Pampelune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pampelune
- Pamplona (es)
- Iruñea ou Iruña (eu)
- officiellement : Pamplona-Iruña
Blason de Pampelune
Héraldique
Drapeau de Pampelune
Drapeau
Pampelune
Pampelune
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Commune
Communauté autonome Navarre Navarre
Province Navarre Navarre
Comarque Cuenca de Pampelune
District judic. Pamplona
Budget 290 954 456 € (2007)
Maire
Mandat
Enrique Maya (UPN)
2011-2015
Code postal 31.001
Distance de Madrid 390 km
Démographie
Gentilé - pamplonés/esa, pamplonica, iruñés/esa (es)
- iruintarra, iruinsheme (eu)
- pamplonais/e (fr)
Population 197 275 hab. (2008)
Densité 7 860 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 49′ 00″ N 1° 39′ 00″ O / 42.81667, -1.6542° 49′ 00″ Nord 1° 39′ 00″ Ouest / 42.81667, -1.65  
Altitude 444 m
Superficie 2 509,8 ha = 25,098 km2
Rivière(s) L'Arga
Divers
Saint patron Saint Saturnin (29 novembre)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Navarre

Voir sur la carte administrative de Navarre
City locator 14.svg
Pampelune

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Pampelune

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Pampelune
Liens
Site web http://www.pamplona.es

Pampelune en français, Pamplona en castillan, Iruña ou encore Iruñea en basque, est une ville et une commune de la communauté forale de Navarre en Espagne. C'est la capitale de la Navarre. Elle se situe à 440 m d'altitude. Elle a une population de 197 989 habitants et c'est la ville principale de la cuenca de Pampelune, aire urbaine de plus de 350 000 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localités limitrophes[modifier | modifier le code]


Nord-ouest
Berrioplano

Nord
Berriozar
Ansoáin

Nord-est
Ezcabarte
Villava

Ouest
Barañáin,
Cendea de Olza
Orkoien

Rosa de los vientos.svg

Est
Burlada
Egüés


Sud-ouest
Cizur Menor
(Cendea de Cizur)
Zizur Mayor

Sud
Cendea de Galar

Sud-est
Aranguren



Entre parenthèses sont indiqués les communes
dont dépendent les concejos ou autres localités mineures.

Climat[modifier | modifier le code]

Pampelune se trouve dans une région de transition entre les climats méditerranéen et océanique. Dans la période 1975-2000, la station météo de référence de l'aéroport de Pampelune a calculé une valeur annuelle moyenne de 12,5 °C pour la température et un niveau moyen de précipitations de 721 mm.

Dans la même période, le nombre de jours moyen annuel de temps clair a été de 58, le nombre moyen annuel de jours de gel a été de 42 ; la durée moyenne annuelle de l'ensoleillement a totalisé 2 201 heures[1].

Registres historiques de l'observatoire météo de l'aéroport de Pampelune (1971-2000)[2]
1975-2000 Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Température moyenne (°C) 5,0 6,5 8,6 10,2 14,0 17,5 20,7 20,9 18,0 13,6 8,6 6,0 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,9 11,1 14,0 15,5 19,8 23,9 27,6 27,8 24,4 18,7 12,8 9,7 17,8
Température minimale moyenne (°C) 1,2 1,9 3,3 4,9 8,2 11,2 13,7 14,0 11,7 8,4 4,3 2,4 7,1
Précipitations (mm) 63 52 52 77 74 47 40 43 43 74 80 75 721

À l'observatoire de Pampelune, les valeurs extrêmes de température et de précipitations ont été enregistrées entre 1885 et 1931 :

Valeurs climatologiques extrêmes[3]
Nature Valeur Date
Precipitacions maximales en un jour (l/m²)
180 l/m²
8 septembre 1928
Température maximale absolue (°C)
39,0 °C
12 juillet 1931
Température minimale absolue (°C)
-18,0 °C
20 janvier 1885


Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
180 372 166 279 171 150 180 483 182 666 186 245 189 364 190 937 191 865 193 238 195 769 194 894 D'origine romaine, Pompaelo aurait été fondée vers 75 av. J.-C. par Pompée qui lui aurait donné son nom. Elle fut occupée par les Wisigoths en 476. Au viiie siècle, les Maures occupent la ville. Ils en sont chassés en 778 avec l'aide des troupes de Charlemagne qui profite de la faiblesse de ses alliés pour démanteler leurs remparts. Pour se venger, les Vascons (Basques) contribuent à l'écrasement de l'arrière-garde des armées impériales au col de Roncevaux lors de la Bataille de Roncevaux. Le royaume de Pampelune, constitué en 905, fut le noyau de celui de Navarre.

Sous Alphonse VII (1126-1157), des francos s'établirent dans le bourg de San Cernin. Un autre bourg franc, San Nicolas, fut créé à la fin du xiie siècle.

Tout au long du Moyen Âge, la vie de la cité sera troublée par des luttes entre les habitants du vieux quartier, la Navarreria, partisans de l'alliance avec la Castille, et les francos des faubourgs de San Cernin et San Nicolàs, favorables au maintien de la couronne navarraise sous une dynastie française, chacun protégé de murailles. Ces conflits ne freinèrent pas le développement généré par le passage des pèlerins.


Sources : Pamplona et instituto de estadística de navarra

Histoire[modifier | modifier le code]

Les murailles vues de la citadelle
(le 18 octobre 2008)

D'origine romaine, Pompaelo aurait été fondée vers 75 av. J.-C. par Pompée qui lui aurait donné son nom. Elle fut occupée par les Wisigoths en 476. Au VIIIe siècle, les Maures occupent la ville. Ils en sont chassés en 778 avec l'aide des troupes de Charlemagne qui profite de la faiblesse de ses alliés pour démanteler leurs remparts. Pour se venger, les Vascons (Basques) contribuent à l'écrasement de l'arrière-garde des armées impériales au col de Roncevaux lors de la Bataille de Roncevaux. Le royaume de Pampelune, constitué en 905, fut le noyau de celui de Navarre.

Sous Alphonse VII (1126-1157), des francos s'établirent dans le bourg de San Cernin. Un autre bourg franc, San Nicolas, fut créé à la fin du XIIe siècle.

Tout au long du Moyen Âge, la vie de la cité sera troublée par des luttes entre les habitants du vieux quartier, la Navarreria, partisans de l'alliance avec la Castille, et les francos des faubourgs de San Cernin et San Nicolàs, favorables au maintien de la couronne navarraise sous une dynastie française, chacun protégé de murailles. Ces conflits ne freinèrent pas le développement généré par le passage des pèlerins.

Ces luttes se terminent en 1423 avec le privilège del Fuero (charte) ou de l'Union promulgué par Charles III le Noble. Les trois municipalités se fondent alors en une seule et Pampelune connaît son apogée.

La ville est prise par les troupes de Ferdinand le Catholique à Jean III d’Albret le 25 juillet 1512[4]. Celui-ci tente de reconquérir son royaume et met le siège devant Pampelune le 3 novembre, mais en vain[5]. Son fils reprend la ville le 19 mai 1521 (Voir siège de Pampelune (1521)), mais son général en chef André de Foix est battu à bataille de Noain. En 1571, sous le règne de Philippe II débute la construction de la citadelle. Au XVIe siècle, des murailles cernèrent l'agglomération et les jacquets pénétraient dans son enceinte par la porte de France, proche de la cathédrale Sainte-Marie. Elle fut prise par les Français en 1808.

Pour certains partisans du nationalisme basque, Pampelune serait la capitale historique d' euskal herria (littéralement le "pays de l'euskara" ou plus communément le « pays basque » au sens large).

Guerre civile[modifier | modifier le code]

Aux élections de février 1936, Pampelune avait vu le "bloc de droite" remporter les élections localement avec près de 5 fois plus de vote que le "front populaire".

Cela permis au général rebelle Mola de réaliser sans difficulté la prise du pouvoir de la ville. La seule opposition sérieuse fut celle du commandant de la "guardia civile", fidèle à la République. Celui-ci fut assassiné par un de ses hommes.

Les rebelles tuèrent 303 habitants de Pampelune dont les élus de gauche de la municipalité.

La citadelle fut le lieu d’exécution pendant toute la durée de la guerre civile.

Économie[modifier | modifier le code]

Le principal employeur de la ville est l'usine d'assemblage du groupe Volkswagen. Il y a aussi une usine Liebherr qui emploie près de 250 employés [6]

Transports[modifier | modifier le code]

Aérien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport de Pampelune.

Pampelune possède un aéroport assurant des liaisons commerciales vers plusieurs villes espagnoles. Sa piste principale mesure 2 400 mètres. La compagnie Iberia et sa filiale Air Nostrum sont présentes sur l'aéroport. Il est géré par Aena.

Monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs églises, parmi lesquelles :

Édifices civils[modifier | modifier le code]

L’hôtel de ville (Ayuntamiento) de Pampelune XVIIe siècle (le 18 octobre 2008)
  • L’hôtel de ville (Ayuntamiento) possède une façade baroque de la fin du XVIIe siècle, qui fut reconstruite avec ses statues, balustrades et frontons ;
  • Le musée de Navarre est élevé à l'emplacement d'un hôpital du XVIe siècle, dont il a conservé la porte Renaissance. L'époque romaine est représentée par des vestiges lapidaires : stèles funéraires, inscriptions et pavements de mosaïques provenant de « villas » des IIe siècle et IVe siècle. L'art roman est en vedette avec les chapiteaux du XIIe siècle de l'ancienne cathédrale de Pampelune : l'artiste inconnu qui sculpta les trois scènes bibliques des chapiteaux exposés au milieu de la salle - Passion, Résurrection et Histoire de Job - se montre aussi minutieux dans les détails que puissant dans la composition et génial dans l'invention. Peinture gothique et Renaissance. Les trois premières salles reconstituent l'intérieur du palais d'Oriz décoré de panneaux peints en grisaille du XVIe siècle, relatant l'histoire d'Adam et Ève et les guerres de Charles Quint. Les salles suivantes exposent de nombreux fragments de peintures murales venues de toute la province : Artalz (XIIIe siècle), Artajona et Pampelune (XIIIeXIVe siècle), Gallipienzo (XIVeXVe siècle), Dilate (XVe siècle). Si les genres apparaissent divers, on retrouve le trait légèrement appuyé, l'accumulation des personnages, le hanchement prononcé, hérités de la miniature française et illustrés par Juan Oliver qui décora en 1330 le réfectoire de la cathédrale (salle 24.) Parmi les chefs-d’œuvre exposés dans ce musée, citons le coffret hispano-arabe en ivoire venant de Cordoue du début du XIe siècle, et le portrait du marquis de San Adrian peint par Goya. En sortant, voir, dans la cour, la grande mosaïque de la villa de Liédena du IIe siècle ;
  • la Chambre des Comptes de Navarre ;
  • le Palais des Rois de Navarre ;
  • le Palais épiscopal ;
  • le Théâtre Gayarre.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

En 2013, le club disparu pour causes économiques mais actuellement un autre club de la ville le SCDR Anaitasuna évolue en Liga ASOBAL depuis 2011.

Festivités[modifier | modifier le code]

Encierro (le 7 juillet 2005)

Sanfermin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fêtes de San Fermin.

Du 6 au 14 juillet, les fêtes de la Saint-Firmin donnent lieu à de bruyantes réjouissances populaires. Une atmosphère de liesse règne alors dans la ville qui voit doubler le nombre de ses habitants. De nombreuses attractions sont proposées aux Navarrais et aux touristes : concerts de musique folklorique, de jazz, de txistu (flûte basque à trois trous), bals, procession de la statue de Saint Firmin, etc.

De grandes courses de taureaux sont organisées mais la manifestation la plus spectaculaire et la plus prisée des Pamplonicas reste l’encierro qui a lieu tous les matins à 8 h. Les taureaux qui combattront le soir même sont lâchés dans les rues suivant un itinéraire précis, long de 800 m, qui les mène aux arènes en quelques minutes. Les jeunes gens vêtus de blanc avec foulard et ceinture rouges et vestes de différentes couleurs vont à la rencontre des puissants taureaux fonçant toutes cornes en avant, et se mettent à courir devant eux.

Il y existe une version allégée de cette fête appelée : San Fermin txiki. La date est fixée autour du 25 septembre, et il est dépourvu de touristes, mais aussi de taureaux.

Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle[modifier | modifier le code]

Chemin de Saint-Jacques (Camino de Santiago) en Navarre :
Jonction des Camino navarro et Camino aragonés à Puente la Reina.

Pampelune est située sur le Camino navarro du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, entre Villava et Cizur Menor. C'est la seconde étape d'après le Guide du Pèlerin d'Aimery Picaud. Le pèlerin jouissait à Pampelune d'une protection spéciale grâce au privilège de l’Union. Dans les rues de Dormitalería au nº 13 et Compañía au nº 3 il existait des hospices pour les pèlerins. Au XVIe siècle on a construit un hôpital général, aujourd'hui le musée de Navarre.

Le miracle de l'âne[modifier | modifier le code]

C'est le sixième miracle du De miraculi sancti Jacobi. En 1100, un pèlerin français de Poitiers arrive à Pampelune avec sa famille. Ils font halte dans cette ville pour se reposer et reprendre des forces.

Ils se logent dans un « hostal ». La femme du pèlerin tombe alors malade et ils doivent rester plus longtemps que prévu. Cette dernière décède finalement des suites de sa maladie. L’hôtelier, voyant que son hôte risquait de partir sans payer, il lui réclame une grosse somme en alléguant que le séjour avait été long. N'ayant pas suffisamment d’argent, le pèlerin lui laisse son cheval et se remet en route avec ses deux fils en bas âge. Chemin faisant il s’arrête pour prier saint Jacques et lui demander de l’aide.

À la sortie de Pampelune, une personne vénérable l'aborde et lui prête un âne pour l’aider dans son voyage. Quand ils arrivèrent enfin à Santiago, le pèlerin eut une vision de l'Apôtre en qui il reconnut la personne vénérable de Pampelune. De retour à Pampelune, il prit des nouvelles de l'aubergiste et apprit qu’il avait trouvé la mort dans un accident. Les gens de l’hostal déclarèrent qu'il avait subi une punition divine à cause de son manque de charité envers les pèlerins.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Pampelune est jumelée avec [7]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Valores climatológicos estación Pamplona-Aeropuerto 1975-2000. Agencia Española de Meteorología
  2. (es) Registros históricos del observatorio del Aeropuerto de Pamplona (1975-2000)
  3. (es) Valores climatológicos extremos. Observatorio de Pamplona. Agencia Estatal de Meteorología (España)
  4. Gérard Folio. La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’Époque Contemporaine, in Cahier du Centre d’études d’histoire de la défense n° 25 Histoire de la fortification, 2005 ISBN 2-11-094732-2, En ligne [1], consulté le 3 mars 2007, p. 24
  5. Gérard Folio. op. cit. p. 25
  6. http://www.liebherr.com/fr-FR/35277.wfw
  7. Ciudades hermanas

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Pamplona » (voir la liste des auteurs)
  • Grégoire, J.-Y. & Laborde-Balen, L. , « Le Chemin de Saint-Jacques en Espagne - De Saint-Jean-Pied-de-Port à Compostelle - Guide pratique du pèlerin », Rando Éditions, mars 2006, ISBN 2-84182-224-9
  • « Camino de Santiago St-Jean-Pied-de-Port - Santiago de Compostela », Michelin et Cie, Manufacture Française des Pneumatiques Michelin, Paris, 2009, ISBN 978-2-06-714805-5
  • « Le Chemin de Saint-Jacques Carte Routière », Junta de Castilla y León, Editorial Everest

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
(3,3 km à pied)
Burlada-Burlata
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
(712 km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Camino navarro
Étape suivante
(4,8 km à pied)
Cizur Menor
(Cendea de Cizur)