Antoine Léaument

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine Léaument
Illustration.
Antoine Léaument en 2020.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(5 mois et 5 jours)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 10e de l'Essonne
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LFI
Prédécesseur Pierre-Alain Raphan
Biographie
Date de naissance (33 ans)
Lieu de naissance Châteauroux (France)
Nationalité Française
Parti politique PG (depuis 2011)
LFI (depuis 2016)
Diplômé de Centre Val de Loire Université
Université de Poitiers
Université Panthéon-Sorbonne
Profession Vidéaste web
Assistant parlementaire
Site web le-bon-sens.com

Antoine Léaument, né le à Châteauroux (Indre)[1], est un homme politique et vidéaste politique français.

Il est responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise[2].

Il est élu député dans la 10e circonscription de l'Essonne lors des élections législatives de 2022[3].

Parcours scolaire[modifier | modifier le code]

Né d'un père, Philippe Léaument, ingénieur territorial, aux opinions politiques de gauche à tendance écologiste, et d'une mère gaulliste employée à l’accueil d'un cabinet d’analyses médicales[4], Antoine Léaument effectue sa scolarité primaire et secondaire à Châteauroux dans le groupe scolaire privé catholique Léon XIII[5],[6]. Après une première année d'études supérieures en histoire à l'antenne universitaire de Châteauroux de l'université Orléans-Tours[5], il étudie les lettres et l'histoire à l'université de Poitiers où il obtient une licence « Lettres, voie Sciences-Po ». Antoine Léaument étudie ensuite la sociologie politique à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où il rencontre Bastien Lachaud[6] puis obtient un master « Affaires publiques, mention administration du politique » dans cette même université[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Initialement proche du MoDem et se disant lui-même ancien « bayrouiste »[5],[6], Antoine Léaument rejoint le Parti de Gauche en janvier 2011[1] après avoir participé à Poitiers aux manifestations contre la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy[5] et après avoir lu l'essai de Jean-Luc Mélenchon Qu'ils s'en aillent tous ! (2010)[6]. Étudiant à l'université Paris 1, il fonde le « cercle Front de Gauche de la Sorbonne » lors de l'année universitaire 2011-2012[7]. À l'été 2012, il effectue un stage avec Martine Billard, alors députée de la 1re circonscription de Paris. En 2013, après un stage au conseil régional d'Île-de-France au sein du groupe « Front de Gauche, Parti de Gauche et Alternatifs », il effectue un stage au sein du cabinet de Jean-Luc Mélenchon avant de devenir, dès septembre 2013, un de ses attachés parlementaires au Parlement européen[8] et le responsable de sa communication numérique[5],[9],[10]. Il initie un tournant important dans cette communication qui rencontre alors « un net succès »[11],[12].

Il est également en charge, depuis l'été 2017, de la communication numérique de la France insoumise et a notamment piloté, dans ce cadre, le développement de la chaîne insoumise Canal FI[13]. Il est aussi à l'origine de la création de la chaîne Twitch de Jean-Luc Mélenchon, en 2020[14]. Il est aussi Directeur de la publication du site linsoumission.fr.

Antoine Léaument est animateur du comité d'appui de la France insoumise à Châteauroux pour les élections européennes et la préparation des élections municipales[7]. Il officialise en janvier 2020 sa candidature à la mairie de Châteauroux à l’occasion des élections municipales de 2020[6],[15],[16],[17]. Il ne rassemble que 3,59 % des votes sur sa candidature au premier tour[18].

Lors des élections départementales de 2021, Antoine Léaument est candidat en binôme avec le PCF sur le canton de Châteauroux-1 dans le département de l'Indre. Avec un score de 22,57 % il se qualifie pour le second tour face au binôme de droite qui remporte 59,13 % des suffrages[19].

Lors des législatives françaises de 2022, il est élu député dans la 10e circonscription de l'Essonne, ayant remporté 37,27 % des voix au premier tour et 55,21 % au second[3].

YouTube[modifier | modifier le code]

Antoine Léaument est notamment connu pour avoir fortement développé la chaîne YouTube de Jean-Luc Mélenchon depuis octobre 2016 avec le lancement d'une émission hebdomadaire intitulée La Revue de la semaine[1],[20],[21],[5],[22]. Il est lui-même YouTubeur et anime la chaîne Le Bon Sens[1],[20],[22],[1]. Il s'est notamment fait connaître sur cette plateforme en parodiant une vidéo de Florian Philippot[1],[22] et en relayant les coulisses de la campagne présidentielle[21].

Au lancement de sa chaîne, de crainte que ne lui soit reproché son engagement politique au moment de rechercher un emploi, il publie ses premières vidéos sous alias ("Antoine Nicolas"), avant que son identité soit révélée en février 2017 dans un portrait publié dans la presse[23]. Il reconnaît avoir été influencé par les chaînes YouTube de Norman, Squeezie et Osons Causer[24] et avoir copié le concept de vignettes facilement partageables de la campagne présidentielle de Bernie Sanders[20].

Synthèse des résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections départementales[modifier | modifier le code]

Année Binôme Département Canton 1er tour 2d tour Sièges obtenus
Voix % Rang Voix % Rang
2020[25] LFI-PCF Indre Châteauroux-1 849 22,57 2e 1055 28,65 2e
0  /  2

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
2022[26] LFI 10e de l'Essonne 9 640 37,27 1er 13 321 55,21 1er Élu

Mandats[modifier | modifier le code]

Depuis le 22 juin 2022 : député de la dixième circonscription de l'Essonne. Il est membre de la Commission des lois[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Dejean 2017.
  2. Romain Brunet, « Européennes : les partis politiques français s'organisent pour contrer les “fake news” », France 24,‎ (lire en ligne).
  3. a et b « Essonne (91) - 10e circonscription. Résultats de la circonscription au 2d tour », sur Élections législatives 2022 – Ministère de l'Intérieur.
  4. Pauline Moullot, « Jean-Luc Mélenchon en hologramme : une «première mondiale» ? », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. a b c d e f et g Balogog 2017.
  6. a b c d et e Laïreche 2020.
  7. a et b Ratsivalaka 2017.
  8. Girard 2017.
  9. Courbet 2017.
  10. Delpont et Chaverou 2017.
  11. Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, Mélenchon, à la conquête du peuple, Robert Laffont, , 325 p. (ISBN 978-2-221-21926-3, lire en ligne).
  12. Éric Delbecque, Les ingouvernables : De l'extrême gauche utopiste à l'ultragauche violente, plongée dans une France méconnue, Grasset, , 352 p. (ISBN 978-2-246-81734-5, lire en ligne).
  13. « La France insoumise lance sa chaîne de télévision, “Canal FI” », sur Europe 1, .
  14. Abel Mestre, « De Twitch à TikTok, Mélenchon séduit sur les réseaux sociaux », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  15. Jérôme Collin, « Châteauroux : Antoine Léaument officiellement candidat aux municipales », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  16. Bruno Mascle, « Municipales 2020 : la liste Châteauroux Citoyen dévoilée », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  17. Bruno Mascle, « Châteauroux Citoyen : roulez jeunesse ! », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  18. « Châteauroux : tous les résultats de l’élection municipales 2020 pour le 2e tour », sur Le Point.
  19. Thomas Hermans, Romane Sabathier et Bertrand Mallen, « DEPARTEMENTALES 2021 : suivez les résultats du 1er tour dans l'Indre », sur France 3 Centre-Val de Loire, (consulté le )
  20. a b et c Turcan 2017.
  21. a et b Olivier Philippe-Viela, « Jean-Luc Mélenchon sur YouTube : “Ça marche parce qu’il ne caricature pas les stars de YouTube pour se faire passer pour un jeune” », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  22. a b et c « Antoine Léaument, vidéaste de 27 ans, sherpa de Mélenchon sur YouTube », sur Arrêt sur images, .
  23. « Voici le youtubeur de 27 ans derrière le succès fulgurant de la chaîne de Jean-Luc Mélenchon - Business Insider France », sur web.archive.org, (consulté le )
  24. Matalon 2016.
  25. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2021 », sur https://mobile.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2021 (consulté le )
  26. « Elections législatives 2022 », sur www.resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le )
  27. « M. Antoine Léaument - Essonne (10e circonscription) - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armêl Balogog, « Présidentielle 2017 : Antoine Léaument, de Châteauroux à l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  • Claire Courbet, « Antoine, le “Monsieur Youtube” de Mélenchon : “Mes profs me disaient de faire attention pour mon avenir” », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Mathieu Dejean, « Comment Antoine Léaument a révolutionné la communication web de Jean-Luc Mélenchon », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  • Sophie Delpont et Éric Chaverou, « Les influences derrière le discours de Jean-Luc Mélenchon », France Culture,‎ (lire en ligne)
  • Rachid Laïreche, « Le bon élève des insoumis reprend la route de l’Indre », Libération,‎ (lire en ligne)
  • Pierre Lepelletier, « Les 12 apôtres de Jean-Luc Mélenchon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Bruno Mascle, « La communication web de Mélenchon révolutionnée par un Calstelroussin », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Bruno Mascle, « La gauche “éparpillée façon puzzle” », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Vincent Matalon, « Jean-Luc fait des vidéos : comment le candidat Mélenchon est devenu le “champion” de YouTube en deux mois », France Info,‎ (lire en ligne)
  • Albane Ratsivalaka, « Antoine Léaument l'Insoumis connecté », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Bertrand Slezak, « Châteauroux : A. Léaument a le profil », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Marie Turcan, « Voici le youtubeur de 27 ans derrière le succès fulgurant de la chaîne de Jean-Luc Mélenchon », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  • « Ce jeune youtubeur auquel Mélenchon doit le carton de sa chaîne », Rue89,‎ (lire en ligne)
  • Étienne Girard, « Voici les fonctions annexes occupées par les collaborateurs de Mélenchon lorsqu'il était au Parlement européen », Marianne,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]