Le Chat et la Souris (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chat et la Souris.

Le Chat et la Souris

Réalisation Claude Lelouch
Scénario Claude Lelouch
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films 13
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1975
Durée 108 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Chat et la Souris est un film policier français réalisé par Claude Lelouch et sorti en 1975.
Il s'agit du dernier rôle de Michèle Morgan au cinéma, hormis témoignages documentaires ou figurations « clin d'œil ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les inspecteurs Lechat (Serge Reggiani) et Chemin (Philippe Léotard) entretiennent une amitié et une complicité au cours de leur travail de policier mené d'une façon assez décalée et avec un esprit sans gêne. Lechat est considéré par ses chefs comme « une star » de la police, très efficace, et ceux-ci ferment les yeux sur ses méthodes assez peu réglementaires et sur les suppléments de revenus qu'il s'offre sur le dos des voyous.

M. Richard (Jean-Pierre Aumont), homme d'affaires et promoteur immobilier à Paris, est marié mais affiche son amour pour sa maîtresse, une actrice de cinéma X (Valérie Lagrange), devant sa femme. Il est amoureux de cette actrice qu'il achète par des cadeaux. Mme Richard (Michèle Morgan) le met en garde contre ses excès, mais la tolérance est rompue lorsqu'il exprime le désir de divorcer. L'épouse nourrit alors envers son mari un désir de meurtre qu'elle ne réalise pas. Le promoteur revient chez lui, à la suite d'un appel téléphonique l'informant que son épouse a eu un malaise. On le retrouve mort dans son bureau, mais la mort pourrait être due à un suicide. Lechat et Chemin, deux inspecteurs, assurent l'enquête. Des tableaux de grande valeur ayant disparu, la thèse du meurtre prévaut. La bonne était présente dans la maison lors de l'événement, mais n'a rien vu. Mme Richard était sortie avec le chauffeur et se trouvait dans un cinéma au moment du meurtre. On apprend qu'elle rencontre un amant lors de ses sorties. Lechat soupçonne Mme Richard du meurtre, lorsqu'il constate, en rencontrant l'assureur des tableaux, que la veuve va toucher une assurance de 800 millions de francs. Malheureusement son alibi tient, car la distance entre le cinéma et la résidence des Richard est trop grande pour que l'épouse ait pu commettre le meurtre et faire l'aller et retour. Lechat cherche la faille dans l'alibi de l'épouse. Dans le même temps, il présente son adjoint à sa fille (Christine Laurent) et fréquente une prostituée qui veut « arrêter » son commerce. Cependant Lechat est de plus en plus sensible au charme de la veuve, tout en la croyant coupable. Le montant de l'assurance est finalement payé, mais Mme Richard est attaquée chez elle, enlevée et la somme lui est dérobée. Un haut fonctionnaire de la police (Jacques François), aux ordres du gouvernement qui s'inquiète de l'orientation prise par l'enquête, met un terme aux investigations de Lechat en lui accordant une retraite anticipée (sans cigare). L'enquête met alors en cause un groupe d'extrémistes qui s'en prendraient aux grosses fortunes. Lechat peut se retirer à la campagne avec sa copine qui va finir par s'ennuyer... et « Sam » le chien policier. L'ex-inspecteur reste en contact avec le milieu de la police par Chemin, devenu son gendre. Il entreprend alors d'écrire un livre sur cette affaire, tout en continuant à forcer la porte de Mme Richard, qui accepte de le recevoir. Lechat lui avoue toute la sympathie qu'elle lui inspire. Elle résiste, mais finit par se laisser séduire et l'enquête de l'ex-inspecteur prend alors une nouvelle tournure.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Source : IMDb, sauf mention contraire

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]