Sébastien Ogier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sébastien Ogier
Sébastien Ogier en 2015.
Sébastien Ogier en 2015.
Biographie
Date de naissance (33 ans)
Lieu de naissance Gap (Hautes-Alpes, France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Site web www.sebastien-ogier.com
Carrière professionnelle en rallye
Années d'activité 2006-présent
Équipe M-Sport
Volkswagen Motorsport
Citroën Racing
Citroën Junior Team
Copilote Drapeau de la France Julien Ingrassia
Statistiques
Dép. Vic. Pod. Scr.
WRC 116 40 61 491
WRC S2000 12 - - -
J-WRC 6 3 4 50
IRC 3 1 1 8
Palmarès
1er 2e 3e
WRC 4 - 1
J-WRC 1 - -

Sébastien Ogier, né le 17 décembre 1983 à Gap dans les Hautes-Alpes, est un pilote de rallye français. Champion du monde des rallyes en 2013, 2014, 2015 et 2016 avec Volkswagen Motorsport, il a pour copilote Julien Ingrassia. Avec 4 titres de champion du monde et 39 victoires au compteur, il est le deuxième meilleur pilote français de l'histoire du WRC derrière Sébastien Loeb (9 titres de 2004 à 2012) et devant Didier Auriol (1 titre en 1994). Il n'a pas de lien de parenté direct avec Jean-Claude Ogier. Sébastien Ogier est marié à la présentatrice de télévision allemande Andrea Kaiser.

Carrière en rallye[modifier | modifier le code]

Débuts en compétition (2005-2007)[modifier | modifier le code]

La carrière de Sébastien Ogier en rallye débute fin 2005 : en remportant la sélection Rallye Jeunes FFSA, il décroche un volant en Coupe 206 pour l'année suivante. Désormais associé à Julien Ingrassia, il brille lors de sa première saison d'apprentissage, en signant un podium (Terre des Cardabelles) et en terminant sixième du championnat et meilleur débutant. En 2007, il remporte la Coupe 206 avec quatre victoires (Diois, Langres, Causses, Touquet) et deux deuxièmes places (Alsace-Vosges, Limousin). Il s'impose également au Rallye Hivernal des Hautes Alpes.

Paradoxalement, ce n'est qu'en avril 2007 qu'il participe à son premier rallye régional (le superbe Rallye du Quercy près de Cahors 46) ; il termine 3e au scratch sur une 206 XS de prêt qu'il découvrait à cette occasion.

Le magazine Échappement lui attribue le titre d'Espoir Échappement de l'année, un prix honorifique décerné conjointement par les professionnels et les fans. Récompensé pour un début de carrière prometteur, Sébastien Ogier succède ainsi à quelques illustres aînés, tels que Didier Auriol, François Delecour et Sébastien Loeb.

L'ascension mondiale (2008)[modifier | modifier le code]

Champion du monde JWRC[modifier | modifier le code]

Sébastien Ogier au Tour de Corse 2008.

En 2008, Sébastien Ogier accède au niveau mondial en participant au championnat du monde des rallyes Junior, au volant d'une Citroën C2 S1600 préparée par l'Équipe de France FFSA.

Pour ses débuts, il crée la sensation au Rallye du Mexique : outre une victoire aisée en catégorie JWRC, il marque un point au classement général WRC, une première dans l'histoire du Championnat du monde ! Il fait encore plus fort au Rallye de Jordanie : après avoir été retardé de quatre minutes par un ennui mécanique, il en reprend trois au leader de la course ; il profite ensuite de la sortie de route de celui-ci pour remporter sa deuxième victoire consécutive.

Au Rallye de Sardaigne, il abandonne dans un premier temps à la suite de la rupture d'une biellette de direction causée par une crevaison, mais il repart en SupeRally et termine à la cinquième place. Il remporte ensuite le Rallye d'Allemagne, puis domine sa catégorie au Rallye de Catalogne en réalisant la plupart des meilleurs temps : il abandonne cependant sur sortie de route lors de la dernière étape.

Prudent sur le Tour de Corse, il accroche la deuxième place et remporte finalement le titre de champion du monde Junior des rallyes.

Premier rallye WRC et premier "scratch"[modifier | modifier le code]

Son titre Junior acquis, Sébastien Ogier est invité à faire ses débuts dans la catégorie reine lors du dernier rallye de la saison 2008, en Grande-Bretagne. Il prend alors le volant d'une Citroën C4 WRC. Il crée la surprise en signant le scratch dès la première spéciale, disputée sur un sol verglacé, et devient ainsi leader de son premier rallye en catégorie WRC. Avantagé par sa position sur la route, il se maintient en tête jusqu'à la cinquième spéciale, avant d'être retardé par un souci mécanique. Il abandonne finalement sur sortie de route.

Premiers succès WRC avec Citroën (2009-2011)[modifier | modifier le code]

2009 : 1re saison complète en WRC (1er podium) et victoire au Monte-Carlo (IRC)[modifier | modifier le code]

Ogier / Ingrassia au Monte-Carlo 2009.

En janvier 2009, Sébastien Ogier participe pour la première fois au Rallye Monte-Carlo, qui figure au calendrier du championnat IRC. Au volant d'une Peugeot 207 S2000 qu'il découvre, il remporte cette prestigieuse épreuve.

Ce passage par l'IRC n'est qu'un intermède : il est engagé en WRC pour capitaliser sur son titre Junior. En début de saison, Citroën décide qu'il disputera les six premiers rallyes du championnat du monde, au volant d'une C4 WRC de son équipe junior, et que son engagement sur le reste de la saison dépendra des résultats. Malgré quelques erreurs, ses performances décident le constructeur à le confirmer pour le reste de la saison.

Il signe en 2009 son premier podium en catégorie reine, une deuxième place au Rallye de l'Acropole derrière Mikko Hirvonen.

2010 : 2e saison complète en WRC (1re victoire)[modifier | modifier le code]

En janvier 2010, Ogier s'aligne à nouveau au départ du Rallye Monte-Carlo, au volant d'une Peugeot 207 S2000. Il perd deux minutes dans une sortie de route (sur de la neige rapportée sur la route par des spectateurs) en début de rallye, puis se lance dans une course poursuite derrière Mikko Hirvonen, signant de nombreux temps scratches. Il se rapproche à 45 secondes du leader avant d'abandonner le dernier jour, sur une panne d'alternateur.

Le Monte-Carlo étant toujours au calendrier IRC, la saison 2010 de Sébastien Ogier débute officiellement en Suède, première manche du championnat du monde des Rallyes. Reconduit au sein de l'écurie Citroën Junior aux côtés de Kimi Räikkönen, le Français dispute une course solide en Suède et finit cinquième, puis termine sur la troisième marche du podium au Mexique après avoir lutté jusqu'à la dernière spéciale contre Petter Solberg pour le gain de la 2e place. En Jordanie, après un excellent début de rallye qui le voit se classer deuxième à l'issue des deux premières étapes, des consignes d'équipe l'obligent à écoper de plusieurs minutes de pénalité au point de contrôle[1]. Il termine néanmoins le rallye à la sixième place. En Turquie, Ogier prend la tête du classement dans la troisième spéciale et mène l'épreuve pendant onze spéciales, mais il crève dans l'ES15 et perd un peu plus de trois minutes. Il termine quatrième de l'épreuve. En Nouvelle-Zélande, Ogier se rapproche un peu plus de sa première victoire : il est en tête dans la dernière spéciale, mais une erreur à trois virages de la fin lui coûte la première place : il finit deuxième à 2,4 secondes de Jari-Matti Latvala (troisième écart le plus faible de l'histoire).

La première victoire WRC de Sébastien Ogier arrive peu après, sur le Rallye du Portugal. Sur la lancée de ses performances en Turquie et en Nouvelle-Zélande, le pilote champsaurin parvient à prendre 45 secondes à Sébastien Loeb qui balayait la route dans la première journée. Malgré le retour de ce dernier, Ogier ne commet pas d'erreurs et le devance finalement de huit secondes à la fin de l'épreuve. Il enchaîne en remportant le Rally della Lanterna, une manche italienne hors-championnat visant à le faire gagner en expérience sur l'asphalte, lui qui maîtrise plus aisément les rallyes terre.

Sébastien Ogier au Rallye de Finlande 2010

Compte tenu de ses prestations très solides, de sa discipline d'équipe et des performances moyennes du coéquipier de Loeb, Dani Sordo, qu'il devance régulièrement, Citroën annonce qu'Ogier disputera les trois dernières manches terre du championnat aux côtés de Loeb dans l'écurie principale Citroën World Rally Team, tandis que Sordo courra pour le Junior Team aux côtés de Räikkönen, l'Espagnol reprenant sa place dans l'équipe-mère pour les épreuves sur asphalte[2]. Cette décision s'avère judicieuse puisque lors du Rallye de Finlande, Sébastien Ogier prend une belle deuxième place derrière le Finlandais Jari-Matti Latvala mais devant Sébastien Loeb, tandis que sur asphalte (en Bulgarie et en Allemagne), il se classe 4e puis 3e derrière Sordo et Loeb. Il remporte son 2e succès en WRC lors du Rallye du Japon après un duel serré face à Petter Solberg et impressionne par sa capacité à rapidement s'adapter à un rallye sur lequel il n'avait jamais couru.

2011 : Pilote officiel dans l'équipe Citroën[modifier | modifier le code]

Sébastien Ogier poursuit son ascension en 2011. Devenu titulaire de l'équipe officielle Citroën en remplacement de Dani Sordo, il se voit promettre un statut égalitaire avec Sébastien Loeb. D'emblée, les deux Français affichent un niveau similaire et promettent une belle bagarre pour le titre.

En Suède, le baptême de la DS3 WRC commence plutôt mal, mais Ogier (4e) bat Loeb (6e) et devient le premier pilote à remporter une Power Stage. Au Rallye du Mexique, Ogier aborde le dernier jour de course en leader, avant d'abandonner sur sortie de route. Il se rachète au Rallye du Portugal qu'il remporte une nouvelle fois, puis enchaine en s'imposant sur l'épreuve suivante, le Rallye de Jordanie : avec deux dixièmes de seconde d'avance sur Jari-Matti Latvala, il bat le record du plus petit écart pour une victoire. 4e sur le Rallye de Sardaigne, Ogier est en passe de remporter le Rallye d'Argentine lorsqu’il part en tonneau ; sans direction assistée, il perd la tête de la course lors de la dernière spéciale, se classant finalement 3e derrière Loeb et Hirvonen.

Sébastien Ogier au Rallye de l'Acropole 2011

Au Rallye de l'Acropole, Sébastien Ogier l'emporte, mais ses relations avec Sébastien Loeb se détériorent. En se basant sur les temps de Loeb fournis par son équipe (alors qu'un problème technique privait l'Alsacien de la même information), il a ralenti pour l’obliger à balayer la route le dernier jour. Stratégie classique en WRC, mais la polémique éclate, Sébastien Loeb n'acceptant pas d'être placé dans la position défavorable d'ouvreur. En Finlande, Ogier doit se contenter de la 3e place après une crevaison. Les tensions entre les deux pilotes Citroën connaissent leur apogée sur le Rallye d'Allemagne, bastion habituellement imprenable pour les adversaires de Loeb. À son arrivée sur place, l’Alsacien annonce la reconduction de son contrat avec Citroën jusqu'à la fin de la saison 2013. Dans ce contexte très médiatique, la marque impose des consignes d'équipe dès la fin de la première journée, alors que Loeb et Ogier sont largement en tête, séparés de 7 secondes l'un de l'autre. La course était belle, Sébastien Ogier n'accepte pas d'être ainsi sacrifié et il le fait savoir. Malgré la polémique, la victoire reviendra au Gapençais, Loeb ayant crevé.

Lors du Rallye d'Australie, Ogier ne profite pas de la sortie de route de Sébastien Loeb pour rattraper son retard au championnat, il commet lui-même une erreur le premier jour. Il revient à la 9e place et se trouve à une poignée de secondes de la 8e lorsque l'équipe lui demande de ralentir pour favoriser son coéquipier au championnat : il écope d'une pénalité volontaire et se gare au bord de la route pendant une dizaine de minutes. Au Rallye d'Alsace, Ogier obtient une convaincante victoire, résistant à la pression de Dani Sordo et Petter Solberg à la suite de l'abandon de Loeb sur problème mécanique. Au championnat, il revient à trois points de Loeb et Hirvonen. C'est bien Loeb qui finira par l'emporter. Victime d'un problème moteur en Catalogne et d'une sortie de route en Grande-Bretagne, Sébastien Ogier finit en troisième position du championnat, après avoir remporté cinq victoires (autant que Sébastien Loeb) et quatre Power Stages (meilleur score de la saison). Son renvoi de Citroën est officialisé le 16 novembre. Il est alors remplacé par Mikko Hirvonen.

La consécration avec Volkswagen (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

2012 : Une nouvelle aventure avec Volkswagen[modifier | modifier le code]

Sébastien Ogier durant le Rallye de Grande-Bretagne 2012.

Le 23 novembre 2011, Volkswagen annonce la signature d'un contrat de trois ans avec Sébastien Ogier et son copilote Julien Ingrassia[3]. Tous deux deviennent le premier équipage officiel de l'équipe, dont les débuts en championnat du monde des rallyes ne sont fixés que pour 2013. En 2012, ils doivent développer la Polo R WRC tout en disputant le championnat du monde au volant d'une Škoda Fabia S2000 dans la catégorie inférieure au WRC - à laquelle ils ne sont toutefois pas officiellement inscrits.

La saison 2012 d'Ogier débute au Rallye Monte-Carlo, où il réalise de bons temps malgré une Škoda Fabia S2000 moins performante que les WRC qui jouent la victoire. Mais lors de la 10e spéciale, il sort de la route dans un secteur à fond de 6e[4]. Ogier s'en sort indemne, son copilote est légèrement blessé.

Au rallye de Suède, Ogier termine 11e, il devance de plus de quatre minutes Per-Gunnar Andersson vainqueur officiel du rallye en S2000[5]. Puis Sébastien Ogier marque les premiers points de sa saison et les premiers de Volkswagen Motorsport en ralliant l'arrivée du Rallye du Mexique à la huitième place.

Après avoir souffert d'un statut supérieur aux autres pilotes de S2000 en Suède et au Mexique, où il a subi plus fortement qu'eux le balayage des routes, Ogier jouit d'une situation plus équitable à partir du Rallye du Portugal[6]. Il s'ensuit une série d'entrées dans les points, Sébastien Ogier luttant régulièrement contre plusieurs pilotes WRC. Il signe son meilleur résultat en Sardaigne, où il termine à la cinquième place, ce qui est le meilleur résultat jamais obtenu par une voiture de la classe S2000 (appelée aujourd'hui WRC-2).

2013 : Premier titre de Champion du monde[modifier | modifier le code]

En 2012, Sébastien Ogier a également mené un intense programme d'essais afin de développer la Volkswagen Polo R WRC et de préparer ses débuts en WRC.

Présentée à Monaco fin 2012[7], la voiture entame sa saison avec le Rallye Monte-Carlo. Sébastien Ogier en décroche la 2e place et devance tous les pilotes pouvant jouer le titre, malgré une voiture débutante et des conditions météorologiques difficiles. C’est un départ idéal, un résultat qui affirme le niveau prometteur de la Polo[8].

La saison se poursuit avec le Rallye de Suède. Sébastien Ogier y décroche une victoire pleine de maîtrise[9] et devient le deuxième pilote non nordique à s'imposer sur cette épreuve depuis sa création dans les années 1950 ! Il remporte également la Power Stage (synonyme de trois points bonus) et prend pour la première fois la tête du championnat Pilotes. Cette victoire est également la première d'une Volkswagen depuis 1987 ! Ce n'est que le début des succès. Au Mexique, Ogier remporte 16 spéciales sur 23 et signe un nouveau doublé course - Power Stage[10]. Même succès au Portugal, où il affiche une avance abyssale (+ de 3 minutes sur Hirvonen, 2e !)[11].

Au Rallye d'Argentine, le frein à main capricieux de la Polo empêche Sébastien Ogier de se rattraper dans un tout-droit sur la boue. Il perd alors la tête du rallye au profit de Loeb. Pensant avant tout au titre, Ogier assure la deuxième place, loin devant ses adversaires pour le championnat. Malchance à nouveau au Rallye de l'Acropole, une crevaison puis un problème d'alimentation de la pompe à essence l'obligeant à abandonner. Reparti en Rally2, il sauve une dixième place et réalise une très grosse performance lors de la Power Stage, ce qui lui permet de remporter les 3 points bonus en jeu[12]. Sébastien Ogier reprend sa marche en avant en remportant le Rallye de Sardaigne devant Thierry Neuville et Jari-Matti Latvala. Pour la première fois de sa carrière, il domine un rallye de la première à la dernière spéciale. A nouveau vainqueur de la Power Stage, il ramène 28 points d'Italie[13].

Sébastien Ogier, nouveau champion du monde WRC lors du Rallye de France-Alsace 2013.

Il poursuit sur sa lancée en remportant le Rallye de Finlande pour la première fois de sa carrière[14]. Malgré la blessure à la clavicule de son copilote Julien Ingrassia[15], il domine ses adversaires. Il remporte plus de la moitié des temps scratches, en particulier sur la célèbre spéciale Ouninpohja dont il bat le record. En marquant en outre 2 points bonus sur la Power Stage, Ogier porte son avance à 90 points sur ses dauphins du classement provisoire que sont Latvala et Neuville.

Au Rallye d'Allemagne, Sébastien Ogier a déjà une (infime) chance mathématique d'être sacré champion du monde des rallyes, toutefois il casse une suspension dès le premier jour. Reparti avec une lourde pénalité, il remonte de la 47e à la 17e position et remporte une nouvelle fois les 3 points bonus de la Power Stage[16]. En Australie, ses chances sont réelles et il s'investit en disputant une course magistrale. Or, malgré 19 temps scratches en 22 spéciales et une avance finale de 1min32 sur son plus proche poursuivant, le sacre lui échappe dans la dernière ES : Hirvonen ayant crevé, Neuville monte sur la deuxième marche du podium et prive le Français des lauriers... pour 1 point seulement[17].

Ce n'est que partie remise : Sébastien Ogier devient champion du monde dès la première spéciale du Rallye d'Alsace, le 3 octobre 2013. En effet, l'ES1 fait exceptionnellement office de Power Stage. Thierry Neuville étant contraint à la perfection pour contrer Sébastien Ogier au championnat du monde, son 2e temps est synonyme de délivrance pour le Gapençais[18]. Même si le titre est assuré en avance, la fin de saison ne contredit pas l'excellente forme d’Ogier, qui s'impose sur les rallyes de France[19], de Catalogne[20] et, pour la première fois de sa carrière, de Grande-Bretagne[21].

Il termine la saison avec 9 victoires, 11 podiums, 111 temps scratches (46,83% de la saison !), 7 victoires de Power Stages et un total de 28 points bonus acquis sur cet exercice, et 290 points à son compteur au championnat du monde : c'est le record en WRC !

2014 : Après la consécration, la confirmation[modifier | modifier le code]

Pour Sébastien Ogier, un titre est plus difficile à défendre qu'à gagner[22]. Pourtant, l'entame de la saison 2014 le conforte dans son statut de leader du WRC puisqu'il remporte le Rallye Monte-Carlo[23]. Contrairement à 2009, c'est cette fois en catégorie reine que le pilote français remporte le rallye le plus célèbre au monde. Malgré une première étape rendue difficile par un mauvais choix de pneus, il réalise une impressionnante remontée au classement et c'est en vainqueur qu'il entre dans la Principauté pour y fêter l'arrivée du rallye. Cerise sur le gâteau, l'épreuve faisait cette année son retour dans les Hautes-Alpes et le départ était donné à Gap, ville natale d'Ogier.

Sébastien Ogier au Rallye de Suède 2014

Durant le Rallye de Suède, Ogier percute un mur de neige alors qu'il occupait la tête de la course[24]. Alors 20e au classement, il persévère et parvient à remonter et à terminer le rallye à la 6e place. Il tient sa revanche au Mexique, en prenant la tête dès la première étape et en creusant irrémédiablement son avance pour finir avec une large avance sur ses poursuivants. Egalement vainqueur de la Power Stage, il repasse en tête du championnat du monde devant Latvala[25].

Sébastien Ogier se détache de son coéquipier et rival pour le titre lors du rallye suivant, au Portugal. Il y signe une nouvelle victoire doublée du maximum de points sur la Power Stage, alors que Latvala sort de la route. Le Rallye du Portugal est celui sur lequel Ogier possède le plus beau palmarès avec quatre victoires ! À l'inverse, le Rallye d'Argentine est l'un des deux seuls de la saison (avec le Rallye de Pologne) qu'il n'a jamais remporté. Disputé dans des conditions très complexes, il lui vaut une deuxième place doublée de la victoire de la Power Stage.

Il retrouve le chemin de la victoire en Sardaigne, malgré une première étape rendue compliquée par sa position d'ouvreur (statut de leader du championnat oblige) sur des routes très sablonneuses. Nouveau doublé rallye - Power Stage en Pologne, où son avance au championnat atteint les 50 points[26]. En Finlande, face à un Latvala transcendé, Ogier marque les points de la deuxième place et, une nouvelle fois, du meilleur temps sur la Power Stage[27]. L'écart au championnat est inchangé après la manche suivante, le Rallye d'Allemagne, où Ogier et Latvala abandonnent tous deux sur sortie de route[28]. Volkswagen a néanmoins la certitude que le titre Pilotes ira à l'un de ses pilotes (Ogier, Latvala ou Mikkelsen).

En Australie, Sébastien Ogier fait son retour sur la plus haute marche du podium tandis que Volkswagen remporte le titre Constructeurs[29]. Une première chance d'être titré se présente sur le Rallye de France-Alsace, mais le pilote français perd toute chance dès la deuxième spéciale, retardé par un capteur de boîte de vitesses défaillant, puis par une pénalité pour pointage anticipé. Il met toutefois un point d'honneur à remporter les 3 points bonus de la Power Stage[30].

Deuxième balle de match en Catalogne et cette fois c'est la délivrance ! Sébastien Ogier et Julien Ingrassia remportent leur deuxième titre avec l'art et la manière, en s'imposant ![31]. Ogier est le huitième détenteur de deux titres de champion du monde des rallyes, le cinquième à les enchaîner consécutivement. Quant à Ingrassia, il est le seul copilote français doublement titré en WRC.

Il termine la saison en beauté en remportant le dernier rallye de la saison en Grande-Bretagne. Avec 8 victoires, 10 podiums et 94 victoires de spéciales, Sébastien Ogier affiche 49 points d'avance sur Jari-Matti Latvala au championnat.

Au même titre que celui des autres pilotes de l'équipe, son contrat avec Volkswagen est reconduit[32].

Partenaire du comparateur d'assurances en ligne Hyperassur[33], Sébastien Ogier participe en 2014 à des activités promotionnelles avec Romain Grosjean, pilote de formule 1.

2015 : Les succès se poursuivent[modifier | modifier le code]

Sébastien Ogier durant le Rallye de Sardaigne 2015.

Toujours associé à Julien Ingrassia au sein de l'équipe Volkswagen Motorsport, Sébastien Ogier commence la saison 2015 par une victoire au Rallye Monte-Carlo[34]. La nouvelle version de la Polo R WRC ne déçoit pas et l'équipage champion du monde non plus, malgré la concurrence de Sébastien Loeb, revenu pour un one-shot.

Ogier poursuit sur sa lancée en Suède, où il s'impose à nouveau au terme d'une bagarre incessante. C'est dans la toute dernière spéciale qu'il apprend sa victoire, alors que son dernier rival, Andreas Mikkelsen, part à la faute[35]. Trois sur trois : le Français signe un hat-trick en remportant le Rallye du Mexique. Il s'agit de sa cinquième victoire consécutive depuis le Rallye de Catalogne 2014 et de la troisième consécutive qu'il décroche sur cette épreuve, qu'il apprécie particulièrement[36].

En Argentine la chance tourne et des problèmes mécaniques le poussent à l'abandon. Il termine finalement à la 17e place et y ajoute les trois points bonus de la Power Stage. Il remporte à nouveau cet exercice sur le rallye suivant, au Portugal, tandis qu'il monte sur la deuxième marche du podium. Outre le désavantageux balayage qu'il doit opérer sur un sol très sablonneux, le Français perd du temps avec une crevaison, avant de réaliser une impressionnante remontée. Il termine à 8"2 du vainqueur et conforte sa position de leader au championnat du monde.

Ogier parvient à renouer avec la victoire en Italie. Longtemps devancé par le Néo-Zélandais Hayden Paddon, qui réalise en Sardaigne sa plus belle performance jusque là, Ogier finit par s'imposer le troisième jour et remporte une nouvelle foid les trois points de la Power Stage. Il confirme en Pologne où il signe à nouveau le doublé victoire - Power Stage. En Finlande, il s'incline face à son coéquipier Jari-Matti Latvala tout en remportant une nouvelle fois (la 7e consécutive !) la Power Stage. Ogier parvient à nouveau à s'imposer en Allemagne, offrant ainsi à Volkswagen sa première victoire à domicile. L'équipe allemande réalise même un triplé grâce aux bonnes performances de Latvala et Mikkelsen.

Autre délivrance en Australie, trois semaines plus tard : Sébastien Ogier et Julien Ingrassia remportent l'épreuve, au terme d'une intense bagarre sur des routes sablonneuses. Une fois passés en tête, ils gagnent toutes les spéciales et vont décrocher leur 31e victoire en rallye, mais aussi leur 3e titre de Champions du monde. Dans le même temps, Volkswagen Motorsport décroche le titre Constructeurs[37].

Durant le Tour de Corse, Ogier est victime d'une casse de sa boîte de vitesses à la fin de la première journée. Malgré une pénalité de 10 min le reléguant à la 55e place, il parvint tout de même à se hisser à la 12e place du classement final, remportant encore trois spéciales, dont la Power Stage.

Ogier mène ensuite le Rallye de Catalogne pendant les deux dernières journées, mais il part à la faute durant l'ultime ES, la Power Stage, et doit abandonner après avoir percuté violemment une glissière de sécurité. L'équipage Ogier-Ingrassia est indemne. La saison se termine par une épreuve pluvieuse, au Pays de Galles, où les Français s'imposent. Ils dédient leur victoire aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris, survenus pendant le week-end du rallye.

2016 : La passe de quatre[modifier | modifier le code]

Ogier durant le rallye Portugal 2016.

Toujours associé à Julien Ingrassia au sein de l'équipe Volkswagen Motorsport pour la quatrième année consécutive, Sébastien Ogier commence la saison 2016 par une victoire, la troisième d'affilée au Rallye Monte-Carlo[38]. Puis il remporte le Rallye de Suède, raccourci faute de neige. Lors de la manche suivante, au Mexique, Ogier retrouve le désavantage de devoir balayer des routes très poussiéreuses, mais termine à la deuxième place derrière Latvala, tout en remportant sa troisième Power Stage en autant de rallyes. Sa place de leader du championnat le pénalisera également en Argentine, où il finira aussi à la seconde place, ainsi qu'au Portugal et en Sardaigne, où il termine par deux fois à la troisième place tout en remportant la Power Stage. Le Rallye de Pologne est plus difficile encore et se solde par une 6e place, avant qu'une petite erreur en Finlande ne pénalise lourdement l'équipage, qui termine la course hors des points.

La spirale victorieuse est relancée en Allemagne, sur les terres de Volkswagen. Premier rallye 100% asphalte de la saison, il est remporté pour la deuxième année de suite par les Champions du monde en titre, qui ont su gérer des conditions de route très changeantes. Ogier enchaîne en Corse avec une nouvelle victoire lors d'un rallye dominé du début à la fin et lors du rallye suivant, en Espagne, Ogier monte une nouvelle fois sur la première marche du podium et est sacré champion du monde pour la quatrième fois consécutive, ne pouvant plus être rattrapé au classement général. Sa victoire au Rallye de Grande-Bretagne offre le titre Constructeurs à Volkswagen, et ce également pour la quatrième année consécutive.

Dans les jours qui suivent, Volkswagen annonce son retrait du WRC[39] alors que la future Polo était prête, laissant Sébastien Ogier et ses équipiers sans volant pour 2017.

Il achève sa collaboration avec le constructeur allemand par une deuxième place en Australie après avoir bataillé pour la victoire avec son équipier Andreas Mikkelsen, qui conclut l'aventure Volkswagen en WRC par une ultime victoire de Prestige.

Un nouveau challenge chez M-Sport[modifier | modifier le code]

Ogier durant le rallye Portugal 2017.

Un peu plus d'un mois après avoir achevé sa campagne avec Volkswagen en prenant la deuxième place au Rallye d'Australie, dernier rendez-vous de la saison 2016 du WRC, Sébastien Ogier est annoncé dans l'équipe M-Sport pour la saison 2017[40]. Il sera au volant de la nouvelle Ford Fiesta WRC. Ott Tänak et Elfyn Evans sont confirmé à ses côtés. A noter que Sébastien est le seul pilote de l'équipe à recevoir les décorations de la firme Red Bull de par le contrat qui les unit, quand ses équipiers abordent deux décorations différentes : Ott dispose des couleurs de M-Sport, Elfyn du fabricant de pneus D-Mack.

Le Monte-Carlo, premier rendez-vous de la saison, est d'abord dominé par Thierry Neuville tandis que Sébastien Ogier perd rapidement une quarantaine de secondes dans un fossé. Le pilote M-Sport parvient à revenir sur le podium provisoire en devançant son équipier Ott Tänak et profite d'une erreur commise par Neuville pour prendre la tête du rallye à la fin de la seconde journée. Il contrôle le lendemain et remporte une 39ème victoire en WRC, la quatrième au Monte-Carlo en WRC (la 5e avec 3 constructeurs différents, en comptant celle de 2009 qui comptait alors pour l'IRC), et la première de M-Sport depuis le Rallye de Grande-Bretagne 2012.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Saison Titre Voiture
2007 Vainqueur de la coupe 206 Peugeot 206
2008 Champion du monde des rallyes junior Citroën C2 S1600
2013 Champion du monde des rallyes Volkswagen Polo R WRC
2014 Champion du monde des rallyes Volkswagen Polo R WRC
2015 Champion du monde des rallyes Volkswagen Polo R WRC
2016 Champion du monde des rallyes Volkswagen Polo R WRC

Victoires[modifier | modifier le code]

Victoires en championnat du monde des Rallyes[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2010 44e Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Portugal Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën C4 WRC
2 2010 9e Rallye du Japon Drapeau du Japon Japon Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën C4 WRC
3 2011 45e Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Portugal Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën DS3 WRC
4 2011 3e Rallye de Jordanie Drapeau de la Jordanie Jordanie Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën DS3 WRC
5 2011 57e Rallye de l'Acropole Drapeau de la Grèce Grèce Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën DS3 WRC
6 2011 29e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën DS3 WRC
7 2011 2e Rallye d'Alsace Drapeau de la France France Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën DS3 WRC
8 2013 61e Rallye de Suède Drapeau de la Suède Suède Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
9 2013 27e Rallye du Mexique Drapeau du Mexique Mexique Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
10 2013 47e Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Portugal Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
11 2013 10e Rallye de Sardaigne Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
12 2013 63e Rallye de Finlande Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
13 2013 22e Rallye d'Australie Drapeau de l'Australie Australie Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
14 2013 4e Rallye d'Alsace Drapeau de la France France Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
15 2013 49e Rallye de Catalogne Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
16 2013 69e Rallye de Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
17 2014 82e Rallye automobile Monte-Carlo Drapeau de Monaco Monaco Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
18 2014 28e Rallye du Mexique Drapeau du Mexique Mexique Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
19 2014 48e Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Portugal Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
20 2014 11e Rallye de Sardaigne Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
21 2014 11e Rallye de Pologne Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
22 2014 23e Rallye d'Australie Drapeau de l'Australie Australie Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
23 2014 50e Rallye de Catalogne Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
24 2014 70e Rallye de Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
25 2015 83e Rallye automobile Monte-Carlo Drapeau de Monaco Monaco Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
26 2015 63e Rallye de Suède Drapeau de la Suède Suède Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
27 2015 29e Rallye du Mexique Drapeau du Mexique Mexique Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
28 2015 12e Rallye de Sardaigne Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
29 2015 12e Rallye de Pologne Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
30 2015 33e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
31 2015 24e Rallye d'Australie Drapeau de l'Australie Australie Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
32 2015 71e Rallye de Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
33 2016 84e Rallye automobile Monte-Carlo Drapeau de Monaco Monaco Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
34 2016 64e Rallye de Suède Drapeau de la Suède Suède Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
35 2016 34e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
36 2016 60e Tour de Corse Drapeau de la France France Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
37 2016 52e Rallye de Catalogne Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
38 2016 72e Rallye de Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
39 2017 85e Rallye automobile Monte-Carlo Drapeau de Monaco Monaco Drapeau de la France Julien Ingrassia Ford Fiesta WRC
40 2017 51e Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Portugal Drapeau de la France Julien Ingrassia Ford Fiesta WRC

Victoires en championnat du monde des Rallyes Junior[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2008 22e Rallye du Mexique Drapeau du Mexique Mexique Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën C2 S1600
2 2008 26e Rallye de Jordanie Drapeau de la Jordanie Jordanie Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën C2 S1600
3 2008 27e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën C2 S1600

Victoires en Intercontinental Rally Challenge (IRC)[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2009 77e Rallye Monte-Carlo Drapeau de Monaco Monaco Drapeau de la France Julien Ingrassia Peugeot 207 S2000

Autres victoires[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2007 6e Rallye Neige des Hautes-Alpes Drapeau de la France France Drapeau de la France Julien Ingrassia Peugeot 206 XS
2 2010 26e Rallye della Lanterna Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën C4 WRC
3 2011 26e Rallye National Vosgien Drapeau de la France France Drapeau de la France Julien Ingrassia Citroën DS3 WRC

Records en championnat du monde des rallyes[modifier | modifier le code]

  • Champion avec le plus grand écart de points : 114 points, lors du championnat du monde 2013 face à Thierry Neuville (290pts pour Ogier contre 176pts pour Neuville)
  • Champion avec le plus grand écart de points sur son coéquipier : 128 points lors du championnat du monde 2013 par rapport à Jari-Matti Latvala
  • Victoire avec le plus petit écart : 0,2 seconde d'avance sur Jari-Matti Latvala au Rallye de Jordanie, le 16 avril 2011.
  • Ratio de victoires d'étapes spéciales sur une saison : 46.25% (111 temps scratch sur 240 spéciales)
  • Ratio d'étapes spéciales disputées comme leader sur une saison : 62,92% (151 ES en tête sur 240 spéciales)
  • Points marqués en une saison : 290 pts lors du championnat du monde 2013

Résultats en rallye[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés en championnat du monde des rallyes[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Voiture Rallye Points Classement final
2008 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
ARG
Drapeau : Argentine
JOR
Drapeau : Jordanie
ITA
Drapeau : Italie
GRE
Drapeau : Grèce
TUR
Drapeau : Turquie
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
NZL
Drapeau : Nouvelle-Zélande
ESP
Drapeau : Espagne
FRA
Drapeau : France
JPN
Drapeau : Japon
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
1 21e
Équipe de France FFSA Citroën C2 S1600 - - 8e - 11e 22e - - - 19e - Ab. 20e - -
Sébastien Ogier Citroën C2 R2 - - - - - - - - 35e - - - - - -
Équipe de France FFSA Citroën C4 WRC - - - - - - - - - - - - - - 26e
Dont J-WRC Équipe de France FFSA Citroën C2 S1600 - - 1er - 1er 5e - - - 1er - Ab. 2e - - 42 1er (J-WRC)
2009 IRL
Drapeau : Irlande
NOR
Drapeau : Norvège
CYP
Drapeau : Chypre
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
ITA
Drapeau : Italie
GRE
Drapeau : Grèce
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
AUS
Drapeau : Australie
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
24 8e
Citroën Junior Team Citroën C4 WRC 6e 10e Ab. 17e 7e Ab. 2e Ab. 6e 5e 5e Ab.
2010 SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
JOR
Drapeau : Jordanie
TUR
Drapeau : Turquie
NZL
Drapeau : Nouvelle-Zélande
POR
Drapeau : Portugal
BUL
Drapeau : Bulgarie
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
JPN
Drapeau : Japon
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
167 4e
Citroën Junior Team Citroën C4 WRC 5e 3e 6e 4e 2e 1er 4e - 3e - 6e 10e -
Citroën Total WRT Citroën C4 WRC - - - - - - - 2e - 1er - - Ab.
2011 SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
JOR
Drapeau : Jordanie
ITA
Drapeau : Italie
ARG
Drapeau : Argentine
GRE
Drapeau : Grèce
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
196 3e
Citroën Total WRT Citroën DS3 WRC 4e Ab. 1er 1er 4e 3e 1er 3e 1er 11e 1er Ab. 11e
2012 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
GRE
Drapeau : Grèce
NZL
Drapeau : Nouvelle-Zélande
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
FRA
Drapeau : France
ITA
Drapeau : Italie
ESP
Drapeau : Espagne
41 10e
Volkswagen Motorsport Skoda Fabia S2000 Ab. 11e 8e 7e 7e 7e - 10e 6e 12e 11e 5e Ab.
Dont S2000 Volkswagen Motorsport Skoda Fabia S2000 Ab. 1er 1er 1er 1er 1er - 1er 1er 1er 1er 1er Ab. - Non inscrit au championnat
2013 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
GRE
Drapeau : Grèce
ITA
Drapeau : Italie
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
290 1er
Volkswagen Motorsport Volkswagen Polo R WRC 2e 1er 1er 1er 2e 10e 1er 1er 17e 1er 1er 1er 1er
2014 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
267 1er
Volkswagen Motorsport Volkswagen Polo R WRC 1er 6e 1er 1er 2e 1er 1er 2e Ab. 1er 13e 1er 1er
2015 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
263 1er
Volkswagen Motorsport Volkswagen Polo R WRC 1er 1er 1er 17e 2e 1er 1er 2e 1er 1er 15e Ab. 1er
2016 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
CHN
Drapeau : République populaire de Chine
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
AUS
Drapeau : Australie
268 1er
Volkswagen Motorsport Volkswagen Polo R WRC 1er 1er 2e 2e 3e 3e 6e 24e 1er An. 1er 1er 1er 2e
2017 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
FRA
Drapeau : France
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
AUS
Drapeau : Australie
141 en cours
M-Sport World Rally Team Ford Fiesta WRC 1er 3e 2e 2e 4e 1er 5e

Résultats complets en championnat du monde des rallyes[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Départs Victoires Podiums Scratchs Abandons Points Classement final
2008 Privé 8 0 0 1 1 1 21e
2009 Citroën Junior Team 12 0 1 13 ** 4 24 8e
2010 Citroën Junior Team 10 1 4 27 * 0 124 4e
Citroën Total WRT 3 1 2 10 1 43
2011 Citroën Total WRT 13 5 7 56 ** 2 196 3e
2012 Volkswagen Motorsport 12 0 0 1 2 41 10e
2013 Volkswagen Motorsport 13 9 11 110 * 0 290 1er
2014 Volkswagen Motorsport 13 8 10 94 1 267 1er
2015 Volkswagen Motorsport 13 8 10 95 ** 1 263 1er
2016 Volkswagen Motorsport 13 6 11 71 *** 0 268 1er
2017 M-Sport World Rally Team 7 2 5 14 0 141 en cours
Total 116 40 61 491 12 1658

(*) dont 1 scratch ex-aequo
(**) dont 2 scratchs ex-aequo
(***) dont 5 scratchs ex-aequo

Résultats en Intercontinental Rally Challenge[modifier | modifier le code]

Saison Voiture Rallye Points Classement final
2009 MON
Drapeau : Monaco
BRA
Drapeau : Brésil
KEN
Drapeau : Kenya
POR
Drapeau : Portugal
BEL
Drapeau : Belgique
RUS
Drapeau : Russie
POR
Drapeau : Portugal
CZE
Drapeau : République tchèque
ESP
Drapeau : Espagne
ITA
Drapeau : Italie
JPN
Drapeau : Japon
GBR
Drapeau : Écosse
10 8e
Peugeot 207 S2000 1er - - - - - - - - - An. -
2010 MON
Drapeau : Monaco
BRA
Drapeau : Brésil
ARG
Drapeau : Argentine
ESP
Drapeau : Espagne
ITA
Drapeau : Italie
BEL
Drapeau : Belgique
POR
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Portugal
CZE
Drapeau : République tchèque
ESP
Drapeau : Espagne
ITA
Drapeau : Italie
GBR
Drapeau : Écosse
CYP
Drapeau : Chypre
0 Pas classé
Peugeot 207 S2000 Ab. - - - Ab. - - - - An. - - -

Autres disciplines[modifier | modifier le code]

  • 29 et 30 octobre 2011 :

Il participe à la dernière manche (2 courses du GT Tour) du Championnat de France GT sur le circuit Paul Ricard HTTT du Castellet. Il pilote une Ferrari F430 Scuderia de l'écurie Sport Garage en tant qu'équipier de Lionel Comole, Président de la Fondation Arthritis et pilote amateur à ses heures. Il y dispute également la finale du Championnat de France de F4, sur une monoplace de l'Auto Sport Academy (celle-là même qui lui a permis d'améliorer ses freinages tardifs en entrées de virages sur asphalte, durant ses tests estivaux).

  • 16 juillet 2011 :

Il participe avec Citroën au Moscow City Racing (The Race of Stars) proche du Kremlin.

  • 11 décembre 2011 :

Il termine 9e de la première édition des ERDF Master-Kart de Paris-Bercy, épreuve opposant des pilotes venus de diverses disciplines.

  • du 24 au 26 mai 2013 :

Il dispute à une manche de Porsche Supercup sur le circuit de Monaco, discipline précédant traditionnellement chaque Grand Prix de Formule 1. Après avoir obtenu la 14e place en qualifications, il gagne une place en course et fini 13e sur 26 participants.

  • du 23 au 25 mai 2014 :

Il prend part à une manche de l'ADAC GT Masters, sur le circuit du Lausitzring. Engagé au sein du team Prosperia C. Abt Racing, il pilote une Audi R8 LMS Ultra et a pour coéquipier Markus Winkelhock. Ensemble, ils obtiennent la 13e dans la Course 1 et la 8e dans la Course 2.

  • du 20 au 22 juin 2014 :

Ogier fait son retour en Porsche Supercup, cette fois au Red Bull Ring. Comme en 2013 à Monaco, c'est au sein de l'équipe Deutsche Post Project 1 qu'il pilote une Porsche 911 GT3.

Race of Champions[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Champion des Champions : à sa première participation, il bat en finale à Düsseldorf le Danois Tom Kristensen, huit fois vainqueur des 24 Heures du Mans. Il remporte les deux manches de la finale. Il est le quatrième Français a devenir Champion des Champions.
  • 2012 : Finaliste de la Nations' Cup avec Romain Grosjean, il atteint par ailleurs les quarts de finale de la course individuelle.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Caritatif[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2014, Sébastien Ogier est parrain de la Fondation Make-A-Wish France, qui réalise les vœux d'enfants malades[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) La chronique de Sébastien Ogier après le Rallye de Jordanie 2010 sur sebastien-ogier.com
  2. (en) Ogier promoted for gravel rallies sur autosport.com
  3. Chronique de Sébastien Ogier : Pilote officiel Volkswagen, sur sebastien-ogier.com
  4. Accident de Sébastien Ogier sur le Rallye Monte-Carlo 2012, youtube.com, consulté le 24 janvier 2012
  5. PG Andersson s’impose en S-WRC, sur autohebdo.fr, mis en ligne le 12 février 2012
  6. Chronique de Sébastien Ogier : Rallye du Mexique 2012, sur sebastien-ogier.com
  7. VW Polo R WRC car launch, consulté le 28 mai 2013
  8. Chronique de Sébastien Ogier : Rallye Monte-Carlo 2013, publié sur sebastien-ogier.com
  9. http://motorsport.nextgen-auto.com/Sebastien-Ogier-remporte-le-Rallye-de-Suede,56258.html
  10. Sébastien Ogier remporte le Rallye du Mexique !, sur sebastien-ogier.com, consulté le 28 mai 2013
  11. Sébastien Ogier décroche le hat trick au Portugal !, sur sebastien-ogier.com, consulté le 28 mai 2013
  12. Latvala, un anniversaire dignement fêté, sur wrc.com, consulté le 02 juin 2013
  13. Un Sébastien Ogier hors pair en Sardaigne, sur wrc.com, consulté le 22 juin 2013
  14. Sébastien Ogier entre dans la légende du Rallye de Finlande, sur sebastien-ogier.com, consulté le 28 août 2013
  15. Julien Ingrassia est autorisé à disputer le Rallye de Finlande, sur sebastien-ogier.com, consulté le 28 août 2013
  16. Sébastien Ogier se rapproche un peu plus du titre, sur s"ebastien-ogier.com
  17. A 1 point du titre !, sur sebastien-ogier.com
  18. Sébastien Ogier et Julien Ingrassia sont champions du monde !, sur sebastien-ogier.com
  19. Ogier et Ingrassia fêtent leur titre en remportant le Rallye de France !, sur sebastien-ogier.com
  20. Ogier fond sur une 8e victoire et Volkswagen remporte le titre Constructeurs, sur sebastien-ogier.com
  21. Une fin de saison parfaite pour Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, sur sebastien-ogier.com
  22. La défense du titre commence à Gap, sur le Rallye Monte-Carlo !, sur sebastien-ogier.com
  23. Sébastien Ogier et Julien Ingrassia remportent le Rallye Monte-Carlo !, sur sebastien-ogier.com
  24. Ogier : J'ai commis une erreur stupide, sur wrc.com
  25. Sébastien Ogier reprend la tête du championnat du monde, sur sebastien-ogier.com
  26. Carton plein pour Sébastien Ogier en Pologne !, sur sebastien-ogier.com
  27. Sébastien Ogier poursuit sa moisson de points, sur sebastien-ogier.com
  28. Fin de course prématurée pour Sébastien Ogier en Allemagne, sur sebastien-ogier.com
  29. WRC - Rallye d'Australie 2014 : Victoire d'Ogier, Volkswagen champion !, www.tf1.fr, 14 septembre 2014.
  30. WRC - Rallye d'Alsace 2014 : Victoire de Latvala, la Power Stage pour Ogier, www.tf1.fr, 5 octobre 2014.
  31. Sébastien Ogier et Julien Ingrassia conservent leur titre !, www.sebastien-ogier.fr, 26 octobre 2014.
  32. Sébastien Ogier et Volkswagen Motorsport prolongent leur union, www.sebastien-ogier.fr, 23 octobre 2014.
  33. « Hyperassur le Defi », sur www.hyperassur.com, (consulté le 12 novembre 2014)
  34. WRC - Rallye de Monte-Carlo 2015 : Ogier vainqueur, triplé Volkswagen, www.tf1.fr, 25 janvier 2015.
  35. Victoire au bout du suspense pour Sébastien Ogier !, www.sebastien-ogier.com, 15 février 2015.
  36. Hat trick pour Sébastien Ogier et Julien Ingrassia au Mexique !, www.sebastien-ogier.com, 8 mars 2015.
  37. Un Ogier "comblé" dépasse Grönholm dans l'Histoire, fr.motorsport.com, 13 septembre 2015.
  38. Ogier démarre 2016 avec un troisième Monte-Carlo.
  39. Volkswagen se retire du WRC.
  40. « Ogier joins M-Sport - wrc.com », sur www.wrc.com (consulté le 12 décembre 2016)
  41. [1], www.sebastien-ogier.fr, 23 septembre 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :