Dominique Jamet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jamet.

Benjamin Jamet, dit Dominique Jamet, né le à Poitiers, est un journaliste, écrivain et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Né le à Poitiers[1], il est le fils de l'écrivain Claude Jamet[2], le frère d'Alain Jamet (ancien vice-président du Front national) et le père de Marc-Antoine Jamet[3] (qui dirige la fédération PS de l'Eure).

Sa mère meurt d'un cancer le 10 septembre 1941, alors qu'il n'a que cinq ans et que sa famille a quitté le Poitou pour Paris[4].

Dominique Jamet en 2008.

Élève des lycées Montaigne, Louis-le-Grand et Marcelin-Berthelot (en khâgne), il obtient ensuite une licence ès lettres classiques à la Sorbonne, et passe quelque temps à l'Institut d'études politiques de Paris, sans toutefois en obtenir le diplôme[5].

Carrière de journaliste[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière de journaliste en tant que rédacteur à Combat (1958-1959), puis au Journal des arts. Il devient ensuite secrétaire de rédaction à France-Soir (1961-1963), puis chroniqueur et éditorialiste au Figaro littéraire (1962-1973).

En 1973, il sera grand reporter à L'Aurore (1973-1979), avant de suivre Philippe Tesson[6] comme rédacteur en chef[7] au Quotidien de Paris (1979-1987). Il collabora à la revue L'Esprit libre (1994). Il a été enfin éditorialiste au quotidien France-Soir puis son directeur de la rédaction de février à avril 2007.

Il sera également directeur du Journal des présidentielles (1995)[8], éditorialiste à France Inter (1981-1982) et à l'émission Droit de réponse de Michel Polac sur TF1 (1981/1987), animateur sur RMC, chroniqueur sur Paris Première et à L'Événement du jeudi (1997).

Il est rédacteur au service culture de l'hebdomadaire Marianne depuis 1997, chroniqueur à Bakchich Hebdo en 2010, de 2007 à 2012 chroniqueur au quotidien Le Bien public ainsi qu'invité régulier comme débatteur de l'émission Ce soir (ou jamais !) de Frédéric Taddeï sur France 3.

Depuis avril 2011, il est chroniqueur sur la chaîne Histoire.

Le 1er octobre 2012, il est l'un des cofondateurs, avec le journaliste Robert Ménard, du site d'information Boulevard Voltaire, dont il est en 2013 directeur de publication[9]. Il démissionne de sa fonction de directeur de publication début avril 2016 se disant en désaccord avec l’évolution de la ligne éditoriale du site[10],[11].

Responsabilités institutionnelles[modifier | modifier le code]

Il est le secrétaire d'André Fanton, secrétaire d'État à la Défense, de 1969 à 1972.

Il fut chargé par François Mitterrand de coordonner le projet de la Bibliothèque nationale de France à partir de 1988. Il a ainsi été président[12], à partir de 1988, de l'Association pour la Bibliothèque de France[13], puis de 1989 à 1994, de l’établissement public de la Bibliothèque de France[14],[15]. Il a aussi été membre du Conseil supérieur de la langue française (1989-1994).

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Dominique Jamet et Nicolas Dupont-Aignan en 2014.

Jean-Yves Camus et René Monzat relèvent qu'il a été un « compagnon de route des solidaristes », et qu'il a écrit dans Impact, la revue du Groupe action jeunesse[16]. En , il accorde son soutien au comité Sauvez Rolf Steiner immédiatement, créé par des solidaristes[17].

Au début des années 1980, il est membre des Comités d'action républicaine de Bruno Mégret[18]. Le , il est présent aux états généraux des CAR, qui sanctionnent un rapprochement de l'association avec le Front national[19].

En 1983, la liste qu'il conduit aux élections municipales de Châtellerault, dans la Vienne, est battue par celle d'Édith Cresson[20]. Il devient conseiller municipal d'opposition jusqu'en 1989[21].

En , il signe dans Globe un appel invitant François Mitterrand à se représenter lors de l'élection présidentielle de l'année suivante, ce qui lui vaut d'être évincé du Quotidien de Paris, cet engagement étant jugé « contradictoire avec celui du journal[22] ».

Il fonde en 1989 l'éphémère Club 92, qu'il préside[23], et qui soutient le droit de vote des Européens aux élections françaises[24]. La même année, il fait partie du comité de soutien de Laurent Fabius, tête de la liste du Parti socialiste aux élections européennes[25].

En , il est à l'initiative de l'appel des Trente contre la guerre du Golfe[26].

À l'occasion du référendum sur le traité de Maastricht, en 1992, il participe au Comité civil pour le « oui » à l'Europe[27].

En 1994, il fonde le club Camille-Desmoulins[28],[29]. Pierre-André Taguieff y voit « un des signes que l'esprit de tolérance méprise les campagnes d'intimidation[30]. »

Il signe en 1999 le manifeste Non à la guerre « lancé par la Nouvelle Droite », et opposé aux frappes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord en Yougoslavie[31],[32].

Lors de l'élection présidentielle de 2002, il soutient au premier tour la candidature de Jean-Pierre Chevènement[33].

En , il signe la pétition de Paul-Éric Blanrue en faveur de l'abrogation de la loi Gayssot[34].

En juillet 2012, il rejoint le parti politique Debout la République (qui deviendra Debout la France deux ans plus tard) et en est élu vice-président le 16 novembre 2013[35]. Il est à la tête de la liste présentée par ce parti aux élections européennes en Île-de-France en 2014 ; cette liste obtient 3,82 % des voix.

Comme Éric Anceau et François Morvan, il quitte Debout la France le 28 avril 2017 pour contester la décision de Nicolas Dupont-Aignan de s'allier à Marine Le Pen lors du second tour de l'élection présidentielle de 2017[36],[37]. En juin, il cofonde avec eux l'Unité nationale citoyenne[38].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dominique Jamet en 2007.

Scénario[modifier | modifier le code]

  • Années de plumes, années de plomb 1991[44] (Film T.V réalisé pour Antenne 2 par Nicolas Ribowski)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Télérama Paris no 2076 du 25/10/1989, portrait par C. Abdesselhem p. 24.
  2. Le Canard Enchainé du 16/2/2000, article de F. Pages.
  3. Libération du 2/12/2003, portrait par P. Nivelle.
  4. Dominique Jamet, Un petit Parisien, Flammarion, 2000
  5. Luc Jacob-Duvernet, Le Miroir des princes : essai sur la culture stratégique des élites qui nous gouvernent, Paris, Le Seuil, , 473 p. (ISBN 2-02-020192-5), p. 191.
  6. Le Figaro du 11/08/2008, article de B.de Saint-Vincent
  7. Paris-Match no 2450 du 9/5/1996, portrait par J.M Bourget p. 3,4,5.
  8. Libération du 31/10/1994 article de V. Brocard.
  9. « Dominique Jamet quitte le site "Boulevard Voltaire" », sur lalettredelexpansion.com, .
  10. Robert Menard et son épouse à la tête du site Boulevard Voltaire, lettreaudiovisuel.com, 8 avril 2016
  11. Loup Espargilière, « Emmanuelle Ménard, radicale-voltairienne tendance fusion des droites », sur Mediapart, (consulté le 27 juillet 2017).
  12. Les dossiers du Canard Enchainé no 41 d'octobre 1989, portrait, p. 58,59.
  13. Le Monde du 14/02/1989 article de E.de Roux p. 19.
  14. Le Quotidien de Paris du 24/06/1991 article de A.Heliot p. 21.
  15. Le Figaro du 7/12/1992 article de P.Cussin.
  16. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 98.
  17. Francis Bergeron et Philippe Vilgier, De Le Pen à Le Pen : une histoire des nationaux et des nationalistes sous la Ve République, Grez-en-Bouère, Dominique Martin Morin, , 214 p. (ISBN 2-85652-084-7), p. 138.
  18. (en) Ciarán Maoláin, The radical right : a world directory, Burnt Mill, Harlow, Essex, U.K. Santa Barbara, Calif., USA, Longman Distributed exclusively in the U.S. and Canada by ABC-Clio, , 500 p. (ISBN 978-0-874-36514-6 et 978-0-582-90270-1, OCLC 18497073), p. 89.
  19. « Plusieurs clubs d'opposition se rallient au Front national », sur lemonde.fr, .
  20. « Affichage du résultat », sur 62.210.214.184, (consulté le 14 juin 2015).
  21. La Nouvelle République du Centre-Ouest du 23/09/1989, édition Vienne-Nord.
  22. « Le directeur du " Quotidien de Paris " licencie M. Dominique Jamet Un bretteur du journalisme », sur lemonde.fr, .
  23. Le Monde du 18/04/1989 article de D.Carton.
  24. « La participation des étrangers aux élections municipales Les Européens pourront-ils voter dans chacun des pays de la CEE ? », sur lemonde.fr, .
  25. « M. Fabius a réuni son comité de soutien au centre Pompidou », sur lemonde.fr, .
  26. « La crise du Golfe Le PCF mobilise contre la menace de guerre », sur lemonde.fr, .
  27. « Ratification du Traité de Maastricht La préparation du référendum du 20 septembre Création d'un Comité civil pour le " oui " à l'Europe », sur lemonde.fr, .
  28. La Croix du 10/02/1994 article de P.Martinat.
  29. Dominique de Montvalon, « Les combats de Jamet », sur lexpress.fr, .
  30. Pierre-André Taguieff, Sur la Nouvelle Droite : jalons d'une analyse critique, Paris, Descartes et Cie, , XV + 425 p. (ISBN 2-910301-02-8), p. 388.
  31. Alexandre Garcia et Caroline Monnot, « Malaise et contradictions chez les manifestants anti-Otan », sur lemonde.fr, .
  32. « Anti-Otan », sur lemonde.fr, .
  33. « M. Chevènement franchit une nouvelle étape vers sa candidature à l'élection présidentielle En savoir plus sur https://www.lemonde.fr/archives/article/2001/06/06/m-chevenement-franchit-une-nouvelle-etape-vers-sa-candidature-a-l-election-presidentielle_194008_1819218.html », sur lemonde.fr, .
  34. Abel Mestre et Caroline Monnot, « L’écrivain Yann Moix, la pétition et les négationnistes », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, .
  35. https://twitter.com/DLR_Officiel/status/401738435029114880.
  36. A.R. avec Valérie Hacot, « Soutien de Dupont-Aignan au FN : le vice-président de Debout la France démissionne », sur Le Parisien, (consulté le 28 avril 2017)
  37. Ludovic Galtier et Clémence Baudui, « Présidentielle 2017 : Nicolas Dupont-Aignan soutient Marine Le Pen », rtl.fr, 28 avril 2017.
  38. https://www.unitenationalecitoyenne.fr/#&panel1-2.
  39. L'Express du 3/2/2000 article de D.Rondeau p. 70.
  40. Le Nouvel Observateur du 2/3/2000, article de A.Rinaldi.
  41. Le Figaro du 28/12/2002 article de V.Delourme.
  42. Marianne du 13/08/2005 article de S.Durupt p. 75 à 77.
  43. L'Express du 30/10/2008 article de M.Payot.
  44. Télé 7 Jours du 23/02/1991 article de M.de Faveaux p. 78/79.
  45. « Légion d'honneur (suite) », sur lemonde.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :