Nicolas de Villiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolas de Villiers
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Grand Parc du Puy du Fou (d)
depuis le
Président
Association pour la mise en valeur du château et du Pays du Puy-du-Fou (d)
depuis
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Nicolas Louis Pierre Marie Le Jolis de Villiers de SaintignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Laurent de Villiers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nicolas de Villiers, né à La Roche-sur-Yon le , est un chef d’entreprise et une personnalité du monde associatif français.

Fils de Philippe de Villiers, il préside l’Association pour la mise en valeur du château et du Pays du Puy-du-Fou depuis 2004 ainsi que la société par actions simplifiée « Grand Parc du Puy du Fou » depuis 2012.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Nicolas de Villiers naît à La Roche-sur-Yon le . Appartenant à la famille Le Jolis de Villiers, il est le troisième des sept enfants de Philippe de Villiers (1949) et de Dominique de Buor de Villeneuve (1950)[1],[2].

Il est installé à Beaurepaire, où il préside un conseil de quartier[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir été jeune figurant dans les bras de sa mère à La Cinéscénie[4], il est élève à l’Académie Junior[5]. Gravissant les échelons au Grand Parcours, il prend part à La Fête de chevalerie puis La Bataille du Donjon, évoluant parmi les cavaliers des spectacles[5].

Assistant metteur en scène à La Cinéscénie au début des années 2000[6], il est désigné président de l’Association pour la mise en valeur du château et du Pays du Puy-du-Fou en , remplaçant Jean-Marie Delahaye, maire des Epesses[7]. Parallèlement, il est directeur artistique de La Cinéscénie et du Grand Parc[4].

Avec Philippe de Villiers et Laurent Albert, directeur général du Grand Parc du Puy du Fou, il fonde, en [8], Puy du Fou International, une société par actions simplifiée (SAS) de conseil et d’ingénierie[9],[10]. Il est président de cette société depuis sa création[α].

Le , Nicolas de Villiers devient le président de la SAS Grand Parc du Puy du Fou, à la suite de Marc Chatry, président à partir de [β].

En février 2016, au nom du Puy du Fou, il achète, avec l'aide de son père, un anneau présenté comme celui de Jeanne d'Arc[11],[12].

Depuis , il dirige également Puy du Fou Expertise[γ], une autre société par actions simplifiée qui est le seul partenaire de Puy du Fou España[13]. Atmos, société par actions simplifiée unipersonnelle du secteur de la construction aéronautique et spatiale, créée en , est aussi présidée par Nicolas de Villiers[δ].

Prises de position[modifier | modifier le code]

En , un article du projet de loi sur la Création artistique, déposé en Conseil des ministres, souhaite encadrer le bénévolat, et menace, aux yeux de Philippe et de Nicolas de Villiers le spectacle de La Cinéscénie[14]. Il est par la suite retiré du texte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Puy du Fou International », [lire en ligne].
  2. « Grand Parc du Puy du Fou », [lire en ligne].
  3. « Puy du Fou Expertise », [lire en ligne].
  4. « Atmos », [lire en ligne].
  • Autres références
  1. « Nicolas de Villiers de Saintignon », Who’s Who, 2015 [lire en ligne].
  2. Ondine Millot, « Inceste : la plainte qui ravage le clan Villiers », Libération,‎ (lire en ligne).
  3. « Les habitants de quartier élisent leurs “maires” », Ouest-France,‎ .
  4. a et b « En quinze portraits, ces volontés qui font vivre le Puy du Fou », Ouest-France,‎ .
  5. a et b Fabien Gouault, « Le Puy du Fou, c’est un poème », Le Courrier de l’Ouest,‎ , p. 8.
  6. Julien Belaud, « Cinéscénie : les nouveautés pour 2003 », Ouest-France,‎ .
  7. « Puy du Fou : Nicolas de Villiers succède à Jean-Marie Delahaye », Ouest-France,‎ .
  8. « Le parc collabore en Angleterre sur un spectacle nocturne », Ouest-France,‎ .
  9. Linda Benotmane, « “Ici, je prolonge mon amour pour les Vendéens” », Ouest-France,‎ .
  10. Linda Benotmane, « Le Puy du Fou s’embrase pour ses 35 ans », Ouest-France,‎ .
  11. Jean-Louis Tremblay, « L'anneau de Jeanne d'Arc au Puy du Fou ! », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  12. Claire Bommelaer, « Un historien s'interroge sur l'origine de l'anneau de Jeanne d'Arc », sur Le Figaro, (consulté le 14 avril 2016).
  13. (es) Carmen Bachiller, « “La historia de España se puede contar sin herir susceptibilidades, de manera que nos reconcilie” », El Diario,‎ 18 abril 2017 (lire en ligne).
  14. Anne Jouan, « Spectacle vivant : duel entre les Villiers et le ministère de la Culture », Le Figaro,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Christian Méas, « Nicolas de Villiers, le visage des 40 prochaines années », Ouest-France,‎ (lire en ligne).