Simone Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la chanteuse néerlandaise Simone Simons.

Simone Simon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Simone Simon en 1937

Naissance 23 avril 1910
Marseille, Bouches-du-Rhône
France
Nationalité France Française
Décès 22 février 2005 (à 94 ans)
Paris, France
Profession Actrice
Films notables L'Heure suprême
La Bête humaine
La Féline

Simone Simon, née le 23 avril 1910 à Marseille dans les Bouches-du-Rhône et décédée le 22 février 2005 à Paris, est une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

La carrière cinématographique de Simone Simon s’étend sur quatre décennies, du début des années 1930 au début des années 1970, période pendant laquelle elle aura tourné près de quarante films en France, en Italie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, et à Hollywood, pour des metteurs en scène aussi prestigieux que Jean Renoir, Jacques Tourneur, Max Ophüls ou Marc Allégret. Elle reste à la postérité pour deux films particulièrement marquants : La Bête humaine de Jean Renoir (1938), et La Féline (1942) que Jacques Tourneur réalisa à Hollywood.

La vie de Simone Simon commence sur une énigme : née en 1911 ou 1910, à Béthune ou à Marseille ? Sa mère italienne et son père français se séparent alors qu’elle a trois ans, et elle part alors vivre avec sa mère et son beau-père à Madagascar. Elle reviendra ensuite en France et fera ses études à Berlin, Budapest et Turin.

Alors qu’elle n’est encore qu’une adolescente, elle travaille comme mannequin, dessine des robes et monte sur scène dans des comédies musicales. Mais c’est en 1931 qu’elle est remarquée à la terrasse du Café de la Paix à Paris, par Victor Tourjansky, réalisateur russe qui a émigré en France. Il lui offre son premier rôle dans Le Chanteur inconnu et la refait tourner dans Les yeux noirs (1935) avec Jean-Pierre Aumont. Elle est révélée en 1934 dans Lac aux dames de Marc Allégret, avec lequel elle a une liaison[1] entre 1931 et 1933 [2].

Elle est désormais une valeur sûre du cinéma français où on la définit comme une « sauvage tendre ». La compagnie Twentieth Century Fox la repère et Darryl F. Zanuck lui propose de venir à Hollywood. Mais il semble qu’elle rencontre des difficultés pour maîtriser la langue anglaise. De plus, les films dans lesquels la Fox la fait tourner ne la mettent pas à son avantage, et le rêve américain s’évanouit peu à peu. Il semble que son séjour hollywoodien soit plus fructueux en affaires privées que du point de vue cinématographique. Elle sera impliquée dans de petits scandales, dont Hollywood se délecte. Sa carrière américaine stagnant, et devant faire face à la concurrence d’autres actrices françaises venues tenter leur chance en Californie (notamment Annabella, jeune épouse de la star Tyrone Power) elle décide de rentrer en France. Bien lui en prend, car elle est rapidement contactée par Jean Renoir pour tenir le rôle de Séverine Roubaud dans La Bête humaine (1938) d’après le roman d’Émile Zola. Renoir souhaite également la distribuer dans La Règle du jeu (1939), qui est un de ses chefs-d’œuvre, mais ses prétentions financières sont trop élevées, et Renoir choisira alors Nora Gregor.

La guerre[modifier | modifier le code]

À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Simone décide de retourner aux États-Unis. Ce second séjour sera plus fructueux, et elle incarne Belle, dans le film de William Dieterle The Devil and Daniel Webster (1941), puis Irena Dubrovna dans le célèbre film fantastique de Jacques Tourneur La Féline (1942). On la voit également dans plusieurs films plus mineurs comme Mademoiselle Fifi de Robert Wise (1944).

À la fin de la guerre, Simone rentre en France et tourne encore dans une dizaine de films, avant de se consacrer exclusivement au théâtre à partir du milieu des années 1950. On la verra une dernière fois sur l’écran dans La Femme en bleu de Michel Deville en 1973.

Elle ne s’est jamais mariée, et n’a pas eu d’enfant.

Décès[modifier | modifier le code]

Simone Simon est morte à Paris, en France le 22 février 2005, à l'âge de 94 ans, de causes naturelles. La BBC rapporta par erreur qu'elle avait 93 ans[3] en se trompant sur son année de naissance (1911 au lieu de 1910). Quelques jours plus tard, le Ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres lui rendit un hommage, saluant son charme et son irrésistible sourire... "Avec la perte de Simone Simon, nous avons perdu une des plus séduisantes et brillantes stars du cinéma français de la première moitié du XXe siècle[4]."

Elle est inhumée au cimetière du Château-Gombert, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France[5].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Simone Simon a également abordé la scène et le disque avec un succès certain, sa meilleure prestation restant son rôle de Maricousa dans Toi, c'est moi, opérette de Moisés Simons et Henri Duvernois, dont la première eut lieu à Paris au théâtre des Bouffes-Parisiens le 19 septembre 1934.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000
  2. André Gide & Marc Allégret - Le roman secret, Pierre Billard, Plon 2006, pages 276-279
  3. (en) « French actress Simone Simon dies », BBC News, UK Edition,‎ February 23, 2005
  4. (en) Renaud Donnedieu, « Renaud Donnedieu de Vabres rend hommage à Simone Simon », French Ministry of Culture,‎ 23 February 2005
  5. (en) « Cimetière du Château-Gombert, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Cote d'Azur, France »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :