Province du Brabant wallon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brabant wallon)

Province du Brabant wallon
(nl) Waals-Brabant
(de) Wallonisch-Brabant
Blason de Province du Brabant wallon
Héraldique
Drapeau de Province du Brabant wallon
Drapeau
Province du Brabant wallon
Localisation de la province en Belgique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Chef-lieu Drapeau de la ville de Wavre Wavre
Arrondissements Nivelles
Gouverneur Gilles Mahieu
ISO 3166-2 BE-WBR
Code INS 20002
Démographie
Population 401 106 hab. (01/01/2018)
Densité 368 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 39′ 36″ nord, 4° 35′ 00″ est
Superficie 109 000 ha = 1 090 km2
Localisation
Localisation de Province du Brabant wallon
Les 27 communes de la province
Liens
Site web brabantwallon.be

Le Brabant wallon (en néerlandais : Waals-Brabant, en allemand : Wallonisch-Brabant), souvent appelé par son acronyme BW, est une province de Belgique située en Région wallonne. La province possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 2 janvier 1995. Le lion est inspiré des armoiries historique du Duché de Brabant. Les deux coqs sont le symbole de la Communauté française de Belgique.

Elle est située au centre de la Belgique et est placée sous la tutelle de la Région wallonne mais est très fortement polarisée par Bruxelles, dont elle est l'extension périurbaine. La province comptait 403 420 habitants en 2019[1] et une densité de 370 hab./km2 en 2019. Sa superficie est de 1 090 km2. Le chef-lieu de la province est Wavre.

La province est composée du seul arrondissement administratif et judiciaire de Nivelles comprenant 27 communes, dont le chef-lieu d'arrondissement est Nivelles. Les principales communes sont Wavre, Waterloo, Braine-l'Alleud, Nivelles, Tubize, Rixensart, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Jodoigne.

L'ouest de la province, région que l'on appelait, au temps du duché de Brabant, le Roman Païs, est plus peuplé que l'est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Scission de la province de Brabant[modifier | modifier le code]

C'est la plus jeune (avec le Brabant flamand) et aussi la plus petite province belge. La province du Brabant wallon est née de la scission de l'ancienne province de Brabant entre le Brabant flamand, le Brabant wallon et la région Bruxelles-Capitale. C'est maintenant la Région wallonne qui organise les pouvoirs locaux que sont les provinces[2].

La mise en œuvre de la scission a été opérée par un accord de coopération signé le entre l'État fédéral, les trois Régions et les Communautés française et flamande.

La naissance officielle de la province du Brabant wallon a été consacrée le .

Choix du chef-lieu[modifier | modifier le code]

Lors des négociations précédant la création du Brabant wallon, plusieurs communes se sont portées candidates pour devenir le chef-lieu provincial. Nivelles (déjà chef-lieu des arrondissements administratif et judiciaire), Wavre (en plein développement, et dans une position géographique plus centrale) et Ottignies-Louvain-la-Neuve (ville universitaire, à l'instar de Louvain, futur chef-lieu du Brabant flamand) sont les candidates les plus sérieuses. Parmi les autres candidatures, Braine-l'Alleud (commune la plus peuplée), Chastre (siège de l'intercommunale sociale) ou encore Rixensart (qui argumente qu'aux États-Unis, les capitales des États sont des petites villes) sont rapidement écartées[3].

En septembre 1993, un compromis est avancé : Ottignies-Louvain-la-Neuve deviendra la capitale, et accueillera le législatif (le Conseil provincial et les commissions, tandis que Wavre accueillera l'exécutif (le Gouverneur, la Députation permanente et l'administration) et que Nivelles conservera le judiciaire (et accueillera la cour d'assise, habituellement placée dans le chef-lieu provincial)[4].

Toutefois, la candidature du socialiste ottintois Valmy Féaux au poste de gouverneur vient changer la donne[3]. Le libéral Louis Michel et le socialiste André Flahaut – surnommés les « belles-mères » du Brabant wallon – écartent le social-chrétien Gérard Deprez (ottintois lui aussi) des négociations. Faute d'accord avant les élections de 1994, la loi fédérale indique que le choix de la capitale se fera lors de la première réunion du Conseil provincial[5].

Le 2 janvier 1995, le premier Conseil provincial du Brabant wallon se réunit au Novotel de Nivelles. La ville de Wavre, alors dirigée par le libéral Charles Aubecq, est choisie pour devenir le chef-lieu, et accueillera donc le gouverneur, le Conseil provincial, la Députation permanente et l'administration. Des compensations sont cependant prévues pour plusieurs autres communes. Nivelles conserve l'arrondissement judiciaire (et la cour d'assise), et obtient un rôle économique (avec l’IBW et Nivelinvest)[3]. Ottignies-Louvain-la-Neuve, dirigée par le libéral Jacques Otlet à partir de 1994, devient la capitale culturelle de la province (un subside lui sera octroyé jusqu'en 2021, et ce bien que le centre culturel du Brabant wallon s'installera finalement dans la commune voisine de Court-Saint-Étienne)[5]. Enfin, l'intercommunale sociale du Brabant wallon restera à Chastre. Valmy Féaux devient le premier gouverneur de la province.

Culture[modifier | modifier le code]

Ouvertes au public, les Archives de l'État à Louvain-la-Neuve conservent de nombreux documents produits tout au long de l'Histoire sur le territoire du Brabant wallon : archives d'Ancien Régime, archives notariales, archives ecclésiastiques, registres paroissiaux et d'état civil, etc.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

La province possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 2 janvier 1995. Le lion est inspiré des armoiries historiques du Duché de Brabant. Les deux coqs sont le symbole de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique.

Blasonnement : "De sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules, chapé d'or à deux coqs hardis de gueules, celui à dextre contourné. L'écu sommé d'une couronne ducale fermée doublée de gueules et à retroussis d'hermine."

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau de la Province de forme carrée (à l'instar du drapeau national) reprend les armoiries de la province. Il est souvent déployé dans un format 2:3 dans les institutions publiques.

[modifier | modifier le code]

Deux logotypes furent publiés par la Province. Le premier lors de sa création en 1995 reprend l'appellation "la jeune province" avec la symbolique d'une porte s'ouvrant vers l'avenir. En 2015, pour le vingtième anniversaire de la Province, le Président du Collège provincial d'alors Mathieu Michel annonce que le Brabant wallon se dotera d'un nouveau logo pour cette occasion. En ce sens, la modification majeure repose en l'apposition des majuscules BW dans le logo[6].

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneur[modifier | modifier le code]

À l'instar des autres gouverneurs du royaume, le Gouverneur du Brabant wallon est le commissaire du gouvernement fédéral, mais également de la Région et de la Communauté dans la province. Il est chargé d'assurer l'application de la réglementation fédérale dans les domaines de la sécurité civile et des plans d'urgence, de la sécurité policière et de l'ordre public, de la tutelle administrative spécifique sur le fonctionnement de la police locale, de la législation sur les armes, des services d'incendie et du traitement des dossiers en matière de calamités. Les gouverneurs sont nommés et révoqués par le gouvernement de la région, sur avis conforme du conseil des ministres fédéral. Malgré une appartenance politique, ces derniers ont un regard assez neutre sur la vie politique de la province.

Liste des gouverneurs[modifier | modifier le code]

No  Portrait Nom Début du mandat Fin du mandat Appartenance politique
1 Valmy Féaux

(né le 19 février 1933 à Walhain)

1995 2000 Parti socialiste
2 Emmanuel Hendrickx

(né le 10 février 1940 à Uccle)

2000 2007 Mouvement réformateur
3 Marie-José Laloy

(né le 17 juin 1950 à Habay)

2007 2015 Parti socialiste
4 Gilles Mahieu

(né le 12 août 1964 à Uccle)

depuis 2015 Parti socialiste

Collège provincial[modifier | modifier le code]

Le Collège veille à l’instruction des affaires d’intérêt provincial qui lui sont soumises par le Conseil provincial et exécute ses décisions. Il délibère sur tout ce qui concerne l’administration journalière des intérêts de la Province, ainsi que les réquisitions du Gouverneur. Il donne son avis sur toutes les affaires qui lui sont soumises par l’Belgique, la Communauté française de Belgique ou la Région wallonne et prend les mesures d’exécution relatives.

Le pacte de majorité approuvé par le Conseil fixe les priorités d’action politique du collège pour toute la législature. Le Collège provincial est composé de 4 députés provinciaux élus, par et parmi le Conseil provincial. L'un d'entre eux prend la présidence du collège.

Liste des Députés-Présidents du Collège[modifier | modifier le code]

No  Portrait Nom Début du mandat Fin du mandat Appartenance politique
De 1995 à 2006, le Gouverneur était à la tête du Collège provincial
1 Pierre Boucher

(né le 24 avril 1946 à Ramillies)

20 octobre 2006 26 octobre 2012 Mouvement réformateur
2 Mathieu Michel

(né le 18 mai 1979)

26 octobre 2012 1 octobre 2020 Mouvement réformateur
3 Tanguy Stuckens

(né le 13 novembre 1980 à Schaerbeek)

depuis le 1 octobre 2020 Mouvement réformateur

Législature actuelle (2018 - 2024)[7],[8][modifier | modifier le code]

Fonction Nom Compétences
Gouverneur Gilles Mahieu[9]
Parti socialiste[10]
Chargé de veiller au respect de l’exécution et de l’application des lois, décrets et règlements et à favoriser l’intégration des politiques régionales, fédérales et communautaires sur le territoire de sa province. Comme commissaire du gouvernement fédéral : La planification d’urgence et la gestion de crise, La sécurité policière, L’ordre public, La sécurité civile, La tutelle sur le fonctionnement de la police locale, La tutelle sur la zone de secours, La législation sur les armes, Le traitement des dossiers en matière de calamités (datant d’avant 2015), L’organisation des élections, L’accompagnement des maisons de justice et la surveillance des prisons, L’information sur les manœuvres militaires, L’autorisation d’outils avec des rayonnements ionisants, Le transfert des explosifs, des produits gazeux ou électriques. Comme commissaire du gouvernement wallon : Funérailles, sépultures et crématoriums, Législation électorale, Aménagement du territoire et d’urbanisme, Code forestier.
Député-Président Tanguy Stuckens
Mouvement réformateur
Relations publiques (+ contrat de gestion de Tv Com), Budget et patrimoine, Ressources humaines (dont SIPP), Contrat de développement territorial, Culture, Inclusion et égalité des chances, Sécurité, Dernier QG de Napoléon
Députée Provinciale Isabelle Evrard
Parti socialiste
Enseignement hors bâtiments scolaires, Tourisme, Agriculture, Économie, Bois des Rêves, Folklore, Commerce & Artisanat, Centre PMS.
Député Provincial Marc Bastin
Mouvement réformateur
Travaux et bâtiments, Sport, Cadre de vie et lutte contre les inondations, Environnement et développement durable, Mobilité, Coopération au développement et relations internationales, Affaires générales, Cours d’eau, Château d'Hélécine
Députée Provinciale Sophie Keymolen
Mouvement réformateur
Vieillissement actif et accompagnement des aînés, Institutions et partenariats de Santé (PSE, SSM, IMP, CLPS…), Logement et aménagement du territoire, Affaires sociales, Petite enfance, Jeunesse et implication citoyenne, Informatique et transition numérique, Marchés publics, Centre de prêt, Cultes et laïcité

Commandants militaires[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Van Larebeke - Mort pour sa province
  • - aujourd'hui Colonel d'aviation Olivier DE GROOTE

Communes[modifier | modifier le code]

La province est constituée de 27 communes. Ensemble, elles forment l'unique arrondissement administratif de la province, celui de Nivelles. Les frontières de la Province du Brabant wallon coïncident avec celles de l'arrondissement judiciaire du Brabant wallon (avant 2014, arrondissement judiciaire de Nivelles). Il est divisé en 6 cantons judiciaires[11],[12].

Le chef-lieu de la province est Wavre.

La commune la plus peuplée est Braine-l'Alleud tandis que celle qui compte le moins d'habitants est Hélécine. La plus petite commune de la province est La Hulpe tandis que Genappe est la commune la plus étendue avec plus de 90 km2 de territoire communal.

Les communes de la province
Liste des communes de la Province du Brabant wallon Les numéros des communes correspondent à leur emplacement sur la carte qui utilise l'ordre alphabétique.
No. Commune Superficie Population
(1/1/2023)
Bourgmestre
1 Beauvechain 38,57 km2 7 232 Carole Ghiot (MR)
2 Braine-l'Alleud 52,32 km2 40 469 Vincent Scourneau (MR)
3 Braine-le-Château 22,75 km2 10 671 Nicolas Tamigniau (RB)[13]
4 Chastre 31,57 km2 7 742 Thierry Champagne (MR)
5 Chaumont-Gistoux 48,33 km2 11 813 Luc Decorte (MR)
6 Court-Saint-Étienne 26,88 km2 10 750 Michaël Goblet d'Alviella (MR)
7 Genappe 90,35 km2 15 915 Gérard Couronné (MR)
8 Grez-Doiceau 55,55 km2 14 067 Paul Vandeleene (Avec Vous)[14]
9 Hélécine 16,98 km2 3 789 Pascal Collin (MR)
10 Incourt 38,91 km2 5 614 Léon Walry (PS)
11 Ittre 35,03 km2 7 039 Christian Fayt (PS)
12 Jodoigne 73,73 km2 14 789 Jean-Luc Meurice (MR)
13 La Hulpe 15,52 km2 7 564 Christophe Dister (MR)
14 Lasne 47,57 km2 14 313 Laurence Rotthier (MR)
15 Mont-Saint-Guibert 18,72 km2 8 361 Julien Breuer (MR)
16 Nivelles 60,83 km2 29 018 Pierre Huart (MR)
17 Orp-Jauche 50,8 km2 9 097 Hugues Ghenne (PS)
18 Ottignies-Louvain-la-Neuve 33,4 km2 31 526 Julie Chantry (Ecolo)
19 Perwez 51,17 km2 9 639 Jordan Godfriaux (MR)
20 Ramillies 49,08 km2 6 667 Jean-Jacques Mathy (REM)[15]
21 Rebecq 39,26 km2 11 081 Patricia Venturelli (PS)
22 Rixensart 17,56 km2 23 115 Patricia Lebon (MR)
23 Tubize 32,77 km2 28 057 Michel Januth (PS)
24 Villers-la-Ville 48,03 km2 11 118 Emmanuel Burton (MR)
25 Walhain 38,08 km2 7 567 Xavier Dubois (Les Engagés)
26 Waterloo 21,32 km2 30 477 Florence Reuter (MR)
27 Wavre 42,11 km2 35 444 Anne Masson (MR)

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique récente[modifier | modifier le code]

x 1.000 habitants

  • Source : Statbel - Remarque: 1995=nombre d'habitants chaque 1er janvier

Évolution démographique historique[modifier | modifier le code]

Les chiffres de 1831 à 1990 sont ceux de l'arrondissement de Nivelles qui correspond à l`actuel province de Brabant-Wallon crée en 1995.

  • Source : Statbel - Remarque: 1831 jusqu'à 1981=recensement; depuis 1990=nombre d'habitants chaque 1er janvier

Population étrangère[modifier | modifier le code]

Nationalité Population[16]
Drapeau de la France France 10 420
Drapeau de l'Italie Italie 5 874
Drapeau de la Roumanie Roumanie 3 334
Drapeau du Portugal Portugal 3 063
Drapeau de l'Espagne Espagne 2 731
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 2 342
Drapeau du Maroc Maroc 1 435
Drapeau de la Pologne Pologne 1 400
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 974
Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo 853
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 725
Drapeau du Brésil Brésil 688
Drapeau du Cameroun Cameroun 547
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 528
Drapeau de la Grèce Grèce 495
Drapeau de la Russie Russie 230
Source : IBSA Brussels, chiffres au 1er janvier 2023.

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

Police[modifier | modifier le code]

Pour les services de police, la province est divisée en dix zones de police :

Pompiers[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les pompiers, la province forme une seule zone de secours: la zone de secours Brabant wallon.

Il n'y a que deux provinces à avoir la particularité de ne posséder (et de ne former) qu'une zone de secours unique: le Brabant wallon et la province de Luxembourg.

Protection civile[modifier | modifier le code]

La province du Brabant wallon n'abrite pas de caserne de la protection civile belge sur son territoire mais dépend de celle de Crisnée[17].

Sports[modifier | modifier le code]

masculin Football

masculin Handball

masculin Rugby à XV

Tourisme[modifier | modifier le code]

La province du Brabant wallon est représentée par cinq maisons du tourisme englobant chacune plusieurs communes.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Le Brabant wallon est un des partenaires privilégiés de la province de Shenzhen[23].

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf.
  2. Charles-Étienne Lagasse, Les Nouvelles Institutions politiques de la Belgique et de l’Europe, Erasme Namur, 2003, p. 133-137.
  3. a b et c Sophie Devillers, « Qui comme capitale du Brabant wallon ? », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  4. Luc Delfosse et Jean Vandendries, « Le Brabant wallon s'éclate : il aura trois «capitales» », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Jean-Philippe de Vogelaere, « Brabant wallon : « Une Province au service de la population » », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  6. « Le Brabant wallon s'offre un nouveau logo pour ses 20 ans », sur RTBF (consulté le )
  7. « brabantwallon.be/bw/les-depute… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  8. « https://www.brabantwallon.be/bw/un-college-a-votre-ecoute/ »
  9. « Mot du Gouverneur », sur Gouverneur du Brabant wallon, (consulté le ).
  10. « Les 3 mandats de Gilles Mahieu (PS) », sur Cumuleo (consulté le ).
  11. Carte des arrondissements judiciaires de Belgique
  12. Loi relative à la réforme des cantons judiciaires, chapitre II, 25 mars 1999.
  13. Indépendant, liste Renouveau brainois
  14. Liste locale
  15. Ramilies En Marche
  16. « Population », sur ibsa.brussels (consulté le ).
  17. Remaniement au 01-01-2019
  18. « Maison du tourisme des Ardennes brabançonnes », sur mtab.be via Internet Archive (consulté le ).
  19. « Accueil - Destination Brabant wallon », sur Destination Brabant wallon (consulté le ).
  20. « Tourisme Villers-la-Ville et sa région », sur paysdevillers-tourisme.be (consulté le ).
  21. (en) « Tourisme Roman Pais », sur tourisme-roman-pais.be (consulté le ).
  22. « Accueil », sur waterloo-tourisme.com via Wikiwix (consulté le ).
  23. « La Province doit-elle lâcher la Chine? », sur lavenir.net, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]