Jules Berry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berry (homonymie).

Jules Berry

alt=Description de l'image Jules Berry.jpg.
Nom de naissance Marie Louis Jules Paufichet
Naissance 9 février 1883
Poitiers, Vienne
Nationalité Drapeau de France Français
Décès 23 avril 1951 (à 68 ans)
Paris
Profession acteur, réalisateur
Films notables Le Crime de Monsieur Lange
Les Visiteurs du soir
Le jour se lève

Jules Berry, de son vrai nom Marie Louis Jules Paufichet, est un acteur et réalisateur français, né le 9 février 1883 à Poitiers, mort le 23 avril 1951 à Paris XIVe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Paufichet est né de parents quincailliers, installés dans le Poitou, il a deux frères. La famille s'installe à Paris en 1888[1]. Jules effectue ses études au lycée Louis-le-Grand puis est diplômé de l'école d'architecture de l'École des beaux-arts.

C'est durant ses études qu'il se découvre une grande attirance pour le théâtre. Il est engagé par le théâtre Antoine, après une audition, pour jouer La Mort du duc d'Enghien de Léon Hennique ainsi que Le Perroquet vert d'Arthur Schnitzler.

Plus tard, il se produira également au théâtre de l'Ambigu et à l'Athénée. Lors d'une tournée à Lyon, il est remarqué par Jean-François Ponson, qui l'engage pour une durée de douze ans, au théâtre des Galeries Saint-Hubert de Bruxelles. Le public bruxellois lui réserva un très bon accueil, il y joua notamment Le Mariage de Mademoiselle Beulemans.

Il crée par la suite une trentaine de pièces à succès, pour Marcel Achard, Alfred Savoir, Louis Verneuil, Roger Ferdinand. Il se lance dans le cinéma muet en 1911 dans Olivier Cromwell d'Henri Desfontaines, puis dans le parlant avec son premier rôle dans Mon cœur et ses millions aux côtés de Suzy Prim. Au total il jouera 89 films, où le pire côtoiera le meilleur.

Jules Berry, c'est la grandiloquence, l'extravagance, le fantasque, dont Pierre Brasseur sera par la suite le digne héritier. Il est souvent considéré comme l'un des plus grands acteurs de l'histoire du cinéma français[2].

Parmi ses meilleurs films, notons : Le Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir, Les Visiteurs du soir de Marcel Carné où il sera admirable dans le rôle du diable, Le Jour se lève du même réalisateur, Le Voyageur de la Toussaint de Louis Daquin, Baccara d'Yves Mirande, 27 Rue de la Paix, l'Habit vert de Roger Richebé.

Il met un terme à sa carrière cinématographique en 1951 pour interpréter les textes de Jacques Prévert.

Jules Berry eut des liaisons successivement avec les actrices Jane Marken, Suzy Prim et Josseline Gaël[3] avec laquelle il eut une fille nommée Michelle né en 1939.

Joueur compulsif, il avait pour habitude de « flamber » tous ses cachets au casino et aux courses de chevaux[3].

En avril 1951, admis à l'hôpital Broussais, il y meurt victime d'une crise cardiaque causée par son traitement pour ses rhumatismes (on avait omis de lui dire de ne pas boire d'alcool avec le traitement). Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 80)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

1903-1907
1908-1920

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ruiné, à Cannes, il envoya à Yves Mirande le télégramme suivant, « Envoie-moi 1 000 francs, je le dirai à tout le monde », à quoi Mirande répondit, « Je t'envoie 100 francs, ne le dis à personne ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anthologie du cinéma, vol. 7, L’Avant-scène, 1973, p. 411.
  2. Historiens et géographes, no 388, p. 44.
  3. a et b Encyclopédie du cinéma

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Barrot, Jules Berry, 1883-1951, collection Anthologie du cinéma, l'Avant-Scène, 1972 ; repris dans Anthologie du cinéma, tome VII, CIB - L'Avant-scène, 1973 (OCLC 490254850)
  • Henri Marc, Jules Berry : le joueur, Éditions France-Empire, 1988 (ISBN 2704805903)

Liens externes[modifier | modifier le code]