Quo vadis (film, 1951)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Quo vadis
Description de l'image Quo Vadis 5.png.

Réalisation Mervyn LeRoy
Scénario S. N. Behrman
Sonya Levien
John Lee Mahin
Henryk Sienkiewicz (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Péplum, Film historique
Durée 171 min.
Sortie 1951


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Poster du film

Quo vadis[1] est un film américain (péplum) réalisé par Mervyn LeRoy, sorti en 1951. Il s'agit de la cinquième adaptation du roman du même nom de Henryk Sienkiewicz, qui valut à son auteur le prix Nobel de littérature en 1905.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette œuvre, longue de près de trois heures, décrit l'émergence du christianisme à Rome sous l'empereur Néron, à travers une histoire d'amour entre un officier romain, Marcus Vinicius, neveu du mécène épicurien Pétrone, et Lygie, une jeune otage lygienne, devenue chrétienne, fille adoptive d'un général retraité, qu'il prendra comme épouse après avoir échappé au massacre des chrétiens dans les arènes impériales.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Reformaté au ratio 1,75:1 en 1971 pour les 20 ans du film

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Erreurs historiques[modifier | modifier le code]

L'incendie de Rome

Ce film reprend les poncifs des récits des historiens comme Tacite, Suétone ou Dion Cassius qui sont des œuvres de contre-propagande sénatoriale s'opposant à la propagande impériale de la dynastie julio-claudienne qui, lorsqu'elle valorise un régime autoritaire cherchant à diminuer les privilèges des sénateurs voire humilier cette élite sociale, suscite ces écrits « historiques » tendancieux qui ont inspiré l'iconographie et l'historiographie contemporaines[2]. Néron, menacé par un soulèvement populaire tel qu'on le voit à la fin du film, « est une aberration qui, en plein maccarthysme, relève du détournement idéologique[3] ».

  • Une partie d'échecs oppose Marcus à son oncle Pétrone : Les origines du jeu d'échecs sont controversées[4], mais les plus anciennes pièces d'échecs découvertes en archéologie datent du VIIe siècle. L'échiquier vu dans le film est moderne, avec des figurines sculptées. Pétrone qui a les blancs gagne la partie et dit Échec et mat, cette notion remonte au VIe siècle. Marcus a les noirs. En fait il semble que ce soit une spécificité du doublage en français. En VO on entend "there you are", et "da bist du" dans le doublage en allemand. Il est peu probable que la partie d'échecs vue dans le film fût possible ainsi à l'époque de Néron.
  • Néron étrangle Poppée : Impossible, car Poppée est morte en 65 durant sa deuxième grossesse.
  • Néron fait incendier Rome : "À la lumière des connaissance modernes, il n'existerait pas de preuves pour un incendie criminel et la thèse d'une origine accidentelle est actuellement retenue comme la plus probable". L'incendie de Rome est vraisemblablement dû à une négligence humaine. Le feu a pris dans une échope ou une taverne en bois dans le Circus Maximus alors que la ville en ce mois de juillet 64 connaissait de plus une forte canicule et des vents violents.
  • Suicide de Néron : L'action se déroule au palais impérial. Acté, une esclave affranchie qui fut la maîtresse de l'empereur "aide" à enfoncer la dague au cœur avant que la foule ne prenne d'assaut le palis et le tue. Selon la tradition historiographique, Néron fuit le palais seul et déguisé. Il se refugie dans la maison de campagne de Phaon, son fidèle affranchi. Il se poignarde à la gorge, aidé de son secrétaire Épaphrodite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Composé sans le point d'interrogation du roman éponyme.
  2. Joseph Bidez, Albert Joseph Carnoy, Franz Cumont, L'Antiquité classique, Oleffe, , p. 529
  3. Hervé Dumont, L'Antiquité au cinéma. Vérités, légendes et manipulations, Nouveau Monde, , p. 357
  4. Histoire du jeu d'échecs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]