Manécanterie des Petits Chanteurs à la croix de bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Petits Chanteurs
à la croix de bois, « La mané »
Les Petits Chanteurs à la croix de bois, en concert à Strasbourg le 9 novembre 2013.
Les Petits Chanteurs à la croix de bois, en concert à Strasbourg le 9 novembre 2013.

Création 1907
Ancien nom « La mané » (nom familier)
Type association loi 1901
Siège 7, rue Saint Germain
71400 Autun
Drapeau de la France France
Coordonnées 46° 57′ 03″ N 4° 18′ 06″ E / 46.950914, 4.30156546° 57′ 03″ N 4° 18′ 06″ E / 46.950914, 4.301565  
Effectifs environ 90 en 2013
Président Patrick Mc Namara
Délégué général Marc Ladefroux
Directrice musicale Laura Zimmermann
Personne(s) clé(s) Pierre Martin
Paul Berthier
Affiliation(s) Pueri Cantores
Ensemble scolaire catholique d'Autun
Site web http://www.pccb.fr

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Les Petits Chanteurs à la croix de bois, « La mané »

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Les Petits Chanteurs à la croix de bois, « La mané »

La Manécanterie des Petits Chanteurs à la croix de bois est un chœur de garçons créé en 1907 par Paul Berthier et Pierre Martin, et longtemps dirigée par l'abbé Fernand Maillet.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Les Petits Chanteurs en 1934.
Les Petits Chanteurs à la croix de bois devant la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre en 1936.


En 1903, le pape Pie X écrit le motu proprio, « Tra le sollecitudini », sur la restauration de la musique sacrée ; en 1905, le Parlement français vote la loi de séparation des Églises et de l'État[réf. souhaitée].

C'est dans ce contexte que le projet de la manécanterie voit le jour, en 1907, sur l'idée de deux étudiants, en vacances à l'abbaye de Tamié, près d'Albertville en Savoie. Paul Berthier et Pierre Martin voulaient mettre en application le motu proprio et créer une structure itinérante sans attachement à une paroisse ou une cathédrale, rompant ainsi avec la tradition millénaire du chœur d'enfants. L'année suivante, l'idée se concrétise par les premières représentations, qui ont un succès rapide et grandissant[réf. souhaitée].

C'est en 1924, après avoir découvert cette chorale lors d'une messe en 1918, que l'abbé Fernand Maillet prend la direction de la Manécanterie, à laquelle il donne son envol définitif et international[réf. souhaitée].

En 1931, les Petits Chanteurs à la croix de bois font une tournée à travers le Canada, grâce à l'organisation du musicien et compositeur québécois Frédéric Pelletier qui, en tant que chef de chorale, adapte leur répertoire en y ajoutant des chansons folkloriques canadiennes françaises. La chorale gagne très vite une réputation mondiale, jusqu'au Vatican, où les papes Pie XII, puis Jean XXIII lui conférèrent ses lettres de noblesse. Le succès sans précédent de cette formation donne une impulsion décisive à un renouveau du chant choral dans l'ensemble de l'Europe, qui se concrétise dans les années 1950 par la fédération des Pueri Cantores, encore en activité aujourd'hui[réf. souhaitée].

En 1945, le film La Cage aux rossignols (qui aura droit à son remake en 2004 avec Les Choristes), contribue largement à la renommée de la Manécanterie[réf. souhaitée].

Les successeurs de l’abbé Maillet[modifier | modifier le code]

L'abbé Maillet dirige la chorale jusqu'à sa mort, le 20 février 1963[note 1]. L'abbé Roger Delsinne, son second pendant plus de vingt ans, prend la succession jusqu'en 1978, date de son décès[réf. souhaitée].

La direction musicale de la Manécanterie est ensuite assurée par deux anciens solistes des Petits Chanteurs, Bernard Houdy jusqu'en 1992, puis Rodolphe Pierrepont jusqu'en 2000. Véronique Thomassin le remplace à la direction musicale du chœur à partir de septembre 2000. Elle est remplacée par Clothilde Sebert, assistée par Romain Mastier et Anne Le Goff, à la rentrée 2011[réf. souhaitée].

Depuis la rentrée 2012 à fin 2013, Clothilde Sebert dirige l'éducation musicale, avec comme collègues Anne Le Goff, Élise Gendraud et Jean-Marc Scoiatariu. Elle est remplacée en janvier 2014 par Laura Zimmermann, qui dirige le chœur en alternance avec Anne Le Goff[réf. souhaitée].

Les Petits Chanteurs de nos jours[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Petit Chanteur à la croix de bois, Strasbourg, 9 novembre 2013.

De nos jours, la Manécanterie n'est pas seulement une chorale, mais également une école de vie qui fournit aux enfants une éducation scolaire complète en pensionnat, de la primaire à la fin du collège[réf. souhaitée].

Depuis la rentrée 2006, la Manécanterie a quitté le château de Glaignes dans l'Oise, après y avoir résidé durant plus de trente ans, pour s'installer à Paris près de la place de la Nation dans les locaux de la Fondation Eugène Napoléon comme à ses débuts, avec l'appui du maire de Paris, Bertrand Delanoë, lui-même ancien Petit Chanteur de la Manécanterie des sables de Tunis[réf. souhaitée].

Après des difficultés rencontrées avec son bailleur parisien, la direction de la Manécanterie prend la décision de s'installer dans l'Yonne. Dans ce but, elle achète en septembre 2011 le château Saint-Loup, situé à Brienon-sur-Armançon. Les enfants sont scolarisés au collège privé Saint Jacques de Joigny. Ce sont les professeurs de cet établissement qui se déplacent à Brienon[1].

En décembre 2006, les célébrations du centenaire de la chorale donnent l'occasion aux Petits Chanteurs à la croix de bois d'être très présents sur le petit écran, notamment grâce à un documentaire d'Emmanuel Descombes, Le Chœur des enfants, diffusé sur France 2, ainsi qu'avec une grande émission télévisée présentée par Stéphane Bern, sur France 2 également. Cette émission, intitulée Le 100e anniversaire des Petits Chanteurs à la croix de bois, leur permet de chanter avec de nombreux artistes de la chanson française et internationale : Charles Aznavour, Florent Pagny, Faudel, Mireille Mathieu, Tina Arena, Lara Fabian, Nadya, Bénabar, Louis Chedid, The Ten Tenors, Yannick Noah et Nolwenn Leroy. Une autre émission impliquant les PCCB (Petits Chanteurs à la croix de bois) est diffusée sur France 3, avec entre-autres Læticia Hallyday, Grégoire, Quentin Mosimann, la troupe de la comédie musicale Cléopâtre, les PCCB et bien d'autres artistes[réf. souhaitée].

Le 14 juillet 2007, la Manécanterie chante La Marseillaise et l'Hymne européen lors du défilé militaire[réf. souhaitée].

La société Tetra Media, productrice de ces deux programmes, propose les années suivantes quatre autres émissions télévisées autour des Petits Chanteurs à la croix de bois, diffusées sur France 3. En 2008, l'émission Le Noël des Petits Chanteurs est présentée par Helena Noguerra. En 2009, 2010 et 2011, ce sont Cyril Hanouna puis Tania Young et enfin Marine Vignes qui reprennent le flambeau avec La chorale des Petits Chanteurs. Cette dernière émission permet aux Petits Chanteurs de présenter l'intégralité de leur dernier album, également produit par Tetra Média et distribué par Universal Music Group sous le label Mercury Records[réf. souhaitée].

En décembre 2008, les Petits Chanteurs à la croix de bois font une nouvelle tournée en Asie (Japon, Corée et Chine) où ils chantent, entre autres, dans le nouvel Opéra de Pékin. Ils sont présents à la télévision pour une émission de deux heures en première partie de soirée lors de la veillée de Noël[réf. souhaitée].

En 2013, les Petits Chanteurs à la croix de bois participent à l'album Thérèse, Vivre d'Amour, sorti le 22 avril 2013, mené par Natasha St-Pier et sur des poèmes de Sainte Thérèse de Lisieux, mis en musique par Grégoire. Ils y chantent une chanson en chœur d'accompagnement à Grégory Turpin[réf. souhaitée].


Rémunération et repos hebdomadaire[modifier | modifier le code]

Le 27 avril 2009, à la suite à un bras de fer avec l'administration qui veut que les jeunes choristes soient rémunérés lorsqu'ils se produisent, le chœur est interdit de concert par la préfecture de l'Oise. Depuis 2008, l'État voudrait soumettre le chœur de garçons à la législation du travail. L'association estime de son côté que son action s'inscrit dans le cadre d'un projet éducatif de formation. Selon elle, les parents des enfants sont également contre le fait de rémunérer les enfants. Les Petits Chanteurs de Saint-Marc sont soumis, semble-t-il, au même régime par l'administration[2].

La mobilisation autour de Petits Chanteurs a permis à ces derniers de reprendre la route en mai dernier[Quand ?]. Le décret no 2009-1049 du 27 août 2009, relatif au temps de travail de certains enfants du spectacle, fixe désormais les conditions exactes de rémunération des enfants en concert. Il s'applique à toutes les chorales d'enfants dont le projet pédagogique développe une activité de spectacle itinérante[réf. souhaitée].

En mai 2013, la Manécanterie rencontre de nouvelles difficultés avec l'administration française, voulant imposer aux Petits Chanteurs deux jours de repos hebdomadaires lors de leurs tournées, au lieu d'un actuellement. Selon leur délégué général, cette mesure mettait à mal la Manécanterie des Petits Chanteurs, qui risquait de fermer ses portes à la fin de l'année 2013 faute de ressources suffisantes[3],[4].

Les 13 septembre 2013 et 13 juin 2014, l'association est placée en redressement judiciaire. Le tribunal de grande instance de Sens valide le projet de reprise de l'activité par la Maîtrise de la cathédrale d'Autun[5]. L'activité de la Manécanterie devrait ainsi quitter Brienon-sur-Armançon pour Autun en août 2014[réf. souhaitée].

Quelques Petits Chanteurs notables[modifier | modifier le code]

Par nom
Par année de naissance 

Artistes ayant collaboré avec les Petits Chanteurs[modifier | modifier le code]

Filmographie, télédiffusion et concerts[modifier | modifier le code]

Source : INA[6] :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Le 100e anniversaire des Petits Chanteurs à la croix de bois ;
  • 2014 : En avril 2014, Le père Charles Troesch du groupe Les Prêtres, ancien Petit Chanteur, invite un chœur de 24 Petits Chanteurs à la croix de bois, dirigé par Anne Le Goff, sur le plateau de Michel Drucker pour interpréter Ces Voix d'enfants ;

Concerts[modifier | modifier le code]

  • 2007 : 100 ans en chantant, DVD du centenaire du chœur, produit par Rym Musique Vidéo et les Petits Chanteurs à la croix de bois ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entre-temps, il fut nommé prélat pontifical[réf. souhaitée].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Maillet, Les Petits Chanteurs à la croix de bois, souvenirs et anecdotes, Paris, Éditions Flammarion,‎ 1951, 208 p. ;
  • Couverture et article : « Les Petits Chanteurs à la croix de bois », revue La Semaine radiophonique, no 22, 1951 ;
  • Maurice Cloche et Franz Tanzler (préf. Monseigneur Fernand Maillet), Les Moineaux de Paris, Paris, Éditions Mame, coll. « Livre-Film »,‎ 1953, 183 p.
    D'après le film de Maurice Cloche, Moineaux de Paris — Illustration photos noir et blanc ;
  • Henri Leclerc, Monseigneur Maillet parmi nous', Paris, Éditions du Chalet,‎ 1964, 94 p.
    avec illustration photos ;
  • Roger Debaye (préf. l'Abbé Delsinne), Les Petits Chanteurs à la croix de bois à cœur ouvert, Paris, Éditions Solar,‎ 1971, 254 p.
    avec illustrations et photos hors-texte ;
  • Jean Rolland, Les Petits Chanteurs à la croix de bois, Éditions Ouest-France, 1978 ;
  • Jean Rolland (préface d'Alain Babaud, ancien Petit Chanteur), Les Petits Chanteurs à la croix de bois — L'Histoire des 100 ans de la manécanterie, Rym Éditions, Paris, 2006, 150 p. (ISBN 2-915672-10-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]