Tarass Boulba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarass Boulba (homonymie).
Tarass Boulba
Auteur Nicolas Gogol
Genre Roman historique
Version originale
Titre original Тара́с Бу́льба
Langue originale Russe
Pays d'origine Drapeau de la Russie Russie
Date de parution originale 1843
Version française
Traducteur Louis Viardot
Lieu de parution Paris
Éditeur Hachette
Date de parution 1872
Nombre de pages 215


Tarass Boulba (Тара́с Бу́льба) est un roman historique de Nicolas Gogol publié en 1843. Une première version est parue en janvier 1835. Elle fait alors partie du recueil Mirgorod. La version beaucoup plus étoffée publiée seule constitue le texte définitif.

L'histoire est celle du cosaque zaporogue Tarass Boulba et de ses deux fils, Andreï et Ostap. Les trois hommes vont d'Ukraine en Pologne, contre laquelle les Cosaques sont en guerre.

Résumé[modifier | modifier le code]

Tarass Boulba est un cosaque ukrainien robuste et belliqueux. Ses deux fils, Andreï et Ostap, rentrant de Kiev après avoir fini leurs études, sont très vite conduits à la Setch, le campement militaire cosaque. Une rumeur circulant dans le camp constitue un motif suffisant pour entrer en guerre contre les Polonais, au nom de la défense de la foi orthodoxe.

La campagne féroce est marquée par le passage à l'ennemi d'Andreï, qui cherche à rejoindre la fille du gouverneur. Pour sauver cette fille, Andreï devra apporter de la nourriture à la ville de Doubno[1], assiégée par les Cosaques. Au cours du combat, Tarass découvre son fils sous l'uniforme polonais. Tarass, humilié, le tue lui-même d'une balle dans le torse. Après l'arrivée de renforts polonais, la déroute des troupes cosaques est inévitable, Ostap est capturé et exécuté publiquement avec ses compagnons sous les yeux de son père qui reviendra avec d'autres cosaques pour essayer de le venger. Mais ce sera une nouvelle défaite, Tarass Boulba finira par être capturé, puis sera brûlé vif en rêvant, du haut de son bûcher, de la victoire définitive de la foi orthodoxe.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Adaptation musicale[modifier | modifier le code]

Le compositeur tchèque Leoš Janáček a composé une rhapsodie pour orchestre basée sur l'œuvre de Gogol. La partition se découpe en trois épisodes marquants du récit :

  1. Mort d'Andreï
  2. Mort d'Ostap
  3. Prophétie et Mort de Tarass Boulba

Mentionnons aussi un ballet composé en 1952 par Reinhold Glière, Tarras Boulba opus 92. L'opéra Taras Boulba de Mykola Lyssenko compositeur ukrainien

Adaptation parodique en bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Gotlib et Alexis publient en 1973 dans Pilote une parodie de Tarass Boulba (reprise plus tard dans l'album Cinémastock 1.)

En 2008, les scénaristes Jean-David Morvan et Frédérique Voulyzé et le dessinateur Igor Kordey ont fait une adaptation en bande dessinée en deux tomes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de cette ville rappelle celui de Loubny, où ont eu lieu des combats entre Zaporogues et Polonais. Il existe toutefois une ville nommée Doubno dans l'actuel oblast de Rivne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :