L'Avenir (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Éditions de l'Avenir
Création 19 novembre 1918
Forme juridique Société anonyme
Slogan L'avenir est au contenu
Siège social Route de Hannut, 38
5004 Bouge
Drapeau de Belgique Belgique
Activité Presse régionale
Produits Quotidiens, Hebdomadaires jeunesse, Toutes-boites
Société mère Nethys[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Nostalgie Wallonie
BCE 0404332622[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web lavenir.net

Les éditions de l'Avenir, anciennement appelées le groupe Vers l'Avenir, est une entreprise de presse écrite belge, dont le siège social est à Namur. C'est l'un des groupes de presse les plus importants de Belgique.

Ce groupe édite neuf quotidiens régionaux en langue française, regroupés depuis le sous la marque unique L'Avenir.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier numéro de Vers l'Avenir, 19 novembre 1918.

Le tabloïd namurois Vers l'Avenir, à l'origine du groupe de presse, est publié depuis le . Il succédait au quotidien catholique L'Ami de l'Ordre ( - ).

La fondation et les débuts[modifier | modifier le code]

Mgr Thomas-Louis Heylen, évêque de Namur, veut remplacer L’Ami de l’ordre, organe catholique et conservateur bien implanté dans cette province, mais qui a continué à paraître pendant l’occupation allemande. Dans l’enthousiasme qui entoure l’Armistice, le prélat trouve un directeur (le Verviétois René Delforge), un titre (Vers l’Avenir !, le second hymne patriotique belge après la Brabançonne), une imprimerie (celle de L’Ami de l’Ordre). Le programme reposera sur deux piliers : la patrie belge, symbolisée par le Roi, et la religion catholique, incarnée par le Pape. Un troisième axe s’impose d’emblée : la reconstruction, le progrès social, dans l’union des classes. Aider à relever Namur et toute sa province.

Les débuts sont difficiles. Les premiers journaux ne font que deux pages, sans illustration. Glorification des héros et petites nouvelles locales s’y entremêlent. Mais la gestion est chaotique. Il faut attendre 1923 avant d’assister à un  vrai départ : refinancement, installation dans un nouveau bâtiment, boulevard Ernest Mélot (le journal y restera 83 ans), rotative permettant l’insertion de photos. Vers l’Avenir connait alors une première période de prospérité, s’imposant comme le défenseur du parti catholique namurois mais aussi comme le mieux informé dans tous les domaines de la vie locale, des sports aux faits divers. Se replonger aujourd’hui dans les collections de cette époque est un enchantement. On y découvre des polémiques enflammées, contre l’ennemi socialiste diabolisé, et, à partir de 1936, contre les rexistes de Léon Degrelle. On y lit aussi des récits passionnants, rédigés avec rigueur, style, précision, quand il s’agit de relater la catastrophe ferroviaire de Namur de 1929, la mort du roi Albert à Marche-les-Dames en 1934 ou l’éboulement d’un charbonnage à Flawinne en 1939.

La seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L’approche, puis l’arrivée de la seconde guerre frappent le journal. Celui-ci cesse de paraître le , quand les Allemands entrent à Namur. Il reprend vie quatre ans plus tard, le . Les mois qui suivent sont ardus : le papier manque, les communications sont impossibles. Au début 1945, le journal ne paraît plus qu’un jour sur trois. Il faut attendre la capitulation allemande pour que, peu  à peu, la situation se normalise. Les colonnes du journal se remplissent alors des dizaines de comptes rendus des procès pour collaboration avec l’ennemi.

L'expansion[modifier | modifier le code]

Puis la vie reprend son cours. Les pages s’égaient, s’ouvrent aux loisirs. La publicité revient. Les ventes grimpent : grâce au soutien des comités Bonne presse, Vers l’Avenir est présent dans presque tous les foyers de Hesbaye namuroise, du Condroz, d’Ardenne, sans négliger sa chère ville de Namur.  Deux hommes se partagent la direction. Le baron Philippe de Thysebaert est le gestionnaire, patron de presse prudent, respecté, soucieux de finances saines et de paix sociale, visionnaire dans le nécessaire déploiement hors des limites provinciales. Marc Delforge, fils du fondateur, conduit la rédaction avec exigence. Parmi les journalistes, deux noms sont à épingler : Abel Berger, pour l’information provinciale, et Maurice Dandumont, pour les sports.

Il faut grandir. Successivement, Vers l’Avenir achète plusieurs autres quotidiens régionaux de Wallonie, au profil comparable, et crée de nouvelles éditions ailleurs. L’impression, les services administratifs, le traitement de l’information nationale et étrangère sont centralisés à Namur, les rédactions régionales gardant leurs bureaux. Ainsi, entrent dans le groupe L’Avenir du Luxembourg en 1948, Le Courrier de Verviers en 1956, Le Courrier de l’Escaut (Tournai) en 1968, Le Jour (Verviers aussi) en 1986, Le Rappel (Charleroi) en 1987. Vers l’Avenir Huy-Waremme démarre en 1949, Brabant wallon en 1974, Entre-Sambre-et-Meuse en 1987, Basse-Sambre en 1996 et dernier né, Le Courrier (Mouscron) en 2004.

Les années 1970 voient un tournant. La société a changé. Vers l’Avenir prend ses distances vis-à-vis du PSC et ouvre ses colonnes à d’autres courants de pensée. Le journal de combat devient journal de débats. Le journaliste n’est plus un militant, mais un observateur curieux, attentif. De nouveaux sujets, comme l’économie et la défense de l’emploi, l’environnement, l’aménagement du territoire entrent dans les pages, même si la politique communale, le  fait divers, le sport restent des matières fortes.

Les progrès techniques s’accélèrent. Disparition de la composition au plomb en 1975, construction d’une nouvelle rotative à Rhisnes en 1984, apparition de la photo couleurs. Les ventes du journal connaissent leur apogée en 1994, avec 123 600 exemplaires quotidiens. Le besoin de diversification se fait néanmoins sentir : impression de toutes-boîtes en 1998, lancement de Radio Vers l’Avenir en 1983, du Journal des Enfants en 1992.

L’Évêché de Namur se retire[modifier | modifier le code]

Une période de crise survient en 1991, avec la nomination d’André Léonard comme évêque de Namur. Elle touche d’abord la rédaction. Car, dans un diocèse divisé en partisans et adversaires du prélat, chacun fait pression. Mgr Léonard veut utiliser le quotidien, dont il reste l’actionnaire majoritaire, comme tribune personnelle. Le conflit l’oppose ensuite aux familles héritières des co-fondateurs, qu’il écarte de la gestion. Finalement, l’Évêché se retire.

Actionnariat récent[modifier | modifier le code]

En 2006, l'entreprise est intégralement rachetée par la VUM, éditrice du Standaard et du Nieuwsblad[3]. L’impression du journal est déplacée à Grand-Bigard. Ces années sont aussi marquées par le déménagement du siège central de Namur vers Bouge en 2006 ; le passage au tabloïd full quadri en 2007, l’apparition du nouveau nom, commun à tous les titres, L’Avenir, en 2010. Le premier site internet, lancé en 2006, s’appelle votrejournal.be ; il se mue en Actu24, puis lavenir.net.

En 2013, le groupe flamand, rebaptisé Corelio, se recentre sur le nord du pays et revend Les Éditions de l’Avenir à l’intercommunale liégeoise Tecteo, devenue depuis Nethys[4].

En 2020, Nethys cède l'intégralité de ses parts au groupe IPM, editeur de la La Libre[5].

Éditions[modifier | modifier le code]

Les neuf éditions quotidiennes sont les suivantes[6] :

  • L'Avenir Namur/Dinant
  • L'Avenir Basse-Sambre
  • L'Avenir Entre-Sambre-et-Meuse
  • L'Avenir Brabant wallon
  • L'Avenir Luxembourg
  • L'Avenir Verviers
  • L'Avenir Huy-Waremme
  • L'Avenir de l'Escaut (Tournai)
  • L'Avenir Mouscron

Il existe aussi un hebdomadaire pour les plus jeunes (9-13 ans)[7] :

  • JDE - Journal des Enfants

Archives[modifier | modifier le code]

L'Avenir, à Villers-la-Ville

Les collections de revues et journaux namurois anciens (1829-1981) de la Société archéologique de Namur ont été mises en dépôt en 1999 au Service des Archives régionales du Service public de Wallonie au Moulin de Meuse à Beez (Namur). Un inventaire complet en a été publié en 2000.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre De Spiegeler et Michel Weyssow, Inventaire de la collection de presse de la Société archéologique de Namur déposée au Centre des Archives de la Région wallonne, in Annales de la Société archéologique de Namur, Tome 74, 2000, pages 303-333
  • Marie-Louise Warnotte, Étude sur la presse à Namur 1794-1914, Paris, Louvain, Nauwelaerts, 1965, Cahiers du Centre inter-universitaire d'histoire contemporaine, no 44
  • Marie-Louise Warnotte, L'Ami de l'Ordre, quotidien catholique namurois, de 1839 à 1914, Paris, Louvain, Nauwelaerts, 1968, Cahiers du Centre inter-universitaire d'histoire contemporaine, no 51
  • Jean-François Pacco (dir), Vers l'Avenir 1918-2018, Cent ans d'information en province de Namur, Société archéologique de Namur, 2018

Références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.actionnariatwallon.be/organisme/editions-de-l-avenir-27428 »
  2. Banque-Carrefour des Entreprises, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. P.-F. L., « Le groupe Corelio met "Vers l'Avenir" au régime », sur lalibre.be, (consulté en 2020)
  4. Rédaction RTBF, « Le groupe énergétique Tecteo rachète les journaux de L'Avenir », sur rtbf.be, (consulté en 2020)
  5. Juliette Hariga avec Belga, « Le projet de cession des éditions de L'Avenir à IPM validé par la tutelle wallonne. », sur rtbf.be, (consulté en 2020)
  6. lavenir.net - Presse quotidienne, L'Avenir.net, Consulté le 8 décembre 2012
  7. lavenir.net - Presse jeunesse, L'Avenir.net, Consulté le 8 décembre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]