Dominique Jamet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Jamet
Image dans Infobox.
Dominique Jamet en 2010.
Fonctions
Vice-président
Debout la France
-
Président de la Bibliothèque nationale de France
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Distinctions

Benjamin Jamet, dit Dominique Jamet, né le à Poitiers, est un journaliste, écrivain et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Né le à Poitiers[1], il est le fils de l'écrivain Claude Jamet[2], le frère d'Alain Jamet (ancien vice-président du Front national) et le père de Marc-Antoine Jamet[3] (maire PS de Val-de-Reuil).

Sa mère meurt d'un cancer le 10 septembre 1941, alors qu'il n'a que cinq ans et que sa famille a quitté le Poitou pour Paris[4].

Élève des lycées Montaigne, Marcellin-Berthelot et Louis-le-Grand (en khâgne), il obtient ensuite une licence ès lettres classiques à la Sorbonne, et passe quelque temps à l'Institut d'études politiques de Paris, sans toutefois en obtenir le diplôme[5].

Carrière de journaliste[modifier | modifier le code]

Les journalistes Dominique Jamet et Philippe Tesson à Paris en 2016.

Il commence sa carrière de journaliste en tant que rédacteur à Combat (1958-1959), puis au journal Arts. À son retour de l'armée, il devient secrétaire de rédaction à France-Soir (1961), puis chroniqueur et éditorialiste au Figaro littéraire (1962-1973).

En 1973, il est grand reporter à L'Aurore (1973-1979), avant de suivre Philippe Tesson[6] comme rédacteur en chef[7] au Quotidien de Paris (1979-1987). Il collabora à la revue L'Esprit libre (1994). Il fut enfin éditorialiste au quotidien France-Soir puis son directeur de la rédaction de février à avril 2007.

Il fut également directeur du Journal des présidentielles (1995)[8], éditorialiste à France Inter (1981-1982) et à l'émission Droit de réponse de Michel Polac sur TF1 (1981-1987), animateur sur RMC, chroniqueur sur Paris Première et à L'Événement du jeudi (1997).

Il est rédacteur au service culture de l'hebdomadaire Marianne de 1997 à 2010, chroniqueur à Bakchich Hebdo en 2007, et de 2010 à 2012, chroniqueur au quotidien Le Bien public ainsi qu'invité régulier comme débatteur de l'émission Ce soir (ou jamais !) de Frédéric Taddeï sur France 3 et chroniqueur sur la chaîne Histoire de 2013 à 2017.

Le 1er octobre 2012, il est l'un des cofondateurs, avec le journaliste Robert Ménard, du site d'information Boulevard Voltaire, dont il est en 2013 directeur de publication[9]. Il démissionne de sa fonction de directeur de publication début avril 2016 se disant en désaccord avec l’évolution de la ligne éditoriale du site[10],[11].

De 2017 à 2021, il fut invité comme chroniqueur sur la chaine LCI. Il écrit pour l'hebdomadaire Valeurs Actuelles depuis juillet 2021 et intervient régulièrement sur C.News [12],[13].

Responsabilités institutionnelles[modifier | modifier le code]

Il fut chargé par François Mitterrand de coordonner le projet de la Bibliothèque nationale de France à partir de 1988. Il a ainsi été président[14], à partir de 1988, de l'Association pour la Bibliothèque de France[15], puis de 1989 à 1994, de l’établissement public de la Bibliothèque de France[16],[17]. Il a aussi été membre du Conseil supérieur de la langue française (1989-1994).

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Dominique Jamet et Nicolas Dupont-Aignan en 2014.

Jean-Yves Camus et René Monzat relèvent qu'il a été un « compagnon de route des solidaristes », et qu'il a écrit dans Impact, la revue du Groupe action jeunesse[18]. En , il accorde son soutien au comité Sauvez Rolf Steiner immédiatement, créé par des solidaristes[19].

Au début des années 1980, il est membre des Comités d'action républicaine de Bruno Mégret[20]. Le , il quitte le mouvement lors du rapprochement de l'association avec le Front national[21].

En 1983, la liste qu'il conduit aux élections municipales de Châtellerault, dans la Vienne, est battue par celle d'Édith Cresson[22]. Il devient conseiller municipal d'opposition jusqu'en 1989[23].

En , il fait partie des personnalités dans Globe invitant François Mitterrand à se représenter lors de l'élection présidentielle de l'année suivante, ce qui lui vaut d'être évincé du Quotidien de Paris, cet engagement étant jugé « contradictoire avec celui du journal[24] ».

Il fonde en 1989 l'éphémère Club 92, qu'il préside[25], et qui soutient le droit de vote des Européens aux élections françaises[26]. La même année, il fait partie du comité de soutien de Laurent Fabius, tête de la liste du Parti socialiste aux élections européennes[27].

En , il est à l'initiative de « l'appel des Trente » contre la guerre du Golfe[28].

À l'occasion du référendum sur le traité de Maastricht, en 1992, il participe au Comité civil pour le « oui » à l'Europe[29].

En 1994, il fonde le club Camille-Desmoulins[30],[31]. Pierre-André Taguieff y voit « un des signes que l'esprit de tolérance méprise les campagnes d'intimidation[32]. »

Il signe en 1999, le manifeste « Non à la guerre » lancé par la Nouvelle droite, opposé aux frappes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord en Yougoslavie[33],[34].

Lors de l'élection présidentielle de 2002, il soutient au premier tour la candidature de Jean-Pierre Chevènement[35].

En , il signe la pétition de Paul-Éric Blanrue en faveur de l'abrogation de la loi Gayssot[36].

En juillet 2012, il rejoint le parti politique « Debout la République » (qui deviendra Debout la France deux ans plus tard) et en est élu vice-président le 16 novembre 2013[37]. Il est à la tête de la liste présentée par ce parti aux élections européennes en Île-de-France en 2014 ; cette liste obtient 3,82 % des voix.

Comme Éric Anceau et François Morvan, il quitte Debout la France le 28 avril 2017 pour contester la décision de Nicolas Dupont-Aignan de s'allier à Marine Le Pen lors du second tour de l'élection présidentielle de 2017[38],[39]. En juin, il cofonde avec eux l'Unité nationale citoyenne[40].

Publications[modifier | modifier le code]

Dominique Jamet en 2007 dans son bureau de France-Soir à Paris.

Scénario[modifier | modifier le code]

  • Années de plumes, années de plomb 1991[47] (Film T.V réalisé pour Antenne 2 par Nicolas Ribowski)

Télévision[modifier | modifier le code]

Dominique Jamet a interprété le rôle d'un juge pour enfants dans l'épisode « Hallali » (1990) réalisé par Patrick Bureau pour la série Les Cinq Dernières Minutes[48].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télérama Paris no 2076 du 25/10/1989, portrait par C. Abdesselhem p. 24.
  2. Le Canard Enchainé du 16/2/2000, article de F. Pages.
  3. Libération du 2/12/2003, portrait par P. Nivelle.
  4. Dominique Jamet, Un petit Parisien, Flammarion, 2000
  5. Luc Jacob-Duvernet, Le Miroir des princes : essai sur la culture stratégique des élites qui nous gouvernent, Paris, Le Seuil, , 473 p. (ISBN 2-02-020192-5), p. 191.
  6. Le Figaro du 11/08/2008, article de B.de Saint-Vincent
  7. Paris-Match no 2450 du 9/5/1996, portrait par J.M Bourget p. 3,4,5.
  8. Libération du 31/10/1994 article de V. Brocard.
  9. « Dominique Jamet quitte le site "Boulevard Voltaire" », sur lalettredelexpansion.com, .
  10. Robert Menard et son épouse à la tête du site Boulevard Voltaire, lettreaudiovisuel.com, 8 avril 2016
  11. Loup Espargilière, « Emmanuelle Ménard, radicale-voltairienne tendance fusion des droites », sur Mediapart, (consulté le ).
  12. « Aujourd'hui dans 24h Pujadas », sur https://www.lci.fr, (consulté le )
  13. « Auteur : Dominique Jamet », sur https://www.valeursactuelles.com (consulté le )
  14. Les dossiers du Canard Enchainé no 41 d'octobre 1989, portrait, p. 58,59.
  15. Le Monde du 14/02/1989 article de E.de Roux p. 19.
  16. Le Quotidien de Paris du 24/06/1991 article de A.Heliot p. 21.
  17. Le Figaro du 7/12/1992 article de P.Cussin.
  18. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 98.
  19. Francis Bergeron et Philippe Vilgier, De Le Pen à Le Pen : une histoire des nationaux et des nationalistes sous la Ve République, Grez-en-Bouère, Dominique Martin Morin, , 214 p. (ISBN 2-85652-084-7), p. 138.
  20. (en) Ciarán Maoláin, The radical right : a world directory, Burnt Mill, Harlow, Essex, U.K. Santa Barbara, Calif., USA, Longman Distributed exclusively in the U.S. and Canada by ABC-Clio, , 500 p. (ISBN 978-0-87436-514-6 et 978-0-582-90270-1, OCLC 18497073), p. 89.
  21. « Plusieurs clubs d'opposition se rallient au Front national », sur lemonde.fr, .
  22. « Affichage du résultat », sur 62.210.214.184, (consulté le ).
  23. La Nouvelle République du Centre-Ouest du 23/09/1989, édition Vienne-Nord.
  24. « Le directeur du " Quotidien de Paris " licencie M. Dominique Jamet Un bretteur du journalisme », sur lemonde.fr, .
  25. Le Monde du 18/04/1989 article de D.Carton.
  26. « La participation des étrangers aux élections municipales Les Européens pourront-ils voter dans chacun des pays de la CEE ? », sur lemonde.fr, .
  27. « M. Fabius a réuni son comité de soutien au centre Pompidou », sur lemonde.fr, .
  28. « La crise du Golfe Le PCF mobilise contre la menace de guerre », sur lemonde.fr, .
  29. « Ratification du Traité de Maastricht La préparation du référendum du 20 septembre Création d'un Comité civil pour le " oui " à l'Europe », sur lemonde.fr, .
  30. La Croix du 10/02/1994 article de P.Martinat.
  31. Dominique de Montvalon, « Les combats de Jamet », sur lexpress.fr, .
  32. Pierre-André Taguieff, Sur la Nouvelle Droite : jalons d'une analyse critique, Paris, Descartes et Cie, , XV + 425 p. (ISBN 2-910301-02-8), p. 388.
  33. Alexandre Garcia et Caroline Monnot, « Malaise et contradictions chez les manifestants anti-Otan », sur lemonde.fr, .
  34. « Anti-Otan », sur lemonde.fr, .
  35. « M. Chevènement franchit une nouvelle étape vers sa candidature à l'élection présidentielle En savoir plus sur https://www.lemonde.fr/archives/article/2001/06/06/m-chevenement-franchit-une-nouvelle-etape-vers-sa-candidature-a-l-election-presidentielle_194008_1819218.html », sur lemonde.fr, .
  36. Abel Mestre et Caroline Monnot, « L’écrivain Yann Moix, la pétition et les négationnistes », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, .
  37. https://twitter.com/DLR_Officiel/status/401738435029114880.
  38. A.R. avec Valérie Hacot, « Soutien de Dupont-Aignan au FN : le vice-président de Debout la France démissionne », sur Le Parisien, (consulté le )
  39. Ludovic Galtier et Clémence Baudui, « Présidentielle 2017 : Nicolas Dupont-Aignan soutient Marine Le Pen », rtl.fr, 28 avril 2017.
  40. https://www.unitenationalecitoyenne.fr/#&panel1-2.
  41. L'Express du 3/2/2000 article de D.Rondeau p. 70.
  42. Le Nouvel Observateur du 2/3/2000, article de A.Rinaldi.
  43. Le Figaro du 28/12/2002 article de V.Delourme.
  44. Marianne du 13/08/2005 article de S.Durupt p. 75 à 77.
  45. L'Express du 30/10/2008 article de M.Payot.
  46. Jean-Marc Laurent, « Apprentis à l'école du pouvoir », Le Berry Républicain,‎
  47. Télé 7 Jours du 23/02/1991 article de M.de Faveaux p. 78/79.
  48. « Les cinq dernières minutes  : Hallali », sur http://php88.free.fr (consulté le )
  49. « Légion d'honneur (suite) », sur lemonde.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :