Charles Gave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gave.

Charles Gave, né le , est un entrepreneur et économiste français. Il a consacré sa carrière à la recherche économique, dont il a fait son métier en prodiguant ses conseils aux gérants de fonds.

Il est l'auteur de plusieurs essais, où il prédit notamment la fin de l'euro.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est diplômé d'économie et de gestion de l'université de Toulouse et de l'Institut d'études politiques de Toulouse (promotion 1967)[2].

Il obtient une bourse de l’université de Binghamton aux Etats-Unis, dont il sort avec un MBA de finance et gestion.

Carrière[modifier | modifier le code]

Charles Gave commence sa carrière comme analyste financier dans une banque d’investissement française, la Banque de Suez. Il crée sa première entreprise en 1974, à 30 ans, spécialisée en recherche en allocation d'actifs. Avec Cegogest, il invente le métier du conseil en investissement en se spécialisant dans la recherche économique, plutôt que dans la gestion de fonds mettant en œuvre le fruit de cette recherche[3].

En 1981, il part s'installer à Londres, au lendemain de l'élection de François Mitterrand : « pas pour des raisons fiscales, je n’avais pas un sou, mais idéologiques : je refusais de vivre dans un pays où des communistes avaient rejoint le gouvernement »[4].

Charles Gave repasse de la recherche économique pure à la gestion de fonds et la mise en application de ses propres conseils d'investissement en cofondant en 1986 Cursitor-Eaton Asset Management. Il en est le Chief Investment Officer[3]. Vendue en 1995 à Alliance Capital, la société gère alors 10 milliards de dollars[5].

En 2001, il fonde Gavekal à Hong Kong[6], avec son fils Louis et Anatole Kaletsky, éditorialiste au Times, une société de recherche et de conseil en gestion de portefeuille, qu'il préside toujours aujourd'hui. Gavekal conseille 800 institutions dans le monde[7], et diffuse une lettre d'information quotidienne d'analyse des marchés lue par 17 000 gérants de fonds[4]. Gavekal gère aussi des fonds, pour le compte d’investisseurs institutionnels et d’investisseurs privés, pour un total d’environ 2,5 milliards de dollars [8].

Il est le président du think tank libéral « Institut des Libertés », qu'il a fondé en 2012.

Publications[modifier | modifier le code]

Charles Gave est l'auteur de six ouvrages sur l'économie.

Pendant vingt ans, il entretient une relation épistolaire avec Milton Friedman, le prix Nobel d'économie 1976, qu'il a rencontré à plusieurs reprises. Friedman a préfacé son premier livre en français, Des lions menés par des ânes[9],[10].

Ce premier essai, sous-titré Essai sur le crash économique (à venir mais très évitable) de l'Euroland en général et de la France en particulier, rencontre un succès d’estime, avec 20 000 exemplaires vendus[11]. Cet ouvrage cherche à comprendre à l’aune de la logique grecque la hausse du niveau de vie intervenue en Grande-Bretagne puis en Europe à partir du XVIIe siècle, et voit la cause d’un désastre économique et politique à venir dans l’abandon de cette logique par les gouvernants[12]. Partisan de monnaies nationales (un État, une volonté commune, une monnaie), Charles Gave prédit la faillite de l'euro dans ce livre publié en 2003.

Dans Un libéral nommé Jésus, il explique qu’il voit dans l’enseignement des Évangiles le deuxième pilier de la civilisation européenne à l’origine du développement économique, inséparable du premier, la logique aristotélicienne. Il cherche à lire la morale économique contenue dans les paroles du Christ. Son message est pour Charles Gave profondément libérateur et individualiste, chaque homme étant regardé par Dieu dans une relation personnelle, étrangère à tout collectivisme[13] : « Nous serons jugés un par un, et non pas collectivement » [14]. Pour lui, notre responsabilité individuelle sera jugée en fonction de ce que chacun aura reçu et de ce qu’il en aura fait. Charles Gave lit dans la Bible une préférence marquée à ceux qui prennent des risques, par rapport notamment à ceux qui se tiennent au respect de la lettre de la loi.

Dans ses prises de position, il prône une diminution du poids de l’État, centré mais fort sur ses fonctions régaliennes. Il y défend le libéralisme, comme doctrine juridique et non comme doctrine économique[15], considérant que « l'économie n'est pas une branche de l'astrologie ou des mathématiques mais une branche de la logique aristotélicienne appliquée aux échanges marchands entre humains »[16].

Charles Gave considère que la question centrale de l’économie est celle de la valeur : comprendre d’où elle vient, et pourquoi cette valeur monte ou descend dans le temps[17].

Il publie une chronique hebdomadaire sur le site de l'« Institut des Libertés ». Une sélection de ces articles est publiée en octobre 2016 sous le titre Sire, surtout ne faites rien !.

Mandats[modifier | modifier le code]

Il est membre du conseil d'administration de SCOR[18] de 2011 à 2015[3].

Il a été aux conseils de plusieurs fonds d’investissement, notamment à Londres et à Hong-Kong[19].

Décoration[modifier | modifier le code]

Ordre national du Merite Chevalier ribbon.svg Chevalier de l'Ordre national du Mérite.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/pour-charles-gave-c-est-l-etat-non-merci-21-10-2016-2077535_2428.php
  2. Annuaire des diplômés : Édition du cinquantenaire 2007-2009, Association des diplômés de l'Institut d'études politiques de Toulouse, 3e trimestre 2009, 488 p.
  3. a, b et c http://www.bloomberg.com/research/stocks/private/person.asp?personId=22814572&privcapId=22815001
  4. a et b http://www.lopinion.fr/18-aout-2013/15-charles-gave-combat-l-endoctrinement-socialiste-3084
  5. http://www.lesechos.fr/25/10/1995/LesEchos/17011-076-ECH_axa-elargit-son-assise-dans-la-gestion-d-actifs.htm
  6. http://web.gavekal.com/
  7. http://www.letemps.ch/Page/Uuid/abcb0b00-1498-11e3-9da5-8ad4c0806839/La_place_de_Paris_lutte_contre_son_d%C3%A9clin
  8. http://web.gavekal.com/money-management
  9. http://www.laffont.fr/site/des_lions_menes_par_des_anes_&100&9782221099100.html
  10. http://institutdeslibertes.org/milton-friedman/
  11. http://www.lepoint.fr/economie/economie-des-lions-menes-par-des-anes-03-12-2013-1764247_28.php
  12. « Préface d’Un Libéral nommé Jésus, pages 7 et 8 »
  13. « Un Libéral nommé Jésus, page 25 »
  14. « Un Libéral nommé Jésus, page 27 »
  15. L'économiste Charles Gave lance un SOS, lepoint.fr, 15 juillet 2014
  16. http://institutdeslibertes.org/pas-de-probleme-de-comprehension-en-ce-qui-concerne-leconomie-gros-problemes-a-comprendre-les-economistes/
  17. http://institutdeslibertes.org/pas-de-probleme-de-comprehension-en-ce-qui-concerne-leconomie-gros-problemes-a-comprendre-les-economistes
  18. http://www.scor.com/fr/le-groupe/gouvernance/conseil-dadministration.html
  19. https://www.scor.com/images/stories/pdf/Inverstors/annual-interim-reports/ra2011_fr.pdf

Liens externes[modifier | modifier le code]