Jean Dréville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Dréville est un réalisateur français, né le 20 septembre 1906 à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et mort le 5 mars 1997 à Vallangoujard (Val-d'Oise).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé au dessin publicitaire et à la photographie, il publie des articles dans les rubriques cinématographiques de L'Intransigeant, Comœdia et Paris Matinal, ainsi que dans trois revues qu'il édite en 1927-1929 : Cinégraphie, Photo-Ciné et On tourne[1]. Il réalise son premier film en 1928 (un documentaire sur le tournage de L'Argent de Marcel L'Herbier).

Un film qui se proposait d'illustrer, sous forme romancée, les atrocités du régime nazi, annoncé par Les Films Vog en février 1940 (Titre de travail: Gestapo; scénario de Marcel Allain, adaptation et dialogues de Pierre Véry et Pierre Laroche) n'a pas été réalisé.

Il rencontre en 1944 Noël-Noël, avec qui il tourne notamment Les Casse-pieds (1948) pour lequel il obtient le prix Louis-Delluc. Il fait débuter Bourvil au cinéma en 1945 en lui faisant pousser la chansonnette dans La Ferme du pendu.

Son film La Cage aux rossignols a inspiré le premier long métrage de Christophe Barratier, Les Choristes.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Réalisateur
Assistant réalisateur
Acteur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Glâtre, Jean Dréville, cinéaste, Créaphis, 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Guiguet, Emmanuel Papillon et Jacques Pinturault, Jean Dréville, Dujarric, 1987 (édition refondue et augmentée d'une plaquette publiée en 1984 à Aulnay-sous-Bois)
  • Jean Dréville, Propos du cinéaste - Filmographie - Documents, Kotka, 1987, 249 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]