Saint-Pierre-sur-Dives

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre.
Saint-Pierre-sur-Dives
L'abbaye bénédictine.
L'abbaye bénédictine.
Blason de Saint-Pierre-sur-Dives
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Livarot
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Commune Saint-Pierre-en-Auge
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jacky Marie
2017-2020
Code postal 14170
Code commune 14654
Démographie
Gentilé Pétruvien
Population 3 539 hab. (2014 en diminution de 1,99 % par rapport à 2009)
Densité 366 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 08″ nord, 0° 01′ 57″ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 74 m
Superficie 9,68 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Pierre-en-Auge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Pierre-sur-Dives

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Pierre-sur-Dives

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Pierre-sur-Dives

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Pierre-sur-Dives

Saint-Pierre-sur-Dives est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Saint-Pierre-en-Auge.

Elle est peuplée de 3 539 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située entre la plaine de Caen et la campagne de Falaise à l'ouest et le pays d'Auge à l'est. Son bourg est à 9,5 km au sud de Mézidon-Canon, à 16 km à l'ouest de Livarot, à 20 km au nord-est de Falaise, à 25 km au sud-ouest de Lisieux et à 33 km au sud-est de Caen[1].

Saint-Pierre-sur-Dives est arrosée comme son nom l'indique par la Dives.

Le point culminant (74/75 m) se situe en limite est, dominant la route de Berville. Le point le plus bas (23 m) correspond à la sortie de la Dives du territoire, au nord.

Communes limitrophes de Saint-Pierre-sur-Dives[2]
(comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
Vendeuvre
(comm. ass. d'Escures-sur-Favières)
Thiéville
(comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
Hiéville
(comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
Vendeuvre
(comm. ass. de Grisy)
Saint-Pierre-sur-Dives[2]  (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge) L'Oudon
(comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
Vendeuvre Vendeuvre, L'Oudon (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge) L'Oudon
(comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est dédiée à l'apôtre Pierre. La Dives traverse le territoire à l'ouest du bourg.

Le gentilé est Pétruvien.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1700, le seigneur est François Philippe l'Hermite († juin 1714), seigneur d'Hiéville, Sainte-Barbe-en-Auge, et Montchaupet de Mélie[réf. souhaitée].

En 1845, la commune de Carel est rattachée à Saint-Pierre-sur-Dives.

En 1858, une partie de la commune de Donville, alors supprimée, est partagée entre Saint-Pierre-sur-Dives et Escures-sur-Favières. Cette partie correspond à la rive gauche de la Dives.

En 1859, le chemin de fer dessert la commune, avec la mise en service de la gare de Saint-Pierre-sur-Dives, sur la ligne du Mans à Mézidon.

La gare de Saint-Pierre-sur-Dives au début du XXe siècle.

Le , Saint-Pierre-sur-Dives intègre avec douze autres communes la commune de Saint-Pierre-en-Auge[3] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Boissey, Bretteville-sur-Dives, Hiéville, Mittois, Montviette, L'Oudon, Ouville-la-Bien-Tournée, Sainte-Marguerite-de-Viette, Saint-Georges-en-Auge, Saint-Pierre-sur-Dives, Thiéville, Vaudeloges et Vieux-Pont-en-Auge deviennent des communes déléguées et Saint-Pierre-sur-Dives est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1850 - M. Pillou[4]    
         
1929 1935 Jaillard   Entrepreneur fromager
1971 1983 Dr Léopold Berl   Médecin
1983[5] 1989 Marcel Rivière   Médecin
1989[5] 1995 Marcel Maizeret   Professeur retraité
1995[5] mars 2001 Marcel Rivière   Médecin
mars 2001[5] 2004 Jeannie Dupuis    
2004[6] octobre 2009 Jack Thézard DVG Directeur d'école
novembre 2009[7] mars 2014 Alain Herbeth DVG Journaliste retraité
mars 2014[8] décembre 2016 Jacky Marie SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-sept membres dont le maire et six adjoints[9]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Saint-Pierre-en-Auge le jusqu'en 2020 et Jacky Marie devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2014, la commune comptait 3 539 habitants[Note 2], en diminution de 1,99 % par rapport à 2009 (Calvados : +1,58 %). Saint-Pierre-sur-Dives a compté jusqu'à 4 506 habitants en 1982.

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 553 1 493 2 124 1 728 1 711 1 678 1 861 1 778 1 784
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 764 1 950 2 014 1 995 2 057 2 109 2 134 2 235 2 309
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 179 2 376 2 302 2 314 2 340 2 425 2 656 2 678 2 890
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 356 3 765 4 274 4 506 3 993 3 977 3 701 3 611 3 539
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Carel
1793 1800 1806 1821 1831 1836
73 92 103 105 131 134
(Source : EHESS[14])
Évolution démographique de Donville
1793 1800 1806 1821 1831 1836
258 249 289 253 260 243
1841 1846 1851 1856 1858 -
259 269 249 240 partage -
La commune est partagée en 1858 entre Escures-sur-Favières et Saint-Pierre-sur-Dives.
(Source : EHESS[15])

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives, du XIe au XVIIe siècle, classée au titre des Monuments historiques[16].
  • Halles du XIe siècle, reconstruites au XVe et après 1944. Ces halles font partie du patrimoine médiéval normand. Incendié en 1944, l'édifice fut fidèlement reconstitué. La charpente de chêne est le produit d'un assemblage de 290 000 chevilles de châtaignier[17]. Les halles sont classées au titre des Monuments historiques[18].
  • Manoir de Thomas Dunot (XVIe siècle), inscrit au titre des Monuments historiques[19].
  • Château de Carel (XVIe siècle), inscrit au titre des Monuments historiques[20].
  • Chapelle Saint-Sulpice de Carel (ancienne église paroissiale de Carel, commune rattachée en 1835).
  • Cour l'Élu, manoir du XVIe siècle inscrit au titre des Monuments historiques[21].
  • Maison du XVIIIe inscrite au titre des Monuments historiques[22].

Activité, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive pétruvienne fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[23].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau Pays Ville Zone Année
Drapeau de la Belgique Belgique Jodoigne Brabant wallon 1978
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Ivybridge Devon 1972
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Kleinwallstadt Bavière 1991

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Pierre-sur-Dives

Les armes de la commune de Saint-Pierre-sur-Dives se blasonnent ainsi :
D'azur aux deux clefs renversées d'or passées en sautoir[25].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. H. Hurel, Le Cicérone de Saint-Pierre-sur-Dives ou Recherches historiques sur Saint-Pierre-sur-Dives et son abbaye, Saint-Pierre-sur-Dives, 1840.
  • Alexandre Guilmeth, La Ville de Saint-Pierre-sur-Dives, s.l., s.d. (vers 1850).
  • J. Pépin et J. Chatel, Recueil de documents historiques sur Saint-Pierre-sur-Dives, ouvrage manuscrit sans pagination, vers 1870 [Archives Départementales du Calvados, cote F 6938].
  • Journal de Saint-Pierre-sur-Dives et des communes environnantes (premier numéro : dimanche 23 mars 1884).
  • Aristide Bisson, Histoire de Saint-Pierre-sur-Dives et de son abbaye depuis leur origine jusqu’à nos jours, Saint-Pierre-sur-Dives, 1895.
  • Henri P. Vautorte, La période révolutionnaire à Saint-Pierre-sur-Dives et dans les environs, ouvrage dactylographié, Saint-Pierre-sur-Dives, s.d. (vers 1950).
  • Collectif, Rues et Ruelles de Saint-Pierre-sur-Dives, ouvrage collectif, Histoire et Traditions Populaires n° 11, septembre 1985, Foyer Rural Le Billot, L’Oudon (Notre-Dame-de-Fresnay).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. « Recueil des actes administratifs du 13 septembre 2016 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 8 mai 2017).
  4. Annuaire du Calvados, année 1850, p.365
  5. a, b, c et d « L'ancien conseiller général et maire est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 mai 2017)
  6. « Municipales 2008 : qui repart, qui raccroche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 mai 2017)
  7. « Il faut une pause dans les investissements », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 mai 2017)
  8. « Ouest-france.fr - Municipales à Saint-Pierre-sur-Dives. Jacky Marie élu pour six ans. » (consulté le 29 mars 2014)
  9. « Saint-Pierre-sur-Dives (14170) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 avril 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Carel », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 novembre 2011)
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Douville », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 novembre 2011)
  16. « Ancienne abbaye », notice no PA00111713, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, CRAHM, 2007 (ISBN 978-2-902685-39-4) p. 575-580
  18. « Halles », notice no PA00111715, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Manoir dit Manoir de Thomas Dunot », notice no PA00111719, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Château de Carel », notice no PA00111714, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Manoir dit Cour d'Élu », notice no PA00111718, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Maison », notice no PA00111716, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Site officiel de la Ligue de Basse-Normandie de football - US pétruvienne » (consulté le 8 mai 2017)
  24. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 8 mai 2017)
  25. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=6807

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :