Directeur de la photographie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Directeur de la photographie
Image illustrative de l'article Directeur de la photographie

Code ROME (France) L1505

Le directeur de la photographie, aussi appelé directeur photo (suivant la nomenclature officielle de l'annexe 8 des ASSEDIC)[1] ou chef opérateur de prise de vues, est la personne responsable, au tournage d'un film, de la prise de vues. Il coordonne les efforts de trois équipes : caméra, machinerie et lumière ou éclairage. Il peut aussi assumer le travail du cadreur.

Fonction[modifier | modifier le code]

Concepteur de l'image du film, il conçoit l'esthétique de l'éclairage et est donc un collaborateur essentiel de la mise en scène à la plastique du film. Lorsqu'il ne se consacre qu'à l'éclairage, et qu'un cadreur opère la caméra et assure le cadre, il dirige l'équipe d'électriciens-éclairagistes, celle-ci plaçant alors les projecteurs et accessoires selon ses directives. Il peut parfois assurer à la fois le cadre et la lumière.

Il est assisté par des chefs de poste :

  • Dans le domaine de la caméra, d'un premier assistant opérateur de prise du vue ou pointeur (chargé de faire le point) ;
  • Dans le domaine de la lumière, d'un chef électricien chargé de la gestion des installations d'éclairage ;
  • Et dans le domaine de la machinerie, d'un chef machiniste qui supervise les mouvements de caméra (travellings, grues) et accroches de la caméra dans des endroits difficiles.

En cinéma numérique, d'autres postes d'assistants apparaissent, notamment pour la gestion des supports numériques : l'ingénieur de la vision ou "DIT" (en anglais : Digital Imaging Technician), est spécialiste technique des formats numériques et est un intermédiaire entre le laboratoire (numérique) et le tournage. Il est chargé de la création de rushs transcodés sur le plateau et du contrôle qualité.

À la finalisation du film, en postproduction, le directeur de la photographie supervise également l'étalonnage des images du film.

En France, l'Association française des directeurs de la photographie cinématographique (AFC) regroupe certains directeurs de la photographie de cinéma. L'AFC est en cela similaire à l'ASC aux États-Unis, ou la British Society of Cinematographers(BSC) au Royaume-Uni.

Formation[modifier | modifier le code]

En France

La formation à ces métiers est assurée entre autres à l'École nationale supérieure Louis-Lumière et à La Fémis. [réf. souhaitée] Il existe également d'autres formations supérieures publiques, telle l'ESAV à Toulouse et les Licences et Masters Image et Son, dont celle du département Sciences, Arts et Techniques de l'Image et du Son (SATIS) à Aubagne (département rattaché à l'Université d'Aix-Marseille), ou celles de Brest et Valenciennes, Le Fresnoy, ainsi que de nombreuses écoles privées : ESEC, Esra, ILOI[2], IIIS et IMC de Normandie...

Ces formations sont aussi accessibles aux titulaires d'un BTS « Métiers de l'audiovisuel », option « Métiers de l'image », dont le cursus technique est principalement axé sur les métiers de la télévision (cadreur, assistant vidéo, ingénieur de la vision…). Voir : Formation audiovisuelle.

En Belgique

Les écoles belges les plus renommées sont l'Institut national supérieur des arts du spectacle (INSAS), l'Institut des arts de diffusion (IAD), ou encore l'Institut national de radioélectricité et cinématographie (INRACI).

Les cours y sont également suivis par nombre d'étudiants étrangers, dont beaucoup de Français, qui trouvent dans les établissements belges une meilleure formation que dans leur pays d'origine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] : Liste des fonctions -Annexe 8 des ASSEDIC
  2. http://www.iloi.net/Journal-de-l-ile-du-2-novembre.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]