Château de Carel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Calvados image illustrant les monuments historiques français
Cet article est une ébauche concernant le Calvados et les monuments historiques français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Château de Carel
Saint-Pierre-sur-Dives château de Carel.JPG

La façade principale depuis le pont sur les douves.

Présentation
Type
Construction
XVIe-XVIIIe siècles
Propriétaire
Propriété privée
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Division administrative
Commune
Adresse
RD 511Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du Calvados
voir sur la carte du Calvados
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le château de Carel est une demeure du XVIIIe siècle située dans le département du Calvados, classée au titre des Monuments historiques dès 1950, dans un site protégé.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château de Carel est situé au bord de la Dives, fleuve côtier, au sud de la commune de Saint-Pierre-sur-Dives, sur le territoire de l'ancienne commune de Carel, dans le département du Calvados.

Site[modifier | modifier le code]

La perspective du château est classée depuis 1967[1], de la ligne de crête à l'est jusqu'à l'ancien lit de la Dives à l'ouest. Deux triples rangées de tilleuls forment une perspective grandiose accentuée par la longue pente qui descend jusqu'au château. La tempête du 26 décembre 1999 a détruit une centaine d'arbres remplacés par des plantations nouvelles en 2003 et 2005.

L'allée d'honneur gravillonnée conduit jusqu'au saut de loup que franchi un pont de pierre. Des murets ferment l'avant-cour où de chaque côté s'élèvent de beaux communs et un ancien colombier. Un petit pont de bois traverse les douves pour accéder à la cour d'honneur[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le vieux manoir[modifier | modifier le code]

Le château de Carel a remplacé une construction plus ancienne protégée par des douves de 10 mètres de large dont il ne reste que des vestiges. Il devait formé un carré avec une cour intérieure, ses murs plongeant dans les douves et la Dives. Ce manoir était sur le fief de Saint-Sulpice de Carel, sur la paroisse de Carel, puis commune de Carel rattachée à celle de Saint-Pierre-sur-Dives en 1835. Il est connu depuis 1468 avec Jehan de Hérouvel, héritier de Demoiselle de Carel, 1469, Jehanne de Carel, veuve de Guillaume de Clercy, 1505, Nicolas de Carel, 1507, Jacquemyne Faouq, Dame de Carel, femme de François de Lesnérac, 1650, Jacques de Lesnérac, seigneur de Carel.

Le château[modifier | modifier le code]

Les propriétaires : Demoiselle Marie du Resnel et Louis Bruno Emmanuel de Motteville, chevalier, conseiller du Roi en ses conseils, président en sa cour et parlement de Rouen vendent le vieux manoir et le domaine le [3]. Ils délaissent le demi-fief de haubert à François Laillier et vendent les rotures et le domaine non fieffé pour 116 000 livres à Madeleine Jacob, veuve de Noël Laillier, Jean et Nicolas Laillier qui construisent le nouveau château sur le modèle d'un château Louis XIII et Louis XIV, sur une île formée par des douves et la Dives. Un corps de logis et deux ailes donnent sur la cour d'honneur avec des communs de chaque côté, une ferme et un colombier.

On trouve des marchés de travaux de parquet en 1743, et de la rampe de l'escalier en 1746. D'après les devis, le château a été construit en 1741 ou 1742, l'aile gauche en 1753 par François Laillier pour en faire son cabinet de travail.

Les propriétaires[modifier | modifier le code]

Louis Alphonse de Brébisson.

François Laillier est avocat au parlement de Paris, procureur fiscal et lieutenant civil et criminel à Saint-Pierre-sur-Dives, fermier général de l'abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives et chargé des affaires de la maréchale de Montesquiou, née L'Hermitte de Hiéville qui réside dans son château du Robillard. Au décès de François Laillier en 1770, la terre de Carel est estimée à 320 000 livres. M. de Beauval, procureur du roi à Saint-Pierre-sur-Dives en hérite en 1783 après un long procès entre les héritiers. Le domaine passe à 127 hectares. Il meurt sans enfant et sa fortune se transmet par sa sœur au célèbre botaniste Louis Alphonse de Brébisson . Son fils vend le domaine à un marchand de biens en 1880. Il le détaille et vend le château au baron Brunet, officier de marine et aide de camp de Napoléon III qui le fait restaurer[4]. Le château est toujours dans la famille de ses descendants.

Le château est classé « monument historique » en 1950, et divers éléments sont inscrits en 2000[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

R. de Brébisson: Le château de Carel, dans: Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1908, page 353

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 6 juin 1967, no 14013
  2. Dreal, Basse-Normandie, septembre 2013, www.donnees-basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/14013f.pdf
  3. Dubost: Détail, vente, arrêt, jurisprudence du Conseil, tome: III, page: 108
  4. R. de Brébisson, Le château de Carel, dans Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1908, pages: 353 à 375
  5. « Notice no PA00111714 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]