Yvonne De Carlo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yvonne De Carlo

Description de l'image  Yvonne-de-carlo-1-.jpg.
Nom de naissance Margaret Yvonne Middleton
Naissance 1er septembre 1922
Vancouver, Canada
Nationalité d'origine : Drapeau du Canada Canadienne naturalisée : Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 8 janvier 2007 (à 84 ans)
Woodland Hills, États-Unis
Profession Actrice
Films notables Pour toi j'ai tué, La Belle Espionne, Les Dix Commandements, L'Esclave libre

Yvonne De Carlo, née Margaret Yvonne Middleton, est une actrice d'origine canadienne naturalisée américaine, née le 1er septembre 1922 à Vancouver (Canada) et décédée le 8 janvier 2007 à Woodland Hills, Los Angeles (États-Unis).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a été mariée du 21 novembre 1955 à 1974 à Bob Morgan dont elle a eu deux garçons, Bruce Ross (1956) et Michael (1957-1997).

Elle meurt le 8 janvier 2007 à l'âge de 84 ans dans une maison de retraite de Woodland Hills en Californie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Apprentissage[modifier | modifier le code]

Avant de devenir une des plus ravageuses brunes du cinéma américain, Yvonne De Carlo a figuré, non créditée, dans une vingtaine de films, dont Tueur à gages de Frank Tuttle, avec Alan Ladd et Veronica Lake, Pour qui sonne le glas de Sam Wood, avec Gary Cooper et Ingrid Bergman, L'Odyssée du docteur Wassell de Cecil B. DeMille. Elle tourne aussi devant les caméras de Mitchell Leisen et Mark Sandrich, dans plusieurs comédies qui mettent en vedettes Bob Hope, Bing Crosby, Betty Hutton, côtoyant un certain nombre de stars déjà anciennes telles que Ray Milland, Paulette Goddard, Marlène Dietrich, Dorothy Lamour

Révélation[modifier | modifier le code]

Yvonne De Carlo dans les années quarante

En 1944 le rôle de la danseuse Salomé qui devient espionne au XIXe siècle la révèle. Elle travaille alors à plusieurs reprises avec les réalisateurs Charles Lamont et George Sherman, a pour partenaires Rod Cameron, Dan Duryea et Howard Duff, mais aussi George Brent (dans La Belle Esclave) et Van Heflin (dans Tomahawk). Elle s'illustre aussi dans le musical Schéhérazade (1947), au côté de Jean-Pierre Aumont, et incarne la célèbre conteuse dans L'Aigle du désert. Dans Casbah de John Berry (1948), adaptation du roman Pépé le Moko, face à Tony Martin et Peter Lorre elle succède à Mireille Balin et Hedy Lamarr.

Outre ces rôles d'aventurières exotiques, elle s'impose en force dans deux films noirs avec Burt Lancaster : Les Démons de la liberté de Jules Dassin et Pour toi j'ai tué de Robert Siodmak, deux classiques du genre. Forte personnalité de l'écran, comparable à Maureen O'Hara, Susan Hayward ou Jane Russell, car capable de soutenir un film d'action, un western par exemple, elle interprète Calamity Jane dans La Fille des prairies.

Sommets[modifier | modifier le code]

Hollywood continue les années suivantes d'exploiter sa veine exotique et « virile » : La Madone du désir de Robert Parrish avec Joel McCrea, La Belle Espionne de Raoul Walsh (1953) avec Rock Hudson (d'après Victor Hugo), Tornade d'Allan Dwan avec Cornel Wilde, Tombouctou de Jacques Tourneur (1959) avec Victor Mature pérennisent son image d'aventurière et L'Esclave libre (1957) de Walsh, face à Clark Gable, constitue le sommet de ce parcours, le Autant en emporte le vent de l'actrice.

Cataloguée interprète typée, elle rejoint Ricardo Montalban, Vittorio Gassman et Pier Angeli dans la distribution de Sombrero (sur un village mexicain) et donne la réplique à Carlos Thompson dans Feu magique de William Dieterle et Fort Alger. Sa participation au péplum de De Mille Les Dix Commandements, en épouse de Moïse/Charlton Heston, constitue un autre sommet de sa carrière dans les années 1950.

Europe et comédies[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, Yvonne De Carlo diversifie ses emplois, brillant dans la comédie notamment. Elle décline le genre face aux virtuoses britanniques : Peter Ustinov dans Hotel Sahara (1951), Alec Guiness dans Capitaine Paradis (1953), David Niven dans Héritage et vieux fantômes de Mario Zampi.

La star semble d'ailleurs envisager une carrière européenne à cette époque : elle interprète le rôle titre de La Castiglione en 1954, avec Georges Marchal et Paul Meurisse en Napoléon III et en 1958 joue Marie-Madeleine dans le péplum italien L'Épée et la Croix. À Hollywood elle retrouve le thriller au côté de George Sanders.

Les Monstres[modifier | modifier le code]

John Wayne et Yvonne De Carlo dans Le Grand McLintock

À l'aube des années 1960, comme nombre de ses consœurs, Yvonne De Carlo se tourne vers la télévision où Bonanza, Aventures dans les îles et Le Virginien ne la changent guère de ses rôles habituels.

Sur grand écran, c'est encore un western qui lui donne John Wayne et Maureen O'Hara pour partenaires - Le Grand McLintock en 1963, une forme de consécration… Dans le même registre, elle aura ensuite pour partenaires Dale Robertson, George Montgomery et Howard Keel. L'année suivante elle rivalise avec Michèle Mercier, la star européenne, auprès de Bob Hope (dans la comédie Papa play-boy).

Mais c'est la télévision qui relance sa popularité : de 1964 à 1966, elle est l'héroïne de la série culte Les Monstres, parodie d'horreur. En 1968, elle participe sur grand écran à La Guerre des cerveaux, un classique de la science-fiction avec George Hamilton et Suzanne Pleshette en vedettes, et en 1974 elle se joint à Frank Langella, Ricardo Montalban et Gilbert Roland (un bouquet d'exotisme) pour une énième adaptation de Zorro.

Horreur et humour[modifier | modifier le code]

Globalement les années 1970 la dirigent vers un cinéma bis. Yvonne apparaît nostalgiquement dans les comédies It Seemed Like a Good Idea at the Time, avec Anthony Newley et Stefanie Powers, et Détective comme Bogart (en) de Robert Day (1980). Elles la dirigent surtout vers le genre horrifique, parodique ou non - elle tourne notamment La Secte de l'enfer de René Cardona Jr. en 1979. Sur ces plateaux, elle croise Stuart Whitman, John Ireland, John Carradine, mais également Cornel Wilde, Joseph Cotten ou Karen Black. De Carlo tient encore la vedette de American Gothic de John Hough au côté de Rod Steiger en 1988. En 1991, la star légendaire figure dans L'embrouille est dans le sac (Oscar) de John Landis, avec Sylvester Stallone dans le premier rôle.

Sa longévité s'exerce également à la télévision : en 1977 Yvonne de Carlo fait partie de la distribution de la télésuite Racines, phénomène de la télévision américaine. Elle retrouve dans L'Île fantastique Ricardo Montalban, et joue dans Arabesque et L'Étalon noir en 1985 et 1990 avec les fringants Angela Lansbury et Mickey Rooney ; passage obligé, la star de la série Les Monstres se devait de rencontrer Les contes de la crypte : ce fut fait en 1993. Le dernier rôle d'Yvonne De Carlo concerne un téléfilm réalisé par Susan Seidelman en 1995.

Immortelle[modifier | modifier le code]

Yvonne De Carlo en mai 1979

Yvonne De Carlo, dont Jean Tulard souligne le culte dans son Dictionnaire des acteurs, s'est imposée dans les années 1940 et 50 à la fois comme une bombe sexuelle façon Rita Hayworth et Ava Gardner et comme un symbole féministe à la façon de Maureen O'Hara ; elle est aussi une des plus grandes beautés exotiques de l'époque, suivant de peu Hedy Lamarr, Gene Tierney, Linda Darnell et Debra Paget

Cependant, si son tempérament est indiscutable, l'histoire du cinéma ne retient, en général, de sa longue filmographie que les films noirs de Jules Dassin et Robert Siodmak, et les films d'aventures de Raoul Walsh, surtout L'Esclave libre. Star, elle le fut, populaire avant tout. Robert Parrish, Cecil B. DeMille, Mario Zampi, William Dieterle, Jacques Tourneur, Allan Dwan, Tay Garnett pouvaient travailler en confiance, et l'actrice, non contente d'être une des beautés les plus spectaculaires de l'écran (entre Jennifer Jones et Chelo Alonso) pouvait se mesurer à n'importe quelle star masculine, dans tous les genres. Pourtant, elle eut peu de covedettes masculines de premier plan.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :