Jean Choux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Robert Choux est un réalisateur et scénariste suisse, né le à Genève (Suisse) et mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute comme journaliste en Suisse et publie un recueil de poésies[1]. En 1925, il réalise en Suisse son premier film, La Vocation d'André Carel ou La Puissance du travail avec Michel Simon et Blanche Montel. À Paris, il tourne cinq autres films muets, tous interprétés par celle qui deviendra son épouse en 1931, l'actrice française Thérèse Reignier (1891-1952), dont La Terre qui meurt (1926) et Le Baiser qui tue (1929).

En 1931, il remporte un grand succès[1] avec l'adaptation filmée de Jean de la Lune de Marcel Achard avec Madeleine Renaud, Michel Simon et René Lefèvre. La même année, dans Un chien qui rapporte, il dirige Arletty dont c’est la première apparition sur les écrans. Il tourne notamment Maternité avec Françoise Rosay (1934), Le Greluchon délicat avec Alice Cocéa et Harry Baur (1934), Paris avec Harry Baur (1936), Paix sur le Rhin avec Françoise Rosay et Dita Parlo (1938). En 1939, il se trouve à Rome pour le tournage d'Angélica avec Viviane Romance lorsque la guerre est déclarée ; avant de retourner en France, il réalise un film italo-espagnol, La Naissance de Salomé[1].

En 1942, son film La Femme perdue avec Renée Saint-Cyr est « l'un des grands succès commerciaux de l'Occupation[1] ». Sa dernière réalisation, L'Ange qu'on m'a donné, sort fin mars 1946, trois semaines après sa mort.

Il est l'auteur d'un essai, Michel-Ange et Paul Valéry[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Supervision

Scénariste[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Critique au coin d'un bois, coécrit avec Albert Rheinwald, Genève, Imprimerie de la Suisse, 1921 (OCLC 83584357)
  • La Louange des arbres, des eaux et des monts, poésie, Ambilly, Société d'imprimerie d'Ambilly, 1924 (OCLC 625512323)
  • Michel-Ange et Paul Valéry, essai, Paris, Valdemar Rasmussen éditeur, 1932 (notice BnF no FRBNF31944591c)
  • L'Homme qui a dit : non !, poème posthume écrit pendant l'occupation, in Colonel Rémy, De Gaulle cet inconnu, Monte-Carlo, Solar, 1947 (notice BnF no FRBNF32563891t)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Claude Beylie et Philippe d' Hugues (préf. Jean-Charles Tacchella), Les oubliés du cinéma français, Paris, Cerf, coll. « 7e Art »,‎ 4 mai 1999, 366 p. (ISBN 978-2-2040-6189-6), p. 39-42

Liens externes[modifier | modifier le code]