mueller et Ouest-France, « D-Day : « La mort de soldats ne doit pas être glorifiée par une nostalgie exagérée » », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  25. Jean-Christophe Lalay et Nick Mueller, « Projet D-Day en Normandie : « La mort de soldats ne peut être glorifiée par une nostalgie exagérée » », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. Jean-Christophe Lalay, « D-Day : tout savoir sur le metteur en scène de L’hommage aux héros », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  27. « L'Hommage aux héros, "tout sauf un DDay Land" selon l'un des metteurs en scène », sur France Bleu, (consulté le ).
  28. « "Hommage aux héros" : Non, il ne s'agira pas d'un parc d'attraction sur le Débarquement en Normandie », sur France Bleu, (consulté le ).
  29. « Hommage aux héros en Normandie : le metteur en scène lève un pan du voile sur son projet », sur actu.fr (consulté le ).
  30. Tendance Ouest, « [Vidéo] Normandie. "Hommage aux Héros" : un théâtre sur rail pour raconter le Débarquement », sur tendanceouest.com (consulté le ).