Yves Boisset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boisset.

Yves Boisset

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Yves Boisset aux 23e Rencontres cinématographiques de Cannes

Naissance 14 mars 1939 (75 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur
Films notables R.A.S.,
Un taxi mauve,
''Dupont Lajoie,
Le Juge Fayard dit Le Shériff,
Le Prix du danger.

Yves Boisset, né le 14 mars 1939 à Paris, est un réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il collabore à un certain nombre de revues spécialisées (Cinéma, Midi Minuit Fantastique), ainsi qu'à l'hebdomadaire Les Lettres françaises, et travaille avec Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier à la première édition (1960) de « Vingt Ans de Cinéma Américain ».

Dans les années 1970, il incarne un cinéma de gauche, s'inspirant souvent d'évènements réels : la police (Un condé), l'affaire Ben Barka (L'Attentat), le racisme (Dupont Lajoie) pour lequel il demandera une coécriture du scénario avec Jean-Pierre Bastid et Michel Martens, l'intrusion de la politique dans le judiciaire (Le Juge Fayard dit Le Shériff). Il est également le premier à aborder la guerre d'Algérie (R.A.S.). Il adapte ou coadapte par ailleurs plusieurs auteurs reconnus : Michel Déon et son Taxi mauve, Marie Cardinal avec André Weinfeld pour La Clé sur la porte, Jean-Patrick Manchette avec Folle à tuer, Philippe Djian et Bleu comme l'enfer.

À partir du milieu des années 1980, il se consacre quasiment exclusivement à la télévision (son dernier long métrage de cinéma en date est La Tribu en 1990), avec des réalisations historiques : L'Affaire Seznec, L'Affaire Dreyfus, Le pantalon (affaire Lucien Bersot, fusillé pour l'exemple), Jean Moulin, L'Affaire Salengro.

Ayant enquêté sur les massacres de membres de l'Ordre du Temple solaire pour son film Les Mystères sanglants de l'OTS, il a été entendu comme témoin de la défense lors du procès du chef d'orchestre franco-suisse Michel Tabachnik[1].

En 2011, il publie son autobiographie La Vie est un choix (Plon). Invité par Radio-Courtoisie le 1er décembre à commenter son ouvrage, il revient sur l'ensemble de sa carrière et raconte à cette occasion comment France-Télévision l'aurait empêché de mettre certaines images d'archives datant de la Seconde Guerre mondiale dans son 12 balles dans la peau pour Pierre Laval.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2011 : La vie est un choix, (mémoire et témoignage), aux éditions Plon

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • L'Attentat : grand prix de la mise en scène au Festival de Moscou.
  • Dupont-Lajoie : Ours d'Argent au Festival de Berlin 1975
  • Le Juge Fayard : prix Louis-Delluc 1976
  • L'Affaire Seznec : 3 Sept d'Or 1994 - Meilleur réalisateur de fiction pour Yves Boisset - Meilleur film de TV - Meilleur auteur pour Yves Boisset
  • Le Pantalon : Sept d'Or 1997 du Meilleur film de TV
  • Jean Moulin : Prix du meilleur scénario FIPA 2002

Références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, 26 octobre 2006 : « Le cinéaste Yves Boisset a affirmé vendredi devant la cour d'appel de Grenoble que les enquêteurs travaillant sur l'Ordre du temple solaire (OTS) et la « tuerie-suicide » en 1995 de seize adeptes de cette secte dans une forêt du Vercors avaient négligé le côté « politico-mafieux » de l'affaire »Prevensectes.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]