Noël Le Graët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Noël Le Graët, né le à Bourbriac (Côtes-du-Nord, aujourd'hui Côtes-d'Armor), est un chef d'entreprise, dirigeant de football et homme politique français. Il est le président de la Fédération française de football (FFF)[2] depuis 2011 et représentant de l’UEFA au sein du conseil de la FIFA depuis 2019[3]. À l'âge de presque 80 ans, il est réélu président de la FFF pour un nouveau mandat de quatre ans, le 13 mars 2021[4].

Il est le fondateur du groupe agroalimentaire qui porte son nom[5], à Guingamp, ville dont il a été le maire socialiste de 1995 à 2008. Il a également été président du club de football local, En avant Guingamp, de 1972 à 1991 puis de 2002 à 2011, club qui sous sa présidence passe d'un niveau régional à un niveau européen. Il fut président de la Ligue nationale française de football (aujourd'hui Ligue de football professionnel) entre 1991 et 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Noël Le Graët nait à Bourbriac, village rural situé à une dizaine de kilomètres au sud de Guingamp. Son père est chauffeur routier et sa mère est ouvrière dans le machinisme agricole[6]. Sa famille parle breton dans la ferme familiale et il ne parle que cette langue jusqu'à l'âge de 5 ans[6].

Après son baccalauréat, il est brièvement instituteur à Saint-Pierre-sur-Dives[7],[8] dans le Calvados puis devient en 1961, à 20 ans, fonctionnaire des impôts en région parisienne[7] avant d'être en 1965 VRP multicartes[6], [9], puis concessionnaire en électroménager[10].

Création d'un groupe agro-alimentaire[modifier | modifier le code]

En 1984, il crée sa société dans l'agroalimentaire à Guingamp qu'il présidera jusqu'en 2015 avant d'en confier la direction à ses trois filles[6]. La société Le Graët est inscrite dans l'annuaire de l'industrie des fruits de mer comme exportateur et processeur des poissons. Le groupe a acquis les Pêcheries d'Armorique d'Erquy en 2002, puis en avril 2003 l'ancienne usine d'aliments pour animaux Friskies située à Guingamp. Celtigel, spécialisée dans les produits surgelés, va s’agrandir à Plélo, et créer une trentaine d’emplois d’ici à 2007 puis une cinquantaine à l'horizon 2008. En 2010, alors que Noël Le Graët en était encore président, le groupe agroalimentaire employait 700 employés et faisait 163 millions d'euros de chiffre d'affaires[11]. En 2017, le groupe annonce employer 800 salariés et réaliser un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros[10]. La famille Le Graët en est toujours l'actionnaire majoritaire[6].

Maire de Guingamp[modifier | modifier le code]

Durant deux mandats, il est maire de Guingamp de 1995 à 2008, sous l'étiquette du Parti socialiste[12].

En avant Guingamp[modifier | modifier le code]

Il est président du club breton d'En avant Guingamp de à septembre 1991, puis de 2002 à 2011[13]. Sous sa direction, le club passe du niveau régional au niveau européen avec pour point d'orgue la victoire en finale de la Coupe de France de football 2008-2009 ainsi que les participations aux Coupes d'Europe : Coupe UEFA 1996-1997 et en Ligue Europa 2009-2010. Le club était possédé par une cinquantaine de patrons de la région, Noël Le Graët ne détenant que 2% des actions[6].

Il siège également au conseil d'administration du Paris FC. Son élection en juin 2011 à la tête de la Fédération française de football lui fait quitter toutes ses responsabilités de la direction du club costarmoricain.

Ligue nationale de football[modifier | modifier le code]

Il fut président de la ligue nationale française de football (LNF/LFP) entre 1991 et 2000 (élu le par 66 voix, la totalité des suffrages exprimés). Il avait été élu au conseil d'administration de la LNF en 1984. Sous sa présidence, la Ligue porta plainte contre X dans l'affaire VA-OM. Durant ces années, il fut également à l'origine de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) chargé de contrôler la santé financière des clubs français.

Fédération française de football[modifier | modifier le code]

De 2005 à , il est vice-président de la Fédération française de football, chargé plus spécifiquement des dossiers économiques de la plus grande fédération sportive de France. Membre du conseil fédéral, il vote en pour la reconduction de Raymond Domenech à la tête de l'équipe de France de football malgré les polémiques autour de l'Euro de 2008 et l’impopularité de ce dernier.

Le , Noël Le Graët est élu président de la Fédération française de football avec 54,39 % des voix devant le président sortant Fernand Duchaussoy (45,4 %) et Éric Thomas (0,19 %)[14].

Il est réélu président le avec 83,07 % des voix pour un mandat de quatre ans et puis le [15], pour un troisième mandat, face à Jacques Rousselot avec 57,4 % des voix[16].

Le , il est de nouveau réélu pour un mandat de 4 ans, recueillant 73,02 % des suffrages face à Frédéric Thiriez, ancien président de la Ligue de football professionnel (25,11 %) et Michel Moulin (1,87 %)[17].

UEFA et FIFA[modifier | modifier le code]

Lors du congrès de la FIFA de 2015, Le Graët vote pour le candidat Sepp Blatter, président depuis 1998, affirmant qu'il « ne connaî[t] pas l'autre candidat », et s'entend bien avec les cadres d'alors de la FIFA depuis que l'organisation a accordé la Coupe du monde féminine de football 2019 à la France[réf. nécessaire]. Diverses personnalités du monde sportif demandent à nouveau la démission du président de la FIFA, Blatter ayant été cité dans plusieurs affaires de corruption.

En janvier 2016, il annonce qu'il soutient la candidature de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA[18].

Le , il est nommé représentant de l’UEFA au sein du conseil de la FIFA[3].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Agents de joueurs[modifier | modifier le code]

Le , le Syndicat national des agents sportifs (SNAS) demande la démission de Noël Le Graët[19] à la suite de l'émission Cash Investigation[20] diffusée sur France 2. La raison principale est, selon le syndicat, l'incroyable légèreté avec laquelle Le Graët a répondu aux questions d'Élise Lucet, cautionnant notamment la présence d'agents sportifs affiliés à la FFF et condamnés judiciairement en répondant que malgré leurs condamnations, ces agents sont « des types biens »[21].

Candidature française aux Jeux olympiques d'été de 2024[modifier | modifier le code]

Il affirmera son non-soutien à la candidature française pour les Jeux olympiques d'été de 2024 : « Les JO, j'en ai rien à foutre » [22].

Homophobie dans les stades[modifier | modifier le code]

En 2019, Noël Le Graët affirme qu'il ne veut plus que les matches de foot s'arrêtent pour cause de chants homophobes. Sur l'antenne de France Info, il se justifie en expliquant que le racisme dans les stades et l'homophobie en tribunes, « ce n'est pas la même chose »[23]. Ses déclarations ont déclenché une forte polémique et une réponse de la ministre des Sports Roxana Maracineanu: « La position qu'a prise Noël Le Graët en faisant une différenciation entre homophobie et racisme est erronée ».

Racisme dans le football[modifier | modifier le code]

En septembre 2020, Noël Le Graët prend la parole au sujet des accusations de racisme lancées par Neymar à l'encontre du joueur marseillais Alvaro Gonzalez en affirmant que « Le phénomène raciste dans le sport, et dans le football en particulier, n'existe pas ou peu »[24]. Les propos de Noël Le Graët suscitent une indignation de la part de plusieurs joueurs tels que Olivier Dacourt, Olivier Rouyer et Jessica Houara[25]. Dominique Sopo, le président de SOS Racisme dénonce également ces propos[26].

Selon Karim Djaziri, ex-agent de Karim Benzema, alors qu'il souhaitait l'organisation d'une rencontre entre Didier Deschamps et Karim Benzema en 2017, Noël Le Graët (à qui Karim Djaziri reproche d'avoir influencé la non-sélection de son poulain en équipe de France) aurait déclaré « moi, je ne suis pas un arabe comme vous »[27],[28],[29]. Il n'y a aucun témoin de cet échange supposé[27],[28],[29].

En , Le Graët défend Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé à la suite d'une polémique provoquée par leurs propos et gestes jugés insensibles envers les japonais dans des vidéos datant de plusieurs années, affirmant « qu'ils sont vraiment gentils »[30],[31].

En juin 2022, alors que Le Graët explique dans un entretien au JDD que Kylian Mbappé avait eu envie d'arrêter l'équipe de France après l'Euro 2020, le joueur lui répond dans un tweet en expliquant que le problème venait du manque de soutient de la FFF face aux attaques racistes et non de l'échec sur le penalty[32].

« Oui enfin je lui ai surtout bien expliqué que c’était par rapport au racisme et NON au penalty. Mais lui considérait qu’il n’y avait pas eu de racisme… »

— réponse de Kylian Mbappé à Noël Le Graët, Tweet du 19 juin 2022

Distinctions[modifier | modifier le code]

« Breton de l'année » 2009 pour le mensuel Armor Magazine[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décret du 31 décembre 2018 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  2. « Noël Le Graët élu président de la Fédération française de football », sur lemonde.fr, (consulté le )
  3. a et b « Noël Le Graët entre au gouvernement de la Fifa », sur leparisien.fr, (consulté le )
  4. « Noël Le Graët réélu président de la Fédération française de football », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le )
  5. Site officiel du Groupe Le Graët récupéré le 19 juin 2011.
  6. a b c d e et f "Les petits secrets de Noël le Graët, président de la FFF", capital.fr, 13 juin 2016.
  7. a et b « Les petits secrets de Noël le Graët, président de la FFF », sur Capital.fr, (consulté le )
  8. "«C’est un menhir» : Noël Le Graët, seul maître à bord dans l’océan du foot français" par Harold Marchetti, Le Parisien, 8 mai 2020
  9. En Avant. Ces présidents qui ont marqué, Le Télégramme, 27 avril 2012
  10. a et b "Noël Le Graët, irréductible patron du football français" par Rémi Dupré et Adrien Pécout, Le Monde, 20 janvier 2021.
  11. Chiffre d'affaires du Groupe
  12. Élections en Bretagne: Guingamp - Mission difficile pour la droite 9 février 2008
  13. EAGuingamp.com: Organigramme récupéré 19. juin 2011
  14. Le Graët élu lequipe.fr, 18 juin 2011
  15. AFP, « Noël Le Graët réélu président de la FFF », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le )
  16. « Noël Le Graët réélu à la tête de la Fédération Française de Football », sur France Football (consulté le )
  17. « Noël le Graët réélu président de la FFF », sur Fédération française de football, (consulté le )
  18. FIFA : Noël Le Graët et la FFF soutiennent la candidature de Gianni Infantino, Le Monde, 29 janvier 2016.
  19. « Un syndicat d'agents demande la démission de Le Graët - Foot - FFF », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  20. « France.tv - Replay TV et tous les sites des chaînes France Télévisions », sur francetv.fr (consulté le ).
  21. « Rue 89 », sur Rue89 (consulté le ).
  22. Par Le 28 janvier 2016 à 18h28, « Football : Le Graët - Champagne, le clash ! », sur leparisien.fr, (consulté le )
  23. « Propos de Le Graët sur l'homophobie dans les stades : une polémique en cinq actes », sur Europe 1 (consulté le )
  24. « Noël Le Graët (FFF) : « Le phénomène raciste dans le sport, et dans le football en particulier, n'existe pas ou peu » », sur L'Équipe (consulté le )
  25. RMC SPORT, « Les propos de Le Graët sur le racisme dans le football provoquent l'indignation », sur RMC SPORT (consulté le )
  26. « SOS Racisme dénonce les propos "scandaleux" de Noël Le Graët sur le racisme dans le football », sur ladepeche.fr (consulté le )
  27. a et b RMC SPORT, « Equipe de France: Le Graët aurait refusé de recevoir Benzema, selon son ancien agent », sur RMC SPORT (consulté le )
  28. a et b « Karim Djaziri, l'ancien agent de Benzema, dézingue Le Graët », sur SOFOOT.com (consulté le )
  29. a et b « L'étrange réplique de Le Graët à l'agent de Benzema », sur Football.fr, (consulté le )
  30. (ja) « コナミがグリーズマンとの契約解除 日本人差別問題で », Agence France-Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. (ja) « 「ビデオを見てはいなかった」仏連盟会長が日本人差別問題で揺れる2人を擁護「彼らは心優しい青年」 », Yahoo!,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « https://twitter.com/kmbappe/status/1538508904283389952 », sur Twitter (consulté le )
  33. EAGuingamp.com: Noël Le Graët Breton de l'année 2009 récupéré 19. juin 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]